Accueil du site > Études de cas > Politiques sécuritaires et antisécuritaires

Politiques sécuritaires et antisécuritaires

Dernier ajout : 22 septembre.

Tous les articles de cette rubrique

  • Le procès de Villiers était écrit

    À propos d’un verdict infâme

    Je suis le collectif RVJ (Respect, Vérité, Justice) de Villiers-le-Bel. Quand un seul sentiment envahit de nombreuses personnes, ce sentiment a le droit de dire « je ». J’attendais ce procès avec impatience. On entend dire souvent : « la justice tranchera » ou « je m’en remets à la justice » comme on dirait « je m’en remets à Dieu » et « la vérité tranchera ». Le 21 juin, je me rends au tribunal, pour assister à ce que je crois être un procès public. Je suis arrêté par une haie de CRS. On me demande qui je (...)

  • Prodiges et vertiges de l’anonymat payant

    Retour sur le « procès de Villiers-le-Bel »

    par Matthieu Bonduelle 14 juillet 2010

    Le procès dit des « cinq de Villiers-le-Bel » a mis en lumière une nouvelle pratique indissociablement policière et judiciaire qui mérite d’être examinée avec attention : le recours à des témoignages anonymes rémunérés. C’est ce que fait Matthieu Bonduelle, secrétaire général du Syndicat de la magistrature, dans le texte qui suit. Rédigé avant le verdict du 4 juillet, il permet d’en comprendre la genèse et d’en mesurer l’infamie. Rappel des faits. Deux jours après les émeutes, le 29 novembre 2007, le chef de (...)

  • Le Collectif Les mots sont importants recommande vivement le film de Thomas Lacoste et du Collectif L’autre campagne consacré à la loi sur la « rétention de sûreté ». Huit intervenants, praticiens, militants et chercheurs, y prennent la parole pour déconstruire méticuleusement le « populisme pénal » et le « populisme constitutionnel » qui ont inspiré cette loi. Nous le présentons en accès libre, mais pour soutenir cette initiative, ainsi que les futurs opus de la série Réfutations, ou pour organiser des (...)

  • Détournement de procédure

    À propos d’une récente rafle de sans-papiers

    par Evelyne Sire-Marin 3 mars 2008

    Evelyne Sire-Marin, ancienne présidente du Syndicat de la Magistrature, revient, dans le texte qui suit, sur la récente rafle qui a été menée dans un foyer du treizième arrondissement de Paris, et sur la manière dont la Justice est systématiquement intrumentalisée dans ce type d’opérations. « Paris, 14 février 2008 (AFP) Aucune charge n’a été retenue contre les neuf personnes soupçonnées d’avoir organisé l’hébergement d’une centaine de travailleurs sans papiers dans un foyer associatif du XIIIème (...)

  • Si Adolf Hitler l’a fait, pourquoi qu’on le ferait pas ?

    À propos de la loi sur la « rétention de sûreté » et de sa justification politique

    par Sebastien Fontenelle 22 février 2008

    Pour (se) justifier (de) l’immonde loi sur la « rétention de sûreté » qu’elle vient de faire adopter par le Parlement (couché), la droite haineuse et revancharde nous a (res)sorti l’un de ses couplets de prédilection : « Pourquoi-qu’on-le-ferait-pas-chez-nous-puisque-ça-se-fait-ailleurs ? » Le très (très) droitier Georges Fenech, rapporteur UMP de la commission des Lois de l’Assemblée nationale, a notamment fait valoir, en substance, que « Si-les-Allemands-le-font-pourquoi-qu’on-les-imiterait-pas ? ». (...)

  • « Mais si c’était ton gosse ? »

    Bouffon et le « droit des victimes »

    par Alain Brossat 10 février 2008

    Le texte qui suit est extrait du dernier livre d’Alain Brossat, Bouffon Imperator, consacré aux deux-cents premiers jours du nouveau président. Vers la cent-vingtième journée de son règne, Bouffon eut cette formule mémorable : le premier des droits de l’homme, c’est celui des victimes. Jamais sans doute – en ce pays, du moins – un homme politique n’avait jusqu’alors donné à voir aussi distinctement la relation qui s’établit entre le nom ré-enchanté de « la victime » et le désir d’État fort, de (...)

  • La décadence sécuritaire

    Un livre de Gilles Sainati et Ulrich Schalchli

    Comment la « tolérance zéro », d’importation américaine, s’est-elle imposée dans la pratique judiciaire française ? Comment l’idéologie techno-sécuritaire a-t-elle remplacé la notion du juste par celle du rendement chiffré de la justice ? Pourquoi le nouveau système pénal doit-il développer des cycles de plus en plus courts pour ramener dans les filets judiciaires – en « temps réel » – les inscrits dans les fichiers de suspects ? Comment en arrive-t-on à punir des infractions qui n’existent pas, (...)

  • Les yeux d’Elsa

    À propos des « Engins Légers de Surveillance Aérienne »

    par Philippe Adam 15 octobre 2007

    Vous vous souvenez des yeux d’Elsa ? Mais oui, bien sûr, « Moi je voyais briller au-dessus de la mer/ Les yeux d’Elsa les yeux d’Elsa les yeux d’Elsa », et voici qu’on est tenté de parler d’Aragon, d’Elsa Triolet, de la seconde guerre mondiale, de la résistance et de la poésie de contrebande. Les yeux d’Elsa c’étaient en leur temps les yeux de la France, « ce paradis cent fois retrouvé reperdu » qu’Aragon, dans le contexte vichyste, ne pouvait pas nommer. Sauf qu’aujourd’hui, nous ne sommes pas du tout en (...)

  • Prison

    par Laurent Lévy 31 juillet 2007

    L’histoire se passe au début des années 90 du vingtième siècle, dans un petit tribunal de province… Un homme, Philippe M., était poursuivi pour une affaire de mœurs ; précisément sous la prévention de « provocation de mineur à la débauche ». Il affichait fièrement son homosexualité. J’étais commis d’office à sa défense. Juger est un acte difficile, et il ne m’appartient pas ici de dire quelle peine aurait été « juste », compte tenu des faits de cette affaire, ni même si prononcer une condamnation avait (...)

  • Trouble du comportement

    L’éditorial du bulletin Que fait la police ?

    par Maurice Rajsfus 4 juillet 2006

    Ces derniers mois, Nicolas Sarkozy s’est lourdement inquiété du comportement mental des enfants, dès l’age de trois ans, Grave problème, s’il en est. Qu’il nous soit permis de faire un utile retour sur le passé. S’il était possible de consulter le carnet de santé du petit Nicolas, et de noter la fréquence de ses crises de nerfs, cela ne manquerait pas d’intérêt. De la même façon, il serait curieux de savoir comment il trépignait avec ses pieds lorsque ses parents refusaient de céder à ses caprices. A l’âge (...)

0 | 10 | 20 | 30 | 40