Accueil du site > Études de cas > Le voile et ce qu’il dévoile > Lettre ouverte aux adhérents de la LCR

Lettre ouverte aux adhérents de la LCR

... et plus largement de la gauche

par Joëlle Couillandre
19 février 2004

Cette lettre ouverte a été envoyée par Joëlle Couillandre, membre du collectif
rennais contre les lois d’exclusion, à la LCR locale, en réaction à la position ambigüe prise par la LCR vis-à-vis de la loi interidsant "les signes religieux ostensibles" à l’école publique : opposition à la loi, mais sans refus catégorique de toute exclusion.

Une décision politique mûrement réfléchie

La LCR vient donc de faire savoir que, tout en étant contre la loi
interdisant le port ostensible de signes religieux (et politiques ?) à
l’école, elle ne s’inscrirait, dans les faits, dans aucun comité luttant
contre le projet.

Belle attitude qui consiste à dire que l’on est contre quelque chose ...
tout en refusant de se battre ! Admirable hypocrisie en vérité ! A moins
que l’on refuse cette loi, tout en attendant, au mieux, que d’autres le
disent pour nous ? On prend donc bien soin de ne pas fermer toutes les
portes afin que -peut-être- si par hasard le courant devenait
majoritaire ... on puisse quand même s’y inscrire. Ainsi, on ne se coupe
pas totalement des " masses populaires " (sic) ... histoire de laisser
un petit espace au réformisme ! Attitude on ne peut plus
révolutionnaire, n’est-ce pas ?

Mais non, je fais un procès d’intention : la LCR va se battre, seule,
entre gens bien de chez elle. On ne va même pas prendre le risque
d’aller discuter. Non, on rejette a priori. On n’a pas besoin des
autres, on fonctionne en vase clos, en pensée circulaire : on peut, on
est l’avant-garde éclairée !

Curieux : sur d’autres sujets, la LCR a pu mener des luttes communes
avec d’autres qui ne partageaient pas exactement les mêmes analyses... A
ces moments-là, il était possible de trouver des bases communes minimum
acceptables. Mais là, non. Toucherait-on, camarades, un point sensible ?

Y aurait-il un risque majeur à entrer en contact avec certaines " fanges
" de la population ? La LCR risquerait-elle d’y perdre son identité,
pire, de se faire manipuler ? Ah ! la LCR n’est vraiment plus ce qu’elle
était !

A moins qu’elle ne risque, par sa présence (forte, oeuf corse !) de
servir de caution à des mouvements troubles ? Mais qui seraient donc ces
organisations rennaises occultes et dangereuses ? On veut des noms.(Mais
peut-être est-il difficile de le savoir quand on n’est même pas venu les
rencontrer ...) Enfin, tout de même, on peut supposer que ... Le
fantasme n’est pas interdit ... les restes d’esprit colonialiste non
plus d’ailleurs, dommage ! (enfin, peut-être qu’avec une bonne loi, dans
l’avenir ...)

"On le fait pour elles ..."

Enfin bref, on envoie un camarade, pardon une camarade, pour faire part
de. Les femmes ne sont jamais mieux servies que par elles-mêmes. Parce
que, bien sûr, le point central c’est la défense des femmes. D’ailleurs,
on voudra bien travailler avec les femmes voilées, tiens, allez, on
voudra même bien lutter pour qu’elles aient le droit de choisir ce
qu’elles veulent être ... quand elles auront enlevé leur voile ! C’est
vrai, quooââ on est des vrais démocrates ! On parlerait pas sans savoir.

Camarades, sérieusement, posez-vous la question, chacun d’entre vous : à
quand remonte votre dernière discussion, dans les quartiers, avec une
jeune fille voilée ? (D’autres, en d’autres temps, en d’autres lieux,
ont cru pouvoir décider du bonheur des gens à leur place. Que sont-ils
devenus ?)

Du combat contre la religion ...

