Icônes de la diversité ou archétypes de l’imaginaire colonial ?

Le cas Rachida Dati et Fadela Amara
par Hassina Mechaï
3 juin 2020

Face à la vague d’indignation suscitée par l’emploi du mot beurette par TF1 dans le pitch d’une série télévisée, les invités de l’émission de Pascal Praud se sont empressés de jouer, une fois de plus, les gardiens de l’ordre symbolique, en exprimant leur indignation. Frédéric Abi, auto-proclamé expert de l’opinion publique, est définitif : « les Français » seraient complètement indifférents à de tels enjeux. (...)

lire la suite
  • Mots et maux d’une décennie 2010-2020

    Le collectif LMSI fêtera ses 20 ans dans le 20ème arrondissement

    par Pierre Tevanian, Sylvie Tissot 10 mars 2020

    Le collectif « Les mots sont importants » fête ses vingt ans en publiant un recueil à plusieurs voix (une trentaine) revenant sur quelques temps forts de ces deux décennies, ou plus précisément de la seconde : 2010-2020, pour déboulonner, comme à notre habitude, les mots, les amalgames, les rhétoriques toxiques. L’occasion aussi de poser quelques jalons pour la décennie qui s’ouvre, toujours sur les mêmes bases, suivant les mêmes boussoles : un devoir d’insolence face aux cuistres et face aux puissants, (...)

  • Solitude afroféministe

    Réflexions sur la solidarité et la sororité à sens unique

    par Ndella Paye 8 mars 2020

    En tant qu’afroféministes, mais plus généralement en tant que femmes noires, nous nous retrouvons souvent seules dans nos luttes. Pire qu’un one-woman show devant son miroir : pas de public...
    Dans le milieu militant, on est face à une audience qui feint de ne pas comprendre notre message, pire elle se vexe ou inverse la responsabilité. Elle use de la culpabilisation. On attend des femmes noires qu’elles veillent à l’unité, qu’elles ne divisent surtout pas les luttes, qu’elles comprennent tout le (...)

  • Critiquer n’est pas censurer

    Réflexions sur les usages réactionnaires du « combat contre la censure »

    par Sylvie Tissot 6 mars 2020

    « Censure », « lynchage », « maccarthysme » : il semblerait que certains (Pascal Bruckner, Lambert Wilson et bien d’autres) n’ont peur ni des mots ni du ridicule ni de l’indécence quand il s’agit de disqualifier les actrices victimes de violences sexuelles et les militantes féministes qui les soutiennent – accusées de diriger une odieuse campagne de persécution lorsqu’elles contestent la célébration de Roman Polanski par les Césars, cette vénérable (quoi que bien mal en point) institution. Parce que tout (...)

  • Sauver les œuvres pour mieux protéger les violeurs

    Réflexions critiques sur la nouvelle affaire Polanski, et sur l’usage assez intermittent, plutôt opportuniste et tout à fait orienté de la loi de séparation de l’homme et de l’oeuvre

    par François Atreyu 29 février 2020

    À mesure qu’elle se développe, l’ « affaire Polanski » tend de plus en plus à devenir un cas paradigmatique de la façon dont la dénégation des violences sexistes et sexuelles et l’impunité de leurs auteurs sont collectivement entretenues. Elle vient rappeler que les artistes jouissent de ce point de vue d’un traitement tout à fait exceptionnel qui prend racine dans le statut particulier accordé à leurs oeuvres.
    L’émergence de nouvelles accusations de viol à l’encontre du réalisateur, quelques jours avant (...)

  • Pourquoi être en grève dans l’ESR (Enseignement supérieur et recherche) ?

