Accueil du site > Des mots importants > Piège > Sous le signe de l’Hexagone

Sous le signe de l’Hexagone

Lorant Deutsch dans les médias : promo complaisante et propagande politique

par Damien Boone
24 octobre 2013

Après une première éditoriale remarquée (Métronome et ses déclinaisons ont été vendus à plus de 2 millions d’exemplaires, France 5 en a fait une adaptation télévisée), Lorànt Deutsch revient avec un nouvel ouvrage à prétention historique, cette fois à l’échelle nationale, intitulé Hexagone. Des historiens ont déjà souligné que cette nouvelle publication pose globalement les mêmes questions que celles relevées dans Métronome : outre d’importantes erreurs factuelles, Lorànt Deutsch s’inscrit pleinement dans un courant qui réhabilite un « roman national », que l’on peut définir comme un récit à la gloire de la nation, identifiée à travers des dates-clés et des « grands hommes », et dont le but est de susciter l’adhésion d’une population...

De ce point de vue, l’histoire n’est pas envisagée comme une discipline dont les objectifs seraient de comprendre et d ’analyser les faits passés, mais comme un instrument visant à produire de la cohésion et du patriotisme [1]

Avant d’en arriver au cœur du propos, il faut d’abord clarifier certains points, afin d’éviter que me reviennent les sempiternels « arguments » rebattus par Lorànt Deutsch et ses partisans : en soi, peu importe que Lorànt Deutsch soit monarchiste, peu importe qu’il ait travaillé avec Patrick Buisson pour un ouvrage sur Céline, peu importe qu’il ne soit pas historien, et peu importe qu’il ait une vision romancée de l’histoire de France.

En revanche, ces éléments prennent un autre sens quand on les rapporte aux circonstances dans lesquelles l’auteur les exprime : il importe de souligner que Lorànt Deutsch bénéficie d’une grande audience, les chiffres de vente de ses ouvrages en attestent, qu’il ignore systématiquement les critiques qui lui sont adressées en recourant à des stratagèmes grossiers et, pour ainsi dire, malhonnêtes, que ses propos, en dépit de ses dénégations, transpirent le positionnement politique et l’ancrage idéologique ; et qu’il est aidé dans son entreprise par une couverture médiatique à la fois considérable et complaisante.

Une défense en partie revue

Ces derniers jours, Lorànt Deutsch, en pleine tournée promotionnelle (ces réflexions et remarques naissent d’une rencontre fortuite dans une grande librairie lilloise, samedi, où Lorànt Deutsch venait présenter son ouvrage) s’est notamment exprimé (presque) sans opposition sur deux médias de service public : invité sur France 2 samedi 12 octobre, dans l’émission On n’est pas couchés, présentée par Laurent Ruquier, où il a disposé de 25 minutes d’antenne, puis dans l’émission Service public, sur France inter, lundi 14 octobre, où, une heure durant, Guillaume Erner a animé une discussion à laquelle était également convié François Raynaert, journaliste. Visiblement échaudé par sa tournée médiatique précédente, Lorànt Deutsch sait désormais avancer avec quelque prudence en ne se présentant plus comme « historien » mais comme « conteur », qualificatif qui convient effectivement mieux pour qui se charge d’un récit, voire d’une fable.

En revanche, il persiste dans des formes de défense navrantes de mauvaise foi et de paresse intellectuelle :

- il serait obligé de simplifier sous peine de devoir « écrire un livre de 16 000 pages » ;

- les points qui feraient polémique ne constitueraient que quelques pages sur les 450 de son ouvrage, comme si on pouvait relativiser la pertinence d’un propos à la place qu’il occupe par rapport à l’ensemble dans lequel il se trouve ;

- les nombreuses ventes de ses ouvrages constitueraient un argument d’autorité et de sérieux de sa démarche, le marché est en ce sens vu comme « une instance légitime de légitimation », pour paraphraser Bourdieu ;

- les universitaires, ces individus sinistres et ennuyeux, seraient des personnes aigries et jalouses de son succès commercial, ce qui expliquerait qu’ils s’opposent à lui, de surcroît par soif de reconnaissance ;

- il limite enfin les critiques qui lui sont faites à des erreurs factuelles : les chercheurs seraient alors en quelque sorte des pinailleurs.

C’est, concédons-le, certainement une qualité des chercheurs. Seulement, les « erreurs factuelles » dont il est question ne portent pas sur des détails mais sur des visions de l’histoire basées sur des faits hypothétiques, parfois légendaires, racontées sans aucune précaution langagière. Le récit de la bataille de Poitiers est à ce titre éclairant.

