Accueil du site > Études de cas > Le voile et ce qu’il dévoile > Va te faire voiler ! > La voilée dévoile...

La voilée dévoile...

Chroniques d’une voilée désabusée (15)

par La Voilée
12 août 2009

Au cours de l’année 2008, un blog aussi éphémère que mémorable a présenté pendant quelques mois les « chroniques d’une voilée désabusée », mêlant avec bonheur, intelligence, drôlerie et colère des anecdotes, analyses et coups de gueule autour d’un même sujet : le quotidien éprouvant pour les nerfs d’une étudiante de vingt ans qui a eu la mauvaise idée, « au pays de Voltaire », d’être musulmane et de couvrir ses cheveux d’un foulard… Interrompu en septembre 2008 et rapidement fermé, ce blog intitulé « Va te faire voiler ! » méritait une nouvelle vie. C’est chose faite, avec l’amical accord de l’auteure qui, retournant le stigmate, a choisi de se nommer, tout simplement, « la voilée ». Nous publierons donc, quotidiennement jusqu’à la fin de l’été, une large sélection de ce que nous estimons être, dans la France de 2009, des mots importants.

Chronique précédente

Non, pas une mèche de cheveux, me suis pas peignée ! C’est une blaaaaaague, et marrante je trouve ! La dernière fois, j’ai lu dans un magazine féminin "maghrébin" (pour ne pas dire marocain) que la première raison qui motivait les femmes à se voiler était... "pratique".

"Les voilées se voilent pour éviter d’aller chez le coiffeur et dépenser de l’argent en vêtement". Le titre de l’article : "et si on dévoilait les voilées ?". Si ça c’est pas de la colonisation du cerveau !

Et pour la petite histoire, j’ai lu ce torchon chez... le coiffeur (hahahahahaha). Faut bien tuer le temps...

Ce que je vais "dévoiler", ce sont six petites choses me concernant, sur invitation de trois bloggeurs : Slix, Emomo et Ibn Kafka.

1) J’adore les glaces et le chocolat, mais un truc de fou ! Qu’il pleuve, qu’il neige, qu’il vente, j’avale les glaces à la vitesse de l’éclaire ! Pareil pour le chocolat, à tous les moments et d’ailleurs, après chaque repas, je dois obligatoirement finir sur une touche chocolat ! De manière générale, je suis... une grosse bouffe :D. Mon entourage se demande comment j’ai fait pour ne pas devenir obèse et une de mes soeurs est persuadée que j’ai un ver solitaire !

2) Avant de dormir, je dis une phrase ridicule, mais à un point... Si je ne la dis pas, je ne dors pas ! Si quelqu’un se trouve dans la même pièce que moi et que je suis sur le point de dormir, il doit obligatoirement la dire, sinon, je ne dors pas ! Il m’arrive de la dire plusieurs fois, mais il faut toujours que ce soit un nombre impair (pas de rapport avec l’witre :D). D’ailleurs, j’ai fait la misère à mon amie Pif pour qu’elle prononce la phrase magique lors d’une soirée pyjama. Et mon amie Y m’a offert une peluche personnalisée, une peluche qu’elle a fabriqué chez Build a bear, et dans laquelle elle a enregistré un message personnel : MA fameuse phrase.

3) Je suis une couche-tard, très tard. Je n’aime pas dormir, j’ai horreur des siestes. Au collège, j’étais insomniaque.

4) Conséquence... je ne suis pas du matin. Les rendez-vous, de bon matin, avec la voilée, sont à proscrire. Et quelque soit le rendez-vous, même les plus importants ! J’étais en retard à toutes les épreuves du bac qui commençaient de bon matin, pareil pour certains partiels depuis la première année. Et le pire, c’est que même si j’ai la possibilité d’être à l’heure... ben je l’suis pas ! Je ne cours jamais derrière le bus, ni le train. Si je le rate, ça ne me dérange pas d’attendre le prochain, même une heure. J’aime bien les quais de la gare !

5) Depuis mes problèmes de hijab, je suis à fleur de peau ! Un regard de travers, une réflexion désobligeante, et je démarre au quart de tour.

6) Je me pose constamment plein de questions, jusqu’à avoir mal à la tête. Je remets tout en cause, je déconstruis tout, sauf deux choses : mon islamité et ma famille. Je pense être lucide, trop lucide même, surtout concernant l’être humain, le fait politique et le système de manière générale (je sais que ça à l’air d’être des banalités mais bon, je me comprends !). Bref, je ne me fais plus d’illusions sur rien, de peur d’être déçue.

Chronique suivante

P.-S.

Ce texte est paru pour la première fois sur le blog « Va te faire voiler ! » le 27 mars 2008