Le collectif Les mots sont importants vous offre une leçon d’histoire de France...

... et de vocabulaire
par Collectif Les mots sont importants
3 avril 2020

Nous devions fêter le 20 mars 2020 les 20 ans du site « Les mots sont importants », avec la présentation en librairie du recueil Mots et maux d’une décennie paru aux éditions Cambourakis. Confinés, et solidaires avec ceux et celles qui ne peuvent pas l’être, en colère contre ceux qui se sont attelés consciemment et systématiquement à détruire le système public hospitalier ces dernières années, nous avons (...)

lire la suite
  • Controversé toi-même !

    Retour sur un cliché journalistique.

    par Sebastien Fontenelle, Sylvie Tissot 26 novembre 2019

    Ce dimanche 10 novembre 2019, nous quittons la marche contre l’islamophobie pour nous réchauffer dans un café. Sur un des écrans qui diffuse BFMTV, nous découvrons qu’il s’agissait en réalité d’une « manifestation controversée contre l’islamophobie ». Ah bon ?
    À vrai dire, cette présentation quelque peu biaisée ne nous surprend pas complètement. Car il y a des années que cet adjectif – « controversé » – est devenu une arme de disqualification massive. Le Collectif contre l’islamophobie en France (CCIF), (...)

  • Points Godwin et géométries variables

    Quelques mots encore sur l’affaire de l’étoile jaune

    par Pierre Tevanian 21 novembre 2019

    La manifestation antiraciste du 10 novembre 2019 a fait l’objet de nombreuses attaques, notamment à cause d’une étoile musulmane portée par certains manifestants, renvoyant trop explicitement à l’étoile jaune de sinistre mémoire. J’ai expliqué ailleurs pourquoi l’unanimité de cette indignation et sa véhémence me posaient problème, mais en y repensant, une question demeure.
    Une question demeure, quand je repense à cette manifestation, à ces quelques « étoiles jaunes » qu’on a pu y voir, et à ces raccourcis (...)

  • La laïcité en péril

    Éxégèse d’un lapsus préfectoral

    par Pierre Tevanian 19 novembre 2019

    La scène tourne en boucle depuis quelques jours. Le préfet de Paris Didier Lallement, abondamment mis en cause pour sa gestion des manifestations de gilets jaunes, est interpellé sur place par une riveraine, qui lui déclare qu’elle est « gilet jaune ». Le préfet répond, tout à fait tranquillement : « Eh bien, nous ne sommes pas dans le même camp, Madame ». En dix petits mots, c’est tout un système qui se dévoile. Le roi est nu, et l’on s’aperçoit au passage qu’il n’est pas laïque...
    Je parle d’un vrai (...)

  • L’homme qui aimait les femmes

    Le collectif Les mots sont importants vous offre une (belle) leçon de solidarité masculine

    Le même personnage qui, avant hier, invitait les hommes à « violer leurs femmes ». Retour sur une déclaration, datant de 2011 cette fois-ci, et tout aussi sidérante. Sans commentaire à nouveau car cela s’en passe.
    « Dominique Strauss-Kahn aime les parties fines, la débauche. Il est libertin et c’est une manière d’aimer les femmes. »
    « Je me sens solidaire de Dominique Strauss-Kahn. »
    Alain Finkielkraut, Forum « Happy end pour l’amour », Lyon, 26 novembre (...)

  • Le cauchemar continue

    Présentation du livre de Sébastien Fontenelle, Mona Chollet, Olivier Cyran et Laurence De Cock, Les éditocrates 2, à Charleville-Mézières

    par Sebastien Fontenelle 15 novembre 2019

    Natacha Polony, Eric Zemmour, Jacques Julliard, Brice Couturier, Elisabeth Lévy, Franz-Olivier Giesbert, Valérie Toranian, Arnaud Leparmentier, Jean Quatremer, mais aussi le dessinateur Plantu : tels sont les nouveaux héros du livre de Sébastien Fontenelle, Mona Chollet, Olivier Cyran et Laurence De Cock, Les éditocrates 2. Le cauchemar continue, qui parait aux éditions La Découverte. Parce que, plus que jamais, il nous parait utile, et même vital, de rire des cuistres et de mettre à nu les (...)

