Accueil du site > Appels, hommages et fictions > Appels, actions, manifestes > « Nous sommes les indigènes de la République ! »

« Nous sommes les indigènes de la République ! »

Appel pour des Assises de l’anti-colonialisme post-colonial


28 février 2005

Les Assises de l’anticolonialisme post-colonial se tiendront samedi prochain (le 16 avril 2005), de 9H30 à 17H30 à la Bourse du Travail de Paris (M° République). Nous republions à ce propos le texte d’appel lancé par les "indigènes de la République" au mois de janvier 2005. Ce texte peut être signé en ligne sur les sites TouTEsegaux.net et Oumma.com. Ses auteurs sont mentionnés au bas du texte, et peuvent ê^tre contactés à l’adresse suivante : assisesanticolonialistes@yahoo.fr

Discriminés à l’embauche, au logement, à la santé, à l’école et aux loisirs, les personnes issues des colonies, anciennes ou actuelles, et de l’immigration post-coloniale sont les premières victimes de l’exclusion sociale et de la précarisation.

Indépendamment de leurs origines effectives, les populations des « quartiers » sont « indigénisées », reléguées aux marges de la société. Les « banlieues » sont dites « zones de non-droit » que la République est appelée à « reconquérir ». Contrôles au faciès, provocations diverses, persécutions de toutes sortes se multiplient tandis que les brutalités policières, parfois extrêmes, ne sont que rarement sanctionnées par une justice qui fonctionne à deux vitesses.

Pour exonérer la République, on accuse nos parents de démission alors que nous savons les sacrifices, les efforts déployés, les souffrances endurées.

Les mécanismes coloniaux de la gestion de l’islam sont remis à l’ordre du jour avec la constitution du Conseil français du Culte Musulman sous l’égide du ministère de l’Intérieur. Discriminatoire, sexiste, raciste, la loi anti-foulard est une loi d’exception aux relents coloniaux.

Tout aussi colonial, le parcage des harkis et enfants de harkis. Les populations issues de la colonisation et de l’immigration sont aussi l’objet de discriminations politiques. Les rares élus sont généralement cantonnés au rôle de « beur » ou de « black » de service. On refuse le droit de vote à ceux qui ne sont pas « français », en même temps qu’on conteste « l’enracinement » de ceux qui le sont. Le droit du sol est remis en cause.

Sans droit ni protection, menacées en permanence d’arrestation et d’expulsion, des dizaines de milliers de personnes sont privées de papiers. La liberté de circulation est déniée ; un nombre croissant de Maghrébins et d’Africains sont contraints à franchir les frontières illégalement au risque de leurs vies.

La France a été un Etat colonial...

Pendant plus de quatre siècles, elle a participé activement à la traite négrière et à la déportation des populations de l’Afrique sub-saharienne. Au prix de terribles massacres, les forces coloniales ont imposé leur joug sur des dizaines de peuples dont elles ont spolié les richesses, détruit les cultures, ruiné les traditions, nié l’histoire, effacé la mémoire. Les tirailleurs d’Afrique, chair à canon pendant les deux guerres mondiales, restent victimes d’une scandaleuse inégalité de traitement.

... La France reste un Etat colonial

En Nouvelle Calédonie, Guadeloupe, Martinique, Guyane, Réunion, Polynésie règnent répression et mépris du suffrage universel. Les enfants de ces colonies sont, en France, relégués au statut d’immigrés, de Français de seconde zone sans l’intégralité des droits. Dans certaines de ses anciennes colonies, la France continue de mener une politique de domination. Une part énorme des richesses locales est aspirée par l’ancienne métropole et le capital international. Son armée se conduit en Côte d’Ivoire comme en pays conquis.

Le traitement des populations issues de la colonisation prolonge, sans s’y réduire, la politique coloniale. Non seulement le principe de l’égalité devant la loi n’est pas respecté mais la loi elle-même n’est pas toujours égale (double peine, application du statut personnel aux femmes d’origine maghrébine, sub-saharienne...). La figure de l’« indigène » continue à hanter l’action politique, administrative et judiciaire ; elle innerve et s’imbrique à d’autres logiques d’oppression, de discrimination et d’exploitation sociales. Ainsi, aujourd’hui, dans le contexte du néo-libéralisme, on tente de faire jouer aux travailleurs immigrés le rôle de dérégulateurs du marché du travail pour étendre à l’ensemble du salariat encore plus de précarité et de flexibilité.

