Accueil du site > Appels, hommages et fictions > Appels, actions, manifestes > Vérité et Justice pour Chaïb Zehaf

Vérité et Justice pour Chaïb Zehaf

par Collectif Vérité Assassinat Chaïb Zehaf
27 mars 2006

Le samedi 4 mars 2006, Chaïb Zehaf, âgé de 42 ans, père de trois enfants, a
été froidement abattu par un homme armé en sortant d’un bar situé à Oullins
(banlieue lyonnaise). La thèse d’un crime à connotation raciste a été
rapidement écartée par les autorités judiciaires. En effet, le procureur de
la République de Lyon, Xavier Richard affirmait qu’il n’y avait pas lieu de
poursuivre l’assassin (Jean-Marie G.) du chef de circonstances aggravantes
de racisme dans sa mise en examen pour homicide volontaire.

Une enquête rapide et bâclée : des témoignages non recueillis, notamment
celui d’un témoin direct qui atteste avoir vu l’altercation à la sortie du
bar et surtout avoir entendu les propos proférés par l’assassin : « sales
Arabes ! » et « race de merde ! ». Une enquête aux pas de course qui
s’achève en 24 heures à peine, avec une très nette volonté d’occulter la
dimension raciste du crime et, ceci malgré l’insistance de la famille et les
témoignages concordants.

Chaïb Zehaf était un homme bien inséré dans la vie locale, cariste de
profession , père de trois enfants âgés respectivement de 16, 8 et 4 ans ;
ayant également une activité associative dans le domaine sportif. Connu et
respecté dans sa localité.

Assassiné de deux balles dans le thorax et d’une balle dans la tête !

Deux poids, deux mesures dans le traitement politique, institutionnel et
médiatique : le premier organe de presse à avoir relayé l’affaire est le
journal Libération quelques jours après (dès le 7 mars). En revanche, les
journaux télévisés des principales chaînes nationales n’ont pas insisté sur
les circonstances ni dépêché leur propres correspondants sur place.
L’affaire ne semble pas beaucoup intéresser les médias.

Du côté des responsables et hommes politiques, le silence est encore plus
choquant : ni le Président de la République (le Président de tous les
Français), ni le Premier ministre, ni même le ministre de l’Intérieur, ne se
sont exprimés sur l’affaire. Le Préfet du Rhône, pourtant représentant de
l’Etat dans le département, n’a pas daigné rendre visite à la famille
endeuillée.

Alors, pourquoi ces déclarations précipitées du Procureur de la République
pour nier la « dimension raciste » du crime ? Pourquoi ce silence d’Etat à
propos d’un crime qui touche pourtant un « enfant de la République » ?
Pourquoi une absence de mobilisation des élus de droite et de gauche pour
dénoncer le retour en force de la xénophobie meurtrière ?

Nous, membres du Collectif CVACZ, demandons que :

- toute la Vérité soit faite sur l’assassinat de Chaïb ZEHAF

- que la police puisse conduire son enquête jusqu’à son terme

- que la Justice puisse statuer en dehors de toute pression politique sur la
qualification du crime

- que les plus hauts responsables de la République expriment leur soutien à
la famille et aux proches de la victime,

En deux mots, nous exigeons : la vérité !

P.-S.

Pour signer cet appel, envoyer votre signature de soutien au collectif à l’adresse suivante : collectifchaibzehaf@yahoo.fr

Premiers signataires :