De bien viles contre-attaques

Surtout, et c’est sur ce point que je veux particulièrement insister, Lorànt Deutsch ne peut ignorer que ses propos font écho à des propos politiques contemporains, qu’il est assez aisé de classer (très) à droite de l’échiquier politique. Que répond Lorànt Deutsch à ces remarques :

« Ceux qui m’attaquent sont toujours les mêmes, ils sont hyper-compétents mais encartés, sont tous militants politiques au Front de Gauche. L’Histoire est un débat, eux veulent me disqualifier en tant qu’auteur (…) Leur problème, c’est qu’ils quittent le champ sémantique de l’histoire pour faire de la politique ».

Il tient la même argumentation chez Laurent Ruquier :

« Ce sont des gens qui sont politiques, qui sont politisés et assez radicalisés et qui quittent le champ sémantique de l’histoire pour faire de la politique et instrumentaliser, récupérer l’histoire à des fins politiques ».

Renvoyer de la sorte les personnes qui discutent son travail (qu’il appelle d’emblée des « opposants » – il a parlé de « procès » lundi sur France inter, Natacha Polony a gentiment utilisé ce terme également sur France 2, comme s’il était illégitime par principe de critiquer son travail) à une appartenance politique constitue une ligne de défense grotesque et indigne.

En l’occurrence, Lorànt Deutsch vise les trois auteurs précités des Historiens de garde, que ses soutiens assimilent à des communistes au prétexte qu’ils appartiendraient au Front de gauche – ce qui est déjà un glissement discutable. Que cette appartenance soit ou non avérée, William Blanc, Aurore Chéry et Christophe Naudin proposent une argumentation basée sur leurs compétences scientifiques d’historiens, et rien que sur ces compétences. Sans doute Lorànt Deutsch garde-t-il en travers de la gorge la demande d’Alexis Corbière, conseiller de Paris, effectivement membre du Front de gauche, pour que cesse le soutien de la mairie de Paris à des écrits que l’élu considère comme donnant « la part belle aux monarques et affaiblissant la laïcité ». Que Lorànt Deutsch affirme qu’il offre une vision de l’histoire différente de la « version officielle » est une manière de suggérer que ses détracteurs en défendent une vision figée et ne la discutent pas. C’est profondément scandaleux.

Une façon commode de se débarrasser de contradicteurs historiens gênants, c’est de dire qu’ils ne sont pas des scientifiques, ce qui revient à dire que ce sont des « politiques », c’est à dire des personnes guidées par l’intérêt, la passion, la volonté de censurer, et leurs écrits et paroles seraient dès lors relatifs et relativisables. Mais je suppose que Lorant Deutsch n’ignore pas que des historiens aussi renommés que Gérard Noiriel ou Nicolas Offenstadt ont aussi émis de sérieuses critiques sur ses ouvrages, de même que le CVUH, ou le collectif Aggiornamento, qui ont officiellement pris position il y a un peu plus d’un an. Ce sont en réalité de nombreux scientifiques et universitaires qui s’opposent à la démarche de Lorànt Deutsch. On est donc loin du combat politicien dans lequel l’auteur d’Hexagone voudrait circonscrire ceux qui l’empêchent de s’exprimer sans résistances.

Des propos qui s’inscrivent de fait dans le débat politique

Surtout, disqualifier politiquement ses adversaires est osé pour une personne qui, de fait, par la vision de l’histoire qu’elle défend et par ses prises de position, véhicule elle-même une idéologie politique : la nostalgie d’un passé en partie fantasmé, une vision nationalo-centrée de l’histoire qui sert de support à une forme de patriotisme, des tournures de phrases exprimées lundi matin telles que « j’ai envie de dire du bien de mon pays » ou « je suis amoureux de l’histoire de France ».

Ses remarques font étrangement écho à la démarche adoptée par le candidat Nicolas Sarkozy lors de la campagne présidentielle de 2007 : besoin d’ancrage dans le temps, retour au national, évocation de grands personnages indépendamment de leurs inscription dans les luttes de leur temps, recherche des continuités d’une histoire de France qui remonterait à la nuit des temps, rapport au passé davantage mémoriel qu’historique...

En mobilisant cet exemple, je veux dire que l’histoire – qu’on le veuille ou non, que l’on s’en réjouisse ou qu’on le regrette – peut devenir un argument politique, qui fait particulièrement autorité en raison du prestige lié à une discipline à part entière, faite de connaissances et de savoirs intellectuels. Depuis quelques années, l’histoire est ainsi devenue un réservoir d’arguments mobilisé pour défendre des intérêts politiques ou légitimer des pouvoirs. Et l’argument historique fait particulièrement mouche dans un contexte contemporain que l’on dit traversé par des crises « identitaires » ou « communautaires » – sans que l’on sache précisément ce que ça désigne – et Lorànt Deutsch s’engouffre dans la brèche créée par ces crises supposées, qui demandent des réponses en termes d’identification et de parenté historiques.