    Aux enseignant.e.s et enseignant.e.schercheur. e.s, titulaires et non-titulaires.

    par Lune Riboni 27 février 2020

    Faire grève c’est cesser de travailler. Cesser de travailler c’est d’abord cesser d’enseigner et cesser les tâches administratives. Et il faut faire grève collectivement, au niveau des UFR et départements. C’est ce que plaide Lune Riboni, maîtresse de conférences en Sciences de l’information et de la communication à l’Université Paris 8, en accompagnant son geste d’une réflexion particulièrement utile. Parce que tout-e enseignant-e s’interroge sur les conséquences de la grève, mais se voit aussi (...)

  • Ma Chère Mélinée

    Une lettre importante

    par Missak Manouchian 23 février 2020

    Le 21 février 1944, Missak Manouchian et vingt-et-un membres de son groupe de Résistance, le FTP-MOI (Francs-Tireurs Partisans, Main d’Oeuvre Immigrée), étaient arrêtés et fusillés sur le Mont-Valérien. Olga Bancic, arrêtée elle aussi, était décapitée quelques mois plus tard. En hommage à Manouchian, à son groupe et à tou-te-s les résistant-e-s, d’hier et d’aujourd’hui, nous publions aujourd’hui la lettre d’adieux qu’il rédigea, le jour de son exécution, à sa femme Mélinée.
    Ma Chère Mélinée, ma petite (...)

  • Déchéance démocratique

    Réflexions sur le cas Shamima Begum

    par Ndella Paye 17 février 2020

    Parce que, quelle que soit la gravité des crimes commis par L’État islamique ou d’autres groupes terroristes, qui va sans dire, et quel que soit le niveau d’implication ou de complicité des personnes dans ces crimes, la plus juste et la plus opérante des réponses nous paraît être le Droit, et non des lois ou des procédures d’exception, et parce que ledit Droit se doit d’être égalitaire, en traitant les citoyens d’égal à égal, en fonction de leurs actes et non de leur nationalité d’origine ou de tout autre (...)

  • Un matérialisme si particulier

    Quelques réflexions sur la transphobie en milieu féministe

    par Pierre Tevanian, Sylvie Tissot 14 février 2020

    Nous n’avons lu que rapidement une tribune devenue ensuite indisponible , publiée puis dépubliée le 12 février 2020 sur le site du Huffington Post, mais plusieurs points nous ont suffisamment choqué.e.s pour que nous éprouvions le besoin d’en dénoncer le caractère outrageusement bête, méchant et violent.
    Cette tribune, qui prétend représenter les féministes « radicales et matérialistes », se caractérise notamment par : une vision biologisante du genre et du sexe (nées hommes, les femmes trans (...)

  • L’Arménien et l’Arménien

    Allez-y, essayez de les détruire

    par William Saroyan 6 février 2020

    Ecrit à New York en 1935 , « The Armenian and the Armenian » est connu pour son dernier paragraphe, très souvent cité (par exemple, dernièrement, à la fin du film de Terry George : La promesse), mais toujours dans une version remaniée – amputée de quelques grossièretés et enjolivée de références lyriques à des « prières » et des « chants » toujours renaissants, et même à une « nouvelle Arménie », qui n’ont jamais figuré dans le texte de Saroyan. Ce texte gagne pourtant (en subtilité, en beauté, en force) à être lu (...)

  • Eric Zemmour ou le dissident omniprésent (Deuxième partie)

    De la misogynie à l’islamophobie

    par Sebastien Fontenelle 4 février 2020

    L’appel à la haine la plus atroce et la plus déchaînée que LCI a relayé en septembre dernier en retransmettant l’intervention d’Eric Zemmour à la « Convention de la droite » a choqué. Heureusement. Mais l’islamophobie d’Eric Zemmour ne date pas d’hier – elle n’est pas d’ailleurs pas cantonnée à ce sinistre personnage. Comme beaucoup s’attachent depuis des années à le dénoncer, elle est largement partagée, dans des registres plus ou moins brutaux, par une grande partie de l’éditocratie. C’est ce que Sébastien (...)

0 | ... | 30 | 40 | 50 | 60 | 70 | 80 | 90 | 100 | 110 | ... | 1700