Se désintoxiquer

Réflexions enthousiastes sur deux livres féministes : La chair est triste hélas, de Ovidie et Pauvre folle, de Chloé Delaume.
par Sylvie Tissot
25 février 2024

L’une annonce en grande fanfare sa résolution ; l’autre passe le livre à chercher le courage de renoncer. La première prévient qu’elle va procéder par uppercuts – et tient, sans faiblir, toute la longueur. La seconde prend l’occasion d’un voyage en train pour revenir sur un autre voyage, long, sinueux, douloureux.
Dans La chair est triste hélas, la réalisatrice et essayiste Ovidie annonce (...)

lire la suite
  • Parues sur Mediapart et dans la foulée sur Contretemps et ici-même, alors que les signes d’une agression azerbaïdjanaise contre l’Arménie se multiplient, et que se produisent de nouveaux « incidents de frontière » meurtriers, les lignes qui suivent font oeuvre de pédagogie. Elles apportent un éclairage historique et géopolitique dont l’absence s’est fait cruellement ressentir ces dernières années au sein du mouvement anti-impérialiste, du mouvement social et de la gauche française – et (...)

  • De l’héroïsme et de sa déconstruction

    Pour en finir avec la raison d’État mémorielle

    par Pierre Tevanian 21 février 2024

    De la panthéonisation de Missak Manouchian, il y a maintes raisons de se réjouir. Cela n’interdit toutefois aucunement de voir et penser les FTP-MOI, la Résistance et l’émancipation humaine au-delà de l’individu Manouchian, ni de déconstruire le principe-même du Panthéon et de la panthéonisation, ni de crier haut et fort la tartufferie et la duplicité des panthéoniseurs qui convoquent les icônes du cosmopolitisme, de l’internationalisme et de l’antifascisme au moment même où ils (...)

  • Manouchian n’est pas un héros de « roman national »

    Quelques réflexions sur la campagne pour l’entrée de Missak Manouchian au Panthéon

    par Pierre Tevanian 21 février 2024

    « Missak Manouchian, à quand la patrie reconnaissante ? ». Tel est le titre d’un appel lancé, en deux temps, dans le quotidien Libération, en janvier et février 2022. Un appel entendu au sommet de l’État puisque le président Macron va l’annoncer ce dimanche 18 juin 2023 : Missak et Mélinée Manouchian seront panthéonisés. Le texte qui suit réagit à cette initiative, qui soulève une vraie question : celle de la « reconnaissance » d’un homme, et autour de lui d’un groupe, et d’une histoire (...)

  • Mémoire du groupe des étrangers

    À propos d’une chanson célèbre

    par Laurent Lévy 21 février 2024

    Le 21 février 1944, Missak Manouchian et vingt-et-un membres de son groupe de Résistance, le FTP-MOI (Francs-Tireurs Partisans, Main d’Oeuvre Immigrée), étaient arrêtés et fusillés par les Nazis. Olga Bancic, arrêtée elle aussi, était décapitée quelques mois plus tard. Le texte qui suit leur rend hommage.
    Le 21 février 1944, Missak Manouchian et vingt-et-un membres de son groupe de Résistance, le FTP-MOI (Francs-Tireurs Partisans, Main d’Oeuvre Immigrée), étaient arrêtés et fusillés par (...)

  • Pour Missak, Mélinée, les Dix, les Vingt-Trois et les autres

    Éléments de bibliographie pour un hommage mérité (Première Partie)

    par Pierre Tevanian 15 février 2024

    Construit en deux parties, le texte qui suit poursuit une réflexion entamée il y a deux ans, lorsqu’a été annoncé le projet de panthéonisation de Missak et Mélinée Manouchian. Un premier texte, rédigé à chaud, soulignait les manipulations historiques et politiques que laissaient craindre les premiers plaidoyers publics pour ladite panthéonisation. Les lignes qui suivent insistent sur les effets positifs que produit immanquablement, en dépit toutes les filouteries opportunistes qui se (...)

  • De « L’Heure de Vérité » à « L’Heure des Pros » : retour sur quarante ans de lepénisation médiatique

    Quelques réflexions sur la responsabilité d’un certain journalisme dans l’interminable ascension d’un parti d’extrême droite

    par Pierre Tevanian 13 février 2024

    Il y a tout juste quarante ans, le 13 février 1984, l’invitation de Jean-Marie Le Pen pour sa première émission politique, sur le plateau de l’émission politique de prime-time, « l’Heure de vérité », suscitait manifestations et polémiques. En 2024, ses successeurs sont omniprésents et traités avec complaisance. Le fruit d’un lent renoncement journalistique, auquel le quotidien L’Humanité a consacré dans son édition de ce mardi un intéressant dossier, sous-titré : « Comment la presse (...)

  • « Rétablir », « retrouver », « restaurer », « refonder », « réaffirmer », et maintenant « réarmer » : le suffixe re- n’a jamais eu autant la côte. Repris en boucle de l’Élysée à Matignon en passant par CNews et la Place Beauvau, ces mots en R, caractéristiques de la rhétorique réactionnaire, construisent un air du temps de plus en plus suffoquant. D’autres mots en R pourtant, des mots de la résistance, ont fait leur apparition depuis quelques années. Race, racialisation, racisation… : ces (...)

  • Vous avez dit forteresse ?

    Enquête sur l’envers de nos frontières

    par Émilien Bernard 1er février 2024

    Aux frontières de l’Europe, murs et barrières poussent comme des champignons. Une épidémie de barbelés, symptôme d’une vision du monde xénophobe : les personnes migrantes menaceraient le monde occidental et seraient une nuisance à endiguer coûte que coûte, y compris au prix de leurs vies. C’est dans ces lieux de mort et de vies mutilées, des deux côtés de la Méditerranée, de Laâyoune à Melilla en passant par Lampedusa, Belgrade ou Calais, qu’Émilien Bernard est allé enquêter pendant de (...)

  • Le travail migrant, ou l’autre délocalisation

    Quelques éléments critiques sur et contre un utilitarisme migratoire en train de s’exacerber

    par Daniel Veron 1er février 2024

    Alors qu’a été adoptée l’infâme loi Darmanin, amputée de certains de ses articles les plus abjects, mais pas la totalité, le texte qui suit revient sur le débat concernant « l’admission exceptionnelle au séjour » pour les travailleurs et travailleuses sans titre de séjour mais exerçant néanmoins une activité salariée dans un métier dit « en tension » . Car l’enjeu est de taille : il n’y a en fait rien de hasardeux dans le fait que ce soit précisément dans ces secteurs dont les (...)

  • « Odeur de pisse » et odeur de sang

    Réflexions sur la littérature et la politique, à l’occasion de « l’affaire Sylvain Tesson »

    par Pierre Tevanian 23 janvier 2024

    Suite à la nomination de l’écrivain Sylvain Tesson comme « parrain » de la vingt-cinquième édition du « Printemps des poètes », un collectif de poètes, d’écrivains et de personnalités du monde culturel a publié dans le quotidien Libération une tribune s’élevant contre ce parrainage, du fait des thèses réactionnaires dudit Tesson et de ses accointances avec l’extrême droite. Un déferlement d’attaques s’en est suivi, dans la presse d’extrême droite ou de droite extrême, mais pas seulement, (...)