Derniers articles

« L’étude qui (évidemment) accuse »

Réflexions critiques sur une n-ième campagne académique, médiatique et politique contre les musulman-e-s
par Renaud Cornand
9 février 2016

Le 3 février 2016, Le Nouvel Observateur publiait un article titré « Exclusif. Ces collégiens qui placent la religion avant l’école : l’étude qui accuse ». Le texte est censé reprendre certains des résultats d’une enquête sur les collégiens des Bouches-du-Rhône organisée par le CNRS et Sciences-Po Grenoble, dirigée par Sebastian Roché et faisant l’objet d’un partenariat entre le journal et France Inter qui y consacra un numéro de son émission « Le téléphone sonne ». Les résultats présentés, comme les débats (...)

Lire la suite de « L’étude qui (évidemment) accuse »
  • L’entreprise : une zone de non-droit

    L’insécurité dont on ne parle pas (Deuxième partie)

    par Pierre Tevanian 8 octobre 2015

    À l’heure où la grande presse s’indigne unanimement contre la « violence » exercée par des salariés menacés de licenciement contre un DRH d’Air France, il n’est pas inutile de revenir sur le sens même de ces trois mots qui ne « font l’agenda » que lorsqu’il s’agit de stigmatiser et réprimer des opprimés : violence, insécurité, ou encore délinquance... Partie précédente : « Vous avez dit violence ? » Nombreuses sont les formes de violence illicites qui sont tolérées dans l’entreprise, comme l’imposition (...)

  • Vous avez dit violence ?

    Réflexion sur l’insécurité dont on ne parle pas

    par Pierre Tevanian 7 octobre 2015

    À l’heure où la grande presse s’indigne unanimement contre la « violence » exercée par des salariés menacés de licenciement contre un DRH d’Air France, il n’est pas inutile de revenir sur le sens même de ces trois mots qui ne « font l’agenda » que lorsqu’il s’agit de stigmatiser et réprimer des opprimés : violence, insécurité, ou encore délinquance... Une règle élémentaire de méthode veut qu’on commence toujours par définir les termes qu’on utilise. C’est précisément ce que se gardent bien de faire les (...)

  • Derrière la violence qu’on stigmatise, et qui est principalement le fait des dominés, il y a souvent une violance diffuse, permanente, et fortement légitimée, que tout nous incite à ne pas considérer comme relevant de la violence. C’est à cette violance première que nous renvoie le psychologue Igor Reitzman. Les réflexions qui suivent sont extraites de l’ouvrage Longuement subir puis détruire (De la violance des dominants aux violences des dominés) publié en décembre 2002 par les Editions (...)

  • Liberté d’expression pour tous et pour toutes

    Pour la projection de « Je ne suis pas féministe, mais… »

    par Rokhaya Diallo, Sylvie Tissot 6 octobre 2015

    Afin de réaffirmer notre attachement à la liberté d’expression et au combat contre toutes formes de censure, nous republions cette tribune de Rokhaya Diallo et de Sylvie Tissot et appelons à venir à la projection gratuite, vendredi 9 octobre à 17h, au site Pouchet (59 rue Pouchet 75017) du film Je ne suis pas féministe, mais.... Invitée à un débat sur les violences sexistes à la mairie du 20ème arrondissement de Paris, Rokhaya Diallo a été exclue du programme par la maire Frédérique Calandra. (...)

  • de quoi Calandra est-il le nom ?

    Douze éléments de réponse

    par Pierre Tevanian 5 octobre 2015

    La co-animatrice et responsable légale de notre collectif, Sylvie Tissot, vient d’être auditionnée par la police suite à une plainte pour diffamation déposée par Frédérique Calandra, Maire socialiste du vingtième arrondissement de Paris, pour avoir publié un article intitulé « Frédérique et Rokhaya sont en bateau, Rokhaya tombe à l’eau »…. Parce que sans être Charlie, je suis un grand amateur de liberté d’expression, de satire et de licence poétique, parce que le droit de moquer la bêtise et la méchanceté, la (...)

  • Quelle laïcité pour l’éducation nationale ?

    Réflexions critiques sur une conférence d’Alain Seksig à la Mairie de Paris Vingtième

    Nous avions, sur ce site, signalé en septembre 2013 les terrifiants propos d’un certain Alain Seksig sur le vivre-ensemble, et parlé à leur propos de sociopathie légitime. Voici aujourd’hui que ledit Alain Seksig est invité, dans les prestigieux locaux d’une mairie de sinistre mémoire, à expertiser sur la laïcité et les inévitables valeurs de la République... Dans le cadre de la Refondation de l’Education Prioritaire, les enseignant.e.s d’un réseau d’écoles REP+ parisien se voient invité.e.s à travailler (...)

  • « Il n’y a pas de petit énervement... »

    Neutralisation verbale, discrimination et contrôle social : réflexions sur une campagne de la SNCF

    par Philippe Blanchet 23 septembre 2015

    Les voyageurs de passage dans les gares SNCF de Marseille Saint-Charles, Lyon Part-Dieu et Paris Gare-de-Lyon voient affichés sur les écrans de ces gares deux messages dont je reproduis ici le texte : « Il n’y a pas de petite insulte. Il n’y a pas de petite incivilité. Les agents en gare sont à votre disposition pour vous accueillir et vous renseigner. Merci de les respecter », suivi d’un extrait de l’article 433-5 du Code pénal (article que je reproduis plus loin). Et enfin : « Il n’y a pas de petit (...)

  • Un retour du futur

    Leonard Cohen à Londres

    par Laurent Lévy 21 septembre 2015

    Pour fêter le quatre-vingt-unième anniversaire de Leonard Cohen, ce 21 septembre, nous re-publions l’hommage que lui avait rendu Laurent Lévy, il y a maintenant six ans. Voici que paraissent simultanément en double CD et en DVD les enregistrements de son concert de Londres du 17 juillet 2008, devant une foule immense et enthousiaste. Le vétéran n’a rien perdu de sa voix ; au contraire, peut-être que son timbre, toujours plus grave, a encore gagné quelque profondeur avec l’âge, gagné de la justesse (...)

  • Imaginez un pays

    Réaction à un article de Libération sur l’occupation du lycée Jean-Quarré

    par Valérie Osouf 21 septembre 2015

    Depuis fin juillet, des migrant-e-s et leurs soutiens occupent le lycée Jean-Quarré dans le 19ème arrondissement de Paris. Fuyant la guerre, les persécutions, à la recherche, tout simplement, de meilleures conditions de vie, ils et elles s’organisent. Trouver un toit, construire des solidarités, faire face quotidiennement au dogme meurtrier de la fermeture des frontières et à la négation orchestrée des droits fondamentaux : rien de tout cela ne compte pour le quotidien Libération qui ne voit dans ce (...)

  • La liberté de circulation

    Un impératif éthique et social

    par GISTI 20 septembre 2015

    Depuis de longues années, le Gisti a pris acte de ce que la lutte pour les droits des étrangers ne pouvait s’accommoder de politiques fondées sur le principe de la fermeture des frontières et qu’elle impliquait un changement de paradigme : d’où la revendication de la liberté de circulation. Il nous paraît utile, aujourd’hui, de republier ce court texte, paru initialement en 1997. Depuis quelques années, les discours d’experts et de politiques se multiplient qui appellent à la fois au renforcement du (...)

... | 30 | 40 | 50 | 60 | 70 | 80 | 90 | 100 | 110 | ...