Accueil du site > Études de cas > Homophobies, Lesbophobies et Hétéronormativité > « Une tradition étrangère à la classe ouvrière »

« Une tradition étrangère à la classe ouvrière »

L’homosexualité, douloureux problème des révolutionnaires

par Pierre Albertini
10 novembre 2012

“Tradition étrangère à la classe ouvrière”, “vice d’aristocrate”, “perversion bourgeoise et occidentale”, l’homosexualité “ne saurait être défendue puisqu’il nous faut une position acceptable par les masses”... Ce sont ces minables arguments, et les pratiques politiques ignobles auxquelles ils sont liés, que nous rappelle opportunément le texte qui suit. Extrait de l’indispensable Dictionnaire de l’homophobie, publié en 2003 sous la direction de Louis Georges Tin, il retrace les grandes lignes de l’histoire, hélas fort harmonieuse, entre le mouvement communiste et l’idéologie homophobe d’une part, et d’autre part entre les Etats communistes et la persécution des homosexuels. Une histoire heureusement révolue pour ce qui concerne le PCF, mais dont l’héritage continue de peser lourdement dans presque tout ce qui, à la gauche dudit PCF, ou “ailleurs”, se veut révolutionnaire.

L’histoire du communisme international est, globalement, l’un des plus tristes chapitres de l’histoire de l’homophobie aux dix-neuvième et vingtième siècle. Les choses ne pouvaient plus mal commencer, puisque l’un des deux fondateurs du marxisme, Friedrich Engels, était farouchement homophobe. Dans une lettre à Marx de 1869, où il s’en prend violemment au sexologue allemand Ulrichs, il écrit :

“On dira dorénavant : guerre aux cons, paix aux trous-du-cul. C’est encore une chance que nous soyons personnellement trop vieux pour avoir à craindre de payer de notre personne la victoire de ce parti.”

Et dans L’Origine de la famille, de la propriété et de l’État (1884), il dénonce “la pratique répugnante de la pédérastie grecque”, dans laquelle il voit le résultat d’une déchéance morale.

En fait, cette position n’est pas spécifique aux marxistes : pour beaucoup de progressistes du dix-neuvième siècle, l’homosexualité est un vice des élites, résultant de la décomposition morale qu’engendrent inéluctablement le luxe aristocratique et le système capitaliste, oublieux de la saine nature.

On trouve ce thème chez Michelet, opposant l’homosexualité du noir dix-septième siècle à l’hétérosexualité du glorieux dix-huitième siècle. On le retrouve chez Proudhon, s’indignant que Fourier ait “sanctifié jusqu’aux unions unisexuelles”. Il apparaît également chez Zola, notamment à la fin de La Curée.

Cela dit, certains des leaders sociaux-démocrates de l’Allemagne unifiée (Kautsky, Bebel) sont favorables à l’abrogation du “paragraphe 175” et le célèbre théoricien socialiste Eduard Bernstein, défendant Oscar Wilde en 1895, réfute l’idée selon laquelle l’homosexualité serait un acte contre nature et un indice de décadence.

Lénine, Staline et le vice des aristocrates

Si la révolution bolchevique commença par émanciper les homosexuels russes, en abolissant le Code criminel de 1832 et en ignorant le crime de sodomie dans les codes de 1922 et de 1926, les bolcheviks n’avaient guère d’indulgence pour les homosexuels :

- les grands leaders avaient peu de goût pour la sexualité en général (“le dérèglement de la vie sexuelle est bourgeois, c’est une manifestation de la décadence”, dit Lénine en 1920) ;

- ils considéraient que l’homosexualité n’était pas un crime mais qu’elle avait toutes les apparences d’une maladie ;

- enfin ils y voyaient un vice d’aristocrates (Tchaïkovski, Diaghilev), ce qui n’était pas très bon signe dans un pays appelé à rompre avec son passé tsariste.

Dès 1924, on procède à des arrestations massives d’homosexuels “de mauvaise origine”, attestées par la correspondance de l’écrivain Mikhaïl Kouzmine.

Mais c’est le stalinisme qui va imposer une ligne d’homophobie radicale : l’homosexualité masculine (moujelojstvo) est recriminalisée le 17 décembre 1933 et l’article 154 (devenu plus tard l’article 121), introduit dans le Code en avril 1934, rend tout acte homosexuel passible de trois à cinq ans d’emprisonnement.