Jean Bauberot (titulaire de la chaire histoire et sociologie de la laïcité,
Ecole Pratique des Hautes Etudes Sorbonne), Mouloud Aounit (secrétaire
nationale du MRAP), Richard Wagman (président de l’Union Juive Française
pour la Paix), Abdelaziz Chaambi (travailleur social et militant associatif
Lyon Divercité), Serge Guichard (Direction nationale du PCF), Sergio
Coronado (porte parole des Verts), Francois Burgat (politologue à Aix),
Halima Boumediene-Thiery (Sénatrice), Catherine Samary (économiste,
université Paris Dauphine), Tarek Ben Hiba (Conseiller Régional
Ile-De-France, Alternative Citoyenne), Vincent Geisser (politologue Aix),
Monique Crinon (sociologue, Cedetim), Francis Parny (Vice Président de la
Région Ile de France, membre de la Direction Nationale du PCF), Rudolf
Bkouche (membre du BN de l’UJFP), Manuel Domergue (assistant parlementaire,
Les Verts, Françoise Duthu (ancienne députée au PE, Verts), Olivia Zemor
(présidente CAPJPO-EuroPalestine), Karim Azouz (CMF), Laurent Levy (avocat),
Liman Wajdi (VETO), Pierre Cours-Salies (Professeur Université Paris 8),
Hussein Mokthari (conseiller général du Val d’Oise, Garges les Gonesse),
Eros Sana (VETO), Abderrahman Bouzid (Président AGEOS, Unieux (42), Daniele
Mourgue (Professeur, Lyon), Mohamed Beldjehem (Nice), Jean-Guy Greilsamer
(membre de l’UJFP), Bouhlel Hafez (Vaulx-en-Velin), Mme Claude Raymond
(07530 Antraigues), Liliane Cordova Kaczerginski (CPE Saint Ouen), Farid
Benbedra, Moussa Khedimellah, Nabila Kéramane (Porte-parole des Verts
Yvelines), Lila membre de l’Union Juive Française pour la Paix (UJFP),
Steven Duarte (étudiant Sorbonne), Benzid-Basset (Lille), Abd-El-Kader Ait
mohamed ( Demandeur d’emploi et Indigènes de la République 37 TOURS), Joss
Dray (militante associative), Lamrani Lila, Olfa Lamloum (politologue,
Paris), Anne Bruneteaux (Architecte), Nawel Gafsia (Avocat), Bernard Loup
(Domont 95330), Marie Antonelle Joubert( Employée de bureau), Sabrina
Cerqueira (professeur de philosophie, Garges-lès-Gonesse), Samil Safouan,
Chouder Ismahane, Khalil Benazza, Janos Borovi (enseignant en ZEP, 92),
Neguaz Rachid (Etudiant Marseille), Samia Hamouche, Bourokba Fatima
(Argenteuil), Etienne Henry, Ayito N’guema, Hélène Lafaurie, Laurent
Bonnefoy ( Doctorant - Paris), Rahni Ali (porte parole de CMF), Laetitia
Dechaufour( Doctorante en sociologie Montréal, Québec. Canada), Hamouda
Nasri, "Badis Benyahia, Monia Hadj Ahmed ( Enseignante Lorraine,) Anis
Limami, Nicole Kahn ( 69006 Lyon), Michèle Sibony (Vice présidente UJFP),
Marie-José Elhaimer, (dentiste Bobigny), Mohamed Elhaimer( pharmacien,
Bobigny ), Ait Yahia Khalid, Abchiche Ali (maire adjoint à Sarcelles), Ahmed
Abdelouadoud, Mohammed Chouieb (Chargé de mission Saint-Etienne), Ndella
Paye (Comptable à Antony), Anfal Seddik, Maria Poumier (universitaire
Paris), Aicha Touati (militante droits des femmes), Christine Ruscon, Soraya
Belatoui (cadre administratif), Mlle Tasnim Alolaiwy, Jean Baikiom, Titraoui
Amar, Touihri Nizar, Mohamed Elkarroumi, James Julie, Jacques Huet, Samy
Bouayad ( Interprète de conférence, Bruxelles, Belgique), Bedel Hakim,
Boualem Snaoui ("RESOCI" Reseau Solidaite et Citoyen), Ben Bou Said, Janine
Borel (84 240 La Tour d’Aigues), Ramdane Samia, Azzedine Malki, Nabil
Koskossi, (Sarcelles 95200), M. Djamel Djeziri (Consultant en stratégie,
management et communication Dirigeant de Cabinet), M’nasri Assia, Nathalie
Valles ( Pays Basque), Aid Majid, Brahim Saiss ( membre du Comité régional
d’Ile de France de la LDH), Boukenouche Saïd (enseignant, Marseille), Sophie
Bava Marselle, Daniele Mourgue (Professeur, Lyon), Langlois Olivier
(Montréal Québec Canada), Dalila Boudjellal, Scandela Mariette,
Benabdelmoumen Aicha, Benhamou, Aissi Sara, Asma Berkoun., Omar Moujahid,
Gérard Monsterlet (Cadre de Santé), Bernard Fischer (employé de sécurité
sociale.), Kenza Aghouchy, Sofiya Aghouchy, Vivien Berah, Rorah Jardin,
Benantar Morad, Franca Maï (romancière), Mesbah Fatima (Aix en Provence),
Boumaza Hocine ( Informaticien Toulouse), Miloud Berrahal (Comédien),
Georges Günther( Réseaux citoyens de St Etiennne), Driouiche Saida, Amar
Macha (étudiante Paris VETO), Karimi Annette (Neuilly sur Marne 93330),
Vermenton Frédérique, Grégory Dutertre, Liman Rami (lycéen), Fizia Dahmane
(juriste, Paris), Yassine Ayari (ingénieur), Sana Eros (assistant
parlementaire les Verts), Sylvie Tissot (sociologue), Pierre Tevanian (enseignant) et le Collectif Les Mots Sont Importants.