Accueil du site > Études de cas > Le voile et ce qu’il dévoile > Va te faire voiler ! > Marx, l’hystérique et la voilée

Marx, l’hystérique et la voilée

Chroniques d’une voilée désabusée (31)

par La Voilée
26 août 2009

Au cours de l’année 2008, un blog aussi éphémère que mémorable a présenté pendant quelques mois les « chroniques d’une voilée désabusée », mêlant avec bonheur, intelligence, drôlerie et colère des anecdotes, analyses et coups de gueule autour d’un même sujet : le quotidien éprouvant pour les nerfs d’une étudiante de vingt ans qui a eu la mauvaise idée, « au pays de Voltaire », d’être musulmane et de couvrir ses cheveux d’un foulard… Interrompu en septembre 2008 et rapidement fermé, ce blog intitulé « Va te faire voiler ! » méritait une nouvelle vie. C’est chose faite, avec l’amical accord de l’auteure qui, retournant le stigmate, a choisi de se nommer, tout simplement, « la voilée ». Nous publierons donc, quotidiennement jusqu’à la fin de l’été, une large sélection de ce que nous estimons être, dans la France de 2009, des mots importants.

Chronique précédente

Il y a une semaine, j’ai fait un rêve... Nan je déconne, j’ai reçu un mail très étrange :

Salut ******* (avec une faute à mon prénom...). Ecoute tu vas peut-être te poser des questions sur les raisons qui me poussent à t’écrire, mais j’aurais bien aimé comment te dire... faire une "interview" avec toi.

(Carrément ? Une interview ?)

Parce que ça me semble bizarre, le fait que tu portes le voile et qui tu sois marxiste en même temps.

(Mdrrrr, la meilleure de l’année !!! J’étais même pas au courant...)

J’aimerais bien qu’on se trouve un créneau pour en parler, et comprendre un peu mieux.

(hein ?)

Je te demande de m’excuser si j’ai pu être maladroite dans ma critique contre la religion.

( ji l’excise pas !!!)

Quand serais-tu dispo ?

(Jamais !).

Signé : L

(l’hystérique qui comprenait pas qu’on soit de gauche et croyant ).

Il est d’une "camarade de classe", une normalienne pour qui j’ai très très peu d’estime. Je vous explique.

La première fois qu’on s’est parlé, c’était en CM de sociologie générale. Je suis intervenue pour "nuancer" (en douceur, bien entendu :D) les propos du prof, un historien et sociologue (limite charlatan... j’en connais qui sont en plus économiste ! Je suis pour la pluridisciplinarité mais dès qu’on assiste au cours de ces malotrus, on en vient à se poser des questions...) qui a notamment collaboré avec Patrick Weil (pensez bien, dès que j’entends les mots colonisation, République, nationalité, identité, repentance, Finkielkraut, etc. hop je dégaine aussitôt ! Un autre jour, c’était sur le CRAN et la tribu K, la semaine d’après sur la décolonisation en Afrique du Nord, l’autre sur la laïcité et le... le... "foulard islamique" (comme l’a si joliment dit mon prof) bref, que des thèmes qui... excitent certains).

Etonnée de voir qu’un voile ambulant pouvait aligner au moins deux mots d’affilée, L, que nous appelerons désormais l’hystérique, est venue me voir durant la pause.

L’hystérique, look de bobo et accent very bobo parigot (oh, une rime !) :

Dis moi, où est-ce que t’as eu toutes ces informations ?

Moi, niaise et toute souriante :

Euuh, bah (vraiment niaise j’vous dis) dans la presse, les livres... y a aussi un certain nombre de sites et de blogs très intéressants.

L’hystérique :

Non mais tu vois quoi (en remettant sa jolie mèche blonde derrière l’oreille), j’ai été étonnée de voir que tu sois aussi politisée et...

Moi, plus du tout niaise :

Voilée ?

L’hystérique :

Ouaieeeeeee

(Eeee qui ponctue les "ouais" de tout bon parigot qui se respecte).