Il est donc indéniable que ses propos font écho à des débats politiques contemporains, où les luttes mémorielles sont devenues un enjeu à part entière et souvent un marqueur de la différence entre droite et gauche. Rien de très étonnant dès lors à ce que le Bloc identitaire, Rivarol, l’œuvre française ou le Front national aient apporté leur soutien à Lorànt Deutsch, qui se contente de rejeter ce soutien du bout des lèvres, sans avoir l’air de saisir pour quelles raisons ses prises de position l’inscrivent dans le débat politique, pas plus que la vaste promotion que lui a offerte le groupe Le Figaro en septembre (ici, ou ), ne le fait s’interroger sur la façon dont ses écrits en servent la ligne éditoriale. Idem avec Atlantico.

Une position intenable

De la même manière, samedi soir, dans On n’est pas couchés (avec un animateur extrêmement complaisant), Laurent Ruquier rappelle qu’Hexagone est le titre d’une des premières chansons de Renaud. Le chanteur y donne sa vision d’événements de l’histoire de France, mais des événements qui ne participent pas de la construction d’une « identité nationale » homogène, avec des faits qui divisent plus qu’ils ne rassemblent, qui sont encore des enjeux de controverse contemporains (manifestation au métro Charonne en 1962, Mai 68, l’Occupation, la non-réaction des autorités françaises au coup d’État de Pinochet au Chili... Ce que Laurent Ruquier traduit comme :

« Il dégommait un peu la France, alors que vous [Lorànt Deutsch], vous aimez la France »...

On laisse à L. Ruquier ses critères d’évaluation de « l’amour » porté à un pays). On ne saurait enlever à Renaud la dimension politique de nombre de ses chansons, et particulièrement Hexagone. Lorànt Deutsch répond à Laurent Ruquier en grimaçant de façon tout à fait ostentatoire :

« On raconte pas la même chose »  [2]

Ne serait-ce que par des prises de positions telles que se démarquer de Renaud, comment Lorànt Deutsch peut-il nier qu’il fait de la politique, et que ses livres sont l’instrument d’une entreprise politique, qui sert une cause et s’oppose à d’autres ?

En fait, Lorànt Deutsch ne voit de la politique que là où ça l’arrange : lui et ses alliés, ce n’est jamais politique (quand bien même, invraisemblance suprême, il cosigne un ouvrage sur le Paris de Céline avec Patrick Buisson : pour qui veut rester en dehors des querelles politiques, il y a des choix moins polémiques. « Je connaissais pas Buisson », justifie maladroitement l’acteur chez Laurent Ruquier). En revanche, les autres, particulièrement les adversaires, c’est politique. Selon le sociologue du politique Jean-François Bayart, il y a trois critères alternatifs pour qu’un objet soit politique :

« Cette qualité de politique est vécue par les sujets de la pratique en termes de conscience politique ; elle est ressentie par d’autres acteurs du système social alliés ou antagonistes ; dans l’un ou l’autre de ces cas ou encore en absence de toute conscience politique des différents acteurs du système social, elle est introduite arbitrairement par le chercheur eu égard un paradigme qui lui appartient et qui lui permet de considérer comme politiques des pratiques dont il ne constate pas toujours empiriquement la politisation » [3].

Sur le premier critère, Lorànt Deutsch nie toute velléité politique. Soit, c’est son droit. En revanche, ses écrits et propos font l’objet d’usages et d’appropriations politiques (par le Front de gauche et l’extrême-droite), et deviennent un sujet d’étude à part entière pour tout sociologue du politique, pour qui la dimension politique des positionnements de Lorànt Deutsch souffre d’assez peu de contestations.

C’est bien souvent la position critique qui paraît « évidemment » politique (celle de Renaud par exemple : les mots sont forts, les marqueurs politiques sont présents, la position contestataire visible). En revanche, celui qui romance, qui réhabilite des images d’Épinal et cherche à rassurer la population sur ses racines ne semble pas l’être, alors qu’il défend une forme d’ordre établi et de pensée dominante tout aussi politiques qu’une conception plus protestataire. Le consensus et le maintien de ce qui va de soi sont aussi des contenus politiques (on pourra par exemple s’amuser à voir fleurir les listes « apolitiques » – comprendre : de droite – lors des prochaines municipales).

Comme le disait en substance Pierre Bourdieu, quand des catégories de perception du monde s’énoncent publiquement, elles font croire à une réalité qui trouvera toujours des adhérents. Le travail de catégorisation, d’explication de l’histoire de Lorànt Deutsch, et l’audience qu’il rencontre ne peut qu’avoir un poids considérable sur la perception que nous pouvons avoir de la vie collective. Ce travail est l’enjeu par excellence de la lutte politique, lutte pour conserver ou transformer le monde social grâce à travail sur ces représentations [4].

