Derniers articles

Discriminer par la langue

Réflexions sur une violence sociale peu étudiée : la glottophobie
par Philippe Blanchet
20 octobre 2018

Le langage est dans notre société un instrument de domination et de discrimination puissant et méconnu. Imposer sa langue comme la seule convenable, estimable, raisonnable, et mépriser, disqualifier, rejeter une personne pour sa façon de parler, son accent ou son vocabulaire, c’est aussi illégitime que la rejeter pour sa religion, sa couleur de peau ou son orientation sexuelle – autant de discriminations plus ou moins reconnues et punies par la loi en France. Les discriminations fondées sur la (...)

Lire la suite de Discriminer par la langue
  • « mais il y a des problèmes plus graves »

    Réponse à l’argument numéro 5 pour ne pas voir son steak comme un animal mort

    par Martin Gibert 16 février 2018

    « Nous aimons les animaux et nous aimons manger leurs cadavres. Nous blâmons la cruauté et nous encourageons l’élevage industriel. Nous éprouvons de l’empathie pour les chiens et les chats et nous exploitons les vaches et les cochons », écrit Martin Gibert dans son livre Voir son steak comme un animal mort, paru chez Lux en 2015. Voilà un exemple type de dissonance cognitive. Comment les humains s’accommodent-ils de cette contradiction ? Les véganes changent leur comportement ; les autres (...)

  • « mais les véganes sont sectaires »

    Réponse à l’argument numéro 4 pour ne pas voir son steak comme un animal mort

    par Martin Gibert 14 février 2018

    « Nous aimons les animaux et nous aimons manger leurs cadavres. Nous blâmons la cruauté et nous encourageons l’élevage industriel. Nous éprouvons de l’empathie pour les chiens et les chats et nous exploitons les vaches et les cochons », écrit Martin Gibert dans son livre Voir son steak comme un animal mort, paru chez Lux en 2015. Voilà un exemple type de dissonance cognitive. Comment les humains s’accommodent-ils de cette contradiction ? Les véganes changent leur comportement ; les autres (...)

  • « mais ça ne dépend pas de moi »

    Réponse à l’argument numéro 3 pour ne pas voir son steak comme un animal mort

    par Martin Gibert 12 février 2018

    « Nous aimons les animaux et nous aimons manger leurs cadavres. Nous blâmons la cruauté et nous encourageons l’élevage industriel. Nous éprouvons de l’empathie pour les chiens et les chats et nous exploitons les vaches et les cochons », écrit Martin Gibert dans son livre Voir son steak comme un animal mort, paru chez Lux en 2015. Voilà un exemple type de dissonance cognitive. Comment les humains s’accommodent-ils de cette contradiction ? Les véganes changent leur comportement ; les autres (...)

  • « mais nous avons besoin de protéines animales »

    Réponse à l’argument numéro 2 pour ne pas voir son steak comme un animal mort

    par Martin Gibert 10 février 2018

    « Nous aimons les animaux et nous aimons manger leurs cadavres. Nous blâmons la cruauté et nous encourageons l’élevage industriel. Nous éprouvons de l’empathie pour les chiens et les chats et nous exploitons les vaches et les cochons », écrit Martin Gibert dans son livre Voir son steak comme un animal mort, paru chez Lux en 2015. Voilà un exemple type de dissonance cognitive. Comment les humains s’accommodent-ils de cette contradiction ? Les véganes changent leur comportement ; les autres (...)

  • « mais ils ne souffrent pas vraiment »

    Réponse à l’argument numéro 1 pour ne pas voir son steak comme un animal mort

    par Martin Gibert 8 février 2018

    « Nous aimons les animaux et nous aimons manger leurs cadavres. Nous blâmons la cruauté et nous encourageons l’élevage industriel. Nous éprouvons de l’empathie pour les chiens et les chats et nous exploitons les vaches et les cochons », écrit Martin Gibert dans son livre Voir son steak comme un animal mort, paru chez Lux en 2015. Voilà un exemple type de dissonance cognitive. Comment les humains s’accommodent-ils de cette contradiction ? Les véganes changent leur comportement ; les autres (...)

  • Soutien aux exilé·e·s occupant·e·s de Paris 8

    Pour une fac ouverte à tous-tes

    par p4bl0 7 février 2018

    Je suis maître de conférences en informatique à l’Université Paris 8 – Vincennes à Saint-Denis. Depuis le 30 janvier, des locaux des deuxième et troisième étages du bâtiment A de notre université sont occupés par des exilé·e·s et leur comité de soutien. Le département informatique se situe au premier étage de ce même bâtiment, je vois donc d’assez près ce qui se déroule depuis mardi dernier. Les revendications des exilé·e·s sont simples et légitimes : des papiers pour tou·te·s, des logements décents, (...)

  • Un air de liberté

    L’esprit de résistance selon Jacques Julliard

    par Sebastien Fontenelle 28 janvier 2018

    L’hebdomadaire néorépublicain Marianne s’est trouvé la semaine dernière – et dans le prolongement – de la publication par Le Monde de la lugubre tribune dont les signataires défendaient une « liberté », pour les mecs, « d’importuner » les femmes –une mission à la hauteur de ses ambitions : « Libérons la parole des hommes »... Pour cette occasion, son éditorialiste en chef – a man called Jacques Julliard – a rédigé une longue diatribe contre le « maccarthysme sexuel qui assimile tous les comportements masculins (...)

  • Liberté de création... et de critique !

    Réflexions sur les usages réactionnaires du « combat contre la censure »

    Une pétition de femmes célèbres attaquant violemment le combat MeToo au nom du « droit d’importuner », le relais ultra complaisant qu’elle trouve dans le Monde, un numéro de Marianne appelant à « libérer la parole des hommes » … Dans ce grand n’importe quoi réactionnaire dont la France a le secret, se mêlent quelques arguments qu’il est bon d’examiner de près. Face à la nouvelle légitimité féministe, la panique est grande en effet. Comment contenir la vague d’indignation, comment limiter les dégâts, comment, (...)

  • République ethnique

    Petits Suisses

    par Noé le Blanc 15 janvier 2018

    Le 18 et 19 décembre dernier, SUD Education 93 a organisé un stage syndical pour réfléchir au racisme qui traverse l’Education Nationale ainsi que la société française dans son ensemble. Ouvert à tous les personnels de l’Education Nationale, ce stage comprenait cependant deux ateliers en non-mixité raciale, c’est-à-dire, auxquels les personnes blanches ne pouvaient participer. Cette disposition est à l’origine d’une polémique qui a secoué (et secoue encore) le monde politique et syndical français. (...)

  • VIOL-ENCE

    Sur les violences faites aux femmes

    par Leslie Préel 11 janvier 2018

    "On peut jouir lors d’un viol", affirmait hier Brigitte Lahaie, une des signatrices de la pétition "Pour la liberté d’importuner", qui ainsi en dévoile bien l’esprit : nier la violence subie par les femmes, pour le plus grand bonheur des hommes arc-boutés sur leurs privilèges, trop heureux de trouver de telles alliées. N’oublions pas de citer, parmi eux, ceux qui, au Monde, ont fait le choix de publier cette désastreuse pétition. Nous recommandons la lecture ou relecture du texte qui suit, qui souligne (...)

... | 60 | 70 | 80 | 90 | 100 | 110 | 120 | 130 | 140 | ...