La gangrène coloniale s’empare des esprits. L’exacerbation des conflits dans le monde, en particulier au Moyen-Orient, se réfracte immédiatement au sein du débat français. Les intérêts de l’impérialisme américain, le néo-conservatisme de l’administration Bush rencontrent l’héritage colonial français. Une frange active du monde intellectuel, politique et médiatique français, tournant le dos aux combats progressistes dont elle se prévaut, se transforme en agents de la « pensée » bushienne. Investissant l’espace de la communication, ces idéologues recyclent la thématique du « choc des civilisations » dans le langage local du conflit entre « République » et « communautarisme ». Comme aux heures glorieuses de la colonisation, on tente d’opposer les Berbères aux Arabes, les Juifs aux « Arabo-musulmans » et aux Noirs. Les jeunes « issus de l’immigration » sont ainsi accusés d’être le vecteur d’un nouvel anti-sémitisme. Sous le vocable jamais défini d’« intégrisme », les populations d’origine africaine, maghrébine ou musulmane sont désormais identifiées comme la Cinquième colonne d’une nouvelle barbarie qui menacerait l’Occident et ses « valeurs ». Frauduleusement camouflée sous les drapeaux de la laïcité, de la citoyenneté et du féminisme, cette offensive réactionnaire s’empare des cerveaux et reconfigure la scène politique. Elle produit des ravages dans la société française. Déjà, elle est parvenue à imposer sa rhétorique au sein même des forces progressistes, comme une gangrène. Attribuer le monopole de l’imaginaire colonial et raciste à la seule extrême-droite est une imposture politique et historique. L’idéologie coloniale perdure, transversale aux grands courants d’idées qui composent le champ politique français.

La décolonisation de la République reste à l’ordre du jour

La République de l’Egalité est un mythe. L’Etat et la société doivent opérer un retour critique radical sur leur passé-présent colonial. Il est temps que la France interroge ses Lumières, que l’universalisme égalitaire, affirmé pendant la Révolution Française, refoule ce nationalisme arc-bouté au « chauvinisme de l’universel », censé « civiliser » sauvages et sauvageons. Il est urgent de promouvoir des mesures radicales de justice et d’égalité qui mettent un terme aux discriminations racistes dans l’accès au travail, au logement, à la culture et à la citoyenneté. Il faut en finir avec les institutions qui ramènent les populations issues de la colonisation à un statut de sous-humanité.

Nos parents, nos grands-parents ont été mis en esclavage, colonisés, animalisés. Mais ils n’ont pas été broyés. Ils ont préservé leur dignité d’humains à travers la résistance héroïque qu’ils ont menée pour s’arracher au joug colonial. Nous sommes leurs héritiers comme nous sommes les héritiers de ces Français qui ont résisté à la barbarie nazie et de tous ceux qui se sont engagés avec les opprimés, démontrant, par leur engagement et leurs sacrifices, que la lutte anti-coloniale est indissociable du combat pour l’égalité sociale, la justice et la citoyenneté. Dien Bien Phu est leur victoire. Dien Bien Phu n’est pas une défaite mais une victoire de la liberté, de l’égalité et de la fraternité !

Pour ces mêmes raisons, nous sommes aux côtés de tous les peuples (de l’Afrique à la Palestine, de l’Irak à la Tchétchènie, des Caraïbes à l’Amérique latine...) qui luttent pour leur émancipation, contre toute les formes de domination impérialiste, coloniale ou néo-coloniale.

Nous, descendants d’esclaves et de déportés africains, filles et fils de colonisés et d’immigrés, nous, Français et non-Français vivants en France, militantes et militants engagé-es dans les luttes contre l’oppression et les discriminations produites par la République post-coloniale, lançons un appel à celles et ceux qui sont parties prenantes de ces combats à se réunir en Assises de l’anti-colonialisme en vue de contribuer à l’émergence d’une dynamique autonome qui interpelle le système politique et ses acteurs, et, au-delà, l’ensemble de la société française, dans la perspective d’un combat commun de tous les opprimés et exploités pour une démocratie sociale véritablement égalitaire et universelle.

Le 8 mai 1945 , la République révèle ses paradoxes : le jour même où les Français fêtent la capitulation nazie, une répression inouïe s’abat sur les colonisés algériens du Nord-Constantinois : des milliers de morts.

Le 8 mai prochain, 60ème anniversaire de ce massacre, poursuivons le combat anticolonial par la première Marche des indigènes de la République !

16 janvier 2005

P.-S.