L’histoire marche décidément au galop : après avoir été putes ou
soumises, ces jeunes-filles sont brusquement devenues soumises ou
intégristes ! Entre les deux, il n’y aurait bien sûr aucune alternative
... Dans tous les cas, elles ne seraient que les porte-drapeaux,
volontaires ou involontaires, de la religion-opium-du-peuple. Citation
/ : " la détresse religieuse est, pour une part, l’expression de la
détresse réelle et pour une autre, la protestation contre la détresse
réelle. La religion est le soupir de la créature opprimée, la chaleur
dans un monde sans coeur, comme elle est l’esprit de conditions sociales
d’où l’esprit est exclu (...)/ " J’adhère, pour ma part, totalement à
cette citation, dans son intégralité (vous trouverez bien l’auteur...).
Or donc, partant de là, et bien qu’étant fondamentalement opposés
aux restrictions des libertés individuelles et collectives, vous seriez
quand même un peu pour la cure de désintox forcée (pour leur bien,
évidemment ...) Sans vouloir revisiter la psychanalyse, il me semble
tout de même me souvenir qu’il faut que le sujet soit un minimum partie
prenante pour qu’il y ait une quelconque chance de réussite ... Mais,
bref, or donc les détails de ce genre : la révolution n’attend pas,
camarades ! Quand faut-y-alleu, faut-y-alleu ! Quand faut protester,
faut protester ! Ben, oui, précisément ... Tiens, relis-moi donc la
citation ...

Concrètement, que va-t-il se passer ?

Cette loi va être adoptée, cette loi va être appliquée, cette loi va
casser. Plusieurs cas de figures vont se présenter :

- Celui des filles pour qui le foulard est de manière non discutable
un symbole d’oppression puisqu’il leur est imposé : comment
peut-on en toute honnêteté se bercer d’illusions et croire que les
familles vont s’incliner devant cette nouvelle loi ?! Leur
attitude actuelle est déjà empreinte d’une effrayante volonté
d’asservissement de la femme ; aujourd’hui, elles sont contraintes
de scolariser leurs filles mais, demain, certaines triompheront et
pourront, en toute impunité, les enfermer définitivement. Ces
filles qui, aujourd’hui subissent le voile en plaçant tous leurs
espoirs d’émancipation dans leurs études vont être privées
d’études ... au nom de leur libération ! Alors qu ’avec des
diplômes en main, elles pouvaient espérer, une fois majeures, se
libérer, elles vont voir leur avenir totalement bouché. Double
peine ! Là encore, bravo ! Belle action féministe !

- Autre cas : celui des jeunes pour qui le port du voile est un
choix. Ou bien elles l’enlèveront et seront admises à l’école
publique, ou bien elles le garderont et seront virées. Que
croyez-vous franchement que vont penser les premières ?! Comment
peut-on espérer les avoir fait évoluer sur le fond, comment
ose-t-on rêver qu’elles puissent ressentir autre chose que de la
rancoeur, voire de la haine ?! En quoi l’école, dans cette
affaire, aura-t-elle assumé sa mission d’éducation ?
Quant aux
autres, celles qui refuseront de l’enlever pour des raisons
diverses, elles auront le " choix " entre payer - cher- pour
entrer dans une école privée (tiens, catho avec un peu de chance
...) ou rester dans leurs foyers sans formation, sans métier
(notez bien : on pourra toujours les occuper en les mariant !)

