Accueil du site > Appels, hommages et fictions > Appels, actions, manifestes > Une école pour tous et toutes ! > Rassemblement contre une exclusion à Bobigny jeudi 4 novembre

Rassemblement contre une exclusion à Bobigny jeudi 4 novembre

Non à l’exclusion Jasvir, Bikramjit et Ranjit (élèves au lycée Louise Michel) à cause d’un morceau de tissu !

par Collectif Une école pour tou-te-s / 93 Nord
3 novembre 2004

Au lycée Louise Michel de Bobigny, trois élèves sikhs sont convoqués pour un conseil de discipline le vendredi 5 novembre, où ils risquent d’être exclus définitivement . Leur seul " tort " : ils portent un turban discret sur les cheveux et ne veulent pas le retirer !

L’éducation est un droit pour tous et toutes ! Il ne doit pas être remis en cause pour un morceau de tissu ! Qu’on soit sikhs, musulman(e)s, chrétiens, juifs, athées... porter un turban, un bandeau ou un bandana n’est pas un crime !

Rassemblement contre l’exclusion

le jeudi 4 novembre 2004 de 16H00 à 18H00

devant le lycée Louise Michel

70, avenue Jean Jaurès à Bobigny (Métro Bobigny-Pablo Picasso)

P.-S.

Contact :

Marie : 0622545213

Sarah : 0685830002

Ecolepourtous.93@laposte.net


Précision sur la loi :

Ce conseil de discipline est convoqué au nom de la nouvelle loi qui interdit les " signes exprimant ostensiblement l’appartenance à une religion ", alors que la Circulaire Fillon, qui détermine ses conditions d’application, précise que ce qui est " ostensible " est " ce dont la vue permet de reconnaître immédiatement l’appartenance religieuse de la personne ". Ce n’est pas le cas d’un turban, d’un bandeau ou d’un bandana : n’importe qui peut porter un bandana, sans pour autant être sikh ou musulman ! Par conséquent, les garçons comme les filles, quelle que soit leurs croyances (sikh, musulmane, ou autre), ont le droit de porter des simples turbans, bandeaux ou bandanas sans être en infraction avec la loi.
Enfin, un turban, un bandeau ou un bandana ne peut pas être interdit en tant que " couvre-chef ", car ce n’est pas un couvre-chef, qu’on peut enlever et remettre facilement en place ; c’est une manière d’attacher ses cheveux, au même titre que des barettes, des rubans ou des tresses : or, un règlement scolaire n’a pas le droit d’ imposer aux élèves leurs accessoires vestimentaires et leur manière d’attacher leurs cheveux !

Présentation du Collectif Une école pour tous :

Les Collectifs Une école pour tous et toutes regroupent des élèves, des enseignants, des parents d’élèves, et tous les citoyens attachés aux libertés individuelles, à l’égalité de traitement et au droit à l’éducation. Ils sont indépendants de toute organisation politique ou religieuse. Nous nous solidarisons avec les filles voilées, principales cibles de la stigmatisation, mais nous défendons de la même manière tout-e élève menacé d’exclusion, quelle que soit sa religion, quelles que soient ses origines et quel que soit le vêtement ou l’accessoire mis en cause.