Accueil du site > Études de cas

Études de cas

Dernier ajout : 27 février.

Tous les articles de cette rubrique

  • Le sexisme ? Pas de ça chez nous !

    Réflexions sur un féminisme à deux vitesses

    par Rokhaya Diallo 27 février 2015

    Le 3 mars prochain a lieu dans une salle du 20ème arrondissement un débat intitulé “Violences sexistes : pas de ça chez nous ?”. Ce débat ayant été censuré par la maire Frédérique Calandra en raison de la présence de Rokhaya Diallo, dont le féminisme a au passage été mis plus qu’en doute, il nous a semblé opportun de republier sa remarquable contribution – celle de Rokhaya bien entendu, pas celle de Calandra ! – à un ouvrage collectif féministe consacré à l’affaire DSK. Cela d’autant plus que la proximité de (...)

  • Et si on arrêtait de parler de Charlie ?

    À propos de « nous » et d’ « eux », et de la nécessité de sortir du choc des civilisations

    par Sellouma 26 février 2015

    Les lignes qui suivent sont une réponse aux discours et pratiques amalgamant les populations victimes de l’islamophobie et du racisme d’état en ce beau pays de merde… L’envie d’écrire est née de la lecture de l’article de Pacôme Thiellement, « Nous sommes tous des hypocrites », lui-même écrit en réponse frontale aux « Je suis charlie » de l’après 7 janvier, et qui a suscité en moi un certain malaise. L’article de Pacôme cible à juste titre un « nous », celui que l’élite politique, médiatique et culturelle a (...)

  • #JeSuisMisogyne

    Quelques souvenirs de deux soeurs qui ont du mal à être Charlie

    par C. & D. Billard 14 février 2015

    Nous aussi on a grandi avec Cabu, Wolinski, Reiser, Cavanna, Choron... Nous avons vu les mêmes dessins mais nous n’avons pas compris la même chose : Sûrement parce que ces blagues ne s’adressaient pas à nous mais qu’elles se faisaient à nos dépens. Ces types nous rappelaient sans cesse qui nous étions : des Filles, des Femmes, c’est à dire le deuxième sexe, mais un sexe avant tout. Ils nous ont enseigné très tôt qu’une femme c’est une poupée gonflable, un cul, des seins, un con. Une femme, chez Reiser, ça (...)

  • Il y a un poème de Victor Hugo, « Melancholia » (dans Les Contemplations), qui dénonce l’exploitation des enfants – « ces filles de huit ans » notamment – par des adultes qui les forcent à exécuter des activités impropres à leur âge. On peut y lire deux vers qui deviendront peut-être embarrassants pour les thuriféraires du catéchisme laïciste aujourd’hui prôné dans les officines de l’Education Nationale : ces enfants « semblent dire à Dieu : petits comme nous sommes, notre Père, voyez ce que nous font les (...)

  • Charlie Hebdo ou le Check Point symbolique

    Retours sur une sidération

    par Hassina Mechaï 30 janvier 2015

    Très vite après l’attentat contre Charlie Hebdo, un Check Point Charlie a été érigé symboliquement, sorte de point de passage obligé pour franchir le mur qui sépare le bien du mal. À ce mur, préférons le no man’s land de la réflexion, cette zone étroite où nul homme ne peut prétendre imposer sa seule vérité… Le 11 janvier, il était entendu que nous étions tous Charlie, ou presque. Certes, mais lequel ? Est-ce le Charlie héritier de Hara Kiri, sans Dieu ni maître, anarchiste, libertaire, tirant à boulets rouges (...)

  • À bonne école ?

    Élèves barbares versus enseignant-e-s civilisé-e-s ?

    par Jemma Bent Seghir 30 janvier 2015

    Depuis deux semaines, des enseignant-e-s, mes collègues donc, abondamment relayé-e-s par les médias, construisent la figure de l’élève supposé-e musulman-e et qui serait réti-f/ve aux « valeurs de la République », complice du terrorisme, antisémite et foncièrement obscurantiste . Tous ces témoignages visent à construire aussi en creux, par différence, l’image d’une institution scolaire et de ses membres qui seraient, eux, du bon côté de la frontière civilisationnelle, à savoir humanistes, éclairé-e-s, (...)

  • Des questionnements « insupportables »... et néanmoins pertinents

    Réflexions sur et contre la criminalisation des élèves, et notamment des élèves présumé-e-s musulman-e-s (Deuxième partie)

    par Deux enseignantes 22 janvier 2015

    « Même là où il n’y a pas eu d’incidents, il y a eu de trop nombreux questionnements de la part des élèves. Et nous avons tous entendus les ’oui je soutiens Charlie, mais’, les ’deux poids, deux mesures’, les ’pourquoi défendre la liberté d’expression ici et pas là ?’. Ces questions nous sont insupportables, surtout lorsqu’on les entend à l’école, qui est chargée de transmettre des valeurs. » Ces propos proprement ahurissants, et effrayants, de la ministre de l’Education nationale Najat Vallaud Belkacem, et plus (...)

  • Commémorer sans discuter 

    Réflexions sur et contre la criminalisation des élèves, et notamment des élèves présumé-e-s musulman-e-s (Première partie)

    par Deux enseignantes 22 janvier 2015

    « Même là où il n’y a pas eu d’incidents, il y a eu de trop nombreux questionnements de la part des élèves. Et nous avons tous entendus les ’oui je soutiens Charlie, mais’, les ’deux poids, deux mesures’, les ’pourquoi défendre la liberté d’expression ici et pas là ?’. Ces questions nous sont insupportables, surtout lorsqu’on les entend à l’école, qui est chargée de transmettre des valeurs. » Ces propos proprement ahurissants, et effrayants, de la ministre de l’Education nationale Najat Vallaud Belkacem, et plus (...)

  • Politique de l’histoire

    À propos du « terrorisme » et de la « haine de l’Occident »

    par Pascale Casanova 21 janvier 2015

    Devenue clef de lecture incontestée de la politique mondiale, la « haine de l’Occident » relève pourtant, non d’une évidence inscrite à même les bombes, mais d’une fabrique discursive qui a ses règles et ses acteurs, et d’une conception idéaliste de l’histoire qui empêche toute réponse politique au terrorisme. Tentative pour rouvrir, sous l’interprétation exclusive du conflit, le conflit des interprétations. Attentats dans le métro de Londres, juillet 2005. Dans les minutes qui suivent, et comme à chaque (...)

  • Résister à l’injonction de la répression immédiate !

    À propos du délit d’apologie du terrorisme, et de son usage récent

    par Syndicat de la magistrature 20 janvier 2015

    C’est plus que jamais lorsque l’effroi nous saisit et bouscule tous les repères que la justice doit faire preuve de sérénité et résister à la vague de l’émotion. Las, la ministre de la Justice a fait le choix d’entonner le discours de l’intransigeance de principe, et d’enfermer les tribunaux dans la justice de l’urgence... Des consignes diffusées le 12 janvier soumettent les magistrats du parquet à des injonctions contradictoires de « systématisme » et « d’individualisation », de « pédagogie » et « (...)

0 | 10 | 20 | 30 | 40 | 50 | 60 | 70 | 80 | ...