S’en suit une conversation très... bizarre avec L, qui m’apprend qu’elle est militante communiste (baaaa). Elle décide d’échanger deux trois phrases sur son Dieu, Marx (j’ai bien dit "elle décide"... depuis mes expériences "politiques" et "militantes" estudiantines foireuses de première et deuxième année (enfin, je ne m’en suis pas trop aperçue sur le coup), je suis traumatisée par les discussions à deux centimes d’euros sur tel philosophe, tel théoricien, tel penseur ! Les discussions intellectualo-intellectualistes, ça va cinq minutes ! Maintenant, je préfère tuer mon temps de pause devant la machine à Snickers, et écouter les blagues pourries mais bien marrantes de mes camarades de classe... Big up géant vert, big up !).

Je lui explique que j’ai été "captivé" par les "idées" marxiennes et par d’autres auteurs que j’ai pu découvrir à la fac.

L’hystérique :

T’es marxiste ? dit- elle avec stupéfaction.

La dingo. Elle n’avait pas compris ce que je lui avait dit dix secondes plus tôt.

Moi, adorant la provoc (d’ailleurs ça devient maladif, faut que je m’calme) :

Bah ouais, ça se voit pas ! (j’ai fait croire à une fille de ma classe, en seconde, que sous mon foulard, j’avais un système de tuyaux qui me permettait de me laver les cheveux, parce que celle-ci m’avait demandé le plus innocemment du monde, si j’avais des cheveux et comment je faisais pour les laver... Camille, si tu me lis : PARDON !).

Depuis ce jour, l’hystérique n’a cessé de me harceler. J’ai eu le malheur de lui passer mon numéro de téléphone et mon adresse mail (elle venait de débarquer sur le campus, elle était un peu perdue... pensez bien, un campus de 30000 étudiants, c’est pas à l’ENS Cachan !).

C’est elle qui m’avait pris à partie lors d’un cours d’Histoire éco et sociale, en me disant qu’on ne pouvait être "religieux" et politisé, et notamment de "gauche" :

Attends mais tu plaisantes quoiiii, comment tu peux être religieuse et politisée. Attends quoiiii, la religieux c’est le conservatisme, c’est l’opium du peuple quoiiii !

C’est aussi elle qui m’a demandé un renseignement sur le cours de socio des organisations. Après lui avoir expliqué ce qu’il fallait faire, elle alla voir quelqu’un d’autre pour s’assurer que ce que j’avais bien compris les consignes de la prof (comme je suis voilée du cerveau...).

C’est encore elle qui voulait émettre des critiques sur un exposé que j’avais fait sur... Foucault. Que l’on ait des remarques constructives et des critiques à faire, ça ne me dérange pas. Mais si c’est juste pour faire sa peste et sa pédante, là on me cherche. J’avais choisi Naissance de la clinique. J’avais sérieusement travaillé le texte (peut être le seul truc sérieux que j’ai fait cette année à la fac, en plus). La prof m’a dit que c’était excellent, et l’hystérique était venue me voir en voulant... Bref, le jour où elle a fait le sien (d’exposé), et qu’elle l’a conclu par une pseudo critique de l’auteur en formulant deux questions (comment dire... franchement, trop la honte les questions. En tout cas, j’admire son audace ! Je sais pas si c’est mon habitus de prolo qui fait que j’ai certaines retenues voire complexes, mais foulard bas l’hystérique, foulard bas !), la prof lui a dit "nous répondrons à vos questions existentielles plus tard". Et c’est à des moments comme ça que je dis : dans tes dents ! (je sais, je suis une gamine, mais faut déconner. J’aime pas les rageux !).

À chaque fois qu’elle me parle, elle me prend pour une Zoubida voilée illettrée (pardon pour les pléonasmes). En amphi de socio g, le jour où le prof a abordé la question du fameux "foulard islamique", l’hystérique a pris la parole pour "faire valoir les arguments féministes".

