Accueil du site > Études de cas > Politiques sécuritaires et antisécuritaires > Si Adolf Hitler l’a fait, pourquoi qu’on le ferait pas ?

Si Adolf Hitler l’a fait, pourquoi qu’on le ferait pas ?

À propos de la loi sur la « rétention de sûreté » et de sa justification politique

par Sebastien Fontenelle
22 février 2008

Pour (se) justifier (de) l’immonde loi sur la « rétention de sûreté » qu’elle vient de faire adopter par le Parlement (couché), la droite haineuse et revancharde nous a (res)sorti l’un de ses couplets de prédilection : « Pourquoi-qu’on-le-ferait-pas-chez-nous-puisque-ça-se-fait-ailleurs ? » [1]

Le très (très) droitier Georges Fenech, rapporteur UMP de la commission des Lois de l’Assemblée nationale, a notamment fait valoir, en substance, que « Si-les-Allemands-le-font-pourquoi-qu’on-les-imiterait-pas ? ».

(Oui, hein ? Pourquoi ?)

Georges Fenech, transi d’admiration pour ce modèle germanique, a plus précisément expliqué que la mesure de « détention de sûreté » (Sicherungsverwahrung) « a été introduite dans le Code pénal allemand en 1933 ».

Et, en effet, Le Canard enchaîné [2] le révèle : c’est bien ce qui s’est passé.

Même, cette loi, si merveilleuse que l’UMP veut la même, a été paraphée par : « Der Reichstanzler ».

Le chancelier du Reich, qui était, comme tu sais, un certain Hitler.

Non seulement les gars inventent une loi infecte, mais ils brandissent, pour te la fourguer, le parrainage d’Adolf Hitler : ça fait quelque peu froid dans le dos et ça se passe évidemment de commentaires, mais faut quand même admettre que, dans le moment précis où le petit chef de l’Etat français instrumentalise dans les cours de récré la mémoire de la Shoah, ça révèle, pour le moins, une espèce de folie obscène.

P.-S.

Ce texte est d’abord paru sur le blog Vive le feu !. Nous le reproduisons avec l’accord de l’auteur.

Notes

[1] Argument notoirement débile, mais il ne faut pas non plus trop demander à des gens qui ont fait allégeance à Nicolas Sarkozy.

[2] Le Canard enchaîné, 20 février 2008