Or, il serait un peu court de ne voir dans ces jeunes-là que de
fanatiques prosélytes oeuvrant pour la soumission de la femme
(d’ailleurs, pour peu qu’on daigne venir les rencontrer, à Rennes,
on s’en rend assez vite compte !). Bref, certaines de ces nanas
qui aujourd’hui, avec leur foulard, leur instruction et leur
copines en jeans font de l’information contre le mariage précoce
et forcé vont se retrouver seules face aux mecs. Ces nanas qui,
depuis des mois, refusent les chantres de la démagogie et du
communautarisme et tendent la main aux organisations progressistes
(pire parfois : révolutionnaires !), ces nanas qui ont été de
toutes les manifs pour demander des moyens pour l’école publique
(quand leurs beaux professeurs roupillaient dans leur rocking
chair !), ces nanas vont se retrouver jetées sur le pavé,
abandonnées, de fait, par ceux-là mêmes dont elles partageaient
parfois les analyses sociales et politiques, ceux-là mêmes aux
côtés de qui elles avaient combattu, ceux-là mêmes à qui elles
accordaient leur confiance ! (remarquez : on n’est jamais mieux
trahis que par ses amis !) Et qu’y aura-t-il en face d’elles ?
Quels seront leurs seuls et uniques " interlocuteurs " ? Dans bien
des cas, les pires crapules qu’il soit, fanatisés ou pas
d’ailleurs, en tout cas très calculateurs et avec les moyens
financiers que l’on sait qui viennent d’où l’on sait (mais ça, par
contre, on ne fait rien contre .... dites, ça serait-y pas des
mecs qui détiendraient ces structures ?) A ce moment-là,
d’ailleurs, certaines âmes bien intentionnées pourraient bien leur
rappeler, à toutes ces petites jeunettes, leur honteux passé plein
de pêchés ... Moi je dis bravo, franchement, bravo ! On aura
vachement fait avancer la révolution, camarades ! (On n’aura pas,
non plus, oeuvré pour le développement des écoles privées ...)

Quant aux autres, ceux qui ne sont pas voilés, même pas filles
nécessairement, non plus d’ailleurs, mais simplement " pensants " et "
s’exprimants ", c’est déjà en route pour eux aussi ... Avant même le
passage de la loi, les " démocrates -profs " de tous poils (sic), ne se
sentant plus, anticipent : guerre au A de anarchie, finies les étoiles
rouges, foulards palestiniens et autres love and peace ... Maintenant,
c’est le Nike autorisé-obligatoire pour tous (à l’école, le libéralisme
c’est le bon sens, non ?). Là encore, bravo, belle réussite, objectif
atteint ! C’est pas grave : aujourd’hui ça, demain le foulard, après
demain le bandana et la barbe (en plus, y en a qui cumulent !) ...
pourquoi pas les Berufsverbot ? Pourquoi s’arrêter en chemin ? Si
l’école doit absolument devenir " neutre ", bânissons-y toute expression
syndicale et politique, des élèves comme des profs (ça ne vous dit
rien " le doigt dans l ’engrenage ?). Parce qu’on en est là :
aujourd’hui l’école devrait devenir un lieu neutre de toute influence,
de fait de tout débat, de toute réflexion, une sorte de sanctuaire, à
part de la société. Les auteurs ne manquent pas, pourtant, à s’être
penchés sur la " neutralité " de l’école bourgeoise ... et sur son rôle
... Ah ! 68 est bien loin !

C’est pas grave : comme ça elles seront, somme toute, presque à égalité
(le boulot en moins) avec certaines épouses de militants de gauche
(voire d’extrême gauche ...) qui, une fois rentrées du travail,
redeviennent bien sagement des femmes au foyer s’occupant des gamins
pendant que môsieur milite au long de longues soirées ...

Si l’uniforme révolutionnaire se définit par le port de la barbe et des
petites lunettes rondes, c’est râpé pour toutes les nanas (même les
myopes !). C’était déjà pas gagné pour les mecs avant, mais maintenant
ça va devenir carrément impossible pour eux aussi. Allélououiiya !!!
Enfin l’égalité des sexes !

Le pourquoi de la ligne ...

Un point m’interpelle : la LCR est-elle contre cette loi parce qu’elle
la juge réellement liberticide sur le fond ou parce qu’elle est proposée
par un autre " clan " que le sien ? Sur le premier point, cela pose le
problème de la cohérence entre les idées et les actes (cf non
participation aux comités). Le deuxième point pose, lui, le problème
fondamental de la conception-même de l’action politique (problème posé
aux adhérents de la LCR mais également à son électorat et, plus
largement aux partis dits de gauche, aux syndicats, associations ...
dont parfois les positions nationales sont bonnes et, curieusement, les
applications locales nulles !)

Ben je vais vous dire moi, à force d’enculer les mouches sur le bord du
chemin et de discuter de la qualité -ou non- de la pénétration, on n’est
pas prêts de se sortir les pieds du cacapital et le cul des roses !