La défense de Lorànt Deutsch me semble donc particulièrement hors de propos : dans la mesure où il se situe dans le débat politique, il ne peut ignorer ce qu’il suscite ni imposer ses propres conditions de « débat » en refusant la discussion pour des motifs spécieux. Habitué à la reconnaissance du public, il voudrait peut-être qu’on l’applaudisse sans cesse, applaudissements qu’il mérite certainement quand il est dans ses rôles d’acteur ou de comédien, mais, à partir du moment où il se place sur le terrain des idées, il ne peut pas s’attendre à ne recevoir que des compliments. Admettra-t-il, assumera-t-il, qu’il se situe sur un terrain politique, ce qui, dès lors éviterait qu’il avance « masqué », et permettrait des discussions plus saines et de beaux débats, certainement, sans qu’il ne renvoie ses détracteurs dans les cordes sans autre forme de procès, en les disqualifiant politiquement ?

Une promotion avec de grands moyens

Lorànt Deutsch bénéficie de complicités actives (accès à de nombreux médias, panneaux publicitaires des bus de la RATP, soutien des groupes Michel Lafon, France télévisions, TF1, Le Figaro...) et passives (complaisances d’animateurs et de journalistes) face auxquelles ne peuvent rivaliser des chercheurs qui, souvent, sont assez peu à l’aise pour s’exprimer dans des médias dont les logiques incitent à aller au plus simple, à faire court et synthétique, au détriment d’explications sur la complexité de la démarche scientifique. Il est regrettable que des émissions de service public (ou qui s’appellent même « service public » – sic) apportent si peu de réponse critique aux raisonnements de Lorànt Deutsch, qui peut ainsi exposer ses contradictions sans que personne ne les relève, alors qu’elles ne doivent pas rester sans réponse.

En guise d’épilogue, je voudrais illustrer la difficulté d’énoncer clairement une critique audible à l’égard des méthodes de Lorànt Deutsch en retranscrivant certains des échanges tirés de l’émission On n’est pas couchés, formidable illustration des phénomènes de violence symbolique à l’œuvre dans les « débats » télévisuels prétendument neutres [5], mais qui ne questionnent pas les temps de parole distribués aux invités, le ton qui leur est adressé, intéressé ou méprisant par exemple.

Lorànt Deutsch a pu compter sur le soutien sans faille de Laurent Ruquier, qui souligne rapidement « des polémiques que je trouve un peu stériles » et qui dénonce, en s’adressant à l’auteur de Hexagone, « trois-quatre personnes qui s’acharnent sur vous » et le fait que « les historiens sont jaloux », ce à quoi Lorànt Deutsch peut facilement répondre par sa rengaine habituelle. Natacha Polony évoque complaisamment « le procès qu’on vous fait », avant d’approuver l’acteur qui vitupère une nouvelle fois contre la froideur supposée et la désincarnation de l’histoire :

« - J’essaie d’incarner l’histoire, pour lui donner de la chair

- On est d’accord, il faut qu’il y a de la chair parce que y en a plus depuis des années dans la façon dont on enseigne l’histoire à l’école, et c’est pour ça que ça dégoûte tout le monde. Ça, c’est sûr. »

Sur quoi Natacha Polony se base-t-elle pour formuler des jugements aussi définitifs ? Mystère. Dans la foulée, elle rappelle :

« On vous reproche de ne pas être un universitaire »

– ce qui est profondément faux, et ce qui tend à faire croire à ceux qui ne connaissent pas les enjeux des polémiques (c’est-à-dire beaucoup de monde) que les universitaires défendent en effet jalousement leur pré carré et souhaiteraient avoir le monopole de la parole historienne : manière mensongère de disqualifier les uns et de défendre l’autre.

Seul Aymeric Caron prend parti pour « les historiens » et tente d’apporter une touche critique, mais son propos, complexe, est difficilement audible, en raison de sa nature même, mais aussi à cause des contraintes inhérentes au média dans lequel il est énoncé. On le voit ainsi chercher ses mots et tenter d’être précis. Natacha Polony exprime un désaccord auquel Aymeric Caron a le malheur de répondre en commençant par « Si, si... ». Laurent Ruquier intervient alors et indique « Sissi, c’est le nom de sa petite fille ! ». Gros plan sur l’animateur, hilare, pendant que A. Caron se démène [6]

Les échanges sont fréquemment interrompus par les applaudissements du public ou par les interventions des autres invités qui, souvent, ont pour fonction de désamorcer un conflit naissant entre l’invité principal et les deux chroniqueurs. Les débats se diluent dans un brouhaha régulier. De la sorte, les divergences ne s’expriment que de façon superficielle.