Il y a aussitôt de nombreuses arrestations à Moscou, Leningrad, Kharkov et Odessa, notamment dans les milieux du théâtre, de la musique et des arts. À la mort de Kouzmine, en 1936, son amant, Youri Yourkine, et la plupart de ses amis sont arrêtés et fusillés. La même année 1936, le commissaire à la justice, Nicolas Krylenko, déclare que l’homosexualité est un crime contre l’État soviétique et le prolétariat.

Pour les staliniens, l’homosexualité n’est pas seulement un héritage déplorable de l’Ancien régime, elle est aussi profondément liée au fascisme, comme le souligne l’exclamation de Gorki dans la Pravda le 23 mai 1934 avant même la Nuit des Longs Couteaux :

“Extirpez l’homosexualité et le fascisme disparaîtra”

Une rumeur invérifiable prétend du reste que la criminalisation de 1934 aurait été le résultat d’une requête adressée personnellement à Staline par Gorki, dont le fils adoptif avait été séduit par un homosexuel.

La thèse de la perversion fasciste (les “mœurs des SA”) permettait d’offrir au grand public soviétique et occidental une opposition terme à terme (le socialisme était du côté de la nature, de la santé et de la vertu, le nazisme de la contre nature, de la dégénérescence et du vice), en occultant totalement la réalité des violences homophobes nazies.

Cette thèse avait également le mérite de retrouver les préjugés populaires russes et orthodoxes (la fin de la décennie 1930 est marquée en urss par le triomphe d’un populisme réactionnaire grand-russien) : c’est ainsi que la criminalisation de 1933-1934 s’inscrit dans le contexte de ce qu’un historien américain a appelé “la grande reculade” stalinienne.

On recriminalise l’avortement, on rend le divorce plus difficile, on ne se soucie plus guère de la promotion des femmes ; bref, la “révolution des sentiments” qui avait commencé à faire son chemin entre la décennie 1900 et la décennie 1920 est brisée net.

Le régime renoue ainsi avec les thèses homophobes d’un mystique hétérodoxe du début du siècle, Vassili Rozanov, auteur d’un ouvrage sur Le Problème de la famille en Russie, qui voyait dans la remise en question des rôles sexuels et du holisme patriarcal russe (le sobornost) la victoire des “sodomites”, du “troisième sexe”, des “hommes du clair de lune”.

Par ailleurs, on comprend assez facilement que la très sommaire anthropotechnie stalinienne n’ait pas pu faire de place à l’homosexualité :

- pour Staline, les individus ne sont que des vis et des boulons au service de la société socialiste ;

- la sexualité a pour finalité la reproduction des producteurs ;

- un plaisir sexuel non orienté vers la reproduction est une déperdition d’énergie que ne saurait autoriser la société socialiste.

Comme l’affirme au même moment le lyssenkisme, le milieu extérieur peut toujours modifier les caractères comportementaux : il suffit donc que l’homosexualité soit interdite pour qu’elle disparaisse. Le malheur est que ce discours va faire sentir ses effets pendant plus de cinquante ans :

- le cinéaste Serguei Eisenstein est soumis à un chantage de 1938 à sa mort en 1948 ;

- le cinéaste Serguei Paradjanov est emprisonné deux fois pour homosexualité, en 1952 et en 1973 ;

- le danseur Rudolf Noureev, ne supportant plus les chantages dont il est l’objet, se volatilise en 1961.

Krouchtchev ou la continuité dans la rupture

Car le dégel khrouchtchévien ne concerne pas les homosexuels : Khrouchtchev, au pouvoir de 1953 à 1964, était lui-même très homophobe, associant assez facilement, sans doute en raison de ses origines paysannes, homosexualité et intelligentsia (en décembre 1962, visitant une exposition, il traita de “pédales” des peintres dont les œuvres étaient trop modernes à son goût).

Et la stagnation brejnévienne n’a rien arrangé :

- dans les années 1970 et 1980, le bureau de la milice chargé de la lutte anti-homosexuelle faisait vivre les homosexuels repérés dans un chantage perpétuel, beaucoup étant même soumis à des rapports sexuels sous la contrainte ;

- le KGB arrêtait encore un millier d’homosexuels par an (l’accusation d’homosexualité, renforçant celle de maladie mentale, fut utilisée contre certains dissidents, tel le mathématicien Leonid Pliouchtch ou l’archéologue Lev Klein ;

- une association clandestine, le “Laboratoire gai”, qui s’était mise en place à Leningrad en 1984 et avait pris contact avec des Finlandais, fut rapidement démantelée) ;

- les lesbiennes risquaient toujours l’internement psychiatrique, générateur de séquelles à perpétuité ;

- les catégories inférieures de la population concentrationnaire, où l’on trouvait des condamnés de toutes origines et pour tous les motifs (pas seulement des “121”), étaient en permanence menacées de viol (parfois collectif) et d’asservissement sexuel.

