Derniers articles

Les plus silencieuses

Un souvenir important
par Pınar Selek
25 mai 2015

Nous sommes dans un collège d’Istanbul, peu après le coup d’Etat de 1980. On y chante, comme on le fera dans toutes les écoles jusqu’aux années 2000, tous les lundis matins et tous les vendredis après-midis, cet hymne nationaliste : « Heureux celui qui se dit turc ! » – et la formule est même inscrite au fronton de l’établissement. Fille d’un dissident emprisonné, Pınar Selek est en classe avec des dizaines d’adolescentes « obsédées par les marques », quelques filles d’intellectuels de gauche, deux Juives (...)

Lire la suite de Les plus silencieuses
  • L’Appel dit « des Indigènes » adopte, à l’égard de la République, une attitude tellement désinvolte que c’est là l’un des grands reproches qu’on a pu formuler à son encontre. La République est en effet en France, un genre de tabou pour la plupart des courants de la vie politique et intellectuelle. Il faudrait un véritable travail d’ethnologue pour recueillir les différentes versions et décrypter le mythe qui fonde ce tabou que révèrent les dominants, mais que les Indigènes comprennent d’emblée pour ce qu’il (...)

  • La construction des « petits blancs » et les chemins du politique

    Les classes populaires et l’immigration, vingt ans après la Marche pour l’égalité

    par Saïd Bouamama 24 mai 2005

    Le texte qui suit dresse le bilan de la situation des classes populaires, des immigrés et des "jeunes issus de la colonisation", vingt ans après la "Marche pour l’égalité", rebaptisée "Marche des beurs" par les grands médias. Il souligne les évolutions qui ont marqué les deux dernières décennies et la dureté de la situation présente, tout en proposant des perspectives de lutte pour l’avenir immédiat Toute une génération de militants des quartiers populaires a été marquée par la marche pour (...)

  • Malek Boutih défraye en ce moment la chronique à cause des recommandations qu’il vient de produire pour le Parti socialiste en matière de politiques d’immigration, qui reprennent plusieurs thèmes de la droite ultra, de la remise en cause de la double nationalité à des injonctions d’assimilation adressées aux immigrés. Le petit texte qui suit vient rappeler que l’ancien président de SOS Racisme n’en est pas à sa première "sortie" démagogique et réactionnaire contre les immigrés ou leurs enfants. Vous (...)

  • Une victoire contre l’exclusion

    Des protestations convainquent une directrice d’école d’ouvrir la fête de l’école à tout le monde

    Suite à des protestations du collectif une école pour toutes et tous ,de l’apparition de l’affaire dans la presse, des lettres et des coups de téléphones, la directrice de l’école maternelle Anatole France à Montreuil, Mme Potin, a changé d’avis. Elle veut bien, désormais, permettre aux mères d’élève qui portent un foulard de participer à la fête de l’école. L’intervention énergique d’un responsable départemental de la FCPE 93 sur l’inspection académique a également contribué à ce changement de ton. Mme (...)

  • La question du respect des droits fondamentaux a longtemps été la mauvaise conscience des gouvernements qui ont repris à leur compte le credo de la fermeture de frontières. Au « pays des droits de l’homme », comme dans le reste de l’Europe, le droit de vivre en famille ou de bénéficier d’une protection étaient rarement contestés dans leur principe, même s’ils étaient quotidiennement bafoués en pratique. Il se pourrait bien que ce jeu de dupes ne soit plus de mise : ces derniers mois, dans les discussions (...)

  • Interdits de « débats »

    À propos de la composition sociale des plateaux de « débats » télévisés

    par PLPL 14 mai 2005

    Quelques rebelles en lévitation dans un monde chimérique continuent de croire qu’un « débat » dans la presse ou à la télévision, ça ne se refuse pas. Pourquoi ? Parce que journalistes et animateurs ont installé l’idée selon laquelle les forums cathodiques et les pages « rebonds » constitueraient des « démocraties miniatures », des laboratoires du pluralisme. Lecteur sardon, concentre ton attention : dans quelques minutes, PLPL aura ruiné cette illusion. Le sociologue Sébastien Rouquette a analysé la (...)

  • L’indigène discordant. Autonomie et convergences (Deuxième partie)

    Réflexions sur la construction d’un mouvement des "indigènes de la république"

    par Sadri Khiari 12 mai 2005

    La place des « blancs » Cela me permet d’en venir à la deuxième interrogation : quel est le statut des « blancs » dans cette formule (« Nous sommes les indigènes de la République ») et au-delà dans la dynamique à construire ? Tout d’abord peut-on parler de « blancs » sans sombrer dans l’ethnicisme, le racial et le biologique ? Comment ne pas faire sienne les catégories dominantes qui instaurent de faux - et dangereux - clivages ? Il est certain que la catégorie de « blanc » n’a aucun sens en elle-même. La (...)

  • L’Indigène discordant. Autonomie et convergences (Première partie)

    Réflexions sur la construction d’un mouvement des "indigènes de la république"

    par Sadri Khiari 12 mai 2005

    Présentation par l’auteur : L’Appel des indigènes de la République a suscité un certain nombre de questionnements auxquels nous avons tenté de répondre Alix Héricord, Laurent Levy et moi-même dans un article intitulé « Réponse à quelques objections » [2]. Ce texte n’avait évidemment pas pour prétention d’être exhaustif ni de clore le débat. Je voudrais, ici, poursuivre la réflexion entamée quitte à revenir sur certaines questions déjà abordées. Il va de soi que les lignes qui suivent n’engagent que ma personne. (...)

  • Le texte qui suit a été exposé au Congrès Marx le 2 octobre 2004. L’auteure précise que ce texte n’est pas la version définitive, à paraître prochainement dans Actuel Marx Ce que je vais dire est une tentative sociologique de montrer, dans l’analyse d’un cas particulier, la dynamique qui se crée entre la violence d’en haut et la puissance d’en bas. Je me propose d’analyser l’oppression des populations maghrébines, puis de leurs enfants selon trois axes : 1) le premier est la façon dont la construction (...)

  • Êtes-vous communautaristes ?

    Quelques réflexions sur la rhétorique « anti-communautaire »

    par Louis-Georges Tin 8 mai 2005

    Vous êtes communautariste ! C’est ce qu’on oppose souvent aux Noirs lorsqu’ils essaient de se mobiliser. Mais cet argument a été très souvent utilisé contre les mouvements homosexuels, ce que Philippe Mangeot a admirablement analysé dans un article récent . Il a été employé aussi contre les mouvements féministes, contre les Arabes, les Juifs, etc. De sorte qu’il faut envisager la logique générale à laquelle il se réfère. Êtes-vous communautaristes ? Sommes-nous communautaristes ? Qu’est-ce donc que le (...)

... | 1120 | 1130 | 1140 | 1150 | 1160 | 1170 | 1180 | 1190 | 1200 | ...