Accueil du site > Études de cas > Le voile et ce qu’il dévoile > Va te faire voiler ! > C’est ça la France : du chili dans les gamelles et des voilées... en (...)

C’est ça la France : du chili dans les gamelles et des voilées... en quarantaine !

Chroniques d’une voilée désabusée (11)

par La Voilée
6 août 2009

Au cours de l’année 2008, un blog aussi éphémère que mémorable a présenté pendant quelques mois les « chroniques d’une voilée désabusée », mêlant avec bonheur, intelligence, drôlerie et colère des anecdotes, analyses et coups de gueule autour d’un même sujet : le quotidien éprouvant pour les nerfs d’une étudiante de vingt ans qui a eu la mauvaise idée, « au pays de Voltaire », d’être musulmane et de couvrir ses cheveux d’un foulard… Interrompu en septembre 2008 et rapidement fermé, ce blog intitulé « Va te faire voiler ! » méritait une nouvelle vie. C’est chose faite, avec l’amical accord de l’auteure qui, retournant le stigmate, a choisi de se nommer, tout simplement, « la voilée ». Nous publierons donc, quotidiennement jusqu’à la fin de l’été, une large sélection de ce que nous estimons être, dans la France de 2009, des mots importants.

Chronique précédente

La honte... dans Le Parisien du jeudi 8 septembre 2005 !!! Je mérite mieux que la presse de bistrot quand même ?!?!

" ******* serait, selon le rectorat de Versailles, la seule lycéenne voilée d’Ile-de- France alors qu’elles étaient 108 à la rentrée 2004".

C’est sûr que si on compte pas celles qui ne se sont malheureusement pas présentées aux inscriptions avant même d’être refoulées et celles qui ont enlevé leur hijab 20 mètres avant le portail du lycée par peur d’être vues et saquées pour l’année par les profs,... sans parler de celles qu’on a refoulé à l’entrée en les poussant à revenir le lendemain avec un pantalon taille basse et les cheveux lâchés ... le décompte est vite fait !

Punaise, seule lycéenne voilée d’Ile-de-France ?!?! Tu rends compte ?????

Et quelques jours plus tard, le vendredi 30 septembre 2005 :

"******* a finalement préféré garder la tête couverte, sacrifiant ainsi son cursus en classe préparatoire littéraire. Alors qu’elle devait intégrer l’hypokhâgne du lycée ********** à **********, où elle a obtenu son bac en juin dernier, elle rentrera finalement à la fac de ******** lundi, pour un bi-Deug d’économie/ sociologie. Dans la perspective de présenter à nouveau le concours de Sciences-po Paris qu’elle a manqué de peu cette année".

Chouhhaaaa al 3alamyaaaaa (traduction à l’arrache : honte mondiale ;D). Ils étaient bien informés les filous... j’avais refusé de parler aux journalistes parce que comme disait La Fontaine, tout faiseur de journaux doit tribut au malin ! Et puis je voulais pas qu’on sache que j’avais passé un oral à Sciences-Po... si vous saviez aujourd’hui à quel point je regrette, j’ai l’impression d’avoir vendu mon âme ! C’est que je pensais infilter cette fabrique à cons pour pouvoir me venger un de ces quatre... oullah c’est vrai !

Faudrait que je vous raconte l’oral un jour, trop marrant ! Avec des questions du style : Que pensez-vous de la laïcité ? De l’homosexualité ? De l’intégration ? Je pensais avoir été maline en me ruinant au comptoir des cotonniers pour trouver la tenue et surtout THE châle qui ferait en sorte qu’on ne lise pas sur mon front "VOILEE". Avec un prénom pas du tout typé (thanks aux hmirs de la préfécture pour la lettre mal transcrite) et une tête pas trop typée non plus ça aurait pu marcher... mais apparamment, la proviseure les avait prévenu... la rancunière (hey heyyy, j’ai mes sources). Big up à Pif qui m’avait accompagné ;))

Faut dire qu’ils ont failli craquer avec moi et mes trois acolytes K, K et H, à qui je tiens à rendre hommage. L’année de ma terminale, la loi allait être appliquée. Nous nous sommes présentées à la rentrée avec un bandana sur la tête et pas un hijab (donc pas de problème avec cette loi inique... pas grave, on voulait être conciliantes). Mais ça n’était pas le cas de la proviseure et de ses chiens de garde (certains profs et les conseillers d’orientation ou plutôt de désorientation).

Ils avaient fait voter un règlement interdisant les couvres-chefs, les roublards !!! Moi, ayant eu des problèmes depuis la seconde, j’ai été encore plus maline qu’eux en m’étant fait élire au Conseil de la vie lycéenne et au Conseil d’administration (Obama à coté... un petit joueur ! La voilée a l’âme d’une politique... aaaahhhhhhh Allah injjini !!! traduction à l’arrache : que Dieu m’en préserve !). Bref, je savais que le règlement allait inclure cette mesure. J’avais exprimé mon désaccord du fait du caractère absurde de l’interdiction, et de ce qu’elle sous-tendait réellement...