La terreur produite par un pareil système explique qu’il ait fallu attendre les dernières années de l’histoire de l’urss, c’est-à-dire 1989-1990, pour voir apparaître un authentique mouvement gai soviétique :

- à la fin de 1989 est créée l’Association des minorités sexuelles, qui devient en 1990, sous la direction d’Evguenia Debrianskaia et Roman Kalinine, l’Alliance gaie et lesbienne de Moscou ;

- la même année 1990, les Estoniens organisent au grand jour à Tallinn une conférence internationale sur “le statut des minorités sexuelles et le changement d’attitude envers l’homosexualité en Europe au vingtième siècle”.

Cette longue et douloureuse histoire explique que la culture sexuelle russe accuse aujourd’hui un important retard :

- lorsque la télévision soviétique organisa son premier débat sur l’homosexualité, en 1989, un groupe d’étudiants en médecine diffusa des communiqués ultra-violents affirmant que les “pédés” ne méritaient pas d’être considérés comme des êtres humains et qu’ils devaient être enfermés dans des camps spéciaux ;

- en 1994, 18 % des Russes souhaitaient toujours “liquider” les homosexuels tandis que 23 % demandaient qu’on les “isole”.

Mao contre les moeurs décadentes et occidentales

Staline n’est pas le seul dirigeant communiste à avoir brillé par sa violence homophobe : on peut en dire tout autant de Mao et de Castro. La révolution maoïste de 1949 a été très dure pour les homosexuels chinois, accusés de mœurs “décadentes et occidentales” (au mépris de la riche tradition homosexuelle indigène) et souvent envoyés dans des camps de rééducation par le travail où leur sort fut peu enviable (ce fut notamment le cas de nombreux chanteurs d’opéra masculins incarnant des femmes).

Il y eut également de nombreuses arrestations d’homosexuels, soumis à “critique” et enfermement, au moment de la Révolution culturelle (1966-1967) et au moment de la répression du Printemps de Pékin (juin 1989) : en Chine comme ailleurs, l’homophobie va de pair avec l’anti-intellectualisme. Le goulag chinois, le laogai, a ainsi reçu plusieurs dizaines de milliers d’homosexuels, souvent assimilés à d’autres catégories soupçonnées de trahison (les étrangers, les métis, les catholiques, les intellectuels occidentalisés) et toujours très durement traités.

Jean Pasqualini, dans Prisonnier de Mao, raconte l’exécution devant tous les autres prisonniers, vers 1960, d’un déporté homosexuel récidiviste. l’homme avait été condamné à sept ans de camp pour homosexualité, sa peine avait été doublée pour vol. Accusé d’avoir séduit l’un de ses codétenus, il est finalement condamné à mort et exécuté séance tenante. Et Pasqualini de souligner la double impossibilité de l’homosexualité entre détenus :

- les coupables risquent d’être fusillés sur le champ ;

- les déportés sont dans un tel état de sous-nutrition qu’ils n’ont quasiment plus de libido.

Les autorités chinoises ont ainsi pu se vanter d’avoir éradiqué de Chine “les mœurs contre nature” : il n’en est rien, bien évidemment, et les psychologues occidentaux se sont amusés à souligner le grand nombre d’ “impuissants” que fait apparaître la statistique chinoise officielle. Mais le tabou est resté à peu près total jusqu’au début de la décennie 1990, l’homophobie du régime rejoignant, comme en Russie, le préjugé populaire (pour le confucianisme, la pire chose qui puisse arriver à un homme est de ne pas avoir de fils qui poursuive la lignée familiale).

Les choses commencent à peine à changer, sans que le tableau soit très net car l’évolution n’est pas linéaire, avancées et reculs se succédant depuis 1992 : des groupes se sont constitués, des lieux de rencontre sont apparus, notamment à Shanghai et Guangzhou, et, en avril 2001, les autorités chinoises ont retiré l’homosexualité de la liste des désordres psychiatriques.

Cela dit, et même si la loi chinoise ne connaît pas de délit d’homosexualité, le mouvement gai chinois rencontre bien des difficultés : sa médiatisation et sa visibilité sont très limitées. Encore en 1996, le ministère de la Propagande faisait savoir que le thème homosexuel devait être banni de toute publication, littéraire ou journalistique – et ce n’est que tout récemment que les grands médias ont commencé à traiter sans hystérie de la question homosexuelle.

