Accueil du site > Études de cas > Impostures esthétiques et intellectuelles > L’affabulation anti-freudienne

L’affabulation anti-freudienne

Quelques mots sur un produit frelaté

par Collectif Les mots sont importants
20 mai 2010

Il est difficile de l’ignorer, sauf à boycotter radios, télévisions, presse et devantures de kiosques : Michel Onfray vient d’ajouter Sigmund Freud à son tableau de chasse...

Après Saint-Paul et Mahomet, déclarés responsables de tous les maux de la terre par le plus médiatique des hédonistes libertaires, c’est au tour du fondateur de la psychanalyse de payer pour ses péchés : imposture, affabulation, arrivisme et complaisance pour le fascisme ! Faisant feu de tout bois, et notamment de ces combustibles bon marché que sont le contresens, la contre-vérité, l’approximation, le raccourci et le moralisme le plus grégaire, Michel Onfray nous explique même, entre mille autres perfidies, que Sigmund Freud était, tenez-vous bien, la faute est accablante... cocaïnomane !

Il se trouve que la chose était (très) connue (en gros : par quiconque a visionné un 52 minutes sur la vie de Freud, ou lu sa notice wikipedia), mais personne n’avait encore songé à en faire un argument à charge contre une oeuvre théorique et clinique – sinon quelques énervés à la droite de la droite et dans les franges les plus puritaines du troisième âge.

Sans être, au collectif Les mots sont importants, des inconditionnels de Freud et du freudisme, et tout en étant même sensibles à certaines critiques au vitriol comme celles de Gilles Deleuze et Félix Guattari [1], nous ne pouvons nous empêcher de trouver lamentable ce réquisitoire aussi outrancier dans sa forme qu’indigent sur le fond, et fatigante cette manie qu’ont les philosophes télévisuels de décrocher le jackpot éditorial en crachant sur le cadavre d’un grand penseur : après BHL et Marx, Luc Ferry et Foucault, Comte-Sponville et Nietzsche, Nathalie Heinich et Bourdieu, voici donc Onfray et Freud...

Plutôt que de perdre de l’énergie à déconstruire un livre qui n’en vaut pas la peine, au risque en outre d’alimenter le buzz onfresque, il nous paraît plus constructif de conseiller la lecture de Deleuze et Guattari, et celle des passionnants livres de Freud que sont notamment Le malaise dans la civilisation, L’avenir d’une illusion, L’inquiétante étrangeté ou encore les Cinq leçons sur la psychanalyse...

Et pour ce qui concerne Michel Onfray, il nous paraît suffisant – et nécessaire – de renvoyer nos lecteurs et lectrices à une récente proposition de loi élaborée par la SPINOZA, Société Pour l’Interdiction des Nuisances Onfresques Zet Anarchoracistes !

Notes

[1] Cf. Gilles Deleuze et Félix Guattari, L’anti-Oedipe, Minuit, 1972. Cf. aussi la présentation que fait Gilles Deleuze de ce livre dans L’abécédaire réalisé par Claire Parnet et Pierre-André Boutang, à la lettre D comme Désir.