Un échange exemplaire des connivences dont bénéficie Lorant Deutsch

Aymeric Caron convoque ensuite l’exemple de la réunion des états généraux pour souligner des imprécisions factuelles. L’échange qui suit est exemplaire de la dilution de la parole conflictualisée dans ce type d’émissions en raison de diverses contraintes :

A. Caron : « J’ai été surpris sur des périodes qu’on connaît tous plus ou moins, par exemple sur la réunion des états généraux. C’est la Révolution. Y a des erreurs qui me semblent factuelles, quand vous dîtes par exemple... vous racontez effectivement pourquoi le Tiers-État doit aller se réunir dans la salle du jeu de Paume. Et puis ensuite vous nous présentez le fait que... »

L. Deutsch (coupe) : « Enfin, ils étaient au Menus-Plaisirs d’abord, c’est parce que c’était fermé qu’ils sont allés au Jeu de Paume. »

A. Caron : « Mais là... Vous faîtes des raccourcis... »

L. Deutsch : « Mais y a pas le choix quand on veut essayer de proposer un travail de synthèse ! »

A. Caron : « Mais qui sont gênants pour l’interprétation historique. »

L. Deutsch : « Mon enjeu, il a pas été de raconter tout les débats, et les tenants et les aboutissants des états généraux. Mon enjeu il a été de raconter 2 600 ans d’histoire, donc oui, les états généraux, ça prend... »

L. Ruquier : « Il est obligé de réduire ! »

L. Deutsch : « C’est une portion congrue qui peut vous sembler insuffisante... »

A. Caron : « Par exemple, vous dîtes : "300 députés du Tiers-État constitués en Assemblée nationale cherchent un autre lieu de réunion". 300 députés du Tiers-État... Moi j’ai toujours lu qu’y avait à peu près 600 députés du Tiers-État. »

L. Deutsch : « Ouais ben c’était parce qu’ils étaient pas tous réunis. Tous n’ont pas validé le fait d’aller d’un seul homme, d’un seul courant vers... »

A. Caron : « Sauf que, voilà... »

L. Deutsch : « Ils ont cherché une autre salle, le Menus-Plaisirs. Y a sur ces 600 députés des états généraux, la majorité, enfin, une grande partie, qui s’est rallié au fait que le Roi avait décidé de fermer leur salle de réunion. »

A. Caron : « La réplique de Mirabeau, la fameuse réplique de Mirabeau... »

L. Deutsch (coupe) : « Nous sommes entrés par la volonté du peuple et nous n’en sortirons que par la force des baïonnettes ! C’est pas celle que j’ai marquée dans mon livre ! » 

A. Caron : « Non, effectivement, vous avez trouvé une autre source, pourquoi pas, absolument. Sauf que, quand on vous lit, ça se passe dans la salle du Jeu de Paume. Sauf que ça ne se passe pas dans la salle du jeu de paume cette... réplique. »

L. Deutsch : « Non, ça se passe dans la salle du Menu-Plaisirs. »

A. Caron : « Ben oui mais... Tel que c’est écrit... »

L. Deutsch : « Hé ouais mais parce que ouais, bon » (air dépité).

A. Caron : « En plus il manque des dates, etc. »

L. Ruquier : « Mais enfin franchement, moi je vais vous dire : ça m’a pas dérangé ! (rires dans le public. Applaudissements). Là on encule les mouches ! (...) »

A. Caron : « Vous zappez des tas d’étapes importantes des événements historiques, que vous manipulez, en tout cas que vous traitez (on entend un soupir gras. Ruquier ?) et puis... voilà, à un moment, on se dit : mais c’est quoi la validité historique de votre travail ? Honnêtement, on se pose la question. »

Lorànt Deutsch (manifestement perturbé) : « Et bien, en tout cas, la validité, elle est autour d’une idée d’avoir voulu raconter euh de manière continuelle, et de prendre le risque, voilà, c’est de, de ne pas trop en dire... »

L. Ruquier (à la rescousse, sur le ton de l’évidence) : « Je vais répondre à votre place : elle est de rendre accessible au grand public des livres d’histoire qui n’iraient pas forcément chez les gens. »

A. Caron : « Mais c’est faux, y a plein de livres d’histoire super accessibles ! »

L. Ruquier : « Mais non ! Oui mais mpppfff je dis pas le contraire... »

L. Deutsch : « Si, c’est vrai, je suis d’accord. »

L. Ruquier « Je dis pas le contraire, sauf que les gens n’iraient pas, et Lorànt Deutsch... »

L. Deutsch : « Mais tant mieux si mon livre soit (sic) disposé et placé à côté des livres que vous recommandez, ça s’appelle faire gagner l’histoire, il est là l’enjeu. »

A. Caron : « Elle ne gagne pas s’il y a des inexactitudes. »

L. Ruquier (grimace et gesticule) « Mais si, elle gagne ! Ça, vous avez pas le droit de dire ça, franchement ! »

A. Caron (surpris que son patron (?) s’emporte) « On a le droit de pas être d’accord ? »

L. Ruquier : « Non ben je suis pas d’accord. Vous pouvez pas dire... Qu’il y ait des livres d’histoire qui soient accessibles et écrits par des vrais historiens... On est d’accord, Lorànt Deutsch n’est pas un vrai historien, il ne se prétend pas historien... »

