Accueil du site > De l’importance des mots > Distribution et redistribution de la parole > Le féminisme : pas de ça dans le 20ème arrondissement !

Le féminisme : pas de ça dans le 20ème arrondissement !

Frédérique Calandra annule la projection d’un film et tous les débats organisés par son adjointe déléguée à l’égalité femmes/hommes

par Collectif Les mots sont importants
6 mars 2015

Le 3 mars devait avoir lieu à la mairie du 20ème arrondissement un débat intitulé « Violence sexistes : pas de ça chez nous ? ». Apprenant la présence de Rokhaya Diallo, Frédérique Calandra a mis son véto en lui promettant de la « défoncer » si elle voulait débattre. Après avoir menacé Christine Delphy, qu’elle ne « connaît pas », de la « mettre dehors », la maire a finalement tenu ses promesses. Un moment épargnée par la foudre calandrienne, Christine Delphy subit donc le même sort.

La projection du film « Je ne suis pas féministe, mais… » qui lui est consacré, et qui devait être diffusé ce vendredi 6 mars, a été annulé, de même que le débat « Les féministes et la montée de l’extrême droite. Quel rôle, quelle responsabilité » avec Ndella Paye prévu le 9 mars. Dans un geste bien peu féministe, le programme élaboré par l’élue chargée de l’égalité hommes/femmes a été rayé de la carte.

Avec cette deuxième censure, c’est une conception très surprenante de la liberté d’expression qui semble s’imposer dans le 20ème arrondissement. Une liberté d’expression qui ne souffre aucune contradiction, qui va de pair avec un pouvoir exercé de façon autocratique, considéré comme tout personnel. Comme si le territoire du 20ème arrondissement devenait le royaume de Mme Calandra, l’espace où, comme elle dit elle-même, doit « s’exprimer la vision de l’équipe municipale ». Bien loin, en somme, de l’« esprit du 11 janvier » dont pourtant elle se réclame.

Quelques jours avant le 8 mars, journée internationale des droits des femmes, c’est aussi une singulière conception du féminisme que Frédérique Calandra donne à voir. Un féminisme qui passe par le dénigrement et la menace physique, qui accuse de façon totalement extravagante et insultante des femmes de gauche engagées de vouloir « voiler » et « exciser ».

Nous dénonçons ces pratiques, qui sont révélatrices de l’état plus qu’inquiétant de notre vie démocratique, mais qui ne nous empêcheront pas de projeter ailleurs le film « Je ne suis pas féministe, mais… », et d’organiser de multiples débats, rencontres, et autres moments militants qui font vivre le féminisme.

P.-S.

Pour l’agenda des prochaines projections de "Je ne suis pas féministe, mais...", à Lille le 8 mars, à Paris le 12 mars et Créteil le 14 mars :
https://jenesuispasfeministemais.wordpress.com/agenda/