Accueil du site > Études de cas > Le voile et ce qu’il dévoile > Va te faire voiler ! > Mocheté ! Et en plus de ça elle est mal élevée !

Mocheté ! Et en plus de ça elle est mal élevée !

Chroniques d’une voilée désabusée (32)

par La Voilée
27 août 2009

Au cours de l’année 2008, un blog aussi éphémère que mémorable a présenté pendant quelques mois les « chroniques d’une voilée désabusée », mêlant avec bonheur, intelligence, drôlerie et colère des anecdotes, analyses et coups de gueule autour d’un même sujet : le quotidien éprouvant pour les nerfs d’une étudiante de vingt ans qui a eu la mauvaise idée, « au pays de Voltaire », d’être musulmane et de couvrir ses cheveux d’un foulard… Interrompu en septembre 2008 et rapidement fermé, ce blog intitulé « Va te faire voiler ! » méritait une nouvelle vie. C’est chose faite, avec l’amical accord de l’auteure qui, retournant le stigmate, a choisi de se nommer, tout simplement, « la voilée ». Nous publierons donc, quotidiennement jusqu’à la fin de l’été, une large sélection de ce que nous estimons être, dans la France de 2009, des mots importants.

Chronique précédente

J’ai lu un article sur le site des indigènes de la République : Vacances de rêve : le Maroc sans les Marocains, qui m’a évoqué un petit souvenir men ta3 le bled (hihihi). Il date d’à peine quelques semaines.

Alors que je me promenais dans un coin bien sympatoche de la capitale marocaine, où certaines jeunes femmes proposent aux satanés touristes du henné, je me suis arrêtée subitement, intriguée par une veille femme très BCBG qui marchait en regardant ce qui l’entourait d’un air horrifié.

Jeune femme proposant du henné :

Madame, un peu de henna.

Vieille dame aigrie, d’un air hautain :

Pour attraper le sida... et puis quoi encore !

Il faisait très très très beau, j’étais zeeeeeeeeeeeeeeeeeen (comme d’hab quoi !), vraiment. Mais comment ne pas réagir ? La jeune femme Marocaine avait très bien compris ce que la sorcière avait dit.

La voilée que je suis, toujours en quête de dialogue avec des... des... saligaud(e)s, s’est empressée d’aller voir la vieille bique qui pensait que le Maroc était une succursale géante et à ciel ouvert du Quai Branly.

Inutile de préciser que j’ai pris beaucoup de plaisir à la déglinguer... verbalement ! Faut pas pousser mémé dans les orties, non mais !

La dernière phrase que j’ai prononcé (en lui parlant) :

Mocheté... en plus de ça elle est mal élevée !

Wouhouuu ! Louis de Funès quoi ! Si c’est pas la classe ! Ha la référence oulla balak !

Cette anecdote me rappelle le commentaire qu’une "vendue" (appelons un miaou, un miaou) a laissé sur un de mes billets :

"Les beaufs, les bobos, les touristes (qui aiment et connaissent sans doute le Maroc mieux que beaucoup de "marocains"), les douaniers (qui sont souvent adorables), les telqueliens, les marockains (sous entendus les bourges) les fwassa, les blonds, les français, bref, personne ne trouve grâce à tes yeux, tout le monde est dégommé au nom de ton appartenance ou non-appartenance au pays au gré de tes humeurs (...)"

Bouuuu la voilée, bouuuu l’asociale, bouuuu la sauvage, bouuuu la mal aimée qui n’aime personne !

Une phrase en tout cas (pour elle bien sûr, et celles et ceux du même acabit, entendez les individus qui souffrent de "vendu-ite" aiguë) :

Casse-toi tu pues, et marche à l’ombre !

V’la la culture musicale de fou... La preuve par...les références : la voilée kiffe Louis de Funès et écoute Renaud (enfin n’exagérons rien, il s’agit seulement d’un refrain)... Si ça, c’est pas de l’intégration ! Moi je dis qu’il ne manque plus que le Madrange.

Chronique suivante

P.-S.

Ce texte est paru pour la première fois sur le blog « Va te faire voiler ! » le 10 avril 2008