  • Le soliloque du dominant

    Quelques réflexions sur les affaires Polanski et Mitterrand

    par Mona Chollet 9 novembre 2019

    Un nouveau récit de viols et de violences commises par Roman Polanski a été rendu public hier. Cette fois, ce n’est pas à des enfants (comme, entre autres, pour l’affaire qui lui a valu des poursuites aux Etats-Unis, ou comme l’agression révélée par une femme âgée de 10 ans au moment des faits), mais à une toute jeune femme de 18 ans que le cinéaste s’en est pris, apprend-on. Le récit, confirmé plusieurs personnes, est glaçant : « j’ai cru mourir », raconte Valentine Monnier. Après les déclarations (...)

  • « Regarder les autres » et « parler des choses »

    Brève réflexion attristée sur la division sexuelle du travail scientifique

    par Patience Philips 6 novembre 2019

    L’invisibilisation des femmes, de leur parole et de leurs écrits, notamment théoriques, font partie des principaux mécanismes que, consciemment ou inconsciemment, les hommes mettent en oeuvre pour faire perdurer leur domination. Nombreux sont en effet les amis du féminisme qui aiment se faire les porte-paroles des femmes, plutôt que leurs alliés ou leurs relais : plutôt que de parler après, et d’après leur parole, en s’y référant (et en citant leurs sources !), ils parlent à leur place, sans même (...)

  • Les "Droits de l’homme" ont pu être, au cours de l’histoire, légitimement critiqués – par exemple quand ils ont servi de légitimation, pour une caste "pleinement humaine", "adulte et civilisée", et lui donner tous les droits, y compris – et surtout – celui d’asservir une "sous-humanité" inachevée : en particulier le prétendu "sexe faible" ou les prétendues "races inférieures". En d’autres termes, on a pu légitimement viser, derrière "les Droits de l’Homme", une conception partielle, partiale et raciale (...)

  • Un « odieux sectarisme », dites-vous

    Quelques réflexions sur la liberté d’expression, sur la prétendue police de la pensée, et sur la vigilance antiraciste ou anti-sexiste de nos élites politiques intellectuelles, suite à l’affaire Agacinski

    On dirait un (mauvais) remake de « Fourest à l’ULB » et de « Fourest à la fête de l’Huma ». La dramaturgie, bien rodée, est la même. Acte 1 : une personnalité très médiatique et très réactionnaire est invitée à sermonner, sans réelle opposition, dans un espace de débat public prestigieux. Acte 2 : des militant.e.s de l’égalité, exaspérés de devoir subir à l’infini les mêmes sermons offensants, expriment leur désaccord et empêchent (ou ici annoncent qu’ils empêcheront) la grande messe de se dérouler comme prévu. Acte (...)

  • Des mots disparaissent

    Sur l’usage à géométrie variable des mots « attentat » et « terrorisme »

    par Sebastien Fontenelle 29 octobre 2019

    « Les faits commis à la mosquée de Bayonne émeuvent et indignent chacun d’entre nous », dit Castaner ; « Deux blessés par des tirs aux abords de la mosquée », titre le Monde. Comment se nomment ces faits, qui a les commis, qui a tiré ? Une fois encore, des mots disparaissent, comme l’analysait déjà Sébastien Fontenelle en 2017, dans un précieux article que nous republions ici
    J’ai quand même l’impression que si un mec essayait de lancer sa voiture dans une foule de fidèles, à la sortie d’une église, un (...)

0 | ... | 20 | 30 | 40 | 50 | 60 | 70 | 80 | 90 | 100 | ... | 1690