Surtout, la faible culture juridique des Chinois rend le sort des rares homosexuels déclarés extrêmement périlleux : la police les harcèle, trouve des prétextes pour les arrêter, leur extorque de l’argent en toute illégalité, sans que les victimes de ces rackets aient aucun recours d’aucune sorte.

Castro contre les mangeurs de charogne

Cuba fournit un autre exemple célèbre d’homophobie communiste : alors que les homosexuels avaient généralement salué la révolution cubaine de 1959, Fidel Castro a mené une politique très violemment anti-gaie, considérant que l’homosexualité était, comme la prostitution, une perversion bourgeoise et occidentale, appelée à disparaître dans le socialisme tropical (pour mieux assimiler vice et Occident, on alla jusqu’à affirmer que les Beatles étaient homosexuels).

L’homosexualité fut déclarée illégale et passible de quatre ans d’emprisonnement, les parents étant censés dénoncer leurs enfants homosexuels aux autorités. Chassés de leur travail, traités d’escorias (“mangeurs de charognes” ), soumis à un intense harcèlement des Comités pour la défense de la révolution, les homosexuels (qui comprenaient une élite littéraire assez brillante) ont été à partir du milieu des années 1960 enfermés dans des camps, avant que Fidel Castro ne les fasse expulser massivement en bateau vers les États-Unis en 1980 (parmi eux, le célèbre écrivain Reinaldo Arenas, qui a évoqué dans El Central et Avant la nuit le séjour qu’il fit dans un camp-plantation de canne à sucre, et qui s’est suicidé en 1990 en imputant son geste à la déshumanisation subie à Cuba).

La situation s’est un peu détendue dans les années 1980, sous l’effet de la protestation des associations humanitaires à l’extérieur et des conseillers est-allemands à l’intérieur, et en 1992 Castro a bien voulu reconnaître que “l’homosexualité est une tendance naturelle qui doit être respectée”.

Il n’empêche que le statut des homosexuels cubains est toujours très ambigu :

- un comportement homosexuel “suscitant scandale public” est toujours passible de douze mois de prison ;

- les homosexuels ne sont toujours pas jugés dignes d’adhérer au parti ;

- les journaux et organisations homosexuels ne sont toujours pas autorisés

- l’Association cubaine des gais et lesbiennes, créée en 1994, a été interdite en 1997 et ses membres ont été arrêtés.

Le PCF est sain, bande de pédérastes !

Pour finir, un mot sur le pcf En 1934, ce parti a connu, sous l’influence stalinienne, un tournant nataliste, familialiste et homophobe. François Delpla a bien montré que, dans une presse communiste de plus en plus conservatrice en matière de rôles sexuels, le couple est toujours hétérosexuel et que la dénonciation de l’homosexualité s’y fait très souvent sur le mode du dégoût (c’est ce virage qui détourne définitivement Daniel Guérin du stalinisme et le fait frayer un temps avec les trotskistes qui n’ont pas connu cette volte-face familialiste).

Pour les dirigeants du pcf, jusqu’aux années 1970 l’homosexualité est un vice bourgeois, “une tradition étrangère à la classe ouvrière” (selon une célèbre formule de la CGT), une pathologie contre nature, comme en témoigne la violente sortie de Jacques Duclos en 1971 contre les membres du FHAR (Front homosexuel d’action révolutionnaire) venus l’interpeller à la Mutualité :

“Allez vous faire soigner, bande de pédérastes, le PCF est sain !”

À l’intérieur du Parti, les homosexuels devaient se faire extrêmement discrets : ce fut longtemps le cas de Louis Aragon, en qui Thorez, Duclos et Marchais acceptaient de voir le chantre des yeux d’Elsa, certainement pas le bisexuel relaps. Par ailleurs, le caractère soit anglo-saxon soit gauchiste de la gay revolution des années 1970 ne pouvait pas la rendre très sympathique à des communistes français encore très orthodoxes.

