Accueil du site > Appels, hommages et fictions > Appels, actions, manifestes > Viens, travaille, disparais !

Viens, travaille, disparais !

Pour en finir avec le harcèlement des vieux migrants

par ATMF
4 décembre 2010

« Désirable à l’usine, indésirable au repos » : c’est ainsi que peut être résumée la conception dominante de la présence immigrée en France. C’est ainsi en tout cas qu’à juste titre l’ATMF (Association des Travailleurs Maghrébins de France) nous présente le traitement détestable que la république française réserve aux vieux migrants. C’est à la connaissance, l’analyse et la critique de ce traitement, et bien entendu à la lutte pour qu’il cesse, qu’est consacré un séminaire de réflexion et d’action qui se tiendra le samedi 11 décembre 2010 à Gennevilliers. Le texte qui suit en précise la teneur et les objectifs.

Les différentes administrations ont décidé de faire du chiffre :

- La CAF en ce qui concerne l’APL

- La CNAV et la MSA en ce qui concerne l’ASPA

- Les impôts en ce qui concerne la déclaration de revenus

- La sécurité sociale en ce qui concerne la carte vitale...

Malgré la décision de la HALDE d’avril 2009 qui considère que ces contrôles sont discriminatoires et abusifs, les différentes caisses en toute illégalité exigent le passeport pour vérifier les dates d’entrées et de sorties et en cas de non présentation de ce document, les différentes aides sociales sont bloquées et exigent les trop-perçus.

Les miettes des droits de ces vieux migrants sont soumises à une assignation à résidence. Quelqu’un a dit :

« La France tu l’aimes ou tu la quittes ».

Le même impératif est exigé pour les droits des vieux migrants.

Certains droits spécifiques, comme le dégrèvement de la taxe d’habitation prévu pour les foyers dans la loi contre les exclusions (votée en 1998), ne sont pas respectés à ce jour. L’allocation de réinsertion sociale et familiale, votée en mars 2007, n’est toujours pas entrée en vigueur.

« C’est là le crime de notre société. Sa "politique de la vieillesse" est scandaleuse. Mais plus scandaleux encore est le traitement qu’elle inflige à la majorité des hommes au temps de leur jeunesse et de leur maturité. Elle préfabrique la condition mutilée et misérable qui est leur lot dans leur dernier âge. C’est par sa faute que la déchéance sénile commence prématurément, qu’elle est rapide, physiquement douloureuse, moralement affreuse parce qu’ils l’abordent les mains vides ; des individus exploités, aliénés, quand leur force les quittent, deviennent totalement des "rebuts", des "déchets".

C’est pourquoi tous les remèdes qu’on propose pour pallier la détresse des vieillards sont si dérisoires : aucun d’eux ne saurait réparer la systématique destruction dont des hommes ont été victimes pendant toute leur existence. Même si on les soigne, on ne leur rendra pas la santé. Si on leur bâtit des résidences décentes, on ne leur inventera pas la culture, les intérêts, les responsabilités qui donneraient un sens à leur vie. Je ne dis pas qu’il soit tout à fait vain d’améliorer au présent, leur condition ; mais cela n’apporte aucune solution au véritable problème du dernier âge : Que devait être une société pour que dans sa vieillesse un homme demeure un homme ?
La réponse est simple : il faudrait qu’il ait toujours été traité comme un homme... ».

Simone de Beauvoir [1]

Programme de la journée

14h15 : allocution de Bienvenue (Jacques Bourgoin, maire de Gennevilliers).

14H30-16H15. Première table ronde : Cadre de vie, besoin et attente des vieux migrants (modérateur : Omar Samaoli, gérontologue). État des lieux et recommandations (Sylvie Emsellem UNAFO) ; politique de la ville et vieux migrants (Arielle Vermillet, maire-adjointe chargée de la vie démocratique et de la lutte contre les discriminations) ; prise en charge des vieux migrants par les dispositifs de droit commun (Annie Monteiro responsable de résidence, chargée du vieillissement ADOMA) ; vieillissement et résidence sociale (Gérard Brenon, chargé d’intervention sociale Aftam) ; témoignage des comités de résidents ; débat avec la salle.

16H30-17H45. Deuxième table ronde : Droits sociaux et lutte contre la fraude (modérateur : Mahloul Noureddine, ATMF). Assignation à résidence des vieux migrants (Antoine Math, Gisti/Catred) ; luttes des vieux migrants à Toulouse (Jérôme Host, Collectif justice et dignité pour les chibani-a-s) ; quelles alternatives aux contrôles et aux harcèlements des vieux migrants (Ali El Baz, ATMF) ; quelle concertation entre pouvoirs publics, gestionnaire de foyers et résidents ? (Geneviève Petauton, COPAF) ; débat avec la salle.

17H45-18H00. Conclusion générale (Mustapha El Hemdani Calima, ATMF Strasbourg).

18H00-20H00. Pot de l’amitié et animation musicale.

P.-S.

Espace socio-culturel des Grésillons

30, Rue François Kovac

92230 Gennevilliers

Tél :

01 47 91 32 22

01 42 55 91 82

E-mail : national@atmf.org

Site de l’ATMF

Site du Collectif Justice et dignité pour les chibani-a-s

Article de Youssef Boussoumah : « Indigènes jusque dans la retraite ! »

Notes

[1] Simone de Beauvoir, La vieillesse, Tome 2, Idées Gallimard, 1970