Derniers articles

Le soliloque du dominant

Quelques réflexions sur les affaires Polanski et Mitterrand
par Mona Chollet
20 janvier 2017

L’arrestation de Roman Polanski à Zurich, le 26 septembre 2009, et l’exhumation de l’affaire pour laquelle il reste poursuivi par la justice américaine, auront été l’occasion pour un nombre assez effarant de commentateurs – et de commentatrices – de démontrer une fois de plus à quel point leur vision de l’érotisme se passe aisément de cette broutille que représente, à leurs yeux, la réciprocité du désir féminin (on se contente en général de parler de « consentement », mais plaçons la barre un peu plus haut, (...)

Lire la suite de Le soliloque du dominant
  • Casseurs et prises d’otage

    Retour sur le traitement médiatique du mouvement social

    par Saïd Bouamama 6 juin 2016

    Le mouvement de contestation de la loi El Khomri fait la Une des médias lourds depuis plusieurs semaines. L’inscription dans la durée lui donne une dimension d’analyseur de ces médias qui plus que jamais apparaissent comme remplissant une fonction sociale précise, celle que Serge Halimi a dénommé « nouveaux chiens de garde » par paraphrase de Paul Nizan qui attribuait cette fonction aux « philosophes » au service des classes dominantes. Sans être exhaustif, l’analyse de trois leitmotivs médiatiques (...)

  • Écrire contre la canaille

    À propos des écrivains et de leur « douloureux problème » avec « le peuple »

    « Que l’humanité est une sale et dégoûtante engeance ! Que le peuple est stupide ! C’est une éternelle race d’esclaves qui ne peut vivre sans bât et sans joug. Aussi ne sera-ce pas pour lui que nous combattrons encore, mais pour notre idéal sacré. Qu’il crève donc de faim et de froid, ce peuple facile à tromper qui va bientôt se mettre à massacrer ses vrais amis ! » Ces mots de Leconte de Lisle sont l’un des nombreux exemples que donne Paul Lidsky dans son livre Les écrivains Français contre la Commune. Le (...)

  • Déni de capacité

    Réflexions sur la domination adulte (Quatrième partie)

    par Yves Bonnardel 5 juin 2016

    La domination adulte opprime profondément les jeunes. Les "enfants" sont aujourd’hui réputés particulièrement vulnérables et vivent sous l’emprise d’un statut de "mineur" qui, sous prétexte de protection, leur retire l’exercice des droits fondamentaux qui sont reconnus aux majeurs, aux "adultes". Ce statut de mineur entérine en fait de nombreuses sujétions et finalement de nombreuses violences. La famille est ainsi l’institution sociale la plus criminogène qui soit, mais l’école est aussi un lieu (...)

  • La langue des maîtres et sa fabrique

    Quand le licenciement devient un « plan social », et la grève une « prise d’otage »

    Après plus de dix ans de travail critique au sein du collectif Les mots sont importants, si l’on doit caractériser à grand traits la langue des maîtres, on peut dire qu’elle repose sur une logique binaire au fond très ancienne, déjà à l’œuvre dans la novlangue totalitaire ou coloniale décrite par Orwell : euphémisation de la violence des dominants (État, patronat, pression sociale masculiniste, hétérosexiste et blanco-centré), et hyperbolisation de la violence des dominé-e-s... Ce double mouvement (...)

  • Quand il s’agit des femmes, y a-t-il vraiment des hommes de gauche ?

    Compte-rendu de deux livres sur l’engagement des hommes dans le féminisme

    par Sylvie Tissot 24 mai 2016

    Même si tous deux abordent la question des hommes engagés dans le féminisme, tout semble, au premier abord, distinguer les livres de Léo Thiers-Vidal et d’Alban Jacquemart . D’un côté un recueil d’une dizaine de textes publiés entre 1996 et 2006 sur des supports essentiellement militants. De l’autre la parution d’une thèse soutenue à l’Ecole des hautes études en sciences sociales en 2011 et réalisée sous la direction de Rose-Marie Lagrave. Sylvie Tissot propose une mise en perspective des deux livres, visant (...)

  • Créer, dominer

    Sur les femmes et la création artistique

    par Dinaïg Stall 21 mai 2016

    « J’écris de chez les moches, pour les moches, les vieilles, les camionneuses, les frigides, les mal baisées, les imbaisables, les hystériques, les tarées, toutes les exclues du grand marché à la bonne meuf. Et je commence par là pour que les choses soient claires : je ne m’excuse de rien, je ne viens pas me plaindre. » C’est sur ces mots que s’ouvre King Kong Théorie de Virginie Despentes (Paris, Grasset, 2006). Sa coutumière frontalité reste provocatrice, tant il est peu habituel que soit ainsi nommé (...)

  • Black Verdun

    La police de l’identité nationale

    Tout commence par un concert gratuit, organisé à l’occasion des commémorations de la bataille de Verdun. Le spectacle devait être donné par une vedette du moment – Black M, rappeur aux 600 000 exemplaires vendus pour un album grand public, « Les yeux plus gros que le monde », dont la pochette fait un clin d’œil à Michael Jackson. Populaire en France, les chansons de Black M le sont bel et bien auprès de Français·e·s. Pourtant, entre intimidation racistes et lâchetés politiques, un procès en extériorité à (...)

  • Insécurité sous la plume d’un barbare

    Retour sur « les centaines de nos frères abattus par les forces de police sans qu’aucun des assassins n’ait été inquiété »

    par Hamé 18 mai 2016

    Nous republions aujourd’hui ce texte naguère attaqué par un certain Sarkozy, dont la légitimité a été reconnue successivement par quatre Cours de Justice entre 2004 et 2010 mais qui n’a jamais eu besoin de cette autorisation pour nous paraître nécessaire, de salubrité publique, et d’une triste actualité. Nous le dédions à toutes les victimes de la violence policière, et notamment aux toutes dernières parmi lesquelles Amadou Koumé, 33 ans, mort le 6 avril 2015 des suites d’une clé d’étranglement dans un (...)

  • Rengainez, on arrive !

    Chronique des luttes contre les crimes racistes et la hagra policière et judiciaire

    par Mogniss H. Abdallah 18 mai 2016

    Rengainez, on arrive ! C’est ce slogan que, parmi beaucoup d’autres, Mogniss H. Abdallah a choisi comme titre de son dernier livre, qui propose, en 160 pages, un indispensable retour sur plusieurs moments forts de cet enjeu central qu’est, pour les luttes de l’immigration et des banlieues populaires, le combat contre la violence policière et son impunité – de l’affaire Abdelkader Lareiche en 1980 à l’affaire Hakim Ajimi en 2008. Voici l’introduction de ce livre, suivie de la table des matières. « (...)

  • Omerta dans la polis

    La violence policière et comment on en parle (ou pas)

    par Pierre Tevanian 18 mai 2016

    A l’heure où une violence policière sous commandement socialiste se déchaîne, nous reproduisons une intervention orale faite lors d’une Journée contre les violences policières organisée à Nice en février 2011, par le Comité Vérité et Justice pour Hakim Ajimi. Elle reste hélas d’actualité. Le point de départ de mon intervention sera le titre du livre de Sihem Souid, Omerta dans la police, mais écrit autrement : Omerta dans la polis. En effet, polis, en grec ancien, signifie la cité, la communauté politique, (...)

... | 30 | 40 | 50 | 60 | 70 | 80 | 90 | 100 | 110 | ...