De toutes façons, c’est vrai : le problème n’est pas tant celui de la
LCR que celui de la gauche dans son ensemble. Finalement, là dessus,
c’est vrai, vous n’êtes hélas guère différents des autres, dans leur
molle moyenne (j’y inclus syndicats et associations diverses). Et ça ne
rend pas la chose moins révoltante, au contraire !

La liberté est-elle divisible ?

De fait, déclarer son désaccord avec cette loi sans la combattre revient
à être pour (surtout quand on met en regard la force de frappe de la LCR
à l’Assemblée !) : on fait porter à des gamines, victimes ou pas, le
poids de tous les maux de la société car, chacun le sait, cette loi
surfe sur le racisme développé par l’extrême droite (chercher la
définition de bouc émissaire ...). On leur colle une responsabilité
politique qui, dans la plupart des cas, n’a rien à voir avec leur choix
religieux individuel. Allons jusqu’au bout : au nom de la lutte contre
l’obscurantisme, la LCR serait-elle d’accord avec une loi interdisant
les religions ? (Tiens, ça me rappelle d’autres temps, d’autres lieux
...) Le principe de la liberté de conscience est-il divisible ou pas ?
Certains confondent la limitation de ce droit fondamental avec
l’indispensable travail d’argumentation et de conviction. La gauche
est-elle désormais convaincue que la censure peut faire avancer les
consciences ? Ne peut-on lutter contre la montée des religions autrement
qu’en les interdisant ou en en interdisant l’expression dans certains
lieux ?(remarquez, pas de toutes : je n’ai pas vu circuler de pétitions
demandant l’interdiction des aumôneries dans les lycées publics ...
Cohérence ?) Enfin, que penser sur le fond d’une liberté de conscience
et d’expression (l’un n’allant pas sans l’autre, faut-il le rappeler ?)
qui ne serait autorisée que dans certains lieux et pas dans d’autres ?
Bref, d’une liberté à géométrie variable ? Dans ce cas, il faudrait
avoir l’honnêteté intellectuelle d’aller jusqu’au bout (notamment pour
les enseignants) et de déclarer publiquement son opposition à la
déclaration universelle des droits de l’enfant et, notamment, à ses
articles 18 et 19 ! (mais peut-être certains ne lisent-ils pas beaucoup...)

De la caricature à l’efficacité ...

Dans le domaine des caricatures et des idées toutes faites sur l’islam,
on choisit ses exemples (remarquez, c’est facile : ceux-là on les trouve
partout : TF 1, Le Figaro, France Soir Détective ...) Ils tournent
souvent autour du fanatisme chiite iranien mais parle-t-on de ces
militantes palestiniennes, éventuellement voilées (et oui, ça existe !),
qui se battent simultanément pour la libération de la femme et celle de
leur pays ? Pour ma part, je ne suis pas pour limiter les références ...
Ceci dit, peut-être que certains militants de la LCR, ou de la gauche en
général, en manquent, de références ? On peut leur offrir des stages ...
Evidemment, du creux des fauteuils parisiens (ou rennais, d’ailleurs !)
c’est somme toute assez aisé d’affronter les barbus mais, sur le
terrain, combien êtes-vous allés aux côtés des femmes (pas les
fantasmées, les vraies !) dans les camps de réfugiés où l’intégrisme se
développe sur le terreau de l’impasse politique ? On peut parler de
l’Algérie, également, où, c’est vrai, le port imposé du voile fait
partie du dispositif politique de terreur et d’oppression mis en place
par les islamistes (et, à ce titre, il faut se battre contre). Mais qui
oserait soutenir que toutes les féministes algériennes sont athées et
qu’aucune femme musulmane, portant le foulard, ne se bat de toutes ses
forces contre l’intégrisme ? Ce que je veux dire, c’est que le string
n’est pas forcément le seul moyen d’émancipation des femmes ni le
foulard bien évidemment, loin s’en faut. Mais, de même qu’il est
scandaleux de traiter les nénettes en mini-jupes de putes, il est tout
aussi choquant pour moi d’assimiler forcément le port du foulard à
l’intégrisme et/ou à la soumission de la femme. (Raisonner ainsi
dénoterait, je suis désolée de le dire, une totale inculture.) Il est
urgentissime d’intensifier le combat pour l’émancipation des femmes
partout dans le monde mais son efficacité sera d’autant plus importante
qu’il se fera sans caricature et pas " au nom des femmes " mais
réellement avec elles.

