Accueil > Études de cas > Silences et oublis

Silences et oublis

Dernier ajout : 6 novembre.

Tous les articles de cette rubrique

  • Un négationnisme structurel

    Le génocide rwandais et sa négation

    par Jean-Pierre Chrétien 21 avril 2014

    L’historien Jean-Pierre Chrétien, directeur de recherche émérite, après une carrière universitaire d’enseignant-chercheur, est un spécialiste de l’Afrique orientale, en particulier la région des Grands Lacs. Il revient, dans les lignes qui suivent, sur les différentes stratégies de négation du génocide rwandais.
    En mémoire de Jean-Népomucène Nkurikiyimfura, historien rwandais, mon ancien étudiant et collègue, et à sa femme et à ses enfants, assassinés chez eux, à Butare, en 1994 pour le seul fait d’être nés (...)

  • Un négationnisme respectable

    Réflexions sur la « guerre des mémoires » et la « concurrence des victimes », suite à « l’Affaire Dieudonné » et à la « Non-Affaire Max Gallo »

    par Pierre Tevanian 27 janvier 2014

    Publié il y a neuf ans, ce texte reste hélas d’actualité – la situation n’ayant fait, depuis une décennie, que se radicaliser de toutes parts : la dérive politique de Dieudonné d’une part, qui l’amène désormais à voir des sionistes partout où il y a des juifs, en déclarant par exemple que l’éditeur Fernand Nathan était un sioniste, ou en incriminant « les sionistes » y compris comme instigateurs du mariage homosexuel, destiné à démolir la belle et bonne famille française... La dérive de l’Etat d’autre part, (...)

  • Contrôles au faciès : la preuve scientifique

    Police et minorités visibles : les contrôles d’identité à Paris

    par Fabien Jobard, René Lévy 3 juillet 2013

    Il y a maintenant un an, le ministre du Démantèlement de la délinquance roumaine, Manuel White, s’illustrait en enterrant, au nom de la responsabilité, de la maturité et de la confiance, une promesse de la campagne Hollande : l’obligation pour les policiers de délivrer des récépissés lorsqu’ils effectuent un contrôle d’identité. À la place de cette mesure, permettant un contrôle de l’activité policière – et de prévenir et sanctionner les abus, notamment les contrôles au faciès – le ministre a donc préféré (...)

  • Le silence tue

    Retour sur les agressions islamophobes à Argenteuil

    par Julien Salingue 21 juin 2013

    En guise d’appel au rassemblement contre l’islamophobie qui se tiendra samedi 22 Juin à 15H00 devant la sous-préfecture d’Argenteuil, suite aux violentes agressions islamophobes à répétition contre des femmes musulmanes portant le hijab, nous publions ce texte de Julien Salingue, initialement publié sur son blog Le pire n’est jamais sûr.
    Lorsqu’elle entre dans un commissariat de banlieue parisienne pour dénoncer l’agression dont elle vient d’être victime, la jeune femme est, selon les témoins, sous le (...)

  • Un cocktail Molotov dans la nuit

    Courte réflexion sur deux incendies

    par Mathias Reymond 4 novembre 2011

    Un bâtiment en feu. Des flammes qui s’échappent des fenêtres. Des badauds qui s’arrêtent sur le trottoir. Des sirènes qui retentissent. Des pompiers qui éteignent l’incendie. Des cris, des pleurs qui s’envolent dans la nuit. La démocratie est en danger...
    Dans la nuit du 24 octobre 2011, un cocktail molotov embrasait un squat du 163, rue des Pyrénées (Paris 20ème). Une quarantaine de familles Roms, victimes de l’attentat, y perdaient toutes leurs maigres biens.
    Un homme d’une cinquantaine d’années, Ion (...)

  • Le sursaut de la gauche italienne et nos Bouazizi ignorés

    Hommage aux martyres de la forteresse Europe

    par Annamaria Rivera 13 juin 2011

    Je le sais, alors qu’en Italie on ne discute plus d’autre chose que des résultats électoraux et des prochains ballottages, il est incongru, et peut-être même dérangeant et impopulaire, d’évoquer les suicides de protestation. Et pourtant, à y regarder de plus près, il y a bien un lien entre le déclin du berlusconisme, le sursaut de la gauche et ce phénomène en apparence secondaire.
    Mais tout d’abord : avez-vous jamais entendu parler de Noureddine Adnane ? Et de Penda Kébé ou de Georg Semir ? (...)

  • Parler la dictature

    Retour sur la novlangue benaliste

    par Myriam Marzouki 30 janvier 2011

    Depuis plusieurs semaines, une effervescence médiatique sans précédent rattrape deux décennies de mutisme, de mensonges et d’ignorance sur la nature du régime tunisien. La révolution de janvier oppose un démenti cinglant à tous les discours de complaisance ou de complicité qu’il est inutile de recenser ici : un wall of shame se construit actuellement sur Facebook pour archiver la succession des déclarations honteuses des responsables français depuis la prise du pouvoir par Ben Ali en 1987. Comment (...)

  • Sévice des étrangers

    Rapide aperçu sur l’autre France-qui-se-lève-tôt

    par Najate Zouggari 2 janvier 2011

    Le texte qui suit propose un rapide aperçu sur ce qu’on ne veut pas voir, quelques mots sur ce dont on ne parle pas, et quelques propos rapportés de celles et ceux qui, dans l’espace public qu’on nous construit, sont censés ne pas parler.
    La France qui se lève tôt n’a pas de carte nationale d’identité : c’est le constat qui s’impose quand on arrive à la préfecture de Bobigny, un jeudi à sept heures du matin. Pour la centaine de personnes qui ont déjà pris place dans les deux files « étrangers », la (...)

  • Tartarin, les sous-hommes et les grands travaux

    Retour sur la vie et l’oeuvre de Georges Frêche, et sur l’hommage qui lui a été rendu

    par Faysal Riad 28 octobre 2010

    « Sa carrure, sa démarche, son air, un air de bon cheval de trompette qui ne craignait pas le bruit, cette réputation de héros qui lui venait on ne sait d’où, quelques distributions de gros sous et de taloches aux petits décrotteurs étalés devant sa porte, en avaient fait le Lord Seymour de l’endroit, le Roi des halles tarasconnaises. » . Vous l’avez reconnu ?
    Qu’est-ce qui fait qu’on n’en veut pas tellement à cet homme qui, lors de son voyage chez les « Teurs » (c’est-à-dire les « Turcs », englobés (...)

  • Revers inopiné

    À propos du scandale des emplois réservés, et du peu d’intérêt qu’il suscite

    par Pierre Tevanian 12 juillet 2010

    Dans une démocratie digne de ce nom, le sujet devrait faire la une du 20h. Une opposition de gauche digne de ce nom en ferait un scandale national. Dans la France sarkozyste de juin 2010, on se contentera d’un silence de mort, à peine troublé par la petite musique d’un petit quart de page dans Le Monde. C’est signé Élise Vincent, et intitulé « Volte face de la majorité sur les emplois réservés » .
    Voici donc l’article en question, assortie de quelques commentaires qu’il appelle :
    « Il est des (...)

0 | 10 | 20