Accueil du site > Études de cas

Études de cas

Dernier ajout : 24 juin.

Tous les articles de cette rubrique

  • « Le tout, c’est de s’acclimater à leurs coutumes »

    Chronique du racisme ordinaire

    par Donatien, Laura 24 juin 2016

    Suite à une situation déplaisante de racisme ordinaire au contact d’une auxiliaire de vie intervenant auprès d’une proche, j’ai contacté la responsable du service d’aide à domicile pour obtenir des explications. Celle-ci m’a alors demandé de lui adresser un courrier, auquel elle n’a toujours pas répondu à ce jour. Raison pour laquelle j’ai décidé d’en faire une lettre ouverte . Cette mauvaise expérience, isolée, est anecdotique. Elle est pourtant révélatrice du sentiment de dénigrement que beaucoup de (...)

  • Orlando : crime homophobe ou attentat terroriste ?

    Contre l’homonationalisme et la récupération islamophobe

    par Zou 19 juin 2016

    Ce texte a d’abord été écrit pour être diffusé à Nantes lors d’un rassemblement lundi 13 juin en solidarité avec le Pulse à Orlando, Floride, où 49 personnes ont été assassinées. Écrit dans la réactivité, dans un mélange de colère et d’analyse, il ne tient pas compte des avancées de l’enquête et a avant tout pour but de faire entendre la voix de militants gay refusant les discours islamophobes et appelant à une solidarité avec toutes les minorités discriminées. Tiens encore un de ces réveils moisis. Sensation (...)

  • La racaille, l’islamiste, le revanchard et le censeur

    Visite guidée dans l’imaginaire raciste républicain

    par Pierre Tevanian 10 juin 2016

    Le texte qui suit propose, sous forme de typologie, une rapide traversée de l’imaginaire raciste républicain, tel qu’il se déploie depuis près de deux décennies, et aujourd’hui plus que jamais, dans la classe politique, les grands médias, les cafés du commerce et les dîners en ville. On y croise différents stéréotypes, différents personnages correspondant aux différents registres du racisme respectable . Les discours pseudo-sécuritaires, pseudo-féministes, pseudo-laïques et pseudo-libertaires qui (...)

  • Le silence en héritage ?

    Les Arméniens et le génocide, entre impératif d’oubli et travail d’anamnèse

    par Nazli Temir Beyleryan 10 juin 2016

    Il y a cent-un ans, le 24 avril 1915, le ministre de l’intérieur ottoman Talât Pacha ordonnait l’arrestation des intellectuels ou notables arméniens à Constantinople : ecclésiastiques, médecins, éditeurs, journalistes, avocats, enseignants, hommes politiques, ce sont plus de 2000 personnes qui furent alors arrêtées en quelques jours, avant d’être déportées puis massacrées. Ces journées marquent le déclenchement officiel d’un génocide planifié et initié plusieurs semaines plus tôt, qui coûtera la vie à plus (...)

  • Casseurs et prises d’otage

    Retour sur le traitement médiatique du mouvement social

    par Saïd Bouamama 6 juin 2016

    Le mouvement de contestation de la loi El Khomri fait la Une des médias lourds depuis plusieurs semaines. L’inscription dans la durée lui donne une dimension d’analyseur de ces médias qui plus que jamais apparaissent comme remplissant une fonction sociale précise, celle que Serge Halimi a dénommé « nouveaux chiens de garde » par paraphrase de Paul Nizan qui attribuait cette fonction aux « philosophes » au service des classes dominantes. Sans être exhaustif, l’analyse de trois leitmotivs médiatiques (...)

  • Écrire contre la canaille

    À propos des écrivains et de leur « douloureux problème » avec « le peuple »

    « Que l’humanité est une sale et dégoûtante engeance ! Que le peuple est stupide ! C’est une éternelle race d’esclaves qui ne peut vivre sans bât et sans joug. Aussi ne sera-ce pas pour lui que nous combattrons encore, mais pour notre idéal sacré. Qu’il crève donc de faim et de froid, ce peuple facile à tromper qui va bientôt se mettre à massacrer ses vrais amis ! » Ces mots de Leconte de Lisle sont l’un des nombreux exemples que donne Paul Lidsky dans son livre Les écrivains Français contre la Commune. Le (...)

  • La langue des maîtres et sa fabrique

    Quand le licenciement devient un « plan social », et la grève une « prise d’otage »

    Après plus de dix ans de travail critique au sein du collectif Les mots sont importants, si l’on doit caractériser à grand traits la langue des maîtres, on peut dire qu’elle repose sur une logique binaire au fond très ancienne, déjà à l’œuvre dans la novlangue totalitaire ou coloniale décrite par Orwell : euphémisation de la violence des dominants (État, patronat, pression sociale masculiniste, hétérosexiste et blanco-centré), et hyperbolisation de la violence des dominé-e-s... Ce double mouvement (...)

  • Black Verdun

    La police de l’identité nationale

    Tout commence par un concert gratuit, organisé à l’occasion des commémorations de la bataille de Verdun. Le spectacle devait être donné par une vedette du moment – Black M, rappeur aux 600 000 exemplaires vendus pour un album grand public, « Les yeux plus gros que le monde », dont la pochette fait un clin d’œil à Michael Jackson. Populaire en France, les chansons de Black M le sont bel et bien auprès de Français·e·s. Pourtant, entre intimidation racistes et lâchetés politiques, un procès en extériorité à (...)

  • Omerta dans la polis

    La violence policière et comment on en parle (ou pas)

    par Pierre Tevanian 18 mai 2016

    A l’heure où une violence policière sous commandement socialiste se déchaîne, nous reproduisons une intervention orale faite lors d’une Journée contre les violences policières organisée à Nice en février 2011, par le Comité Vérité et Justice pour Hakim Ajimi. Elle reste hélas d’actualité. Le point de départ de mon intervention sera le titre du livre de Sihem Souid, Omerta dans la police, mais écrit autrement : Omerta dans la polis. En effet, polis, en grec ancien, signifie la cité, la communauté politique, (...)

  • Hommage à Brahim Bouarram

    Retour sur un crime raciste et son effacement

    par Pierre Tevanian 29 avril 2016

    Le dimanche 1er mai 2016 à 11h00 au Pont du Carrousel (Paris, Métro Saint Michel), plusieurs associations appellent à un hommage à Brahim Bouarram, assassiné par noyade il y a tout juste vingt ans par un militant du Front national. Le texte qui suit est une réflexion à partir de cet assassinat et de son invisibilisation politique. Dédié à Brahim Bouarram et à toutes les victimes de crimes racistes, il se veut une contribution à la réflexion et à la lutte pour que de tels crimes ne se reproduisent (...)

0 | 10 | 20 | 30 | 40 | 50 | 60 | 70 | 80 | ...