Dernièrement, elle s’indignait elle, l’humaniste bobo, de la tenue des JO en Chine. Elle parlait avec d’autres de la fameuse flamme olympique au parcours parisien foireux. Et moi, un peu blasée par cette actualité (ou plutôt par le traitement qui en est fait), je lui dis que j’étais très étonnée par l’indignation séléctive des Français, qu’on pouvait effectivement s’interroger sur ce qui se passe, mais que les Français pouvaient s’abstenir de donner des leçons en matière de droits de l’Homme, que des peuples qui souffrent, y en a aux quatre coins du monde, et que les Palestiniens par exemple qui vivent sous colonisation et qui subissent l’impérialisme (et les mots sont faibles) voient leur situation s’aggraver de jours en jours.

Moi :

Moi ça me fait rire de voir que les Français se soient indignés lors du boycott du salon du livre qui avait comme invité d’honneur Israel.

L’hystérique, rouge comme une marxiste (mais... c’est une marxiste !) :

Nan mais là, c’est n’importe quoi ! Tu mélanges les choses là... c’est un mélange des genres là... Attends c’est des auteurs qui n’ont rien fait qu’on a voulu boycotter quoi !

(Trop de "quoi", tue le "quoi" moi je dis !)

Elle me fait comprendre que je ne suis pas objective (d’ailleurs, qu’est-ce qui a pu la pousser à penser cela ? Est-ce mon foulard qui fait de moi une islamiste du Hamas en puissance, ce qui d’ailleurs, ne me dérange pas ! Ou m’a bougnoulité visible ?). Voyant que l’hystérique commençait à devenir toute rouge (perso, j’aime bien le débat "houleux" mais là... je tenais à ma vie ! Mon courage à des limites, qui sait ce qu’un fou est capable de faire...).

Moi :

Et dis moi, Giselle Halimi est loin d’être une islamo-gauchiste ?

Une fille qui participait à la discussion rigole et acquiesce.

Moi :

ses positions sur le boycott était très claires. Elle a bien précisé que c’était Israël, pays occupant illégalement les terres palestiniennes et bafouant les droits de l’Homme, qui était visé.

L’hystérique, toute rouge (rouuuuuuge je vous dis ! A côté, le drapeau rouge est rose), qui n’arrêtait pas de parler dans sa barbe, a fini par s’en aller. La dingoooo !!!!!!!

Elle s’est embrouillée avec tous les gens de ma classe, avec certains profs aussi. Dès que j’ai vu qu’elle avait en fait un problème d’ego, j’ai décidé de ne plus lui adresser la parole. Ma copine Y m’a dit de faire table rase : "abuse pas, pardonne lui... ça va peut être changer l’idée qu’elle a des filles voilées". Très honnêtement, depuis que j’ai eu mes problèmes au lycée liés à mon hijab, désormais, je me fiche complètement de l’image que l’on peut avoir des filles voilées. Tantôt soumise, tantôt étendard de l’Islam (et donc djihadiste)... à quoi bon s’éreinter à passer pour la gentille voilée ? Tu veux des gâteaux au miel tant qu’on y est ? pfffffffff

Bref, j’ai décidé d’ignorer l’hystérique, avec qui j’ai vraiment été très patiente, et de lui dire de me fiche la paix. Y-en a marre de s’écraser pour faire bonne figure. Les gens sont détestables avec toi, et tu dois être polie avec eux. Une de mes soeurs me dit tout le temps "tu vois, le Prophète, malgré toutes les persecutions, les insultes et les humiliations qu’il a subies, il a toujours été respectueux d’autrui". C’est vrai, mais en même temps, c’était khayr l’bachar. Comme je suis loin du compte... bah j’envoie balader tous les affreux :D

En bref, vade retro satanas ! Circule l’hystérique ! (en plus, elle me fait vraiment flipper...).

Sorcièèèèèèèèèèèèèèèèèèrrrrrrrrrrreeeeeeeeeeeeeeeeee !!!

Chronique suivante

P.-S.

Ce texte est paru pour la première fois sur le blog « Va te faire voiler ! » en avril 2008