Accueil du site > Appels, hommages et fictions > Appels, actions, manifestes > Expression populaire

Expression populaire

La ZEP : une cible mouvante !

par Mary Sonet, Saïdou
22 décembre 2011

Il y a plus d’un an déjà que le MAP (Ministère des Affaires Populaires) faisait des petits : ambiance chansons militantes pour HK et les Saltimbanks, rap radical sans concession pour la ZEP. Croisés dans nos manifs et dans nos soirées de soutien, ZEP met en musique les colères qui nous réunissent. Ce fidèle partenaire de nos combats a sorti cette année un grand album… Aussi, cadeaux de fin d’année obligent, pensez à offrir ou à vous faire offrir - ou tout simplement à vous offrir ! - ce beau morceau de lutte anti-capitaliste, anti-raciste et anti-sioniste.

Entre les prises de son de manifestation pour la régularisation des sans-papiers, l’accordéon et la mandole, ZEP s’installe au cœur d’un héritage de luttes de classe anti-coloniales. De l’émouvant et rageant poème de Mahmoud Darwich – Inscris ! Je suis arabe – aux magnifiques Palestine, Nique la France et La gueule du patrimoine, ZEP nous fait danser tout en rappelant constamment la nécessité de se battre contre un monde en crise qui réactualise sans cesse les discours racistes et l’idéologie coloniale.

Si la Zone d’Expression Populaire est, comme son nom l’indique, une prise de parole des dominés sur le monde qui les entoure et le système politique qui les opprime, le « devoir d’insolence » qu’ils prônent n’est pas du goût de tous… Quoi de mieux qu’un groupe de rap, composé de jeunes arabes issus des quartiers populaires, mettant en mot et en musique une parole politique sans concession envers les politiques discriminantes et racistes, pour former une cible permettant de cristalliser et recomposer le public raciste des identitaires de France ?

La ZEP a de fait été perçue comme « l’ennemi commun » parfait, capable de raviver et publiciser les haines les plus puantes des identitaires à travers la France. Depuis, des campagnes sont menées sur internet (« parodies » racistes des clips de ZEP, attaque et hackage du site internet, propagandes mensongères) et sur le terrain. Ces groupuscules tentent par tous les moyens de faire interdire les concerts de ZEP : coups de fil aux mairies et salles de concert, menaces physiques, tags racistes et islamophobes voire manifestations devant la salle. Les réseaux militants et la persévérance du groupe permettent parfois que les concerts se passent dans de bonnes conditions, mais il arrive que les concerts soient annulés… Et pas seulement à cause de la droite et de l’extrême droite.

Dernièrement, c’est Martine Aubry et son équipe de la mairie socialiste de Lille qui a demandé la déprogrammation de ZEP dans une salle lilloise, puis c’est la mairie socialiste d’Audincourt (25) qui, le 7 décembre dernier, a cédé aux pressions des Identitaires et fait annuler un concert prévu dans sa commune.

Renouant avec de vieux procédés qui avaient permis de fédérer la jeunesse d’extrême-droite autour d’eux, les Identitaires ont trouvé en ZEP une nouvelle cible parfaite. Comme avec le groupe Sniper au début des années 2000, l’appel à faire taire les dominés permet de trouver un public qui dépasse leur simple milieu restreint : même au parti socialiste, on se met à hurler avec les loups qui s’offusquent d’un improbable « racisme anti-blanc ».

Et si peu de voix à gauche s’élèvent pour défendre ZEP, mais aussi Houria Bouteldja, Saïd Bouamama (pour sa participation au livre Nique la France) ou encore Sniper (dont les concerts sont à nouveau attaqués), il va falloir une fois encore se battre pour soutenir ces prises de position, dangereuses pour ceux qui les prennent mais indispensables pour nous tous.

Interview

L’entretien reproduit ci-dessous a été réalisé avec Saïdou à la fin de l’été 2011.

Peux-tu nous parler de l’actualité de Zep ?