Initiateurs-trices

MAI 59 : Mouvement autonome de l’immigration du Nord, CMF (Collectif des Musulmans de France), Oumma.com, GRAAF (Groupe de Recherches Activistes sur l’Afrique), FETAF (Fédération des Etudiants et Travailleurs Africains de France), Droit des femmes musulmanes de France, collectif Les Mots sont Importants, collectif féministe Les Blédardes, TouTEsegaux.net, Festival Permanent contre les lois racistes (Strasbourg), DiverCité (Lyon), ATMF (Association des Travailleurs Maghrébins de France), groupe de rap « La RUMEUR ».

et

Amar Assas (membre du bureau « harkis et droits de l’homme »), Karim Azouz (Collectif des Musulmans de France), Fatima Bammou (travailleuse sociale), Sidi Mohammed Barkat (philosophe), Adnane Ben Youssef (CCIPPP), Said Bouamama (socio-économiste et chargé de recherche à l’IFAR), Hamé Bourokba (groupe de rap « La Rumeur »), Youssef Boussoumah (coordinateur des Campagnes Civiles Internationales pour la Protection du Peuple Palestinien/CCIPPP), Houria Bouteldja (Collectif féministe les Blédardes), Jamila Chaïbi (militante féministe), Jean-Luc Cipière (membre d’Attac France), Monique Crinon (Cedetim), Christine Delphy (féministe), Bernard Dréano (responsable associatif), Abdelmajid Guelmami (socio-économiste), Moustapha Gueye (membre du cercle Franz Fanon), Tidiane Gueye (Président de la Fédération des Etudiants et Travailleurs Africains), Abdellali Hajjat (militant d’Ici & Là-Bas), Alix Héricord (doctorante en histoire), Fouad Imarraine (CMF), Najat Khanzy (enseignante), Sadri Khiari (membre du comité de rédaction de la revue ContreTemps), Meriem Laribi (Collectif une Ecole Pour Tous-tes), Laurent Lévy (père de famille), Joëlle Marelli (traductrice), Mehdi Meftah (membre de la coordination des comités Palestine), Corinne Perron (représentante en France de l’USTKE), Nicolas Qualander (membre du comité de rédaction de la revue Contre-Temps), Frédéric Sarkis (militant associatif), Ahcène Taleb (avocat, militant anti-raciste), Pierre Tévanian (professeur de philosophie), Sylvie Tissot (sociologue)

Soutiens

Symbiosophia, Al Houda, UNIR, Les Périphériques vous parlent, Palestine en Marche, Respect Association Lilloise (R.A.L.), Femmes Plurielles, revue Multitudes, Ni Proxos Ni Machos, Cedetim