En tout cas, je me suis fait plaisir lors de la discussion sur le sapin de Noël :D Une conseillère d’orientation avait eu vent de ma diatribe en plein conseil d’administration sur le sapin et surtout sur le deux poids deux mesures et elle m’avait dit "t’es vraiment une intégriste !" Moi intégriste :( certains auront compris que c’était juste 3la sabba !).

Pour en revenir à mes acolytes voilées et moi-même, nous avons donc été mises en quarantaine, sans suivi psychologique et pédagogique, comme le prévoyait la loi avec les quinze jours de discussions préalables au renvoi des pestiférées. Sauf que la proviseure était en porte-à-faux. En effet, elle ne pouvait pas nous virer parce que... nous ne portions pas de hijab mais des bandanas, achetés dans des boutiques lambda ! Rien de religieux, juste une coquetterie hein ;)

- Pourquoi vous portez ce voile ? C’est religieux non ?

- Pas du tout, je suis chauve, j’ai pas envie de l’enlever... et je trouve ça joli en plus ! Et puis qui vous dit qu’entre temps je suis pas devenue zoroastrienne ?

La proviseur faisait son tri devant le portail : "Blonde en bandana ? Tu peux rentrer.... hop hop hop toi t’es basanée toi ! On me la fait pas, tu m’enlèves ça !".

C’est du délit de faciès madame Françoise C, vous vous en rendez-compte ?

A priori non, la rombière ne voulait rien entendre. Nous, on a pas laché le morceau, même devant l’assistante sociale... Ils ont osé envoyer une assistante sociale !!! Voilées= maltraitées ?

Elle est venue un matin. Nous, dans l’ancien bureau du proviseur, poussiéreux et à l’écart de tous les regards, nous organisions des pique-niques avec les surveillants et des discussions sur tout et rien (qui en théorie ne devaient pas nous parler).

Assistante sociale : alors les filles, on veut pas l’enlever hein ? (balançant son paquet de clopes sur la table).

Moi : hep, hep, hep, on est pas au bistrot ici. Un peu de tenue et de respect (dame Ginette, là par contre j’ai pas osé)...

Assistante sociale : toi, je refuse de parler avec toi... on m’a dit que t’étais la meneuse !

Moi, la basketteuse : carrément, la meneuse ?!?!

Je me suis tue... K, K et H l’ont ensuite "enchaînée".

J’en rigole mais on est quand même resté un bon bout de temps à l’intérieur alors qu’on était trois bachelières et une seconde (vous imaginez la rentrée pour la seconde, qui ne connaissait pas le lycée ?).

Entre temps des insultes, des menaces de profs et des crises de nerfs (quelqu’un veut faire un régime rapide ? Le stress, rien de plus efficace ! Je n’ai jamais été stressée de toute ma vie, même aujourd’hui sauf durant mes trois années de lycée ! Le but était de ne pas craquer, ne pas lâcher de larmes devant ces... ces...

Sauf que le dernier jour, devant tous mes profs qui devaient décider de ma réintégration... ben j’ai pas pu me retenir. Imaginez des tables en U, moi en bout de table à côté de la proviseure, et les profs autour. J’avais le visage amaigri, limite tête de zombie tout comme mes amies/captives. Et la proviseure, à l’origine de la réunion me sort : "Alors *******, qu’as- tu à nous dire ?" En temps normal, j’aurais peut être perdue mon sang froid. Mais j’étais tellement fatiguée, que ce sont mes yeux qui ont parlé...

Après les sorcières de Salem, les voilées soumises à la vindicte !).

Heureusement, trois profs que je ne remercierais jamais assez nous ont soutenu. Ils ont eux aussi été insultés, menacés... c’est vraiment parti super loin.

Et nos familles... mes parents, mon frère, mes soeurs, mes beaux frères, je vous épargne les comptes rendus tous les soirs et les réunions de famille/défense organisées.

Les ami (e)s, le mini comité de mobilisation,... tous ces gens à qui je dois beaucoup pour leur soutient et leurs encouragements... et bien sûr Dieu (là par contre, c’est plus personnel ;)).

Sans oublier le commissaire et le sous-préfet... :D Surtout le sous-préfet qui a fait preuve, comment dire... de pratiques propres au modèle de société mécanique décrit par Durkheim (pas de nom de pays... quel pays peut aujourd’hui se prévaloir d’être une vraie démocratie ?). Ce représentant de l’Etat a voulu faire flipper mes parents en disant qu’à cause de mon entêtement, nous faisions partie des familles intégristes de là où je vis...

T’iiiiinquiète les activistes !!! Entre ma voisine d’à coté et son caniche, et mon voisin d’en face et son bull terrier, moi ... de la graine de terroriste !

Je pense que maintenant, mon leitmotiv N3al bou la France est bien justifié !

PS : billet dédié à K, K, et H ainsi qu’à mesdames C et D, monsieur D, ma famille, sans oublier Une école pour tou-s-tes... et mes ami(e)s !

N’oubliez pas les filles, la vengeance est un plat qui se mange froid...

Chronique suivante

P.-S.

Ce texte est paru pour la première fois sur le blog « Va te faire voiler ! » le 1er février 2008