On est en tournée. Le projet de Zep, c’est d’être sur la route, sur le terrain. Quand nous disons sur scène et dans le disque « sortir de l’invisibilité », ça veut dire porter la parole. Qui d’autres que nous, peut porter notre parole, c’est-à-dire nos revendications, nos critiques, notre colère ? Nous sommes concernés par ce qui nous handicape le plus au quotidien, c’est-à-dire notre condition – arabe pour ma part – dominés, discriminés, « racisés », en France. Ce qui me touche dans ma chair. Je suis fils d’ouvrier, enfant de famille paysanne algérienne immigrée en France, je suis donc aussi de culture politique prolétaire et évidemment que les conditions de vie de nos parents, des chibanis, des travailleurs immigrés mais aussi de toute la classe ouvrière me préoccupent. Cela fait partie de mon combat au nom de ma communauté de destin. Mais c’est vrai que la question raciale me touche beaucoup plus, parce qu’on me rappelle tous les jours que je ne suis pas le bienvenu dans ce pays, pas légitime, pas crédible. 



Si tu devais écrire en ce moment, au vu de l’actualité, qu’est-ce qui t’inspirerait davantage ?


Tout ce qui se passe dans le monde et arrive à mes oreilles me touche et me préoccupe. J’ai l’impression d’écrire des réponses. Notre discours est reçu, critiqué et provoque des incompréhensions, des rejets, il crée de la colère. Certains se sentent humiliés par mes chansons. Ces retours me touchent. Ça me met en colère de ne pas être compris. Je ne pense pas continuer ce métier longtemps, j’ai peur d’être folklorisé. On est réduit à quelque chose de festif, une animation, alors que je porte un discours en chanson. Et c’est là que c’est risqué parce qu’une chanson fait aussi rêver, danser, et certains ne viennent chercher que la partie festive.



Dans votre album, tu as samplé les sons de certaines manifestations. En concert, tu fais reprendre à ton public 
les slogans de nos mouvements. Cela montre un réel ancrage dans le mouvement social et politique de ZEP… 


J’ai toujours peur de voler la vedette aux vrais héros à ceux qui méritent les honneurs. Je ne suis pas un porte-parole de luttes mais je suis nourri de ça. Mon énergie j’ai été la chercher, par exemple, chez les sans-papiers de Lille. Pas seulement dans les manifs mais aussi dans les réunions, avec leur histoire, leur discours, leur courage. Les sans-papiers ont une histoire, une identité politique, ils ne sont pas que des sans-papiers. Ils viennent du Sénégal, d’Algérie, du Maroc, c’est un acte politique pour beaucoup d’être là, de défendre leurs droits, d’exiger des papiers...

Ces gens-là t’apportent une vision du monde différente, un regard d’ailleurs. Ça fait du bien. Ça te nourrit, te donne du courage, de l’énergie. Je leur dois beaucoup, mais c’est comme ceux qui luttent pour la Palestine. Mes références politiques viennent des sans-papiers mais aussi de Palestine où je me suis rendu... Il a fallu que j’aille rencontrer, que je me déplace, que je voyage, mais ce n’est pas donné à tout le monde, il est difficile de sortir de son quartier, on n’a pas toujours les moyens.



Vous avez été la cible ces derniers mois d’une campagne identitaire, raciste et islamophobe qui cherchait, notamment, à faire annuler vos concerts. Comment l’analyses-tu ?


L’Europe se fascise de plus en plus. Pour eux, les identitaires, il s’agit de mobiliser. Dans ce cadre-là, on leur sert d’outil : ils ont besoin de gens comme nous pour faire peur. Ainsi, ils ont décidé de faire de nous un exemple. Régulièrement quand on joue, ils appellent à nous faire taire : en menaçant la salle qui nous reçoit de venir foutre le bordel ou en nous menaçant directement nous et notre public. Par ailleurs, des choses extrêmement islamophobes et racistes circulent sur internet… 
Des rappeurs qui critiquent la France sans concession : nous sommes une cible parfaite. Quand on a sorti notre projet, des gens de tous bords ont eu les poils hérissés sur ce qu’on pouvait raconter.

Même certains de nos alliés qui se considéraient comme moteur, porte-­parole de l’antiracisme, quand on leur dit que nous le racisme on le vit et qu’on a la méthode pour lutter contre, ça peut déranger, jusqu’à l’extrême gauche. 
Il y a des « camarades » d’extrême gauche qui ont changé de position quand ils ont vu que les néonazis avaient le même genre de critiques avec les mêmes arguments ! Dommage d’avoir à en arriver là ! Maintenant, on devient un outil antifasciste. Mais moi, je n’ai pas envie d’être un outil antifasciste, je me bats pour l’égalité d’abord. S’il y avait l’égalité, je pense qu’il n’y aurait pas de fascisme. Ce ne sont pas les néonazis qui décident s’il y a l’égalité ou pas dans ce pays, c’est nous tous.