Accueil du site > Appels, hommages et fictions > Je sais pourquoi je voterai contre Marine Le Pen

Je sais pourquoi je voterai contre Marine Le Pen

Réflexions d’une castore arabe en colère

par Bahia El Hamma
4 mai 2017

Dimanche dernier, j’ai donné rendez-vous à des amies pour nous rendre collectivement à l’hommage à Brahim Bouarram, un marocain de 29 ans, père de deux enfants poussé dans la Seine par des skinheads qui participaient au défilé du Front National le 1 er mai 1995, dans l’entre deux tours des élections présidentielles...

En attendant les retardataires nous prenons un café en terrasse quand déboule au coin de la rue, une voiture. En descendent plusieurs personnes oreillettes, en hyper-vigilance on se demande qui arrive ? C’est Jean-Luc Mélenchon.

Voyant quelques regards interpellés, les narcissiques égocentriques observent toujours autour d’eux pour voir si on les regarde, il nous salue. Je lui réponds spontanément :

« On va pas vous saluer nous, nous on votera contre Marine Le Pen dimanche prochain, parce qu’on est que des bougnoules dans tous les cas ! »

Il trace.

Mélenchon se rendait lui aussi à l’hommage à Brahim Bouarram qui s’est tenu en présence de Saïd Bouarram, son fils. A-t-il dit à Saïd Bouarram droit dans les yeux : « sans moi le 7 mai » ? Comment Mélenchon peut-il décemment aller saluer le fils de Brahim Bourram, en ce jour de deuil ?

Saïd Bouarram lui n’hésitera pas dimanche prochain, il nous adresse un message très clair :

« Le 7 mai battons le FN ».

Car il a payé le prix fort Saïd, des militants du Front National l’ont privé d’un père. C’est sûrement là toute la différence.

Jean-Luc Mélenchon, lui, sait qu’un homme blanc, bourgeois, sexagénaire qui trouvera toujours quelques sbires pour sécuriser son passage ne risque pas d’être victime d’un crime raciste, finir un jour dans la Seine ou assassiné par un policier. Ce sort est réservé aux Brahim, Amine, Adama… la liste est longue, trop longue.

Il le sait si bien, Mélenchon, qu’il peut même s’accorder le privilège de dire : « sans moi le 7 mai » !

J’ai toujours eu cette hantise depuis que j’ai pris conscience que « la Police tue, la Justice couvre », aux côtés de celles et ceux qui ont vécu ces drames, de voir l’un de mes proches mourir entre les mains d’un policier. Quand je songe à :

- tous ces jeunes morts chaque année victimes de violences policières ;

- ces plus 50% de policiers qui votent FN ;

- la loi assouplissant les règles de légitime défense.

Une telle addition déjà trop meurtrière, le sera inévitablement encore plus avec le Front Nationale au pouvoir. J’en suis horrifiée.

Mélenchon, lui, n’est pas inquiété. Il fait même le pari qu’il aura une belle majorité aux législatives qui le hissera premier ministre pour une belle cohabitation avec Macron.

Dans l’immédiat, même si je « dégueule » Macron et tout ce qui lui est associé, je sais pourquoi je voterai contre Marine Le Pen le 7 mai 2017.

A Mélenchon et à ses candidats insoumis mais bien soumis à ses diktats, peu soucieux qu’encore plus de Brahim, Amine, Adama, y laissent leur peau, je dis :

« Aux législatives les 11 et 18 juin 2017 et à l’avenir, ce sera sans moi ! ».

Et j’espère que beaucoup d’autres feront de même pour vous sanctionner dans les urnes !