Accueil du site > Études de cas > Le voile et ce qu’il dévoile > Va te faire voiler ! > La voilée et les cinglés

La voilée et les cinglés

Chroniques d’une voilée désabusée (24)

par La Voilée
19 août 2009

Au cours de l’année 2008, un blog aussi éphémère que mémorable a présenté pendant quelques mois les « chroniques d’une voilée désabusée », mêlant avec bonheur, intelligence, drôlerie et colère des anecdotes, analyses et coups de gueule autour d’un même sujet : le quotidien éprouvant pour les nerfs d’une étudiante de vingt ans qui a eu la mauvaise idée, « au pays de Voltaire », d’être musulmane et de couvrir ses cheveux d’un foulard… Interrompu en septembre 2008 et rapidement fermé, ce blog intitulé « Va te faire voiler ! » méritait une nouvelle vie. C’est chose faite, avec l’amical accord de l’auteure qui, retournant le stigmate, a choisi de se nommer, tout simplement, « la voilée ». Nous publierons donc, quotidiennement jusqu’à la fin de l’été, une large sélection de ce que nous estimons être, dans la France de 2009, des mots importants.

Chronique précédente

Youpi, chui en vacances !!

L’été dernier à la même époque, je l’étais également, sauf que j’avais pris un mois de vacances en avril juste avant les exams, et que je m’étais inscrite à un stage d’été. Puis je me suis retrouvée à rien faire. Vu que je prends tout le temps mes (grandes) vacances durant l’année scolaire (faut bien décompresser entre 10 cours), je m’étais dit que j’allais travailler. Et il s’avérait qu’il s’agissait de ma première expérience esclavagi... professionnelle. Moi, la reine des fainéantes, j’allais goûter aux plaisirs de la vie en entreprise, et pas n’importe laquelle : un call center.

Aaaaaaaaaaahhhhhhhhhh !!!

Ouuiiiiii !! Un centre d’appel !! J’avais pas trop le choix en fait.

La minute : Le saviez-vous ?

Saviez-vous, très chers lecteurs, qu’il était impossible pour une voilée qui souhaite garder son voile de trouver un job d’été, et un job tout court, autre que dans :

- le télémarketing (ou l’usine de l’an 2000)

- le baby-sitting (sales gosses !!)

- le ménage (il parait que le voile peut servir de chiffon...)

Qu’elle soit (sur)diplômée ou non, brillante ou nulle, une voilée qui refuse de retirer sa bâche n’est pas la bienvenue sur le marché du travail français... t’as compris très cher lecteur ? Et que ce soit dans le privée ou le publique !!

Je me suis donc retrouvée dans un centre d’appel situé dans un quartier cossu de Paname. Déjà rien que ça, c’était éprouvant ! Mais bon, fallait bien que je concrétise mes lubies ! J’y suis allée avec la dernière de mes soeurs (on est les petites dernières hi hi hi) qui était en dépression nerveuse. La malheureuse était diplômée depuis deux ans, avait cumulé deux master 2, une formation, un stage et s’est retrouvée... Rmiste. Ha ha ha ha !!

La bonne voilée que je suis lui a conseillé de se chercher un Mahmoud barbu pour constituer une équipe de petits mollahs et de petites voilées au lieu de se battre pour trouver une place sur le marché du travail. Mais noooonnnnn, la pestiférée voilée voulait se sentir utile, et refusait surtout davoir le statut stigmatisant dont jouit le Rmiste (sur lequel on tappe dans tous les JT français. Perso, rien à faire du stigmate. Je kifferais être une oisive aux yeux de la société française:D Je dis bien en France...).

Le saviez-vous ?

