Derniers articles

Les nouveaux parias

Rom, n. et adj. : infra-étranger
par Groupe Gisti-Roms
23 avril 2014

Pourquoi les Roms attirent-ils toutes les haines, les suspicions, les comportements de rejet, d’exclusion, etc. ? Les Roms apparaissent comme les parias des parias alors que numériquement, ils ne représentent pas grand-chose. Pourquoi une telle focalisation politique et médiatique, en France et en Europe, autour de communautés que l’on a tôt fait d’amalgamer pour en faire un « problème rom » ? En quoi leur « traitement » en France est-il symptomatique de la politique à l’égard des étrangers, faite (...)

Lire la suite de Les nouveaux parias
  • Intervention contre une loi d’exclusion

    À propos de la loi interdisant le voile à l’école

    par Christine Delphy 9 février 2004

    Ce texte reprend l’intervention de Christine Delphy au Meeting "Une école pour toutes et tous", qui s’est tenu au Trianon, le 4 février 2004. Le projet de loi contre le port de signes religieux, est de l’avis général, dirigé contre le seul " voile ", qu’on appelle aussi foulard islamique. La loi rendra plus facile d’expulser les filles portant le foulard des écoles. Ce projet de loi divise tous les groupes politiques, toutes les associations de la société civile, il divise aussi les féministes. Les (...)

  • Cet appel, à diffuser le plus largement possible, est signé par les organisations suivates : ASFMF (Association de défense du droit des femmes musulmanes de France), ATMF (Association des Travailleurs Maghrébins de France), CEDETIM, Citoyennes des deux rives, CMF (Collectif des Musulmans de France), Collectif Féministe pour l’Égalité, Collectif Les mots sont importants, EMF (Etudiants musulmans de France), CRLDHT (Comité de défense des libertés et des droits de l’Homme de Tunisie), Femmes (...)

  • Étudiant-e-s, Lycéen-ne-s, opposons nous aux lois d’exclusion ! Alors que les cas de litiges liés au voile à l’école n’ont jamais été aussi peu nombreux, le gouvernement cherche à nous faire croire à un danger intégriste. Alors que le débat est le gage du développement individuel et une condition nécessaire de l’éducation, le gouvernement refuse toute reflexion politique et religieuse au sein des établissements scolaires. Mais la mémoire gouvernementale est sélective : les aumoneries catholiques dans les (...)

  • Citoyens de toutes origines, croyants ou non-croyants, nous disons notre opposition à la loi Ferry-Stasi sur la laïcité. Nous pensons que la loi de 1905 constitue un cadre de principes et de garanties correct. Nous militons pour la liberté de conscience et l’égalité des droits. Notre intention n’est pas de prendre parti pour ou contre le voile, mais de dire clairement que nous refu-sons toute diabolisation, toute forme de chasse aux sorcières. La loi Ferry sur la laïcité est une loi de (...)

  • "Surtout n’en parlons pas... Ils en ont parlé". Avant qu’ils "en" parlent, les convives se tiennent assis, un peu guindé s, autour de la table familiale ; après qu’ils "en" aient parlé, ils sont tous à terre, autour d’une table dévastée. Tous les lecteurs, à l’époque où ce dessin en deux vignettes paraît, devinent immédiatement de quoi les convives ont parlé : de l’Affaire Dreyfus. Or, il est aujourd’hui une autre affaire qui suscite autant de passion et d’affrontements au sein des familles, des repas d’amis (...)

  • La répudiation médiatique

    À propos des représentations de la "beurette" dans le débat sur le voile islamique

    par Vincent Geisser 25 janvier 2004

    Vincent Geisser critique dans ce texte les visions réductrices que les grands médias produisent de " la fille voilée " et de sa " sœur ennemie " : la " beurette émancipée ". Il souligne surtout l’effet d’invisibilisation que produit ce tableau manichéen : c’est la très grande majorité des adolescentes et des jeunes femmes issues de familles musulmanes qui se trouvent exclues de l’espace public et du droit à la parole. Des femmes qui ne veulent pas porter le voile, mais qui n’acceptent pas pour autant de (...)

  • Quelques remarques sur Tirs croisés (Troisième partie)

    À propos du parti-pris pro-israélien et pro-occidental de Caroline Fourest et Fiammetta Venner

    par Sadri Khiari 24 janvier 2004

    Dans leur " Avant-propos ", les deux auteures affirment leur parti-pris laïc ; elles ne prennent pas le risque cependant de reconnaître leur parti-pris en faveur d’Israël, " le seul pays démocratique du Moyen-Orient "(224). Bien évidemment, elles aspirent à la paix et se démarquent de la politique de Sharon. Elles partagent cependant, sans le dire explicitement, de nombreux postulats de la propagande anti-palestinienne... Tout d’abord, comme on l’a noté plus haut, l’idée que la question (...)

  • À l’heure où est annoncée une loi visant la prohibition des « signes religieux ostensibles » à l’école et où des manifestations ont lieu pour exprimer l’inquiétude que suscite cette loi, le collectif unitaire « Une Ecole pour tou-te-s, contre les lois d’exclusion » tient à préciser certains points. Nous nous sommes constitués en collectif regroupant des forces laïques, féministes et démocratiques pour réagir ensemble face à un projet de loi d’exclusion et nous y opposer au nom du combat pour la liberté et (...)

  • Quelques remarques sur Tirs croisés (Première partie)

    Lecture critique du livre de Caroline Fourest et Fiammetta Venner

    par Sadri Khiari 19 janvier 2004

    Qu’est-ce qui fait qu’un livre mérite qu’on en parle ? Si c’est le sérieux et la rigueur conceptuelle alors Tirs croisés. La laïcité à l’épreuve des intégrismes juif, chrétien et musulman, co-écrit par Caroline Fourest et Fiammetta Venner , les fondatrices de la revue Prochoix, ne justifie pas qu’on s’y arrête. Si c’est l’originalité de la thèse, l’étrangeté du propos, la pertinence de l’argumentation, ou tout bonnement sa capacité à stimuler la réflexion, dans ce cas, on fait bien de se taire. Si un livre suscite (...)

  • Quelques remarques sur Tirs croisés (Deuxième partie)

    De la nocivité supérieure de l’islamisme selon Caroline Fourest et Fiammetta Venner

    par Sadri Khiari 19 janvier 2004

    " Il serait faux d’affirmer, écrivent les fondatrices de Pro-choix, que l’intégrisme musulman ne présente pas un risque accru. L’islamisme occupe effectivement la pole position chez les intégristes. Il est actuellement le mieux placé pour exercer ses diktats et terroriser ceux qui lui résistent. Mais cette force n’est pas liée à une différence de fond avec ses homologues juif et chrétien. (.) Ce surcroît de nocivité n’a rien à voir avec la religion mais avec l’instrumentalisation de la religion. "(404) (...)

... | 1120 | 1130 | 1140 | 1150 | 1160 | 1170 | 1180 | 1190 | 1200 | ...