Accueil du site > Études de cas > Homophobies, Lesbophobies et Hétéronormativité > Une chronologie de la haine

Une chronologie de la haine

Le Pape et l’homosexualité de 1978 à 2005 : une anthologie

par Ethan Jacobs
15 avril 2005

Alors qu’un deuil mondial est décrété après la mort de Jean-Paul II, beaucoup, au sein de la communauté lesbienne, gay, bisexuelle et transgenre (LGBT), répugnent à se joindre à ce concert de lamentations. Car, depuis son élection en 1978, le pape s’est illustré par une opposition féroce aux droits des homosexuels, et, venant d’une des personnalités religieuses les plus visibles dans le monde, ses déclarations de plus en plus réactionnaires et haineuses au cours du temps n’ont pas été sans effet. Dans un livre publié en 2005, moins de deux mois avant sa mort, le pape estime que le mariage homosexuel participe d’une « nouvelle idéologie du mal, peut-être plus insidieuse et cachée, qui promeut les droits fondamentaux contre la famille et contre l’homme ». Et depuis son élection, le pape a toujours empêché toute ouverture, au sein du monde catholique, aux droits et à la parole des LGBT. Voici quelques unes de ces déclarations les plus parlantes.

5 octobre 1979

Dans un discours adressé aux prêtres de tous les diocèses américains, le pape déclare :

« vous qui portez le message de la vérité et le pouvoir de Dieu, qui enseignez la loi divine, vous, pasteurs plein de compassion, vous avez aussi le droit de dire : “l’homosexualité est une faute morale“ ».

6 septembre 1983

Lors d’une audience du Vatican, le pape s’adresse à 25 prêtres américains, estimant que l’homosexualité et la sexualité hors mariage sont incompatibles « avec les plans de Dieu pour l’amour humain ». Selon le New York Times, le pape visait clairement certains membres de l’Eglise américains et leurs positions libérales sur les questions de sexualité.

1er décembre 1983

Le Vatican publie un guide officiel consacré à l’éducation sexuelle qui présente l’homosexualité comme un « désordre » et une « inadaptation sociale ». Le document met en garde contre toute pratique homosexuelle, et en offre un certain nombre d’explication :

« manque d’affection, immaturité, pulsions obsessionnelles, séduction, isolement social et autres types de frustration, comportements vestimentaires immoraux et spectacles et publications licencieux ».

30 octobre 1986

La congrégation de la doctrine de la foi adresse une lettre aux prêtres de l’Eglise catholique. Celle-ci met en garde les prêtres contre la « propagande trompeuse » des activistes gays. On peut lire dans ce document que même une « inclinaison » homosexuelle s’apparente à une « faute morale en soi ». Le document regrette également, en référence à la crise du SIDA, que les activistes gays continuent à se battre pour l’égalité bien que « l’homosexualité menace sérieusement la vie et le bien-être d’un nombre important d’individus ». Enfin est condamné le combat contre les attaques anti-gay, puisque, peut-on lire, même si ces attaques sont à regretter, « quand la législation protège un comportement dont personne ne peut revendiquer le droit [on peut s’attendre] à un surcroît de réactions irrationnelles et violentes ».

16 novembre 1989

La compassion dont le pape a pu faire preuve à l’égard des victimes du SIDA dans certaines de ses interventions en 1987 et 1988 fait rapidement place à une franche hostilité. Dans une conférence tenue au Vatican sur le SIDA, le pape estime qu’une « sexualite excessive » est une des causes du SIDA. Il s’exprime clairement contre les campagnes de prévention du SIDA, estimant qu’il est immoral de cautionner des initiatives « qui reposent sur le recours à des moyens et des remèdes qui violent le sens authentique de la sexualité humaine ».

23 juillet 1992

La congrégation de la doctrine de la foi publie un document de« réponse aux propositions législatives sur la non discrimination des personnes homosexuelles ». Selon ce document, « l’orientation sexuelle ne constitue pas une qualité comparable à la race, l’origine ethnique etc eu égard à la non-discrimination. Contrairement à ces dernières, l’orientation homosexuelle est un désordre objectif ».

23 février 1994

Le pape publie une lettre sur les valeurs familiales. Il estime que le mariage homosexuel n’est pas seulement un péché, mais représente un danger :

« d’autres unions [que le mariage hétérosexuel] ne peuvent être reconnues, malgré certaines évolutions récentes qui représentent une menace sérieuse pour le futur de la famille et de la société elle-même ».

21 décembre 1995

Un guide publié par le Vatican sur l’éducation sexuelle des enfants recommande aux parents de « refuser les politiques de prétendue prévention sexuelle, une politique dangereuse et immorale qui reposent sur la théorie illusoire selon laquelle un préservatif pourrait procurer une protection suffisante contre le SIDA ».

9 juillet 2000

Le pape condamne la gay pride de Rome, qui a lieu la même année que le grand jubilé de l’Eglise catholique. Il affirme :

« Au nom de l’Eglise de Rome, je ne peux pas ne pas exprimer mon amertume devant cet affront fait au grand jubilé de 2000 et devant l’offense aux valeurs chrétiennes dans une ville si chère aux catholiques du monde entier ».

31 juillet 2003

Le pape estime que les élus qui ont voté en faveur du mariage homosexue, des droits des couples homosexuels ou du droit à l’adoption des homosexuel(le)s sont « gravement immoraux » : « rien ne peut justifier de mettre sur le même plan les unions homosexuelles et les unions hétérosexuelles au regard des vues de Dieu sur le mariage et la famille. Le mariage est sacré, alors que les actes homosexuels vont à l’encontre de la loi naturelle de la morale ».

Citations traduites de l’anglais par Sylvie Tissot

Cet article reprend des extraits d’un article paru dans Bay Windows (Le premier journal gay, lesbien, bisexuel et transgenre de Nouvelle Angleterre), « A chronology of hate. The pope’s words on homosexuality from 1978 to 2005 », de Ethan Jacobs.

14 avril 2005