La main tendue ..

En attendant, s’il en est parmi vous qui ont eu le courage de lire ma
révolte jusqu’au bout c’est que tout n’est pas perdu ! Je me garderai
bien de faire l’amalgame entre les structures (pour ne pas dire les
appareils ...) et les individus. Pour avoir à de multiples reprises et
en diverses occasions lutté aux côtés de militants de la Ligue, nous
sommes quelques-uns à avoir pu apprécier leur honnêteté, leur dévouement
et à refuser de les considérer à priori, en bloc, comme des petits
soldats ayant le doigt sur la couture du pantalon. C’est à eux que je
fais appel mais ... c’est aussi à eux de dire où est leur cul !

C’est clair, il y a un travail politique à mener pour combattre les
injustices sociales qui sont, nous le savons tous, les détonateurs de la
montée (réelle et inquiétante) de l’intégrisme. Mais où en est-on
aujourd’hui ? Les médias ne parlent plus que du foulard, plus rien sur
les luttes sociales (l’autre jour, un ami palestinien, tout juste arrivé
en France le jour de la grève SNCF, me faisait la remarque : il avait
vainement essayé de savoir pourquoi il n’avait pas eu de train et
quelles étaient les revendications des cheminots ...). Pareil pour
l’école : le gouvernement a réussi son coup ! Unis dans la lutte, en mai
et juin derniers, parents et enseignants sont aujourd’hui divisés sur le
problème du foulard ... Pendant ce temps-là, ils ne s’occupent pas
d’autre chose ... Pendant ce temps-là, aussi, le FN fait des choux gras
sur l’air de " vous voyez, on vous l’avait bien dit ... on avait bien
raison de lutter contre les arabes ... ils y viennent tous ... comment
faire confiance à de tels opportunistes -la gauche- ... si vous voulez
être défendus, votez pour nous ... au moins, nous, on ne change pas !"
Rappelons-nous la dernière histoire du voile et les scores de l’extrême
droite juste après ... Tiens, bizarre, c’est encore une période
électorale ...

Il est clair aussi qu’il y a un travail idéologique à faire pour lutter
contre ces fléaux que sont le fanatisme et l’intégrisme (et pour montrer
que le religion ... n’est pas la seule solution !). Mais cela n’est pas
opposé au fait de se battre simultanément contre ces lois scélérates qui
ne sont en plus, j’en suis convaincue, qu’un ballon d’essai vers quelque
chose de beaucoup plus large : l’uniformisation obligatoire des esprits.
Nous avons tous aujourd’hui, collectivement et individuellement, une
lourde responsabilité : dans dix ans, ce sera trop tard pour venir
pleurer (on tire décidément peu de leçon de l’histoire). C’est bon, je
n’en dis pas plus :

P.-S.

Je tiens à préciser que j’ai écrit cette petite bafouille, toute
seule comme une grande, et que j’en assume la responsabilité entière. Le
collectif rennais de lutte contre les lois d’exclusion n’a absolument
pas été consulté et ne saurait, en aucun cas, en être tenu pour
responsable (je l’ai juste informé de ma démarche après coup).
Toutefois, si certains arguments vous semblent justes, vous pouvez, bien
sûr, reproduire et utiliser ce texte (sans le déformer, merci !)

Petite info : dans les Bouches du Rhône, un candidat de la liste LCR-LO
(l’avocat Benoît Hubert) vient d’en être exclu pour avoir participer à
une manif contre les lois sur le voile... J’avais une chemise blanche
... on m’a dit que ce serait mieux d’en mettre une marron ... J’avais un
chat blanc ... on m’a dit de le piquer car les chats blancs sont des
dégénérés ... La concierge a dit qu’un jour j’avais eu un animal non
brun ... on est venu me chercher ... Peut-être qu’un jour, quelqu’un
dira que la concierge avait dit que ... et alors ...