L. Deutsch : « Là pour l’instant vous n’avez pas parlé d’inexactitudes. Vous avez relevé 2 ou 3 manques de rigueur par rapport à un problème bien précisé, sur les 600 députés des EG, y en a que 300 qui se dirigent, voilà... ben vous l’avez pas lu. »

A. Caron : « Si, si, pour moi, ce sont des inexactitudes. »

L. Deutsch : « C’est pas des inexactitudes. Disons que... Alors c’est des raccourcis (L. Ruquier : c’est des raccourcis !). Parce qu’on n’a pas le choix. »

Soan : « Moi, ça m’est sympathique sa démarche, pour vous contredire un petit peu mais... comme vous avez pas forcément tout aimé dans mon disque, ça me fait plaisir (rires) je trouve que c’est bien par exemple, si y a des gens qui l’aiment bien lui, pour lui, et que ça donne envie de... une porte d’entrée. »

L. Ruquier : « Mais exactement ! »

Soan : « Ben je trouve que c’est cool en fait. Même si y a 5 personnes... »

L. Ruquier : « Ça n’enlève rien au travail des historiens. »

A. Caron : « La question, c’est de savoir pourquoi les gens vont acheter le livre. Parce que Lorànt Deutsch est sympa ? Parce qu’il parle bien d’histoire à la télé ? Ou parce que le livre est un livre de qualité ? Moi je m’interroge sur la qualité du livre. »

L. Ruquier : « Franchement, vous pouvez pas dire que c’est pas un livre de qualité ! »

A. Caron : « Il est même pas sympa à lire ! » (rires de L. Ruquier)

Natacha Polony : « Aymeric, les gens vont acheter ce livre pour une raison, c’est qu’il y a un appétit de connaissance historique... »

A. Caron : « Ben oui, et alors ? »

Natacha Polony : « Qui actuellement n’est pas assouvi (L. Ruquier : exact !) notamment par l’école, par les choix pédagogiques qui sont faits, parce que justement on a rendu ça trop abstrait. »

L. Deutsch : « Ce livre, c’est un voyage sur cette histoire. C’est la plus belle des histoires, c’est la nôtre, qu’on soit ici depuis toujours ou depuis deux secondes ! Voilà mon enjeu. Mon livre, c’est une main tendue. Vous la prenez, vous la prenez pas, tant pis pour moi. »

L. Ruquier : « Ou dans la gueule vous allez la prendre, autrement ! (rires dans le public et sur le plateau, applaudissements). »

L. Deutsch : « Nan, pas du tout, c’est une histoire apaisée. »

En répétant une nouvelle fois sa volonté de faire « une histoire apaisée », en proposant « un voyage » sur « la plus belle des histoires », Lorànt Deutsch tente d’imposer une vision faussement positive de l’histoire de France, dépouillée de conflits, des groupes sociaux, des groupes culturels, des groupes en termes de genre, des femmes et des hommes « ordinaires » qui ont été le moteur d’une histoire qui ne serait pas vue « d’en haut ». Indépendamment des limites du travail de Lorànt Deutsch déjà perceptibles dans ces échanges, intéressons-nous aux conditions des débats.

Un renversement des rôles : quand le critique doit justifier son propos

Sur la discussion, l’un des chroniqueurs est plutôt favorable à l’auteur, en dépit de quelques remarques de forme (Natacha Polony), l’autre y est défavorable (Aymeric Caron). Autrement dit, semblent garanties les apparences d’un débat démocratique, où les positions vont pouvoir être équitablement confrontées. Cependant, en observant les échanges de près, on se rend compte qu’une série de mécanismes est éminemment favorable à l’invité.

Le rôle du présentateur de l’émission, d’abord : Laurent Ruquier prend fait et cause pour Lorànt Deutsch, en répétant les réponses données par l’auteur quand il est en difficulté (« il est obligé de réduire », « mais si, elle gagne ! », « c’est des raccourcis »), en approuvant les autres invités qui soutiennent Lorànt Deutsch (« mais exactement ! »), en s’opposant au chroniqueur qui le critique (« on encule les mouches », « vous n’avez pas le droit de dire ça », « moi je vais vous dire : ça m’a pas dérangé », « non ben je suis pas d’accord », « vous pouvez pas dire que c’est pas un livre de qualité », « dans la gueule vous allez la prendre »), en abondant dans le sens de Natacha Polony (« exact »), en ignorant ce que la posture de Lorànt Deutsch fait à la rigueur de la démarche historienne (« ça n’enlève rien au travail des historiens »), et même en répondant à la place de Lorànt Deutsch (!), dont on se demande finalement pourquoi il a été invité si Laurent Ruquier peut assurer lui-même sa promotion.

L’animateur profite de sa position de neutralité apparente pour distribuer les bons et les mauvais points, et il revient finalement à Aymeric Caron de justifier sa position : pourquoi et comment peut-il être contre ce livre, et, à travers le livre, contre Lorànt Deutsch ?

