Accueil du site > Études de cas > Politiques sécuritaires et antisécuritaires

Politiques sécuritaires et antisécuritaires

Dernier ajout : 11 janvier.

Tous les articles de cette rubrique

  • Les pyromanes de l’insécurité

    Retour sur la construction médiatique du « problème de l’insécurité » (1997-2001)

    par PLPL 29 juin 2005

    À l’heure où le gouvernement de droite, massivement désavoué dans la rue, dans les sondages et dans les urnes, rejoue à nouveau la sempiternelle carte sécuritaire, à l’heure où Nicolas Sarkozy, redevenu ministre de l’Intérieur, instrumentalise des faits divers sordides et prononce à leur propos quelques formules-choc lourdes de sous-entendus racistes : allusion aux « sauvages » de Perpignan, amalgame entre un meurtre et la présence de « clandestins » à la Courneuve, annonce d’un « nettoyage » du (...)

  • Les « tournantes » : mythes et réalités

    Dérives médiatiques, contre-enquête sociologique

    par Laurent Mucchielli 13 juin 2005

    Invisibles pendant des années, les viols collectifs ont à partir de l’année 2001 fait une entrée fracassante sur l’écran médiatique. Depuis, journaux télévisés, reportages et plateaux-débats nous rappellent régulièrement que ces viols sont un phénomène nouveau, en pleine expansion, concentré dans les banlieues populaires, commis principalement par des enfants d’immigrés et motivés par un machisme d’inspiration musulmane. Chacune de ces affirmations est réfutée par l’enquête sociologique menée par Laurent (...)

  • De Chevènement à Sarkozy (Cinquième partie : 2003-2004)

    Généalogie du consensus sécuritaire

    3 septembre 2004

    La chronologie ci-dessous, qui est loin d’être exhaustive, se veut un outil de travail et une machine de guerre contre l’amnésie collective qu’entretiennent les grands médias quant à la genèse du consensus sécuritaire que nous vivons aujourd’hui. Comme le rappelle l’introduction qui figure dans cette rubrique, ce n’est pas une "demande de sécurité" émanant spontanément de la "France d’en bas" qui a amené les grands médias et la classe politique à se préoccuper des "violences urbaines" et à mener des (...)

  • De Chevènement à Sarkozy (Quatrième partie : 2002)

    Généalogie du consensus sécuritaire

    3 septembre 2004

    La chronologie ci-dessous, qui est loin d’être exhaustive, se veut un outil de travail et une machine de guerre contre l’amnésie collective qu’entretiennent les grands médias quant à la genèse du consensus sécuritaire que nous vivons aujourd’hui. Comme le rappelle l’introduction qui figure dans cette rubrique, ce n’est pas une "demande de sécurité" émanant spontanément de la "France d’en bas" qui a amené les grands médias et la classe politique à se préoccuper des "violences urbaines" et à mener des (...)

  • De Chevènement à Sarkozy (Troisième partie : 2001)

    Généalogie du consensus sécuritaire

    2 septembre 2004

    La chronologie ci-dessous, qui est loin d’être exhaustive, se veut un outil de travail et une machine de guerre contre l’amnésie collective qu’entretiennent les grands médias quant à la genèse du consensus sécuritaire que nous vivons aujourd’hui. Comme le rappelle l’introduction qui figure dans cette rubrique, ce n’est pas une "demande de sécurité" émanant spontanément de la "France d’en bas" qui a amené les grands médias et la classe politique à se préoccuper des "violences urbaines" et à mener des (...)

  • De Chevènement à Sarkozy (Deuxième partie : 1999-2000)

    Généalogie du consensus sécuritaire

    16 août 2004

    La chronologie ci-dessous, qui est loin d’être exhaustive, se veut un outil de travail et une machine de guerre contre l’amnésie collective qu’entretiennent les grands médias quant à la genèse du consensus sécuritaire que nous vivons aujourd’hui. Comme le rappelle l’introduction qui figure dans cette rubrique, ce n’est pas une "demande de sécurité" émanant spontanément de la "France d’en bas" qui a amené les grands médias et la classe politique à se préoccuper des "violences urbaines" et à mener des (...)

  • De Chevènement à Sarkozy (Première partie : 1997-1998)

    Généalogie du consensus sécuritaire

    16 août 2004

    La chronologie ci-dessous, qui est loin d’être exhaustive, se veut un outil de travail et une machine de guerre contre l’amnésie collective qu’entretiennent les grands médias quant à la genèse du consensus sécuritaire que nous vivons aujourd’hui. Comme le rappelle l’introduction qui figure dans cette rubrique, ce n’est pas une "demande de sécurité" émanant spontanément de la "France d’en bas" qui a amené les grands médias et la classe politique à se préoccuper des "violences urbaines" et à mener des (...)

  • Il existe, pour justifier le matraquage sécuritaire que nous infligent aujourd’hui gouvernants et grands médias, un récit mythique et idyllique. Au commencement, il y aurait un problème objectif : celui de la montée de la délinquance, de l’insécurité et de la violence, et plus particulièrement de la violence des jeunes. Ce fait indiscutable rendrait obsolètes et inefficaces les dispositifs existant en matière de prévention de la délinquance (notamment l’ordonnance de 1945, et le statut protégé des (...)

  • Le philosophe, le Député-Maire et les irrécupérables (Introduction)

    À propos de la mort de Youssef Khaïf, de l’acquittement de son assassin, et du singulier commentaire que cela inspire à M. Jacques Heuclin, Maire socialiste de Pontault-Combaut

    par Pierre Tevanian 3 août 2004

    Les textes qui suivent appellent quelques précisions. Leur point de départ est un court article de circonstance que j’ai écrit "à chaud" peu de temps après l’acquittement du policier Pascal Hiblot : "Parlons laxisme" (en ligne sur ce site )... Le but de ce texte était moins de "révéler" un problème méconnu de tous que de "rabâcher" quelque chose que tout le monde sait, au moins confusément, même si beaucoup ne veulent pas savoir. Il s’agissait, en d’autres termes, d’insister, afin de "faire revenir" (...)

  • Le philosophe, le Député-Maire et les irrécupérables (Première partie)

    Quand Jacques Heuclin, élu socialiste, justifie l’impunité d’un homicide policier

    par Pierre Tevanian 3 août 2004

    Une lecture attentive de la " lettre ouverte " de Jacques Heuclin permet de prendre la mesure de deux choses : d’une part de l’aveuglement, de la surdité et de l’incompréhension volontaires de nos élus lorsque certaines questions, comme celle de l’impunité policière, sont posées ; d’autre part, de ce que des élus socialistes sont désormais prêts à dire ou écrire pour gagner les élections. Les dérives démagogiques, racistes et sécuritaires ne datent certes pas d’aujourd’hui ; mais il me semble qu’en ce (...)

0 | 10 | 20 | 30 | 40 | 50