Accueil du site > Appels, hommages et fictions > Appels, actions, manifestes > Féministes contre l’islamophobie

Féministes contre l’islamophobie

Hommage au groupe féministe les TumulTueuses

par Les TumulTueuses
16 décembre 2014

Après environ 7 ans d’existence, les Tumultueuses se mettent en veille pour une durée indéterminée. L’expérience fut riche et pleine de choses fortes, mais toute bonne chose a une fin. Merci à tou.tes de nous avoir accompagné.es. Nos chemins continueront surement à se croiser dans la lutte, qui ne s’arrête jamais. En guise d’hommage aux combats menés par les TumulTueuses, notamment pour construire un féminisme inclusif, anti-raciste et anti-sécuritaire, engagé dans la réflexion comme dans la lutte, nous republions un de leurs communiqués. Celui-ci revient sur les ressorts de la loi sur le voile intégral de septembre de 2010, et propose, en réponse aux députés, quelques mesures très simples, et véritablement féministes. Quatre ans plus tard, il reste d’actualité...

Nous sommes féministes, et nos revendications sont nombreuses. En aucune manière, toutefois, l’égalité réelle entre les hommes et les femmes pour laquelle nous nous battons ne saurait passer par des mesures :

- punissant les femmes en les excluant de l’espace public ;

- réduisant le sexisme au monde musulman ;

- et laissant se perpétuer, notamment dans cet espace public, le lot de violences subies par des millions de femmes, quotidiennement, et dans toutes les couches de la société française.

C’est pourquoi nous sommes résolument hostiles à une loi qui interdirait le port du voile intégral en public sous peine d’une amende et/ou d’un stage dit de citoyenneté.

Nous dénonçons la malhonnêteté de ses initiateurs. Le gouvernement ne cherche qu’à poursuivre par des moyens détournés le débat nauséabond sur l’identité nationale. Nous refusons qu’il aille puiser dans les principes féministes la légitimité qui lui a toujours manqué pour exclure de la citoyenneté tous les individus considérés comme trop « différents ».

Nous ne croyons pas un instant que le gouvernement cherche ainsi à faire avancer la cause des femmes. Et nous refusons qu’on nous brandisse, sans aucune évaluation sérieuse, la menace de l’ « islamisme » dans nos « quartiers » pour nous faire taire, et nous rallier à des manœuvres racistes et liberticides. Que le gouvernement soit prêt à passer outre toutes les mises en garde du Conseil d’Etat sur le caractère anticonstitutionnel de la loi en dit long sur son respect du droit, et rend bien peu crédible sa défense d’une République prétendument assiégée par les « fanatiques ».

Voilà ce que nous avons à dire, nous, féministes, sur le voile intégral. Qu’il s’agisse du niqab, de la mini-jupe ou des talons aiguilles, quels que soient les conditionnements sociaux qui poussent des femmes à les porter, nous estimons que ce n’est pas par l’interdiction qu’on y met fin. Nous ne condamnons, ni ne défendons aucune tenue vestimentaire en soi : nous nous battons pour le droit élémentaire, en démocratie, des individu-e-s à évoluer et à s’habiller comme ils/elles le veulent dans l’espace public. Nous refusons que des hommes, qu’ils soient musulmans, catholiques ou athées, parlementaires ou simples citoyens, intellectuels ou ouvriers, contrôlent nos corps et notre liberté de mouvement, nous obligent à le montrer ou le cacher, nous dictent la juste mesure de ce que nous devrions rendre visible.

Nous invitons les initiateurs de cette loi à s’intéresser aux milliers de licenciements en cette période de crise économique, aux dizaines de suicides à Orange, aux millions de précaires que génère l’impitoyable système financier qui gouverne nos vies. Sans parler, alors qu’on se focalise sur les 367 femmes portant, selon les Renseignements généraux, le voile intégral, des 48 000 viols par an, des 156 femmes décédées sous les coups de leur conjoint en 2008 etc…

Plutôt que d’assigner des femmes à résidence en prétendant les « libérer », nous suggérons à nos parlementaires de prendre quelques mesures immédiates :

- la création d’une commission parlementaire sur la diffusion de valeurs anti-féministes par les magazines, la publicité et l’industrie des produits de beauté ;

- l’obligation pour chaque candidat-e aux élections de fournir un certificat de féminisme ;

- la mise en place de cours de citoyenneté à destination des personnes condamnées pour des actes ou propos racistes, sexistes et homophobes, et non pas des femmes qui les subissent.

P.-S.

Rendez-vous samedi 4 septembre place de la République à Paris devant Habitat.

Voir aussi les textes du Collectif des féministes pour l’égalité, des Panthères roses ou encore du Collectif de décembre 2009.

Un rassemblement contre la loi anti-burqa, auquel se joint le Collectif Les mots sont importants, aura lieu lundi 13 septembre 2010 à Paris.

Documents joints