Accueil du site > Études de cas > Le voile et ce qu’il dévoile > Va te faire voiler ! > De l’utilité de se voiler (selon les affreux)

De l’utilité de se voiler (selon les affreux)

Chroniques d’une voilée désabusée (33)

par La Voilée
28 août 2009

Au cours de l’année 2008, un blog aussi éphémère que mémorable a présenté pendant quelques mois les « chroniques d’une voilée désabusée », mêlant avec bonheur, intelligence, drôlerie et colère des anecdotes, analyses et coups de gueule autour d’un même sujet : le quotidien éprouvant pour les nerfs d’une étudiante de vingt ans qui a eu la mauvaise idée, « au pays de Voltaire », d’être musulmane et de couvrir ses cheveux d’un foulard… Interrompu en septembre 2008 et rapidement fermé, ce blog intitulé « Va te faire voiler ! » méritait une nouvelle vie. C’est chose faite, avec l’amical accord de l’auteure qui, retournant le stigmate, a choisi de se nommer, tout simplement, « la voilée ». Nous publierons donc, quotidiennement jusqu’à la fin de l’été, une large sélection de ce que nous estimons être, dans la France de 2009, des mots importants.

Chronique précédente

Symbole religieux ? Effet de mode ? Signe politique ? Marque de la domination masculine ?

Que de spéculations sur la signification d’un bout de tissu !

Sans entrer dans la polémique, la voilée que je suis va aborder la question sous un angle "pratique". Oui, oui, pratique, parce que qui dit voile pour certains affreux, dit...

1. Voilée qui ne veut pas se coiffer le matin et qui ne va pas chez le coiffeur

J’irai bien chez Jacques Dessange ou Mario Lopes... le truc, c’est qu’il n’y a pas de coins fermés réservés aux voilées. Autre chose, les meilleurs coiffeurs sont des hommes... donc c’est un peu beaucoup grillé !

Et pour votre gouverne les affreux, une voilée claque plus de thunes qu’une non voilée lorsqu’elle fait appel à un pro. Bien sûr, parce que si à côté de chez toi, t’as pas une gentille coiffeuse qui accepte de te coiffer dans l’arrière boutique (ou derrière un paravent), eh ben t’appelles une coiffeuse pro à domicile ! Et c’est plus une coupe que tu payes, c’est des honoraires d’avocat du 9-2 (t’as vu ;p) ! Moi je dis autant se raser ! Belle gosse Sinead O’connor... ironie, ironie, ironie !

Sinon, je mets au défi une fille (ou un garçon qui a les cheveux longs) de ne pas se brosser tous les matins pendant une semaine. Perso j’ai jamais essayé (la menteuse...), mais vous imaginez les noeuds ? Pire que des barbelés j’parie !

Donc une voilée se peigne... affreux Jojo !

2. Voilée masochiste

Ouiiiii, masochiste ! Se faire insulter, marginaliser, scruter et être encline aux agressions physiques, c’est pas aimer la douleur physique et psychologique ?

Grrrrrr, grrrrrr !

3. Voilée qui cache ses défauts frontaux

Le hijab peut effectivement servir à cacher une petite cicatrice qui date de l’enfance, à cause notamment d’une branche qui était sur votre passage alors que vous pédaliez tranquillement dans les bois (snif).

Sachez que le hijab peut également dissimuler un bouton qui se pointe à l’improviste (pour les non voilées, ne soyez pas jalouses : reste le fond de teint et la frange, hein ma Pif...).

Si par contre, le satané bouton se transforme en vilaine protubérance nasale (hein N Erasmus)... je ne vois qu’une solution : la burka !

4. Voilée qui kiffe Docteur Queen, Caroline Ingalls et de manière générale le style vestimentaire 19ème siècle cainri (Ricains pour les incultes (américains pour les irrécupérables)) de la Guerre de Sécession

Vous ne comprenez pas ? C’est normal ! Ce point va faire l’objet d’un prochain post, qui s’attellera à faire l’anthropologie du vêtement de la voilée (Mauss peut se brosser !).

5. Voilée qui veut faire tenir ses écouteurs

Eh oui ! C’est peut être la raison pour laquelle, inconsciemment je me suis condamnée... Euuuhhh voilée pardon. Pour faire tenir mes écouteurs ! Les écouteurs Ipod sont particulièrement pourris. Et, j’ai un rêve : mettre un big casque style oreilles de souris... Mais sur un hijab, ça le fait pas trop ! ça ne va qu’à un rastaman et à une tête à chapeaux.

Chronique suivante

P.-S.

Ce texte est paru pour la première fois sur le blog « Va te faire voiler ! » le 21 avril 2008