Accueil du site > De l’importance des mots > Distribution et redistribution de la parole > Cauchemar

Cauchemar

Le Collectif Les mots sont importants vous offre un rêve bien français, bien blanc et bien burné

par Collectif Les mots sont importants
14 janvier 2012

« C’est le rêve français que je veux réenchanter, celui qui a permis à des générations, durant toute la République, de croire à l’égalité et au progrès. »
Au cas où cela vous aurait échappé, c’est cela, le rêve français, qui sera le grand concept de la campagne présidentielle de François Hollande. Mais puisque ce rêve est parait-il, un rêve d’égalité et de progrès, jetons un coup d’oeil sur la micro-société qui, pour nous, a fait ce rêve...

Cela s’appelle une équipe de campagne, ou encore un organigramme. Observons :

Que remarque-t-on ?

Que le revenu moyen de tous ces gens est très élevé, cela se devine, même si aucune information précise n’apparait sur le schéma à ce sujet.

Que tout ce beau monde est bien blanc, à quelques exceptions près, cela n’est pas très ostensible non plus, mais cela aussi, à la lecture des patronymes, peut se supposer.

Ce qui en revanche peut se mesurer très précisément, c’est la part qu’occupent les femmes dans ce qui, de facto, n’est pour le moment que le rêve d’un homme.

Pour cela, faisons ce qu’aucun éditocrate, aucun politologue et aucun journaliste n’a jugé intéressant de faire : compter les femmes !

Quelques calculs mesquins

L’organigramme s’avère, après comptage, composé de 23 femmes et 49 hommes, soit un petit tiers pour les rêveuses (32%) contre deux gros tiers pour les rêveurs (68%).

Retournons maintenant sur le site officiel de la campagne Hollande, et observons les « pôles » thématiques (c’est comme ça qu’on parle chez les socialistes) qui vont travailler pour le candidat Hollande. Voici donc, pour chaque pôle, la proportion de femmes :

- deux hommes (40%) et trois femmes (60%) pour le pôle Français de l’étranger

- un homme (33%) et deux femmes (66%) pour le pôle Economie numérique

- zéro homme (0%) et trois femmes (100%) pour le pôle Immigration Intégration

- zéro homme (0%) et six femmes (100%) pour le pôle Egalité hommes femmes !

Mais quelle est cette abominable domination féminine ?

Hommes en détresse, rassurez vous : l’intégration des immigrés, la gestion des Français de l’étranger et l’économie numérique ne sont pas le tout de la politique, et l’on pourrait même dire, sans forcer trop le trait, qu’il ne s’agit pas vraiment là, pour le candidat socialiste, de questions centrales, auxquelles seraient dédiés, en cas de victoire, des ministères-clef. Quant à l’égalité hommes-femmes, eh bien... justement ! Voyons plutôt la suite, toujours sur le site officiel de la campagne Hollande :

- deux femmes et deux hommes pour le pôle Europe

- sept femmes et sept hommes pour le pôle Social

Oh la belle parité !

Poursuivons tout de même jusqu’au bout, car le tableau d’ensemble est, comment dire, plus contrasté  :

- trois hommes (60%) et deux femmes (40%) pour le pôle Sécurité

- trois hommes (60%) et deux femmes (40%) pour le pôle Culture

- trois hommes (60%) et deux femmes (40%) pour le pôle Transport

- trois hommes (60%) et deux femmes (40%) pour le pôle Défense

- trois hommes (60%) et deux femmes (40%) pour le pôle Travail Emploi

- cinq hommes (61%) et trois femmes (39%) pour le pôle Economie Budget

- sept hommes (64%) et quatre femmes (36%) pour le pôle Environnement

- cinq hommes (64%) et deux femmes (36%) pour le pôle Justice et Laïcité

- six hommes (67%) et trois femmes (33%) pour le pôle Agriculture

- deux hommes (67%) et une femme (33%) pour le pôle Jeunesse

- quatre hommes (67%) et deux femmes (33%) pour le pôle Questions sociétales

- trois hommes (75%) et une femme (25%) pour le pôle Sport

- huit hommes (80%) et deux femmes (20%) pour le pôle Education

- huit hommes (80%) et deux femmes (20%) pour le pôle Economie solidaire

- cinq hommes (83%) et une femme (17%) pour le pôle Habitat Politique de la Ville

- cinq hommes (83%) et une femme (17%) pour le pôle Coopération

- six hommes (86%) et une femme (14%) pour le pôle Questions internationales

- sept hommes (88%) et une femme (12%) pour le pôle Service public et territoires

- deux hommes (100%) et zéro femme (0%) pour le pôle Outre Mer

Ce qui fait donc, si l’on réunit tous ces petits pôles dans un grand pôle fédéral, une équipe de 100 hommes et 57 femmes, soit là encore, grosso modo, deux tiers de rêveurs (64%) pour un tiers de rêveuses (36%) !

Mais passons aux choses sérieuses

Ces pôles thématiques sont bien gentils, direz-vous, mais ils ne forment pas le coeur de l’« Organisation opérationnelle » (sic) de la campagne ! Certes. Ladite « Organisation opérationnelle », en d’autres termes l’équipe rapprochée, celle qui au jour le jour prend les décisions, la voici (nous sommes toujours sur le site officiel de la campagne Hollande) :

- une équipe de « Direction de campagne » de 15 personnes, composée de 11 hommes (73%) et 4 femmes (27%)

- une équipe « Arguments » de 6 personnes, composée de 5 hommes (83%) et 1 femme (17%)

- et last but not least, au coeur du coeur, autour du candidat Hollande, un « Cabinet personnel » de 8 personnes, composé de 7 hommes (87,5%) et 1 femme (12,5%).

Ce qui fait, au total, une « organisation opérationnelle » sans doute très opérationnelle, mais pas très paritaire : 24 hommes (80%) et 6 femmes (20%). Et un rêve français qui, pour une bonne moitié du corps électoral, ressemble un peu à un cauchemar.