Accueil > Des mots importants

Des mots importants

Dernier ajout : 12 mai.

Des mots importants proposera un Dictionnaire critique du discours politique : il s’agira, mot par mot, d’analyser les usages (et mésusages) politiques des mots récurrents dans le discours politique, dans les médias ou ailleurs.

Tous les articles de cette rubrique

  • La violence est-elle politique ?

    Partie 2 : L’apport de Peter Gelderloos

    par Francis Dupuis-Déri 2 juillet 2018

    Comme les réactions aux interventions des Black Blocs à la manifestation du 1er mai à Paris l’ont montré, la violence militante semble susciter – presqu’autant que la violence d’Etat, y compris dans les rangs militants – une réprobation généralisée. Cette réprobation va-t-elle de soi ? Dans la préface au livre de Peter Gelderloos récemment paru en français Comment la non violence protège l’Etat : Essai sur l’inefficacité des mouvements sociaux, Francis Dupuis-Deri (auteur du livre Les Black Blocs : quand la (...)

  • La violence est-elle politique ?

    Partie 1 : Critique de la règle de la non violence comme stratégie politique.

    par Francis Dupuis-Déri 1er juillet 2018

    Comme les réactions aux interventions des Black Blocs à la manifestation du 1er mai à Paris l’ont montré, la violence militante semble susciter – presqu’autant que la violence d’Etat, y compris dans les rangs militants – une réprobation généralisée. Cette réprobation va-t-elle de soi ? Dans la préface au livre de Peter Gelderloos récemment paru en français Comment la non violence protège l’Etat : Essai sur l’inefficacité des mouvements sociaux, Francis Dupuis-Deri (auteur du livre Les Black Blocs : quand la (...)

  • Végan/végétarien : « un truc de bobo » ?

    Contre-argumentaire en 6 points

    par Sylvie Tissot 29 juin 2018

    Plusieurs articles sont sortis récemment, dans des journaux de la gauche, y compris critique, comme dans des magazines de droite, pour dénoncer la cause animale, sur la base d’arguments d’une bêtise, il faut le dire, confondante : les antispécistes nieraient que les hommes sont différents des animaux, ils feraient le jeu d’un secteur alimentaire aux mains des fonds de pensions et des start-up. Suppôts du grand capital, anti-humanistes, en proie à l’émotion, pire encore la morale, ils viendraient (...)

  • À quoi sert « la victimisation » ?

    Quelques éclaircissements sur un concept piégé

    par Christophe Gaudier 9 juin 2018

    Parce que le mot victimisation n’en finit pas d’être utilisé, sur tout l’échiquier politique, pour stigmatiser presque toujours des mouvements sociaux ou politiques, ou simplement des attitudes individuelles de révolte ou de plainte contre une oppression, une humiliation, une infériorisation, parce que par exemple le magazine Le Point vient de placarder sur tous les kiosques une ahurissante couverture dénonçant le « Régime des plaintifs » , la « tyrannie des susceptibles » et la « victimisation à (...)

  • Comment la critique des « bobos » est passée à droite

    Parution du livre Les Bobos n’existent pas

    par Sylvie Tissot 19 mars 2018

    Omniprésent dans les médias, mais aussi dans le champ politique et dans le langage ordinaire, le terme « bobo » n’est pas neutre. Le livre Les Bobos n’existent pas revient sur son succès et décortique ses usages : du journaliste conservateur américain David Brooks à Nicolas Sarkozy, nombreux-ses sont ceux-lles qui l’emploient à des fins très précises de disqualification, derrières lesquelles se cache une vision des classes populaires (blanches, forcément racistes, sexistes et homophobes) qui a (...)

  • Après l’interview magistrale de Delphine Seyrig ridiculisant pour l’éternité un certain Claude Lanzmann odieux de sexisme mielleux, nous vous invitons à visionner un autre entretien, extrait du film Autour de Jeanne Dielman de Sami Frey (1975), durant lequel l’actrice aborde son engagement dans le féminisme. Nous retranscrivons ici cet extrait.
    Disons que je suis très heureuse d’aborder une vision des femmes inconnue, plus approfondie et inconnue. Du fait que en général ce sont des hommes qui font (...)

  • « mais il y a des problèmes plus graves »

    Réponse à l’argument numéro 5 pour ne pas voir son steak comme un animal mort

    par Martin Gibert 16 février 2018

    « Nous aimons les animaux et nous aimons manger leurs cadavres. Nous blâmons la cruauté et nous encourageons l’élevage industriel. Nous éprouvons de l’empathie pour les chiens et les chats et nous exploitons les vaches et les cochons », écrit Martin Gibert dans son livre Voir son steak comme un animal mort, paru chez Lux en 2015. Voilà un exemple type de dissonance cognitive. Comment les humains s’accommodent-ils de cette contradiction ? Les véganes changent leur comportement ; les autres (...)

  • « mais les véganes sont sectaires »

    Réponse à l’argument numéro 4 pour ne pas voir son steak comme un animal mort

    par Martin Gibert 14 février 2018

    « Nous aimons les animaux et nous aimons manger leurs cadavres. Nous blâmons la cruauté et nous encourageons l’élevage industriel. Nous éprouvons de l’empathie pour les chiens et les chats et nous exploitons les vaches et les cochons », écrit Martin Gibert dans son livre Voir son steak comme un animal mort, paru chez Lux en 2015. Voilà un exemple type de dissonance cognitive. Comment les humains s’accommodent-ils de cette contradiction ? Les véganes changent leur comportement ; les autres (...)

  • « mais ça ne dépend pas de moi »

    Réponse à l’argument numéro 3 pour ne pas voir son steak comme un animal mort

    par Martin Gibert 12 février 2018

    « Nous aimons les animaux et nous aimons manger leurs cadavres. Nous blâmons la cruauté et nous encourageons l’élevage industriel. Nous éprouvons de l’empathie pour les chiens et les chats et nous exploitons les vaches et les cochons », écrit Martin Gibert dans son livre Voir son steak comme un animal mort, paru chez Lux en 2015. Voilà un exemple type de dissonance cognitive. Comment les humains s’accommodent-ils de cette contradiction ? Les véganes changent leur comportement ; les autres (...)

  • « mais nous avons besoin de protéines animales »

    Réponse à l’argument numéro 2 pour ne pas voir son steak comme un animal mort

    par Martin Gibert 10 février 2018

    « Nous aimons les animaux et nous aimons manger leurs cadavres. Nous blâmons la cruauté et nous encourageons l’élevage industriel. Nous éprouvons de l’empathie pour les chiens et les chats et nous exploitons les vaches et les cochons », écrit Martin Gibert dans son livre Voir son steak comme un animal mort, paru chez Lux en 2015. Voilà un exemple type de dissonance cognitive. Comment les humains s’accommodent-ils de cette contradiction ? Les véganes changent leur comportement ; les autres (...)

0 | 10 | 20 | 30 | 40 | 50 | 60 | 70 | 80 | ... | 380