Accueil du site > Études de cas > Sexismes et transphobies > « Un petit garçon ramené du Cambodge »

« Un petit garçon ramené du Cambodge »

Le collectif Les mots sont importants vous offre une minute de transphobie libertaire, philosophique et cultivée

par Collectif Les mots sont importants
2 août 2015

C’était il y a deux ans, c’était estival, et cela se voulait amusant. C’était en tout cas – on ne le répétera jamais assez – de la culture, de la très haute, de la très française culture...

« Oui, dans les années 60 il y avait une télévision d’Etat qui était aux ordres de De Gaulle, mais il y avait ’Les Perses’ d’Eschyle à 20h30. Aujourd’hui le pouvoir est diffus, on a l’impression qu’il y a la liberté, il y a les syndicats les machins etcétéra etcétéra, et qu’est-ce que vous avez à 20h30 ? Un transexuel qui s’est fait opérer, qui vient d’épouser un petit garçon qu’il a ramené du Cambodge, et avec lequel il veut un enfant qui leur permettrait de faire hériter quelqu’un qui est mort et dont le sperme a été congelé. Est-ce que c’est mieux ?. »

Tonnerre d’applaudissements dans la salle.

Non, ce n’est pas Frigide Barjot à l’université d’été de « la manif pour tous », ni la dernière vidéo d’Alain Soral, ni le dernier sketch de Ayoub et Dieudonné, ni le dernier meeting de Marine Le Pen...

Non, nous sommes sur France Culture, s’il vous plaît, à « l’Université populaire », rien que ça, pour une « contre-histoire de la philosophie », en toute modestie.

L’emballage n’est pas « défense de la vraie famille », ni « gauche du travail / droite des valeurs », mais « hédonisme libertaire » – et pourtant vous savez quoi : le vomi transphobe, quel que soit l’emballage, reste du vomi transphobe.

P.-S.

Référence exacte : Michel Onfray, Université populaire, saison 13, séance 5 (« Questions-réponses »), France culture, 2 août 2013, 35ème minute.