Accueil > Études de cas > Libéralisme et néo-libéralisme

Libéralisme et néo-libéralisme

Dernier ajout : 25 janvier.

Tous les articles de cette rubrique

  • Le financement des retraites est possible à condition d’en finir avec l’actuel partage éhonté de la richesse au bénéfice des revenus financiers. C’est ce partage qui constitue le tabou à faire sauter, et non l’âge de départ. Il s’agit là d’un choix politique de justice et de solidarité : voilà un des nombreux arguments développés par ATTAC-Fondation Copernic et permettant de réfuter les fausses évidences distillées par le gouvernement pour justifier la réforme annoncée des retraites. Nous publions (...)

  • « C’est là le tabou à briser »

    De la punition des bons élèves

    par Sebastien Fontenelle 9 octobre 2009

    Depuis quand punit-on les bons élèves, dans ce pays ? Depuis quand leur fait-on grief de s’être montrés appliqués, dans leur apprentissage ? Non, je demande, parce que j’observe que les journaleux – et quelques élus, aussi, du parti régimaire – sont de plus en plus nombreux, « après le suicide d’un salarié de France Télécom en Haute-Savoie, lundi 28 septembre, le vingt-quatrième depuis février 2008 », à tancer, d’abondance, Didier Lombard – le roide boss dont l’attachement au « principe de mobilité des cadres (...)

  • Social, Santé : les mots sont importants !

    Notes sur quelques dépossessions sémantiques

    par Jacques Richaud 14 mars 2009

    Nous savons les mots porteurs de sens lorsqu’ils traduisent au mieux le contenu que nous souhaitons leur donner ; mais nous ignorons parfois que les mots sont aussi producteurs de sens, et que leur usage dévoyé peut viser à désarmer la pensée, ou à la contraindre vers une interprétation erronée. Le vocabulaire du social et de la santé est un lieu privilégié de ces manipulations qui imposent l’usage d’expressions devenues si banales que l’idée même d’un décryptage critique disparaît. Nous allons tenter (...)

  • Charité bien ordonnée

    À propos de la Journée Mondiale du Refus de la Misère

    par Noé le Blanc 17 octobre 2008

    Initiée à l’occasion de la « Journée Mondiale du Refus de la Misère » (célébrée le 17 octobre de chaque année), la « Déclaration de solidarité » adressée à « celles et ceux qui luttent, partout dans le monde, pour résister à la misère et l’éliminer » rassemble à ce jour près de 175000 signatures . À l’occasion de l’édition 2008 de ladite Journée Mondiale, retour sur un texte emblématique, lourd d’implicites idéologiques pour le moins discutables...
    Everybody’s crying out for peace / None is crying out for justice (…) (...)

  • Les charges sociales, nous dit-on, pèsent trop lourd pour l’entreprise. Mettons en place quelques allègements. Et pour financer ces allègements, mettons en place une « TVA sociale ». La « TVA sociale », c’est l’augmentation de la TVA destinée à financer les réductions de charges sociales.
    Ce qu’il y a de bien, avec la TVA, « sociale » ou pas, c’est que c’est un l’impôt le plus égalitaire qui soit. Les pauvres ont le même droit de le payer que les riches. À chaque euro dépensé, sa quote-part. Et même si (...)

0 | 10 | 20 | 30 | 40 | 50