J’entends déjà certaines personnes s’exclamer :

"ça va la parano là ? Tu sais qu’en France, y a du chômage QUOI, les jeunes sont les plus touchés QUOI, surtout les jeunes diplômés QUOI. Donc faut pas se plaindre QUOI, faut arrêter QUOI !!" (je suppose que ces personnes sont parigots... ce qui explique la multitude de QUOI)

Saviez-vous, très chers lecteurs, que pointer du doigt et avec insistance le chômage des jeunes est une erreur monumentale !!! Vous êtes manipulés par l’Etat et par les statistiques (ou plutôt, vous ne savez pas lire les stats !!). En effet, vous confondez taux de chômage et poids du chômage...

Autre chose, la durée moyenne du chômage chez les 16-25 ans est de 2 mois, contre 10 mois pour les plus de 30 ans (y a plein d’autres arguments... mais j’ai pas le temps de faire un cours de sociologie de l’emploi et je vous conseille de consulter les données du CEREQ ou les travaux de Friot). Comme l’a si bien dit mon prof (idole) de cette année, "THE marxien" (et non marxiste, hihihi, c’est lui qui le dit ! Je le cite parce qu’il a dit la dernière fois, à la fin de l’exam, que j’étais "d’une élégance raffinée" et même que certains rageux de ma classe, dont le frangé du 92 (:D) ont dit que j’avais un 20 assuré au devoir, hihihi), tout ce qu’on entend dire sur le chômage des jeunes, surtout durant le CPE, et notamment qu’un jeune sur quatre est au chômage est un MENSONGE D’ETAT !!! Un mensonge qui a permis la mise en place de politiques en faveur de l’emploi des "jeunes" et qui, toujours selon lui, arrange les jeunes qui se sentent victimisés, alors que (et là, c’est ma phrase préférée) : "la victimisation est essentielle au système capitaliste".

Ben oui, parce qu’un groupe social victimisé= groupe social à qui on nie le statut commun= groupe social qui ne peut définir les fins et les moyens de son travail (moi je dis, foulard bas mon prof !! On peut être d’accord ou non sur ces constats, mais ça a peut être été le cours le plus "puissant" intellectuellement de toute ma scolarité... J’oubliais Foucault :D C’est des vrais cours parce que politisés, et parce qu’ils offrent des grilles de lectures, et donc la possibilité de réfléchir. Et pas des cours à la noix que tu dois bêtement réciter pour l’exam final).

Il y a aussi la question de la trop faible transcription de la certification en qualifications (organisée par l’Etat) qui fait que que les jeunes sont recrutés très en dessous de leur certification (arnaque au niveau du salaire quoi)... Trop intéressantes ces questions et surtout, la manière dont elles sont posées et traitées !!

Tout ça pour dire qu’une voilée, jeune diplomée cumule un certain nombre de tares :

C’est une femme, musulmane, généralement issue de l’immigration, catégorisée "jeune" et arnaquée dans la reconnaissance de sa certification : moi je dis direct, pont de l’Alma ou casage avec un barbu...

Donc j’y suis allée, j’ai pas fait long feu. Et trop la honte : j’avais de bons résultats ! J’étais productive !!

J’ai eu l’occasion de me faire de super bons potes : une étudiante en prépa HEC (bédouine, bien entendu), un étudiant des Beaux-Arts (il est exceptionnel !!), un anarchiste anciennement étudiant en socio (super sympa)... Je ne vous parlerai pas du travail en lui même, ni des superviseurs, et de la hiérarchie en général (chui limite capable d’écrire un mémoire de sociologie du travail... pour ne pas devenir folle, ben j’analysais les situations comme si je faisais un terrain... dingue, je sais !).

Ce taf : épuisement intellectuel et physique, turn over à fond, main d’oeuvre sur-qualifiée, bon marché et bien entendu corvéable à merci... ahhhh les "jeunes" !

Mais je dois absolument vous parler de certains cas... J’ai fait la rencontre de personnes... mon Dieu !!

