Accueil > Études de cas > Silences et oublis

Silences et oublis

Dernier ajout : 6 novembre.

Tous les articles de cette rubrique

  • On dit bien que la justice est aveugle

    À propos des demandes de libération conditionnelle des militants du groupe Action directe

    Première libérée parmi les anciens membres du groupe Action directe, Joëlle Aubron est morte le 1er mars 2006, dix huit mois après avoir bénéficié d’une suspension de peine pour raisons de santé. Le jeudi 2 août 2007, Nathalie Ménigon a commencé sa vie de semi-liberté . Seule une perspective historique permet de montrer ce qu’il convient d’appeler une vengeance d’État et de mettre à jour la banalisation en matière de répression sociale et politique. Celle-ci est en effet loin d’avoir pris fin : la semaine (...)

  • Une lettre que les lycéens de France ne liront probablement jamais

    En guise d’épilogue à la sinistre « Affaire Guy Môquet »

    par Chafik Allal 7 novembre 2007

    La récente journée nationale d’hommage à Guy Môquet, décrétée par le président Sarkozy, a provoqué de nombreuses et légitimes réactions et oppositions. Plusieurs textes ont circulé sur internet, dénonçant à juste titre l’instrumentalisation politique d’une mémoire prestigieuse, le révisionnisme et la récupération droitière et nationaliste d’une figure de la gauche révolutionnaire et internationaliste, le paradoxe odieux d’une célébration sur ordre présidentiel de l’esprit de résistance, l’obscénité de la référence (...)

  • Nos (dignes) journaleux sont décidément hyper-sélectifs, dans le choix des infos qu’ils daignent porter à notre connaissance...
    Est-ce que vous savez, par exemple, que l’ONU nous trouve, nous, Françai(se)s, indécrottablement racistes ?
    Réponse : non.
    Vous ne le savez pas.
    Sauf si vous avez lu, sur nouvelObs.com, que :
    « De retour d’une mission de 10 jours en France, l’émissaire de l’ONU Gay Mac Dougall a déclaré, vendredi 28 septembre, qu’un racisme pernicieux perdure en France, où des minorités (...)

  • Des exclusions invisibles

    À propos du traitement médiatique de l’exclusion des élèves "voilées"

    par Pierre Tevanian 15 septembre 2005

    L’exclusion, qui a été le point aveugle de toute la période de “débat” sur “le voile islamique“ et son interdiction à l’école, est devenue une réalité lors de la rentrée scolaire 2004. Mais cette réalité est demeurée largement méconnue du grand public, car elle a été recouverte d’une immense chape de silence et d’invisibilité
    Lorsqu’en septembre 2004 a lieu la rentrée scolaire, la loi interdisant le port du voile à l’école est désormais votée, des centaines d’élèves portant un foulard y sont soumises, et nombre (...)

0 | 10 | 20