Ses récurrents jeux de mots lui permettent en outre de se mettre régulièrement le public « dans la poche », qui signale son approbation par des applaudissement intempestifs qui interrompent systématiquement des échanges potentiellement conflictuels. Or, il serait de mauvais ton de mettre l’invité en difficulté. La parole de Laurent Ruquier est toujours bienveillante à l’égard de Lorànt Deutsch, tandis qu’elle est plus pressante, à la limite du dédain voire de l’insulte et de la menace vis-à-vis d’Aymeric Caron qui, dans une sorte de renversement de la charge de la preuve, est sommé d’expliquer en quoi l’ouvrage de Lorànt Deutsch n’est pas pertinent.

À l’inverse, les postulats énoncées par Natacha Polony sur l’enseignement de l’histoire à l’école sont pris comme des faits avérés qui ne sont pas questionnés, alors qu’on ignore quelles études ou quels faits motivent cette opinion qui, de toute façon, s’inscrit dans la lignée de ses prises de position idéologiques considérant que tout va de mal en pis dans l’éducation nationale, ce qui rejoint le rejet de l’histoire scolaire exprimé par Lorànt Deutsch à de nombreuses reprises.

Et encore, l’écrit ne me permet pas de montrer les marques physiques d’intérêt ou de dédain que Laurent Ruquier adresse à l’un et à l’autre (aussi, je vous invite à regarder le replay).

Ensuite, la composition du plateau peut également poser question : on débat d’histoire, et il n’y a pas d’historien (c’était aussi le cas sur France inter). La discussion se met en place comme s’il était évident que chacun puisse avoir un avis, sans que les absences ne soient relevées. Les deux chroniqueurs, qui ont aussi pour rôle d’avoir un avis sur tous les produits de tous les invités, font alors appel à des compétences générales qui, au mieux, tentent de reprendre à leur compte la critique historienne, tant bien que mal (Aymeric Caron), ou, au pire, ne se font que les relais du sens commun. Telles que présentées, avec assez rapidement une mention aux « adversaires politiques » (de gauche) de l’auteur d’Hexagone, les remarques d’Aymeric Caron, représentant plutôt la sensibilité de gauche dans l’émission, et contredites par Lorànt Deutsch et son allié Laurent Ruquier, peuvent même donner l’impression d’être elles-mêmes motivées par des considérations politiques dans la mesure où c’est cette grille de lecture de la critique « hexagonale » qui a été posée d’emblée. Dès lors, le rappel (tardif) d’une critique proprement historienne, secondaire dans le temps de l’émission, apparaît aussi secondaire en importance, alors que c’est bien là le nœud du problème.

Les chroniqueurs, du fait de leur opinion sur Hexagone, ne tiennent pas le même rôle face à son auteur. L’un « attaque » et cherche à mettre l’invité en difficulté. Finalement, sa recherche de vérité passe pour agressive et déplacée. L’autre, bienveillante sur le contenu, ne demande pas de « comptes » : elle observe et propose une interprétation (« il y a un appétit de connaissance historique, qui actuellement n’est pas assouvi, notamment par l’école, par les choix pédagogiques qui sont faits, parce que justement on a rendu ça trop abstrait ») qui donne le sentiment d’une remise en perspective objective et générale, alors qu’elle est une prise de position qui s’aligne sur celles de Lorànt Deutsch, sans que ne soit questionnée sa pertinence. Là où Laurent Ruquier demande des explications à Aymeric Caron sur chacune de ses interventions, il épargne Natacha Polony.

Un mélange des genres défavorable à la compréhension des enjeux

Enfin, les autres invités comprennent le bon client prompt à livrer une anecdote sur son propre spectacle (Stéphane Guillon), interrompant durant une bonne minute les échanges sur Hexagone, et aussi un chanteur, Soan, qui reconnaît ne rien connaître aux problématiques posées, mais donne toutefois son avis (favorable à Lorànt Deutsch) dont on se demande s’il est motivé par le contenu de l’ouvrage ou par une sorte de vengeance à l’égard d’Aymeric Caron, qui n’a pas apprécié son album.

De la même manière que les émissions régulières spécifiquement consacrées à la politique se sont raréfiées depuis la fin des années 1990, les émissions culturelles sont quasi-inexistantes. Par conséquent, les débats politiques et culturels se font principalement dans les émissions dites d’ « infotainment » – mélange d’information et de divertissement – dans lesquelles sont mis en scène des débats distrayant, dépouillés de leur dimension politique, et dans lesquelles la mixité du statut social des invités provoque un éclectisme permettant que chacun puisse donner un avis, qu’importent ses compétences sur les sujets évoqués, au nom d’un relativisme garantissant à tous l’expression de son propre éclairage.