Aussi le PCF apparaît-il de plus en plus déphasé par rapport à l’évolution de la société : on le sent bien dans la gêne qu’éprouve la presse communiste lorsqu’une soirée des Dossiers de l’Écran est consacrée au thème homosexuel en janvier 1975 – et le point de vue des rigides se fait encore entendre haut et fort dans L’Humanité au cours des mois qui suivent. Citons quelques extraits d’une tribune libre de Guy Poussy, membre du Comité central (janvier 1976) :

“Il y a des perversions et cela ne relève pas de la politique ni d’ailleurs de la police mais de la science médicale (...) ’Jouissez sans entrave’ n’est pas un mot d’ordre révolutionnaire. Ce n’est pas un sentiment libérateur mais la nausée que la masse des Français éprouve devant l’étalage de la perversion et l’immoralité. Et ils ont raison (...) La révolution, ce n’est pas la caserne, mais ce n’est pas non plus le bordel.”

À la même époque, Pierre Juquin, qui n’est pourtant pas sur la ligne la plus dure, avoue en privé qu’

“il est rigoureusement impossible d’avoir une position de combat en faveur de l’homosexualité car il faut une position acceptable par les masses”.

Et il confesse dans France Nouvelle (4 juillet 1977) que

“le PCF n’a pris position ni pour ni contre l’homosexualité”.

En 1980, l’affaire Croissant prouve que le PCF est toujours plutôt “contre” : pour avoir dénoncé la manière dont L’Humanité avait rendu compte d’une affaire de mœurs, Marc Croissant se fait incendier par Roland Leroy, est écarté de sa cellule du PCF et perd son travail à la mairie communiste d’Ivry. C’est sous la pression des jeunes communistes que les choses évoluent, essentiellement dans les années 1985-1995, et l’actuelle direction du PCF ne peut pas être taxée d’homophobie : elle l’a prouvé par son appel à la mobilisation contre le sida et lors du débat sur le Pacs.

Pour conclure

Le PCF a en la matière un devancier rarement mentionné : le Parti communiste allemand (ou KPD) des années 1919-1933. Alors que la scène gaie allemande connaissait une effervescence exceptionnelle en dépit du maintien de l’interdiction légale (stipulée par le fameux “paragraphe 175”), le KPD appelait à un front uni des homosexuels et des prolétaires contre leurs communs persécuteurs, à savoir les membres de la classe dirigeante soutenus par les Églises.

Le KPD demanda à plusieurs reprises (en 1924, 1927, 1929, 1932) que la loi considérât l’homosexualité et l’hétérosexualité de la même façon, et que le paragraphe 175 fût abrogé (c’est une des raisons pour lesquelles Wilhelm Reich adhéra au Parti en 1930). Le discours des communistes allemands devint plus ambigu à la fin de la République de Weimar, quand il fut clair qu’un certain nombre d’homosexuels se trouvaient dans les rangs nazis, notamment chez les sa. Mais la ligne du parti ne changea officiellement qu’après l’avènement d’Hitler : c’est en 1934 et sous l’influence de Moscou que le KPD clandestin en vint à définir l’homosexualité comme une “perversion fasciste”.

P.-S.

Hormis les titres, sous-titres et intertitres, ajoutés par le collectif Les mots sont importants, ce texte reprend l’article "Communisme" du Dictionnaire de l’homophobie, publié en 2003 aux Presses Universitaires de France, sous la direction de Louis-Georges Tin. Nous le reproduisons avec son amicale autorisation.

Bibliographie :

Arenas Reinaldo, Avant la nuit, Paris, Julliard, 1992.

Arguelles Lourdes, Rich Ruby, “Homosexuality, Homophobia, and Revolution : Notes Towards an Understanding of the Cuban Lesbian and Gay Male Experience”, Signs, 1984 ; repr. in Chauncey George, Duberman Martin, Vicinus Martha, Hidden from History, Reclaiming the Gay and Lesbian Past, New York, Meridian, 1990.

Delpla François, “Les Communistes français et la sexualité (1932-1938)”, Le Mouvement social, 91, 1975.

Fourier Charles, Vers la liberté en amour, textes choisis et présentés par Daniel Guérin, Paris, Gallimard, 1975.

Karlinsky Simon, “Russia’s Gay Literature and Culture : The Impact of the October Revolution”, in Chauncey George, Duberman Martin, Vicinus Martha, Hidden from History, Reclaiming the Gay and Lesbian Past, New York, Meridian, 1990. – Kon Igor, The Sexual Revolution in Russia : From the Age of the Tsars to Today, New York, The Free Press, 1995.

Pasqualini Jean, Prisonnier de Mao. Sept ans de camp de travail en Chine, Paris, Gallimard, 1975.

Vichnevski Anatoli, La Faucille et le rouble. La Modernisation conservatrice en URSS, Paris, Gallimard, 2000.