Accueil du site > Études de cas

Études de cas

Dernier ajout : 20 octobre.

Tous les articles de cette rubrique

  • Je me souviens

    Lettre à nos accusateurs d’hier et d’aujourd’hui

    par Hassina Mechaï 20 octobre 2014

    Je me souviens, dans les années 80-90, mon père était suspect. Oui, déjà. Suspect de voler le travail des Français. C’est ce que je comprenais vaguement quand je voyais à la télé ce gros monsieur blond, l’œil un peu vitreux, qui accusait mon cher père. L’accusation me semblait pourtant bizarre, parce que son travail, croyez-moi, peu de Français auraient voulu le lui reprendre... Mon père avait en effet pour gagne-pain cette servitude pas vraiment volontaire qu’on appelle la chaîne. Et c’était pareil pour (...)

  • Sociogenèse d’un crime d’état

    17 octobre 1961 : chèque en blanc à Maurice Papon

    par Emmanuel Blanchard 17 octobre 2014

    Alors que l’on commémore, ce vendredi 17 octobre (à 17H30 au Pont Saint-Michel à Paris), le cinquante-troisième anniversaire du massacre d’octobre 1961, il nous paraît utile de revenir sur le travail d’Emmanuel Blanchard. Dans son livre La police parisienne et les Algériens (1944-1962), paru en 2011, l’historien restitue les résultats d’une longue enquête sur la police parisienne. Il montre comment, de 1947 à 1958, la préfecture de police, en réponse à ce qu’elle perçoit comme le « problème nord africain (...)

  • « Personnages » et « dérapages »

    Réflexions sur la déferlante de Jauffrets et de Brighellis, et plus largement sur la chasse aux voilées

    par Renaud Cornand 10 octobre 2014

    Le mardi 30 septembre 2014, l’Institut d’Études Politiques d’Aix-en-Provence a été le théâtre d’une agression verbale raciste de la part d’un enseignant ayant conduit une jeune femme portant un foulard, accusée d’être « le cheval de troie de l’islamisme », à quitter l’amphithéatre au sein duquel elle suivait son cours. Elle n’a donc pas été exclue à partir d’une loi ou d’un règlement intérieur mais exclue de fait par la volonté d’un acteur éducatif. Le traitement médiatique de cette agression, joliment (...)

  • Jeux de mains

    Le collectif Les mots sont importants vous offre un symbole

    Cette édifiante histoire en deux épisodes pourrait aussi s’intituler : Monsieur Manuel White et ses – très nationales – préférences. Episode 1 : 18 juillet 2012. Manuel Valls, Ministre de l’Intérieur, refuse de serrer la main que lui tend Moncef Marzouki, Président de la république de Tunisie, en visite en France. Episode 2 : 25 septembre 2014. Manuel Valls, Premier ministre, prend le temps d’aller serrer la main de Marine Le Pen, présidente du Front National, qui s’est invitée dans une tribune (...)

  • La « préférence nationale » en contrebande

    Réflexions critiques sur la récente « loi pour les chibanis »

    par Saïd Bouamama 5 octobre 2014

    L’Assemblée Nationale a adopté, le 10 septembre 2014, une loi relative à « l’adaptation de la société au vieillissement » qui comporte un article 28 bis introduit par amendement facilitant l’accès à la nationalité française pour certains Chibanis. Nous ne pouvons que nous réjouir pour ceux qui bénéficieront de ce nouveau droit et de ses conséquences concrètes sur leur vie quotidienne. Cependant, ce choix du Parti Socialiste et du gouvernement Valls renforce la logique de la « préférence nationale » que le (...)

  • « J’aime bien que mes nanas soient bien en chair »

    Et autres commentaires sur son physique, adressés par ses collègues masculins à la sénatrice étasunienne Kirsten Gillibrand

    par Maya Dusenbery 1er octobre 2014

    La sénatrice Kirsten Gillibrand a décidé de nous donner un aperçu des commentaires faits sur son physique par des collègues – qui sont, je vous le rappelle, des représentants du peuple – pendant son mandat. Voici quelques perles. « Tu fais bien de faire de l’exercice parce qu’il ne faudrait pas que tu sois trop grasse », un collègue homme âgé. « Tu sais, Kirsten, tu est jolie, même quand tu es grosse », un membre du Congrès, élu du Sud, en lui tenant le bras. « Quand je t’ai rencontrée en 2006, tu étais (...)

  • Tartuferie en bande organisée

    Présentation du livre Editocrates sous perfusion

    par Sebastien Fontenelle 29 septembre 2014

    Les journaux et magazines « de référence » publient régulièrement de longues exhortations à « réduire la dépense publique », et des anathèmes contre « la France des assistés ». Mais depuis trente ans, ces mêmes publications sont littéralement gavées de millions d’euros d’aides publiques – qui ne servent à rien, puisque la presse écrite continue de s’enfoncer dans une crise structurelle. Mais qui représentent jusqu’à 12 % de leur chiffre d’affaires. C’est à cette contradiction, qui serait embarrassante si les (...)

  • Fergusson et comment (ne pas) en parler

    Division, dépolitisation et mise en exceptionnalité : les ressorts du récit dominant

    par Saïd Bouamama 22 septembre 2014

    Inégalités sociales massives, discriminations racistes insoutenables, harcèlement policier systématique et militarisation de la police…Les révoltes populaires en France, en Belgique ou aux Etats-Unis révèlent des points en commun. Les traitements médiatiques de ces révoltes sont également d’une similitude frappante, avec les mêmes procédés de manipulation de l’information. Dès lors, la solidarité internationale avec les révoltés devient nécessaire. La pancarte de ce jeune homme interroge : « Suis-je le (...)

  • « C’était pas du sérieux »… mais c’est grave

    Valérie, François et les autres

    par Hassina Mechaï 21 septembre 2014

    On raconte que Louise de La Vallière avait tellement honte de son commerce adultérin avec Louis XIV qu’elle portait constamment sous ses robes de favorite un cilice expiatoire. On dit aussi qu’une fois sa répudiation consommée au profit de la très orgueilleuse Madame de Montespan, Louise osa, à la grande fureur du Roi, présenter des excuses publiques à la Reine Marie-Thérèse, avant de prendre le voile dans un couvent. Celle que Saint-Simon qualifia dans ses Mémoires de « Sainte » acheva sa vie dans la (...)

  • Cher blanc, chère blanche

    Lettre ouverte à quelques cligneurs d’yeux et autres frotteurs de coudes

    par Foued Nezzar 15 septembre 2014

    Il arrive que l’antisémite blanc caresse l’espoir de faire bénir son racisme par le premier Arabe qui lui tombe sous la main. Guidons l’ingénu vers le droit chemin afin qu’il comprenne, un jour peut-être, qu’Alfred Dreyfus n’a pas été persécuté par des Sarrasins. Cher blanc, chère blanche, Pourrais-tu, s’il te plait, cesser de croire que tu me fais plaisir avec tes blagues, aphorismes et autres éructations antisémites ? Je sens que cela part d’une intention louable de ta part, vouloir flatter ma (...)

0 | 10 | 20 | 30 | 40 | 50 | 60 | 70 | 80 | ...