Derniers articles

La lepénisation des esprits

Retour sur une histoire qui ne finit jamais
par Pierre Tevanian, Sylvie Tissot
24 avril 2017

Le texte qui suit revient sur trente ans de dérive politique, médiatique, culturelle, qui ont abouti, ce dimanche 23 avril 2017, à une nouvelle percée du Front national, aujourd’hui plus près que jamais du pouvoir présidentiel et de l’hégémonie idéologique, et d’ores-et-déjà pleinement normalisé. Il revient également sur la notion de lepénisation qui, pour analyser la vie politique française, n’a hélas pas fini de servir. La présence de Jean-Marie Le Pen au second tour à l’élection présidentielle en 2002, (...)

Lire la suite de La lepénisation des esprits
  • Ni putes, ni soumises ou la logique du bouc émissaire

    Aux sources du Fadela-sarkozysme

    par Pierre Tevanian 20 juin 2007

    Au lendemain du ralliement de Fadela Amara, présidente de Ni putes ni soumise, au gouvernement Sarkozy, il nous a paru pertinent de re-publier le texte qui suit. Écrit en mai 2003, il souligne l’orientation sécuritaire, répressive et ethniciste qui prévalait dès la création des NPNS, et qui prédisposait tout naturellement ses leaders à un recyclage dans l’appareil d’État, fût-il dirigé par une "droite décomplexée" qui glorifie le passé colonial et parle de "racailles", d’ "identité nationale" ou de (...)

  • Ni putes ni soumises, ou la parole confisquée

    Fadela Amara, de Badinter à Sarkozy...

    par Pierre Tevanian 20 juin 2007

    À l’occasion du ralliement de Fadela Amara, responsable du PS et présidente de Ni putes ni soumises, au gouvernement de Nicolas "Karcher" Sarkozy, nous ne résistons pas à l’envie de republier le court texte qui suit, consacré à la réalité du militantisme des Ni putes ni soumises. Il date d’octobre 2004, et laisse déjà entrevoir l’orientation idéologique profondément réactionnaire de cette organisation et de ses leaders. Il y aurait beaucoup à dire sur le groupe Ni putes ni soumises, ou plutôt sur (...)

  • « (…) Je pense avec gravité au mandat que le peuple français m’a confié et à cette exigence si forte qu’il porte en lui et que je n’ai pas le droit de décevoir. Exigence de rassembler les Français parce que la France n’est forte que lorsqu’elle est unie et qu’aujourd’hui elle a besoin d’être forte pour relever les défis auxquels elle est confrontée. Exigence de respecter la parole donnée et de tenir les engagements parce que jamais la confiance n’a été aussi ébranlée, aussi fragile. Exigence morale parce que (...)

  • Les charges sociales, nous dit-on, pèsent trop lourd pour l’entreprise. Mettons en place quelques allègements. Et pour financer ces allègements, mettons en place une « TVA sociale ». La « TVA sociale », c’est l’augmentation de la TVA destinée à financer les réductions de charges sociales. Ce qu’il y a de bien, avec la TVA, « sociale » ou pas, c’est que c’est un l’impôt le plus égalitaire qui soit. Les pauvres ont le même droit de le payer que les riches. À chaque euro dépensé, sa quote-part. Et même si (...)

  • C’est l’un des lieux communs de l’analyse politique. Tout champ désinvesti par certains acteurs de la vie politique, toute lacune, tout retrait, serait spontanément réinvesti par d’autres. La politique, dit-on ainsi, serait comme la nature. Elle aurait « horreur du vide »... Cette métaphore a pourtant quelque chose de bien paradoxal, en ce qu’elle applique à la politique un type d’explication qui ne doit sa fortune qu’à l’invalidation qui en a été donnée par l’analyse scientifique. Que la nature ait (...)

  • Guerre aux migrants

    Le livre noir de Ceuta et Melilla

    par Migreurop 26 mai 2007

    À l’automne 2005, au nord du Maroc, lors de tentatives collectives de pénétrer dans les enclaves espagnoles de Ceuta et Melilla, une dizaine de personnes originaires d’Afrique noire sont abattues : on n’en connaîtra ni le nombre exact ni l’identité. Le monde découvre alors l’existence de ces migrants et demandeurs d’asile en transit au Maroc, prêts aux pires sacrifices pour fuir leurs pays et rejoindre les rivages européens. Depuis plusieurs années déjà, nombre d’entre eux, réfugiés dans les forêts (...)

  • La « langue dévastée » des grands médias

    Prêt-à-dire et prêt-à-penser

    par Mikaël Faujour 21 mai 2007

    Poncifs, arguments d’autorité, mépris de classe, élitisme, révérence face aux puissants et euphémisation de la violence d’État, hyperbolisation et diabolisation de la colère des opprimés... Mikaël Faujour analyse, dans le texte qui suit, quelques unes des principales figures de la novlangue médiatique. Une langue aussi pauvre du point de vue esthétique, poétique, philosophique, qu’elle est riche de présupposés idéologiques et lourde de violence symbolique. « Jouer le jeu de la démocratie » : l’expression, (...)

  • « Le travail rend libre » : plus qu’une provocation

    À propos d’un mot d’ordre du président Sarkozy

    par Jacques Richaud 19 mai 2007

    Jacques Richaud revient dans ce texte sur une phrase prononcée par Nicolas Sarkozy. « Le travail, c’est la liberté », a proclamé l’actuel président de la République durant sa campagne. Un slogan qui n’est en rien innocent, estime l’auteur, car nul ne peut imaginer que Sarkozy lui-même et ses conseillers en communication soient ignorants de l’utilisation historique d’une phrase très voisine : « le travail rend libre » (Arbeit macht frei) au lieu et au temps le plus sombre de l’histoire humaine du vingtième (...)

  • Perdre son âme ne fait pas gagner les élections

    À propos des mauvais calculs de Ségolène Royal

    Le texte qui suit, publié pour la première fois le 15 novembre 2006, propose une critique de la posture autoritaire et sécuritaire adoptée par Ségolène Royal au cours de la campagne présidentielle 2007. Cette critique ne se situe ni sur le plan moral ni sur le plan politique (sur lesquels il y aurait pourtant beaucoup à dire) mais sur le strict terrain du calcul électoraliste. « Mieux vaut perdre les élections que perdre son âme » avait dit naguère un homme politique de droite. Ségolène Royal et ses (...)

  • « Travail Famille Patrie »

    Appel à faire barrage au candidat pétainiste Nicolas Sarkozy

    De la même manière que nous avons appelé à voter en 2002 pour le candidat de la droite contre celui de l’extrême droite, nous appelons à voter pour la candidate du centre (centre-droit ou centre-gauche, selon les appréciations), sans illusions sur son programme, mais sans hésitation, pour faire barrage à un nouveau candidat d’extrême droite – une extrême droite beaucoup plus dangereuse que celle de 2002 dans la mesure où elle est sur le point d’accéder au pouvoir. Qui se déclaré fier d’être surnommé « (...)

... | 1120 | 1130 | 1140 | 1150 | 1160 | 1170 | 1180 | 1190 | 1200 | ...