Accueil du site > Des livres importants > La lune et le doigt

La lune et le doigt

À propos d’un livre et de sa couverture

par Laurent Lévy
21 avril 2010

Quand le sage montre la lune, selon le proverbe, l’imbécile regarde le doigt. Le même, quand on lui montre un doigt, semble regarder la lune. Avouons qu’il y a de quoi s’y perdre ! Si l’on cherche midi à quatorze heures, on risque fort d’arriver en retard...

Il y a 165 ans – comme le temps passe ! – un jeune penseur allemand avait écrit que les philosophes n’avaient fait qu’interpréter le monde, et qu’il fallait le transformer. Le point reste à l’ordre du jour. Un doigt c’est un geste. C’est encore mieux quand c’est un geste souriant. C’est encore mieux quand c’est cette jeune femme qui « leur » dit : « je vous emmerde ».

Certains sans doute la préfèreraient pleurnicharde, ou résignée. Mais elle affirme avec la force de son ironie qu’elle ne marche pas dans la combine. Bravo ! Et elle n’est pas la seule. Nique la France, ce sont des doigts d’honneur par dizaines, qui en représentent des milliers d’autres. Inutile de chercher la lune : ce n’est pas vers le ciel des idées pures que nos doigts sont tendus. Une franche rigolade, une marque d’irrespect, ce n’est peut-être pas la lutte finale, mais c’est la lutte en cours. À chaque jour suffit sa peine.

Mais c’est quoi, au juste, qu’il faudrait que l’on respecte ? Pour être respecté, il faut être respectable. Respecter cette France d’aujourd’hui ? Celle des contrôles au faciès, de l’identité blanche, du ghetto vertical ? Celle du chômage et des discriminations ? Celle du cynisme sarko-bessonien ? La politesse demanderait qu’on l’invite à aller se faire voir. Mais foin de la politesse. Tiens, un doigt !

On nous l’a bien appris à l’école : en 732, Charles Martel a arrêté les Arabes à Poitiers. Certains en ont oublié que cet arrêt était provisoire. On en trouve à présent jusqu’à Roubaix ! « Mais enfin, ils sont chez nous… » Possible ; mais ils sont aussi chez eux. Et pire, ils le savent. Et pire, ils le disent. Que ceux qui ne veulent pas voir le doigt continuent de regarder la lune, et qu’ils nous foutent la paix. Mais qu’ils n’aillent pas prétendre que s’ils regardent la lune, c’est parce qu’on la leur a montrée. Nous nous contenterons de cette bonne vieille Terre. Qui n’appartient à personne, qu’à ceux et celles qui y vivent, sans avoir l’intention de demander la permission à qui que ce soit.

P.-S.

Nique la France. Devoir d’insolence, publié par Darna Éditions et vendu 12 euros, est un livre-disque édité par la ZEP (Zone d’Expression Populaire). Il est composé de 8 titres de la ZEP, dont une nouvelle version du déjà fameux « Nique la France », 4 titres d’Alee, 12 textes de Saïd Bouamama et 95 photos de doigts. Nous le recommandons vivement.

Portfolio