Commençons par P, un type qui faisait des études de médecine chinoise et surtout, un sioniste de première !! Je vous raconte. Moi, quand je suis arrivée là bas, je parlais à personne, sauf à la bâchée sur-diplômée dépressive, à une autre bâchée étudiante en médecine et à mes super potes que j’avais rencontré lors de la session de recrutement. Un matin, ce bougre de P est venu dire bonjour à ma soeur, et a commencé à discuter avec nous ( bien entendu, nous ne savions pas qu’il était sioniste... ben quoi, si j’avais su, pas de pitié, je ne lui aurai jamais adressé la parole. Vous parleriez à un nazi vous ? Et à un sarkozyste :D)

P : C’est dingue ! (ah oui... il avait une voix d’abruti) Tu ressembles pas du tout à ta soeur !!

Moi : ah ouais…

P : Grave ! Limite, on dirait que t’es de chez nous... sauf que t’es voilée hahahaha !

Moi : pourquoi t’es d’où ?

P : chui feuj (si si, il a dit "feuj". Il a du flipper en nous voyant et s’est dit : faut que je m’adapte à la racaille bougnoule).

Après, il a commencé à me raconter qu’il avait beaucoup d’amis marockains (du Marock... et pas du Maroc. Ouais, il côtoyait des vendus de la haute), qu’il allait souvent à Casablanca. Il m’a également raconté qu’il avait fréquenté des marockaines (moi je dis que certaines sont en galère d’affection... surtout qu’en plus d’être et sioniste et bête, il était moche !! Un laideron !). Quelques jours plus tard, il m’a donné un surnom. Je l’ai regradé droit dans les yeux et lui ai dit :

Moi : écoute, on a pas élevé les cochons (héhé) ensemble. Donc jte prierais d’éviter les petits noms.

P : T’as le même prénom que ma soeur en fait, c’est pour ça... c’est affectueux.

Moi, qui ne me suis pas retenue : Aaaaahhhhhhhh. Non merci, je ne suis pas en galère !

Quel boulet !!

Un jour, en pleine salle de pause, en présence de quelques personnes (dont ma sœur) qui mangeaient et parlaient de leurs vacances, d’un coup, le hallouf sort : "j’ai été en Israel pour faire un stage chez Tsahal... (silence et stupéfaction) ça m’a permis de faire un peu de sport, ha ha ha ha".

Une fille, pas bâchée, mais très sensée, s’est énervée et l’a déglinguée. Ma soeur s’est elle aussi indignée. Assez posée, elle a quand même essayé de lui montrer la gravité de ses propos (perso, je l’aurais insulté et je serais sortie de la salle).

Quand on me l’a dit, j’ai décidé de ne plus lui dire bonjour, de ne plus lui adresser la parole. Une fois, on était dans la même pièce et il a commencé à parler politique et notamment Proche- Orient. Il essayait de me convaincre de la légitimité de l’Etat voyou qui lui servait de seconde patrie et il est vite sorti de la pièce en disant : "on peu pas parler avec toi".

Bien sûr qu’on peut pas parler avec moi !! Moi je refuse de parler avec des sionistes, des salopards fachos et impérialistes. Les concernant, je suis pour les pugilats...

Il s’avérait qu’il sortait avec P, une fille qui travaillait avec nous et qui était dans la même fac que moi. Elle me l’a appris en me disant : "tu me connais pas, chui la présidente de CÉ (Confédération Étudiante) sur notre campus".
Je sais pas ce qu’elle attendait de moi...

CÉ ? CÉ qui partage le même local que l’UEJF et qui fait ami-ami avec l’UNEF.

CÉ qui était pour la réforme LMD, contre le blocage ("on voulait passer nos examens tranquillement" m’a-t-elle dit) et pour le traité constitutionnel européen...

Qu’est-ce qu’elle croyait la fille, que j’allais devenir sa copine ? En plus, elle sortait avec l’autre gros porc de sioniste. Mais ça va pas non !!! Le piiiiiiiiiiire : un de ses parents était Libanais.

