Accueil > Études de cas > Libéralisme et néo-libéralisme

Libéralisme et néo-libéralisme

Dernier ajout : 9 mai.

Tous les articles de cette rubrique

  • Les travailleur-se-s ne sont pas à vendre !

    Réflexions sur la Marque Bretagne

    par SLB Skol-Veur 2 mai 2011

    Le 27 janvier dernier, le Conseil Régional de Bretagne lançait à grand frais (450 000€) sa nouvelle campagne de publicité régionale : une « Marque Bretagne ». Partagé-e-s entre un franc éclat de rire et un profond agacement, nous n’avons pas tout de suite porté beaucoup d’attention à cette opération de « marketing territorial », selon les mots du président du Conseil Jean-Yves Le Drian. Le Conseil Régional nous rejouait la Breizh Touch mélangée à Produit en Bretagne, il ne savait plus quoi inventer pour (...)

  • Communiquer plus pour éliminer plus

    Claude Bartolone, « ambassadeur de l’avenir » ?

    par Antoinette Latombe 16 mars 2011

    Claude Bartolone, le Président du Conseil général, a beaucoup communiqué pour dénoncer, à juste titre, le désengagement de l’Etat qui doit 75 millions d’euros au département de la Seine Saint Denis pour la seule année 2010 (soit 640 millions depuis 2004). Son « budget de révolte » a fait grand bruit, que ce soit dans les médias, sur intranet pour les agents, ou à l’entrée de l’immeuble Picasso situé à Bobigny, drapé d’une banderole « Département menacé, services publics en danger ». Il semble donc avoir (...)

  • Accueillir pour accueillir

    Les logiques de « modernisation » du métier d’assistante sociale

    par Solange 10 février 2011

    La réorganisation du travail dans la fonction publique en général et dans le secteur social en particulier, avec des méthodes issues du privé, est très inquiétante. Nous publions ici l’analyse d’une assistante sociale qui revient sur son expérience et raconte comment le sens qu’elle donne à son métier se trouve détourné. Elle explique notamment comment l’aide qu’elle offre risque de se limiter de plus en plus à « accueillir pour accueillir » tandis que les usagers sont soumis à des obstacles croissants pour (...)

  • Ne pas battre en retraite

    Arguments contre une réforme et pour une lutte

    26 octobre 2010

    Nous republions, avec l’amicale autorisation de La Princesse de Clèves islamogauchiste, un texte nécessaire face à la désinformation médiatique et au refrain écoeurant de la « prise en otage des usagers par les grévistes ». Le texte n’est pas signé, son titre original est : « Retraites : des arguments pour nourrir la réflexion, des arguments pour entrer dans l’action ».
    1. Démocratie bafouée
    « Le droit à la retraite à 60 ans doit demeurer. »
    Nicolas Sarkozy (discours prononcé le 6 avril 2007, lors de la (...)

  • Dix raisons de dire non

    Les vrais effets de la réforme des retraites

    par Jean-Marie Harribey 19 octobre 2010

    En prélude aux journées de mobilisation à venir, nous republions le précieux argumentaire publié par Jean-Marie Harribey dans Politis.
    1. Le niveau des pensions baissera et pénalisera les salariés
    En dépit des promesses répétées de ne pas baisser le niveau des pensions, la réforme envisagée par le gouvernement aura les mêmes conséquences que celles de 1993 et de 2003 : une baisse considérable du taux de remplacement des pensions par rapport aux salaires. Le recul de l’âge légal de départ à la (...)

  • Un symbole cynique

    Jérome Kerviel est-il « responsable » ?

    par Laurent Lévy 6 octobre 2010

    Je n’ai pas de sympathie particulière pour Jérôme Kerviel. Qu’un jeune homme se lance dans la vie avec pour principale ambition de gagner vite beaucoup d’argent a quelque chose de navrant, comme est navrant un système qui produit de telles personnalités. Ils croient fabriquer du diamant lorsqu’ils soufflent des bulles de savon. Ils bâtissent des châteaux de sable qu’ils prennent pour des temples majestueux. Dans une économie fondée sur la rapine, ils sont les porte-couteaux. Lorsqu’un obus explose, le (...)

  • Éloge d’Éric Woerth

    Plaidoyer pour un ministre dévoué

    par Laurent Lévy 7 septembre 2010

    Que n’a-t-on dit sur cet homme ? Que de calomnies et de rumeurs, que d’acharnement politique et médiatique ! Et pourtant, que lui reproche-t-on ? Une certaine conception de la fidélité à ses engagements, ni plus, ni moins...
    Car enfin, que le trésorier du parti du capital s’attache à entretenir des relations mutuellement avantageuses avec ceux-là mêmes qui ont intérêt au maintien du pouvoir en place, quoi de plus normal ? Nul n’est obligé d’avoir Robin des Bois pour modèle, et s’il veut prendre (...)

  • Le collectif Les mots sont importants vous offre une nouvelle leçon de libéralisme sommaire

    Avec le concours, aussi précieux que débonnaire, de Nicolas Demorand

    « Je ne suis pas là pour distraire mais pour instruire », disait un jour un professeur de guitare sommaire . « Maintenant, s’il y en a que ça amuse de rire », ajoutait-il, « je peux aussi distraire, je peux instruire en distraisant, traise ans et demi maximum, après je prends ma retraite » – et justement c’est de retraites qu’il va s’agir dans cette nouvelle leçon de néolibéralisme sommaire, à la fois instructive et distraisante.
    Leçon n°1
    Leçon n°2 :
    Question posée par Nicolas Demorand à Ségolène Royal à (...)

  • Fini de rire, nous prévient l’hebdomadaire L’Express : « Le drame grec (...) a mis au jour les contradictions de pays riches mais perclus de dettes ». Suivez mon regard vers le pays riche (mais perclus de dettes), en particulier, dont la capitale a non loin de la Seine une tour Eiffel, et dont nul(le) ne saurait soutenir, nonobstant l’effort (incessant) de son (admirable) chef de l’État – que Son Très Saint Nom soit mille et mille fois béni – qu’il a complètement écarté de son horizon « le risque » (...)

  • Eugénisme progressiste

    A propos des récentes déclarations d’Alain Minc sur les « très vieux »

    par Sylvie Tissot 12 mai 2010

    « Progressiste », tel est l’adjectif utilisé par le conseiller de Nicolas Sarkozy, Alain Minc, pour qualifier la proposition qu’il a faite vendredi 7 mai, et que Martin Hirsch, ancien Haut Commissaire aux solidarités, a trouvée « intéressante » : soustraire les « très vieux » au système général de la Sécurité sociale pour imputer leurs dépenses de santé à leur patrimoine ou à celui de leurs ayants-droits.
    On ne compte plus les déclarations faites au nom des principes les plus généreux, des valeurs les plus (...)

0 | 10 | 20 | 30 | 40 | 50