Accueil du site > Études de cas > Politiques sécuritaires et antisécuritaires

Politiques sécuritaires et antisécuritaires

Dernier ajout : 13 mai.

Tous les articles de cette rubrique

  • Les mots de Pontoise

    Bréviaire non exhaustif d’une justice d’exception

    par Pierre Tevanian 26 septembre 2011

    Le 4 octobre 2011 à 9H00 s’ouvrira au tribunal de grande instance de Nanterre le procès en appel des tireurs présumés de Villiers-le-Bel. Rappel des faits : le 25 novembre 2007, Lakhamy et Moushin, deux adolescents de Villiers-le-Bel, décèdent suite à la collision de leur moto avec une voiture de police. Plusieurs nuits de révoltes éclatent, laissant s’exprimer la colère de centaines d’habitants qui refusent de croire à la version policière d’un accident. Le 21 juin 2010, s’ouvre le procès des tireurs (...)

  • Silence, on entasse !

    Les impasses du productivisme carcéral

    par Matthieu Bonduelle 29 juillet 2011

    Dans une indifférence quasi-générale, que « les vacances » ne suffisent pas à expliquer, l’Etat vient d’être condamné à trois reprises en quelques semaines par la justice administrative en raison des conditions d’existence qui ont cours dans ses prisons. Des personnes détenues dans les maisons d’arrêt de Nanterre, Bois-d’Arcy, Rouen et Marseille ont ainsi obtenu réparation d’atteintes à leur dignité : cellules trop exiguës, toilettes non cloisonnées, absence de ventilation, mauvaise hygiène des locaux, (...)

  • Oraisons funèbres

    Pour Karim Boudouda

    En réaction à la mise à mort aussitôt oubliée et soigneusement inquestionnée de Karim Boudouda à Grenoble le 16 juillet 2010, à la délirante gestion politique et policière des émeutes qui ont suivi, et au quasi-appel au meurtre lancé à cette occasion par la chroniqueuse Elisabeth Lévy contre les « malfrats » de banlieue, il nous a paru bon de donner à ré-entendre une vieille chanson de Renaud, écrite il y a plus de trente ans, mais qui résonne étrangement avec l’ « affaire de la Villeneuve » et la « (...)

  • Le procès de Villiers était écrit

    À propos d’un verdict infâme

    Je suis le collectif RVJ (Respect, Vérité, Justice) de Villiers-le-Bel. Quand un seul sentiment envahit de nombreuses personnes, ce sentiment a le droit de dire « je ». J’attendais ce procès avec impatience. On entend dire souvent : « la justice tranchera » ou « je m’en remets à la justice » comme on dirait « je m’en remets à Dieu » et « la vérité tranchera ». Le 21 juin, je me rends au tribunal, pour assister à ce que je crois être un procès public. Je suis arrêté par une haie de CRS. On me demande qui je (...)

  • Prodiges et vertiges de l’anonymat payant

    Retour sur le « procès de Villiers-le-Bel »

    par Matthieu Bonduelle 14 juillet 2010

    Le procès dit des « cinq de Villiers-le-Bel » a mis en lumière une nouvelle pratique indissociablement policière et judiciaire qui mérite d’être examinée avec attention : le recours à des témoignages anonymes rémunérés. C’est ce que fait Matthieu Bonduelle, secrétaire général du Syndicat de la magistrature, dans le texte qui suit. Rédigé avant le verdict du 4 juillet, il permet d’en comprendre la genèse et d’en mesurer l’infamie. Rappel des faits. Deux jours après les émeutes, le 29 novembre 2007, le chef de (...)

  • Le Collectif Les mots sont importants recommande vivement le film de Thomas Lacoste et du Collectif L’autre campagne consacré à la loi sur la « rétention de sûreté ». Huit intervenants, praticiens, militants et chercheurs, y prennent la parole pour déconstruire méticuleusement le « populisme pénal » et le « populisme constitutionnel » qui ont inspiré cette loi. Nous le présentons en accès libre, mais pour soutenir cette initiative, ainsi que les futurs opus de la série Réfutations, ou pour organiser des (...)

  • Détournement de procédure

    À propos d’une récente rafle de sans-papiers

    par Evelyne Sire-Marin 3 mars 2008

    Evelyne Sire-Marin, ancienne présidente du Syndicat de la Magistrature, revient, dans le texte qui suit, sur la récente rafle qui a été menée dans un foyer du treizième arrondissement de Paris, et sur la manière dont la Justice est systématiquement intrumentalisée dans ce type d’opérations. « Paris, 14 février 2008 (AFP) Aucune charge n’a été retenue contre les neuf personnes soupçonnées d’avoir organisé l’hébergement d’une centaine de travailleurs sans papiers dans un foyer associatif du XIIIème (...)

  • Si Adolf Hitler l’a fait, pourquoi qu’on le ferait pas ?

    À propos de la loi sur la « rétention de sûreté » et de sa justification politique

    par Sebastien Fontenelle 22 février 2008

    Pour (se) justifier (de) l’immonde loi sur la « rétention de sûreté » qu’elle vient de faire adopter par le Parlement (couché), la droite haineuse et revancharde nous a (res)sorti l’un de ses couplets de prédilection : « Pourquoi-qu’on-le-ferait-pas-chez-nous-puisque-ça-se-fait-ailleurs ? » Le très (très) droitier Georges Fenech, rapporteur UMP de la commission des Lois de l’Assemblée nationale, a notamment fait valoir, en substance, que « Si-les-Allemands-le-font-pourquoi-qu’on-les-imiterait-pas ? ». (...)

  • « Mais si c’était ton gosse ? »

    Bouffon et le « droit des victimes »

    par Alain Brossat 10 février 2008

    Le texte qui suit est extrait du dernier livre d’Alain Brossat, Bouffon Imperator, consacré aux deux-cents premiers jours du nouveau président. Vers la cent-vingtième journée de son règne, Bouffon eut cette formule mémorable : le premier des droits de l’homme, c’est celui des victimes. Jamais sans doute – en ce pays, du moins – un homme politique n’avait jusqu’alors donné à voir aussi distinctement la relation qui s’établit entre le nom ré-enchanté de « la victime » et le désir d’État fort, de (...)

  • La décadence sécuritaire

    Un livre de Gilles Sainati et Ulrich Schalchli

    Comment la « tolérance zéro », d’importation américaine, s’est-elle imposée dans la pratique judiciaire française ? Comment l’idéologie techno-sécuritaire a-t-elle remplacé la notion du juste par celle du rendement chiffré de la justice ? Pourquoi le nouveau système pénal doit-il développer des cycles de plus en plus courts pour ramener dans les filets judiciaires – en « temps réel » – les inscrits dans les fichiers de suspects ? Comment en arrive-t-on à punir des infractions qui n’existent pas, (...)

0 | 10 | 20 | 30 | 40 | 50