Derniers articles

Du bon usage des barbelés

Pourquoi la gauche éprouve tant de mal à admettre que les frontières tuent (Seconde partie)
par Olivier Cyran
10 décembre 2018

Dans une récente interview à la revue Ballast, le philosophe et économiste Frédéric Lordon aborde la question des violences infligées aux migrantes et aux migrants en concluant qu’il est illusoire de lutter pour la liberté de circulation. Lui plaide pour des frontières « plus intelligentes ». Au passage, il met en cause le journaliste indépendant Olivier Cyran, accusé de tenir sur le sujet des positions déraisonnables. Dans un contexte de forte mobilisation sociale et de vive confusion politique, ce (...)

Lire la suite de Du bon usage des barbelés
  • La langue, outil d’oppression et de libération

    Extrait d’un livre important de Samah Jabr : Derrière les fronts

    par Samah Jabr 7 mai 2018

    Pour beaucoup, le travail théorique, clinique et politique de Samah Jabr a été découvert en 2017 grâce au remarquable film d’Alexandra Dols, Derrière les fronts – un film qu’il faut absolument voir si ce n’est pas encore fait. Aujourd’hui parait sous le même titre, aux Editions Premiers Matins de Novembre, un livre tout aussi remarquable qui propose une sélection d’écrits de Samah Jabr traduits en français. Sous-titré Chroniques d’une psychiatre psychothérapeute palestinienne sous occupation, il aborde ce (...)

  • Le 1er mai , fête des travailleuSes ?

    Quand le « temps libre » des uns occulte le « travail domestique » des autres

    par Corinne Billard 1er mai 2018

    En 1889, le 1er mai devient une journée de mobilisation pour l’obtention des 8h de travail quotidien, revendication ouvrière de l’époque. Cette loi sera finalement votée le 23 avril 1919. Comme le réclamaient les syndicats, les ouvriers obtiendront un plus de "temps libre". Les ouvrières gagneront elles un peu de temps de corvée supplémentaire. Sur cette affiche du magazine satirique L’Assiette au Beurre, le dessinateur Jules Grandjouan évoque les "8h de travail, 8h de loisir et 8h de sommeil" que la (...)

  • Hommage à Brahim Bouarram

    Retour sur un crime raciste et son effacement

    par Pierre Tevanian 30 avril 2018

    Le mardi 1er mai 2018 de 11h à 12h, à Paris, au Pont du Carrousel (Paris, Métro Saint Michel), plusieurs associations appellent à un hommage à Brahim Bouarram, assassiné par noyade il y a 23 ans par un militant du Front national. Le texte qui suit est une réflexion à partir de cet assassinat et de son invisibilisation politique. Dédié à Brahim Bouarram et à toutes les victimes de crimes racistes, il se veut une contribution à la réflexion et à la lutte pour que de tels crimes ne se reproduisent plus. (...)

  • Expulse ton Collomb !

    Appel pour regarder les choses en face et les appeler par leur nom

    par Accueil de merde 30 avril 2018

    Composé d’abitant-e-s du nord-est de Paris solidaires des migrant-e-s, le collectif Accueil de merde a décidé de refuser les euphémisme et d’appeler les choses par leurs noms : « grilles de la honte » sous le métro aérien, « mobilier anti-exilé s » au milieu des trottoirs et sur les bouches d’aération, « accueil de merde » et maintenant cet autre constat : « le FN en marche ». Il lance maintenant un appel : « expulse ton Collomb » ! et invite chacun-e à créer son affiche #ExpulseTonCollomb ! Qui sommes nous (...)

  • Le silence en héritage ?

    Les Arméniens et le génocide, entre impératif d’oubli et travail d’anamnèse

    par Nazli Temir Beyleryan 24 avril 2018

    Il y a cent-trois ans, le 24 avril 1915, le ministre de l’intérieur ottoman Talât Pacha ordonnait l’arrestation des intellectuels ou notables arméniens à Constantinople : ecclésiastiques, médecins, éditeurs, journalistes, avocats, enseignants, hommes politiques, ce sont plus de 2000 personnes qui furent alors arrêtées en quelques jours, avant d’être déportées puis massacrées. Ces journées marquent le déclenchement officiel d’un génocide planifié et initié plusieurs semaines plus tôt, qui coûtera la vie à (...)

