Accueil du site > Appels, hommages et fictions > Hommages > Du droit de niquer la France

Du droit de niquer la France

Le devoir d’Insolence devant les tribunaux

par Collectif Les mots sont importants
18 octobre 2012

C’est officiel : pour avoir publié ensemble un livre-disque intitulé Nique la France, Saïdou de la ZEP et Saïd Bouamama sont mis en examen pour... racisme antifrançais ! En guise de premier geste de soutien, dans une lutte qui va être longue et difficile, nous republions un premier hommage rendu, dès sa sortie il y a quelques années, à l’un des objets du litige : la chanson de la ZEP – assorti de quelques réflexions sur la question plus large du droit, pour un non-blanc, de niquer la France... et de le dire !

Spéciale dédicace à Sœur Caroline Fourest

Il y a quelques années, dans un passionnant entretien accordé à la revue Mouvements, Saïdou abordait déjà la question :

« Quand tu prends clairement position contre le privilège racial blanc en France, tout le monde, y compris les gens qui subissent ces discriminations eux-mêmes, vient te voir pour te dire “attention, tu bascules dans la victimisation, le racisme anti-blanc…”. Quand tu prends position là-dessus en tant qu’artiste, ce n’est pas reçu comme tel : on va te définir comme un arabe issu de l’immigration, pas comme un intellectuel ou un artiste. Alors que si Blanchard [1] dit la même chose, tout le monde va dire “Oui, effectivement, c’est indéniable…”. Ou du moins, on ne va pas bondir de la même manière que si c’est moi qui le dis. Il y a un traitement raciste de l’analyse que fait un individu. Le blanc qui siffle la Marseillaise, on va le tolérer plus facilement que l’arabe qui la siffle… L’Arabe sera un “raciste anti-français”, le blanc sera juste un “gauchiste”. L’Arabe n’a pas le droit d’être un gauchiste !

Quand il y a eu les sifflets du Stade de France, on s’est amusé à faire le test : on a joué la Marseillaise en concert, et évidemment presque tout le monde a sifflé, et pas seulement les Arabes ! On a même demandé aux Noirs et aux Arabes de ne pas siffler, pour voir, et évidemment les blancs ont sifflé eux aussi ! Il faut arrêter de se foutre de nous ! Comme si, en France, il n’y avait que les Arabes pour siffler la Marseillaise ! Comme si, chez les franco-français, il n’y avait pas d’anti-patriotisme… Comme si tous les blancs adoraient la Marseillaise, comme si les noirs et les Arabes étaient seuls à la siffler… »

Un an plus tard, il joint le geste à la parole, en enrôlant dans son entreprise de sédition des séniors tout ce qu’il y a de plus blancs. Comment comprendre la chose ? L’arabe est-il devenu gauchiste, ou bien les gauchistes se sont-ils arabisés ? Peu importe, en vérité. Ce qui est certain, qu’on le déplore ou qu’on s’en réjouisse, c’est que – comme le chantait il y a bien longtemps un certain Bob Dylan – les temps changent !

P.-S.

Le clip de la ZEP – que, bien entendu, nous recommandons vivement – est visible ici.

Un comité de soutien est en train de se constituer. À venir : une pétition, un appel à souscription (le procès coûte déjà cher aux deux accusés), des meetings et concerts de soutien. Si vous voulez vous mettre en lien avec nous et proposer votre aide, vos idées, vos initiatives sur vos villes, faire circuler les informations, recueillir des soutiens particuliers, etc. : une seule adresse mail :
soutien.zep.bouamama@gmail.com

Notes

[1] Allusion à Pascal Blanchard, chercheur travaillant sur l’histoire coloniale et la transmission de l’imaginaire colonial, auteur notamment du recueil collectif La fracture coloniale, paru aux Éditions La Découverte en 2005.