Finalement, ressort de ces échanges l’impression que Lorànt Deutsch est un « bon client », qui sait esquiver avec humour les questions embarrassantes, et répondre avec sincérité aux questions les plus futiles, montrant une certaine habileté à passer à la télévision. Hormis l’échange avec Aymeric Caron, finalement peu contraignant car lui-même pris dans les contraintes des attendus du média, l’émission met davantage l’accent sur les qualités personnelles de l’invité que sur le contenu du produit qu’il promeut. La forme médiatique devient presque garante du fond idéologique.

L’aisance médiatique de Lorànt Deutsch lui permet de court-circuiter les instances de consécration historiennes traditionnelles, en donnant le sentiment de faire autorité historienne, au risque que se reconnaissent en lui et dans sa capacité à utiliser la « formule des 4 S » (sympathique, simple, spontané, sincère [7]) les individus les moins dotés en principes d’appréciation historiens ou politiques.

Alors, non, la glorification médiatique des ouvrages de Lorànt Deutsch et la mansuétude dont il bénéficie dans les médias chez lesquels il a un accès facilité n’est pas une question futile et pose un vrai problème de rapport à l’histoire, de la façon dont les médias en parlent, et de ses potentiels effets. Pris dans des formats d’émission qui ne permettent pas de poser des questions proprement civiques, les animateurs et présentateurs qui reçoivent Lorànt Deutsch, allergiques à la polémique complexe et cherchant à entretenir des rapports cordiaux avec tous, devraient au contraire le sommer de répondre clairement à ses contradictions et à nous éclairer sur la manière dont il envisage son rôle à l’égard du public. Il serait plus honnête que, sous le signe de l’hexagone, on rende publique la complexité des rapports au passé et la manière d’en parler. En attendant, on peut toujours se rappeler l’Hexagone critique de Renaud.

P.-S.

Ce texte est paru initialement sur le site Mediapart. Nous le reproduisons avec l’amicale autorisation de l’auteur.

Addendum du 20 octobre. Par l’auteur :

À l’issue de la lecture de ce billet sur Mediapart, Lorànt Deutsch me demande de signaler l’existence de ce papier publié sur le site de la revue Historia, pour lequel l’auteur d’Hexagone m’indique que "c’est un collectif d’historiens du magazine Historia qui a scrupuleusement étudié [s]on livre et n’y a relevé que 3 erreurs factuelles !". Je le fais de bonne grâce.

S’il me fallait encore préciser des choses, mon propos n’est pas de mentionner les erreurs factuelles de Lorant Deutsch. Les recenser ne doit pas occulter le fait que son expression écrite manque souvent de précaution, proclame plus qu’elle ne démontre, se veut véridique plus qu’hypothétique.
En outre, et c’est ceci le plus important à mes yeux, Lorànt Deutsch continue d’ignorer ma critique politique et m’invite à collaborer "sans idéologie". Je ne parviens pas à déterminer si cette ignorance est feinte ou sincère. Je n’ai donc pas de réponse à ce qui me pose le plus question : le décalage entre sa posture et ce que transpirent ses propos et ses écrits. Ces derniers ne me poseraient aucun problème si Lorant Deutsch assumait son côté militant, mais il continue de jouer sur une image positive et profite des moyens mis à sa disposition pour véhiculer des messages qui ne vont pas de soi, et qui posent même de sérieuses questions. Son attitude lui permet en outre de disposer d’un temps de parole politique qui passe pour neutre et objectif. Je n’ose croire que cela le dépasse, et qu’il ne se rend pas compte des implications politiques de ce qu’il dit. Définitivement, je regrette que les conditions du débat soient à ce point biaisées.

Notes

[1] Trois historiens, William Blanc, Aurore Chéry et Christophe Naudin ont brillamment souligné la résurgence de ce « roman national » au sein d’un ouvrage qui rappelle notamment, comme l’ont aussi souligné Benedict Anderson, Anne-Marie Thiesse ou Suzanne Citron, que l’histoire, en tant que discipline peu autonome aux débuts de la IIIe République, a eu pour fonction de rechercher l’adhésion des populations à leur pays « d’appartenance », dans un contexte mondial de construction des États-nations.

[2] Voyez le replay à 1h45

[3] BAYART Jean-François. « L’énonciation du politique », Revue française de science politique, 35e année, n°3, 1985, p. 367-368.

[4] Voir notamment BOURDIEU Pierre, « La représentation politique. Éléments pour une théorie du champ politique », Actes de la recherche en sciences sociales, n°36/37, 1981, p. 3-24.

[5] BOURDIEU Pierre, Sur la télévision, Liber- Raisons d’agir, Paris, 1996.

[6] Cf. la photo ci dessous, capture d’écran du site de France 2, montrant Laurent Ruquier après cette bonne blague.

[7] NEVEU Érik, De l’art (et du coût) d’éviter la politique. La démocratie du talk-show version française (Ardisson, Drucker, Fogiel), Réseaux 2003/2, n°118, p. 95-134.