et

Marie-France Merrain Astegiani (membre du collectif Esclavage et membre de l’Association des Descendants d’Esclaves Noirs et de leurs amis, ADEN), Khaled Satour (universitaire), Eyal Sivan (cinéaste), Catherine Samary (économiste), Nacira Guénif-Souilamas (sociologue), Salah Amokrane (conseiller municipal Motivé-e-s), Magyd Cherfi (artiste, Toulouse), Suzanne Dracius (écrivain, Martinique), Batutela Dianbaza (juriste), Corinne Angelini (maire adjointe de St Denis), Malika Zediri (militante associative contre le chomage, conseillère régionale Ile-de-France), Nabila Kéramane (Porte-parole des Verts, Yvelines), Alima Boumediene-Thiery (sénatrice, les Verts), Eric Hazan (La Fabrique), Francis Silande (responsable associatif), Djazia Satour (chanteuse groupe MIG), François Burgat (islamologue), Thomas Coutrot (économiste), Henri Maler (universitaire, Paris 8), Michael Löwy (directeur de recherches émérite, CNRS), François Gèze (éditeur), Tarek Ben Hiba (conseiller régional), Fernanda Marrucchelli (élue municipale à Paris), Stéphane Le Lay (revue Mouvements), Patrice Leclerc (conseiller général Haut-de-Seine), Anne-Sophie Perriaux (historienne), Evelyne Joly-Rostan (cept- Strasbourg), Paul Bouffartigue (sociologue, Directeur de Recherche au CNRS), Pierre Zarka (animateur de l’observatoire des mouvements de la société OMOS), Serge Guichard (membre du comité exécutif national du PCF), Philippe Marlière (politologue, université de Londres), Alain Bertho (anthropologue), Vincent Geisser (chercheur, CNRS), Raymond Vasselon (responsable d’une association laïque), Roger Dubien (conseiller municipal de St-Etienne, forum des réseaux citoyens), Stéphane Coloneaux (président du Comité Métis), Yann Moulier Boutang (directeur de la revue Multitudes), Roger Martelli (directeur de la revue Regards), Pierre Cours-Salies (sociologue, professeur à Paris 8), Emmanuel Videcoq (Membre du Comité de rédaction de la revue Multitudes), Gustave Massiah (cedetim/IPAM), Ali Zahra (cfpe), Sylvestre Jaffard (militant LCR), Jan Pauwels (cept), Bruno Cadez (journaliste), François Lequeux (militants associatif), Yasmina Dif (CEPT-CMF), Antoine Boulangé (Agir Contre la Guerre), Larisse Chamous-Agathe (adhérente à Al Houda, association des femmes musulmanes de Rennes), Emilie Combaz (doctorante en relations internationales), Lahlali Khadija (Al Houda, Collectif rennais contre les lois d’exclusions), Fatima Lahlali (Al houda et Collectif contre les lois d’exclusions), Catherine Cauwet (cfpe), Sonia Gharbi (Attachée commerciale), Ismahane Chouder (Symbiosophia), Raul Mora ( libraire), Nourhen Imarraine (militante associative), Jérôme Perret (Militant AC !), Olfa Lamloum (politologue), Georges Günther (membre du Forum des réseaux citoyens de St-Etienne), Ali Aissaoui (Président d’Unir), Ndella Paye (PSM), Bahija Ouezini (militante féministe), Jean-Claude Meyer (professeur honoraire de philosophie, Strasbourg), Cécilia Baeza (Sciences potiches se rebellent), Danièle Mourgue (Professeur, CFPE, Lyon), Zouina Meddour (directrice du centre social « la maison des tilleuls », Blanc-Mesnil), Jacques Fortin (LCR, Avignon), Louiza Belhamici (CFPE), Virginia Marconi (éditrice), Karim Ramadan (anarchiste), Soumia (CEPT), Nathalie Dollé (journaliste), Fouzia Bareha (Al Houda), Mariam Abdelkadir (Al Houda), Ilham Dagniet (infirmère, Rennes), Karima Aazi (étudiante en biologie), Fatima Ali (CEPT), Christelle Hamel (sociologue), Alice Dula (CEPT), Hassan Berber (CGT), Nelly Bourguet-Canale (CEPT), Valérie Lesaffre (designer textile), Fatima Sissani (journaliste), Fabien Bonnassieux (militant associatif), Philippe Villechalane (militant associatif), Marie Perin (militante des JCR et de la LCR), Yasmina Kherfi (monteuse vidéo), Antoine Math (chercheur et militant associatif), Rachid Zrioui (professeur des écoles), Jean-Jacques Angelini (militant AFPS Nord Pas de Calais), Sandrine Cypryszczak (militante LCR), Isabelle Lorand (chirurgienne), Renaud Cornand (Aix-Solidarité), Nadine Stoll (responsable du PCF de la Haute-Garonne), Sylvie Larue (membre du CN du PCF), Meriem Guettari ( étudiante ), Ahmed Abdelouadoud (Centre Al Qalam), Houda Gueddoudj (Réseau Action Jeunes), Rachid Oulmi ( Forum des Réseaux Citoyens ), Nadia Touil (étudiante), Amina Sahel ( Réseau Egalité des Droits - Forum des Réseaux Citoyens), Patrick Silberstein (Éditions Syllepse), Leila Boubakri (étudiante en sociologie), Saer Saïd (militant associatif), Annie Couëdel (Maître de conférences en sciences sociale de l’éducation, Snesup), Ramzi Oueslati (militant associatif), Bertrand Lazard Peillon (LCR), Naceur Benrabah (Syndicaliste), Siryne Zoughlami (professeur de philosophie), François Tarot (musicien), Danielle Sanchez (ingénieur), Clément Aumeunier (militant associatif - Motivé-e-s), Françoise Galland (maire adjointe, XXème arrondissement), Jean-Philippe Milesy (président de Resol) Horri Badia (technicienne de la documentation), Emmanuel Dubuc (Informaticien), Patrick Mony (juriste), Michel Jouvin (Cedetim), Fatiha Dahmani (enseignante), Michèle Sibony (professeur de Lettres), Hamida Bensadia (féministe et militante des droits de l’homme), Gilles Bénard (Alternative Citoyenne), Hichem Abdessamed (chercheur, membre de l’association Filigranes), Gil Anidjar (chercheur), Sabrina Cerqueira (professeur de philosophie), Grégory Mikaelian (doctorant), Lucile Daumas (documentaliste, Maroc), Emmanuel Levaufre (professeur de philosophie), Elisabeth Longuenesse (chercheuse, membre d’Attac), Marie Cousein (étudiante en psychologie), Marie-Claire Culie (membre du CEN du PCF), Mohamed El Yamani (traducteur), Jean-christophe Chaumeron (syndicaliste CGT), Anne-Marie Chartier (enseignante à la retraite), Guillaume Lachenal (GRAAF), Fabienne Messica (Cedetim), Jean-Yves Barrère (Cedetim), Sonia Fayman (Cedetim), Aïcha Touati (féministe, militante des droits de l’homme), Annie Héricord (assistante sociale) , Antonio Davis (Informaticien) , Anthony Lemessier (Cadre) , Hafez Bouhlel (Enseignant) , Yamin Tabarky (Webmaster)

Site des indigènes de la République : www.indigenes-republique.org