Et elle sort avec un sioniste bon sang ? Je sais pas, mais un peu de décence !! Mais même si t’es pas libanaise... c’est une question d’humanisme ! C’est comme si tu te casais avec un mec de droite ! (c’est un peu une hantise chez certaines... hein C :D)

Des journée de travail éreintantes avec des cas sociaux que j’avais envie de massacrer, voilà comment se résume mon expérience.

Il y avait aussi une fille, étudiante à l’IEP de Lyon, que je ne pouvais pas sacquer (cherchez pas, j’aime personne). Alors déjà, la première fois que je lui ai parlé, elle m’a directement dit :

L : mon père est sociologue.

Moi, dans ma tête : qu’est-ce que je m’en fiche... pourquoi tu me racontes ta vie.

Moi : cool ! Le mien était ouvrier.

L : il vient de sortir un livre. Mais dommage, il est bourdieusien.

Moi, effarée : dommage, carrément ?

L : ben ouais.

Moi : t’as déjà lu Bourdieu ?

L, avec une grimace : ouais, enfin vite fait, mais c’est juste que j’aime pas le déterminisme. Et je comprends pas comment mon père, qui a connu une mobilité sociale fulgurante, puisse y croire.

Premièrement :"J’aime pas le déterminisme" ... quel argument de poids !

Deuxièmement : arrête de faire la gueule, t’es déjà moche !

Troisièmement : les self-made-men et leurs enfants (pas tous bien entendu)... c’est généralement les pires !!! Veulent être plus royalistes que le roi, plus bourgeois que le bourgeois de base. Je préfère de loin le vrai bourgeois qui a le vrai ethos qui s’est transmis de génération en génération...

Quatrièmement : Ouaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaah ! On se connait pas, et tu me racontes ta vie ?!?!

S’en suit une conversation à deux francs, que dis-je, à un centime, sur la politique, la sociologie, l’économie.

L : je supporte pas les extrêmes, de droite comme de gauche.

Et moi, je ne supporte pas la bêtise. Cet argument, c’est celui que tous les abrutis dégueulassement politisés sortent. Même si je suis la première à taper sur l’extrême gauche, faut pas pousser mémé dans les orties et comparer l’incomparable.

Et le pompon, c’est cette phrase :

L : J’adore Tocqueville.

Aaaaaaaaaaaaaaaaahhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhh !

C’est bon, elle m’a tuée là. Je lui ai exprimé mon aversion pour ce saligaud, et sur d’autres qu’elle a cité. Et puis, elle me dit :

L : franchement, j’aime pas parler politique avec des gens que je connais pas !

Elle se fiche de moi ou quoi ? Qui est venu me raconter sa life ? En plus la honte, quand elle parlait de Marx, elle a sorti son cahier de cours pour me citer un passage du cours de son prof. Bête de concours, et bête tout court !!

En résumé, ce fut pour moi une expérience très enrichissante. De l’exploitation, des sionistes, une inculte lettrée, des gens cool, une boulangerie exceptionnelle (c’est peut être le seul truc qui m’a fait tenir... mais pas très longtemps), ça c’était de l’expérience professionnelle !! Mais j’ai juré de ne plus y retourner. J’ai juré de ne plus faire de télémarketing de toute ma vie !! La voilée désabusée est traumatisée. Rien à faire de mon budget fringues, sorties, bouquins et vacances. Ma santé mentale avant tout !!

Mais je crois que j’ai un bon plan. J’ai un pote, I (plus paresseux, y a pas ! Lui et moi, on était en concurrence de séchage ce semestre. Je crois qu’il a gagné...) qui joue au poker. Et trop fort, en jouant un tout petit peu, et depuis peu, il arrive à se faire un tas de thune !! Il voulait être prof d’éco, mais il pense maintenant à devenir joueur pro avec la chapeau, la chaîne en or, les dents en or et tout et tout (cherche pas, c’est ce que tu m’as dit !!).

Travailler plus pour gagner plus. T’as tout compris I ! Bientôt à Vegas !!

Chronique suivante

P.-S.

Ce texte est paru pour la première fois sur le blog « Va te faire voiler ! » le 22 juin 2008