  • Admettre le meurtre, nier le crime

    Le génocide des Arméniens et sa négation dans les mémoires des Jeunes-Turcs unionistes

    par Duygu Tasalp 24 avril 2018

    Le 24 avril 1915, le ministre de l’intérieur ottoman Talât Pacha ordonne l’arrestation des intellectuels ou notables arméniens à Constantinople : ecclésiastiques, médecins, éditeurs, journalistes, avocats, enseignants, hommes politiques, ce sont plus de 2000 personnes qui sont arrêtées en quelques jours, avant d’être déportées puis massacrées. Ces journées marquent le déclenchement officiel d’un génocide planifié et initié plusieurs semaines plus tôt par le parti au pouvoir à l’époque, le Comité Union et (...)

  • L’Arménien et l’Arménien

    Allez-y, essayez de les détruire

    par William Saroyan 24 avril 2018

    Ecrit à New York en 1935 , « The Armenian and the Armenian » est connu pour son dernier paragraphe, très souvent cité (par exemple, dernièrement, à la fin du film de Terry George : La promesse), mais toujours dans une version remaniée – amputée de quelques grossièretés et enjolivée de références lyriques à des « prières » et des « chants » toujours renaissants, et même à une « nouvelle Arménie », qui n’ont jamais figuré dans le texte de Saroyan. Ce texte gagne pourtant (en subtilité, en beauté, en force) à être lu (...)

  • Hommes, femmes et enfants qui ne voulaient que vivre

    Réflexions anti-héroïques à partir d’un grand petit livre de Pinar Selek

    par Pierre Tevanian 23 avril 2018

    Où il est question entre autres d’un million et demi de morts, beaucoup sans sépulture, et d’un autre million d’orphelins exilés, de quelques exilés de l’intérieur, de Turquie et d’ailleurs, de 1915 et de 2016, de catastrophe et de tragédie, de victimes et de héros, de survivance et de révolte, de peur et de colère, du mythe sublime et de ses méfaits, de l’humanité ordinaire et de son inaliénable dignité. "Les murmures des rebuts de l’épée prennent enfin voix et se transforment en cris." Rakel Dink Passé (...)

  • Le cauchemar continue

    Présentation publique du livre de Sébastien Fontenelle, Mona Chollet, Olivier Cyran et Laurence De Cock, Les éditocrates 2, à Marseille

    par Sebastien Fontenelle 19 avril 2018

    Natacha Polony, Eric Zemmour, Jacques Julliard, Brice Couturier, Elisabeth Lévy, Franz-Olivier Giesbert, Valérie Toranian, Arnaud Leparmentier, Jean Quatremer, mais aussi le dessinateur Plantu : tels sont les nouveaux héros du livre de Sébastien Fontenelle, Mona Chollet, Olivier Cyran et Laurence De Cock, Les éditocrates 2. Le cauchemar continue, qui parait aux éditions La Découverte. Parce que, plus que jamais, il nous parait utile, et même vital, de rire des cuistres et de mettre à nu les (...)

  • Parcoursup va-t-il imploser ?

    Troisième partie : une réforme infaisable.

    par Philippe Blanchet 13 avril 2018

    La plateforme « Parcoursup » d’admission à l’Université fait l’objet de fortes critiques. Au moment où les demandes sont transmises aux universités pour réponse sous 6 semaines, de nombreux universitaires, départements, UFR et même universités entières refusent de le mettre en œuvre, soutenus par la plupart des syndicats du secondaire et du supérieur. Pourquoi ? Et si « Parcoursup » implosait ? Deuxième partie : Parcoursup, une réforme injuste. 5. Orientation ou divination ? Entre algorithme absurde et (...)

... | 40 | 50 | 60 | 70 | 80 | 90 | 100 | 110 | 120 | ...