Accueil du site > Études de cas > Divers > Recel de cadavres : la récidive

Recel de cadavres : la récidive

Quand Nicolas Sarkozy instrumentalise la Shoah

par Jacques Richaud
17 février 2008

Il croyait sans doute flatter son assistance lors du « dîner » annuel du CRIF auquel il avait décidé d’assister, par une annonce « choc », plus forte encore que l’imposition de la lecture de la lettre de Guy Môquet dans tous les établissements scolaires à la rentrée 2007, ce premier recel de cadavre avait fait couler déjà beaucoup d’encre… Instrumentaliser la mémoire historique était devenu un sport présidentiel. Cette fois le président annonce avoir « demandé au ministre de l’éducation nationale de faire en sorte que, chaque année, à partir de la rentrée scolaire 2008, tous les enfants de CM2 se voient confier la mémoire d’un des 11.000 enfants français victimes de la Shoah » (!)

Onze mille enfants morts soustraits à la douleur intime de leur famille pour servir la politique opportuniste de celui qui se déclarait hostile à toute forme de « repentance » ! Un recel massif de onze mille cadavres encore, sans concertation ni réflexion préalable sur l’incidence d’une telle mesure et les tensions qu’elle ne manquera pas de susciter…

Au travers de l’empathie obligée pour Guy Môquet (dont on tentait cependant de taire l’engagement communiste), chaque lycéen était, en 2007, encouragé à se sentir « un peu résistant »… En 2008 ce seront les plus jeunes du CM2 qui seront invités par procuration à se dire qu’ils auraient pu être « justes parmi les nations » et sauver leurs petits camarades…

Au même moment des enfants des mêmes écoles et leurs familles sont raflées et expulsées par milliers en procédures accélérées pour remplir les quotas, supérieurs à vingt mille, fixés par le même président… Obscène !