Accueil > Des mots importants > Laïcité

Laïcité

Dernier ajout : 15 mars 2018.

Tous les articles de cette rubrique

  • De la laïcité égalitaire à la laïcité sécuritaire (première partie)

    Le milieu scolaire à l’épreuve du foulard islamique

    par Pierre Tevanian 15 mai 2004

    Ce texte, écrit à partir d’une expérience d’enseignant dans un lycée de Drancy (Seine Saint Denis) se veut une synthèse de ce que les huit mois de "débat" sur le voile ont "dévoilé" du milieu enseignant, mais aussi des élèves et de l’état de la relation pédagogique dans les écoles des quartiers populaires. La première partie commence par expliquer en quoi la loi interdisant le "signes religieux ostensibles" est une loi injustifiable tant d’un point de vue pédagogique laïque que d’un point de vue féministe (...)

  • Qui ne bande pas intellectuellement sur la laïcité ?

    Le point de vue d’une surveillante

    par Radia Louhichi 20 février 2004

    Présentation de l’auteure : Dans un appartement de banlieue de Paris cinq filles se réunissent autour d’un thé. Quatre sont voilées, dont une convertie à la religion musulmane, et une dernière se définit comme non voilée, féministe, progressiste, émancipée, libérée. La tranche d’âge est la suivante : de 17 à 24 ans. Un partage d’idées, de querelles, prend un espace sur (et dans) la tête de chacune. En voilà une petite trace.
    Depuis quelques mois, la laïcité a été discutée, dansée, chantée, scandée au cœur des (...)

  • Laïcité : liberté, égalité ?

    Le point de vue d’une élève portant le voile

    par Zahra Ali 1er janvier 2004

    Zahra Ali, lycéenne et élue au Conseil de la vie lycéenne de Rennes, fait part dans ce texte de son expérience du rejet, pour cause de foulard, et des raisons de fond qui la poussent à refuser la loi qui est anoncée et qui vise à interdire le port de signes religieux "ostensibles" dans les établissements scolaires.
    L’instruction doit être ouverte à tous sans aucune distinction, l’école doit enseigner le respect et être elle-même respectueuse. Il est inadmissible qu’une loi puisse légitimer l’exclusion (...)

  • 10. " Accepter le foulard, c’est un précédent qui ouvre la porte à d’autres revendications, encore plus inacceptables. Si on accepte le foulard aujourd’hui, comment pourra-t-on refuser la burka demain, ou les dispenses de cours de biologie ou d’éducation physique ? Comment pourra-t-on s’opposer aux demandes de salles de prière, ou s’enseignements de religion ? ".
    Réponse :
    Cet argument sonne comme un aveu. Invoquer des " risques " à venir, plutôt qu’un argumentaire centré sur le foulard et les (...)

  • 9. " Le combat pour la séparation de l’Église et de l’État a été suffisamment dur, et ses acquis suffisamment précieux, pour qu’on ne les remette pas en cause aujourd’hui"
    Réponse :
    Tout d’abord, il ne s’agit nullement de remettre en cause quoi que ce soit des acquis de 1880, 1882 ou 1886. Le texte de l’appel " Oui à la laïcité, non aux lois d’exception " s’appuie même sur ces lois pour s’opposer à l’exclusion d’élèves. Ces lois imposent en effet une obligation de laïcité aux locaux, aux programmes scolaires (...)

  • 8. " Sans aller jusqu’à exclure, ne faut-il pas poser l’interdit, afin de permettre à celles qui sont contraintes de s’appuyer sur l’institution afin de résister aux pressions ? Une bonne partie des élèves voilées accepteraient sans doute de se plier à l’interdit "
    Réponse :
    L’idée peut sembler séduisante à certains, mais elle ne tient pas très longtemps : même si une majorité d’élèves acceptent d’ôter leur foulard (ce qui n’est déjà pas certain), la question reste entière pour les autres. Et si ces autres ne (...)

  • 7. " Nous n’avons pas à nous sentir coupables d’exclure ces élèves voilées, car ce n’est pas nous qui excluons ces jeunes filles : ce sont leurs parents, en les forçant à porter le voile ; ou bien ce sont elles-mêmes qui s’excluent, en décidant de le porter "
    Réponse :
    C’est là jouer avec les mots. Même dans les cas les plus favorables à ce discours, c’est-à-dire dans les cas où, effectivement, le milieu familial exerce une pression sur une jeune fille pour qu’elle porte un foulard, ou bien les cas où une (...)

  • 6. " Il y a aujourd’hui des filles qui se font violer parce qu’elles ne portent pas le voile. Le port du voile désigne celles qui ne le portent pas comme des " salopes ", tout juste bonnes à se faire violer. Donc accepter le voile à l’école, c’est cautionner ces viols " Réponse :
    Cet argument est extrêmement dangereux. Tout d’abord parce que ce qui est affirmé ne va pas de soi : sur la totalité des viols enregistrés qui aboutissent à un procès, dans combien de cas le violeur a-t-il déclaré avoir violé (...)

  • 5. " Les jeunes filles de banlieue, dans leur immense majorité, ne portent pas le foulard, et ne veulent pas le porter. Le mouvement "Ni putes ni soumises" l’a montré : elles nous demandent de les soutenir contre ceux qui veulent les forcer à le porter. En affirmant qu’il est interdit à l’école, nous prenons position pour ces jeunes filles, et nous leur apportons notre aide. Au contraire, en acceptant le foulard à l’école, nous les abandonnons aux mains des "barbus" "
    Réponse :
    Comme précédemment à (...)

  • 4. " Les femmes algériennes nous mettent en garde : elles savent, elles, ce que c’est que l’intégrisme "
    Réponse :
    Cet argument est construit sur le même modèle que le précédent, et il pose le même type de problèmes. Tout d’abord, les femmes algériennes ne forment pas un bloc homogène. Si, pour des raisons aisément compréhensibles, elles sont sûrement plus nombreuses que les hommes à percevoir la régression que constituent les idées du FIS, il ne faut malgré tout pas les essentialiser, les uniformiser, (...)

0 | 10 | 20