Accueil du site > Études de cas > Sexismes et transphobies > « Angélique »

« Angélique »

Quand Le Monde se hasarde à parler féminisme

par Collectif Les mots sont importants
23 juillet 2016

« Sa peau diaphane et son sourire angélique cachent un tempérament ardent » : c’est la phrase qui introduit un long entretien consacré à Nicole Kidman et à son… féminisme.

Surprenant dans les pages d’un journal français quand il ne s’agit ni des Femen, ni de Ni putes ni soumises, le mot « féminisme » ne pouvait venir seul. Il fallait rappeler, avec force clichés (on écrit encore vraiment comme ça ?!), que celle qui le prononce a une « peau », un « sourire » et un « tempérament » et que tout ceci est « diaphane », « angélique » et « ardent ». Sans doute à ce prix seulement pourra-t-on lui pardonner cet engagement quelque peu excessif, mais qui lui va si bien.

En d’autres mots, voilà le message : aussi féministe soit-elle, Nicole Kidman est avant tout une femme, donc un corps, un visage (sans ride s’il vous plait), un désir de plaire, et des émotions.

La France est bien, décidément, le pays des droits de l’homme, que le reste du monde regarde comme tel, mais sans du tout nous envier. Alors que de nombreuses personnalités étasuniennes revendiquent haut et fort le mot « féministe », nous voici, de ce côté-ci de l’Atlantique, éternellement sommées de rester « Femme ».