Accueil du site > Des mots importants > Espace > Espèce d’Espace

Espèce d’Espace

Santé, fleurs, client, détente, épilation...

par Philippe Adam
5 avril 2010

On ne sait pas bien à quand ça remonte, mais la France s’est agrandie, elle grandit même chaque jour, à mesure que s’y multiplient les Espaces. Pour donner un aperçu de ces nouveaux territoires, en voici une liste non exhaustive, dressée au hasard des rues parisiennes. Espace Santé, Espace Fleurs, Espace Client, Espace X, Tendance, Phone, Epilation, Taxis, Détente, Parents, Espace Analytique, Espace Beauté, Espace Loisirs, Bénévolat, Coiffure, Mode, Espace Conduite, 3ème Âge, Espace Bronzage, Espace Voyage, Espace Forme et même, tout récemment, il nous a été donné de mettre les pieds, entre Ménilmontant et Belleville, dans un Univers Pharmacie qui, à sa manière, écrase tout.

Cette multiplication des Espaces permet de voir enfin les choses en grand. On respire. De nouvelles possibilités s’ouvrent. Par exemple, chez soi, on se félicitera d’aller faire cuire ses saucisses dans son Espace Cuisine, et il y a bien sûr un gain à s’envoyer en l’air dans son Espace Literie de même qu’à voir dans sa salle de bain un Espace Hygiène et Propreté. En filigrane, on perçoit derrière l’Espace quelque chose du Land. Ambiance d’aéroport partout, nous sommes en Espace-land, c’est-à-dire en France, petit pays bien réglé où les tabagiques ont leurs fumeurs-land et les chômeurs leurs Pôles Emploi.

Malheureusement, à la façon de ces lieux de vie dont la vie est absente, et de cette convivialité qui disparaît dès qu’on en prononce le nom, loin de faire gagner la moindre liberté, ces Espaces, ces Nouveaux Espaces qu’on voulait conquérir tout en haut, au bon vieux temps de la conquête de l’Espace, définissent une réalité bien plus terre-à-terre : chaque chose a sa place. Si tout a son Espace, à chacun le sien, et le clos l’emporte un peu partout sur l’ouvert, comme ces lignes de fer barbelé qui flinguèrent le Far-West, ses vastes plaines et ses garçons-vachers. Dans Espèces d’espaces, Georges Pérec écrivait :

« Nous vivons dans l’espace, dans ces espaces, dans ces villes, dans ces campagnes, dans ces couloirs, dans ces jardins. Cela nous semble évident. Peut-être cela devrait-il être effectivement évident. Mais cela n’est pas évident, cela ne va pas de soi ».

Vraiment pas de soi, en effet, la monotonie de ces Espaces se répétant et se multipliant à l’infini ayant quelque chose de proprement glaçant, comme si le paysage urbain s’était subitement transformé en un Open Space géant où il ne nous resterait plus qu’à nous surveiller les uns les autres, à nous épier, en prenant bien soin, chacun dans son espèce d’espace, de garder nos distances.

P.-S.

Philippe Adam est écrivain, auteur notamment de Canal Tamagawa, De beaux restes et France audioguide. Il vient de publier Les centenaires (Éditions Verticales), que nous recommandons vivement. Ce texte est paru initialement dans Libération, nous le reproduisons avec l’amicale autorisation de l’auteur.