Derniers articles

La langue des maîtres et sa fabrique

Quand le licenciement devient un « plan social », et la grève une « prise d’otage »
par Pierre Tevanian, Sylvie Tissot
26 mai 2016

Après plus de dix ans de travail critique au sein du collectif Les mots sont importants, si l’on doit caractériser à grand traits la langue des maîtres, on peut dire qu’elle repose sur une logique binaire au fond très ancienne, déjà à l’œuvre dans la novlangue totalitaire ou coloniale décrite par Orwell : euphémisation de la violence des dominants (État, patronat, pression sociale masculiniste, hétérosexiste et blanco-centriste), et hyperbolisation de la violence des dominé-e-s... Ce double mouvement (...)

Lire la suite de La langue des maîtres et sa fabrique
  • Violence parentale

    Réflexions sur la domination adulte

    par Yves Bonnardel 29 avril 2016

    La domination adulte opprime profondément les jeunes. Les "enfants" sont aujourd’hui réputés particulièrement vulnérables et vivent sous l’emprise d’un statut de "mineur" qui, sous prétexte de protection, leur retire l’exercice des droits fondamentaux qui sont reconnus aux majeurs, aux "adultes". Ce statut de mineur entérine en fait de nombreuses sujétions et finalement de nombreuses violences. La famille est ainsi l’institution sociale la plus criminogène qui soit, mais l’école est aussi un lieu (...)

  • Comment la critique des « bobos » est passée à droite

    Retour sur un lieu commun de la presse magazine et ses usages sociaux

    par Sylvie Tissot 28 avril 2016

    Nuit Debout serait un mouvement de « bobos ». S’il est important d’être attentif aux caractéristiques sociales (y compris sexe et couleur de peau) des militants, il reste que le mot « bobo » ne nous aidera pas à comprendre ce qui se passe place de la République. Car ce mot, outre qu’il n’a aucune base scientifique et confond des individus aux revenus et diplômes les plus variés, sert avant tout à disqualifier. Rien n’est mieux partagé que le discours anti-bobo. L’ironie ou l’agressivité peuvent varier, (...)

  • Nous ouvrons

    Appel à soutien et mobilisation

    Dans la nuit du jeudi 21 au vendredi 22 avril, après des semaines d’attente dans des conditions innommables, deux cents migrants du campement de Stalingrad, accompagnés de personnes solidaires du Collectif La Chapelle Debout ! et du Collectif Parisien de Soutien aux Exilé.e.s sont partis occuper le lycée désaffecté Jean Jaurès, situé 18 avenue Simon Bolivar (M° Pyrénées) à Paris. Ils réclament la mise en application de leurs droits : des papiers, un logement et des conditions d’hébergement dignes et (...)

  • Hommes, femmes et enfants qui ne voulaient que vivre

    Réflexions anti-héroïques à partir d’un grand petit livre de Pinar Selek

    par Pierre Tevanian 24 avril 2016

    Où il est question entre autres d’un million et demi de morts, beaucoup sans sépulture, et d’un autre million d’orphelins exilés, de quelques exilés de l’intérieur, de Turquie et d’ailleurs, de 1915 et de 2016, de catastrophe et de tragédie, de victimes et de héros, de survivance et de révolte, de peur et de colère, du mythe sublime et de ses méfaits, de l’humanité ordinaire et de son inaliénable dignité. "Les murmures des rebuts de l’épée prennent enfin voix et se transforment en cris." Rakel Dink Passé (...)

  • Le silence en héritage ?

    Les Arméniens et le génocide, entre impératif d’oubli et travail d’anamnèse

    par Nazli Temir Beyleryan 24 avril 2016

    Il y a cent-un ans, le 24 avril 1915, le ministre de l’intérieur ottoman Talât Pacha ordonnait l’arrestation des intellectuels ou notables arméniens à Constantinople : ecclésiastiques, médecins, éditeurs, journalistes, avocats, enseignants, hommes politiques, ce sont plus de 2000 personnes qui furent alors arrêtées en quelques jours, avant d’être déportées puis massacrées. Ces journées marquent le déclenchement officiel d’un génocide planifié et initié plusieurs semaines plus tôt, qui coûtera la vie à plus (...)

  • Admettre le meurtre, nier le crime

    Le génocide des Arméniens et sa négation dans les mémoires des Jeunes-Turcs unionistes

    par Duygu Tasalp 24 avril 2016

    Le 24 avril 1915, le ministre de l’intérieur ottoman Talât Pacha ordonne l’arrestation des intellectuels ou notables arméniens à Constantinople : ecclésiastiques, médecins, éditeurs, journalistes, avocats, enseignants, hommes politiques, ce sont plus de 2000 personnes qui sont arrêtées en quelques jours, avant d’être déportées puis massacrées. Ces journées marquent le déclenchement officiel d’un génocide planifié et initié plusieurs semaines plus tôt par le parti au pouvoir à l’époque, le Comité Union et (...)

  • Une indignation pas si facile

    A propos du mépris pour la cause anti-spéciste

    par Sylvie Tissot 21 avril 2016

    L’Humanité du 20 avril propose un « Débats&Controverses » sur le scandale des abattoirs, où, comme le révèlent plusieurs vidéos, les animaux sont tués et dépecés dans des conditions atroces. Quatre pages passionnantes, dans lesquelles s’est glissé un billet atterrant. Dans le rôle du philosophe venant donner des leçons d’« indignation », François Wolff revoit à la baisse nos obligations « morales ». L’indignation serait « facile ». Moi qui soutiens depuis peu, et très modestement, la cause anti-spéciste je (...)

  • La non-mixité : une nécessité politique

    Domination, ségrégation et auto-émancipation

    par Christine Delphy 21 avril 2016

    La ségrégation, c’est-à-dire la séparation imposée, l’accès réservé à certaines places ou certains espaces sociaux, est une des principales formes que prend la domination – que ce soit la domination des riches sur les pauvres, celle des hommes sur les femmes ou celle des blancs sur les non-blancs. Mais ce n’est pas la seule : de nombreux mécanismes de domination perdurent au sein même des espaces sociaux mixtes, malgré la mixité, voire parfois grâce à elle. C’est ce que montre Christine Delphy dans le (...)

  • Après l’interview magistrale de Delphine Seyrig ridiculisant pour l’éternité un certain Claude Lanzmann odieux de sexisme mielleux, nous vous invitons à visionner un autre extrait d’entretien durant lequel l’actrice aborde son engagement dans le féminisme. Nous retranscrivons ici cet extrait. Disons que je suis très heureuse d’aborder une vision des femmes inconnue, plus approfondie et inconnue. Du fait que en général ce sont des hommes qui font des films et que quelle que soit leur perception des (...)

  • « Dehors, dehoooooooors ! »

    Finkielkraut à la Sorbonne, ou le Sacre de l’obscurantisme distingué... et de l’exclusion légitime

    par Souad Betka 18 avril 2016

    Lorsqu’une prestigieuse université (la Sorbonne, à Paris) invite un maître-penseur médiatique devenu académicien, et qu’une doctorante en philosophie de ladite prestigieuse Université s’autorise à l’interpeller sur ses manquements à l’éthique intellectuelle, que pensez-vous qu’il advient ? Un indice : la doctorante est par ailleurs musulmane, et nous en sommes en France, en 2016. Petit travail de mémoire, à l’heure où notre académicien et son crew médiatique font, la nuit, debout, l’expérience perturbante (...)

0 | 10 | 20 | 30 | 40 | 50 | 60 | 70 | 80 | ...