Accueil du site > Études de cas > Héritages coloniaux

Héritages coloniaux

Dernier ajout : 2 août 2012.

Tous les articles de cette rubrique

  • Déconstructions et résistances musulmanes

    Islam et Etat en France : de la république coloniale à la république post-coloniale (Dernière partie)

    par Céline Lebrun 2 août 2012

    Si la réalité postcoloniale a été contestée et dénoncée dès les origines par celles et ceux qui en étaient les victimes, les années 2000 marquent un tournant dans cette contestation avec l’entrée dans la troisième phase de la construction d’un islam imaginaire en France . Alors que se multiplient après le 11 septembre les attaques contre l’islam et les musulmans, qu’est imposé un débat sur la laïcité qui aboutit en 2004 à la loi contre le voile à l’école, les prises de paroles pour dénoncer l’ « islamophobie (...)

  • Universalisme ou ethnocentrisme ?

    Islam et Etat en France : de la république coloniale à la république post-coloniale (Troisième partie)

    par Céline Lebrun 30 juillet 2012

    Issu de la Révolution de 1789, le modèle républicain français se réclame des idées des Lumières et des valeurs émancipatrices que sont la liberté, l’égalité et la fraternité. Si ce modèle a légitimé la colonisation, il est également à l’origine d’une certaine construction identitaire française. Ainsi partagé entre l’universel et le particulier, le modèle républicain français, davantage qu’un universalisme, s’avère être un ethnocentrisme . Partie précédente Une des manifestations les plus marquantes de cet (...)

  • Une religion sous tutelle

    Islam et Etat en France : de la république coloniale à la république post-coloniale (Deuxième partie)

    par Céline Lebrun 26 juillet 2012

    Le legs colonial n’est pas une pure affaire d’images et de représentations : on le retrouve dans les politiques publiques conduites vis-à-vis de l’islam et des musulmans en France. Partie précédente Comme l’explique Jacques Chevallier , « du point de vue de la science politique, les séquelles de la colonisation peuvent être évaluées à cinq niveaux différents » : celui des institutions étatiques, celui du lien social et politique, celui des politiques mémorielles et ceux de la politique étrangère et des (...)

  • De la république coloniale à la république post-coloniale

    Première partie : Islam imaginaire et islamophobie

    par Céline Lebrun 23 juillet 2012

    La Grande-Bretagne et la France, par leurs empires coloniaux respectifs, ont été pendant près d’un siècle, avec l’Empire ottoman, les plus grandes puissances musulmanes du monde. Produit de la conquête coloniale, le premier contact institutionnalisé entre islam et État en France s’est basé sur le contrôle et la domination de ce dernier sur le premier. Religion des indigènes, l’islam a été l’objet comme ceux-ci, d’une politique particulière de la part de l’État français. La question qui nous intéresse ici (...)

  • Homais et Mozart

    Réflexions sur le relativisme et le suprémacisme

    par Odile Tobner 3 mars 2012

    En affirmant publiquement la supériorité de notre civilisation, l’inénarrable Guéant a ouvert les vannes à un flot ininterrompu de stupidités, ce qui était probablement le but poursuivi. Ainsi Bruno Gollnisch, le penseur du Front national, et Luc Ferry, célèbre conférencier mondain, ont soutenu cette ânerie en comparant Mozart et le tam tam. C’est là une vieille ficelle de la rhétorique raciste, que celle qui consiste à comparer les productions les plus sophistiquées d’une culture donnée avec le folklore (...)

  • Ya bon Bolloré

    Quand Direct Matin célèbre « les apports de la colonisation »

    par Thomas Deltombe 28 février 2011

    Associé au Monde et à Courrier International, le « journal gratuit » Direct Matin se présente généralement comme le pôle « sérieux » de la branche média du groupe Bolloré. Depuis quelques semaines, prenant prétexte d’une exposition organisée par la « Mission du Cinquantenaire » des indépendances africaines avec le soutien du ministère de l’Education nationale et de la mairie d’Issy-les-Moulineaux , et en partenariat avec l’Académie des Sciences d’Outre-Mer, Direct Matin dresse chaque jeudi le portrait de « ces (...)

  • Icônes de la diversité ou archétypes de l’imaginaire colonial ?

    Le cas Rachida Dati et Fadela Amara

    par Hassina Mechaï 22 février 2010

    Il est apparu, depuis peu, dans l’imaginaire médiatique, une nouvelle figure : celle de la beurette méritante, fragile créature à mi-chemin entre Antigone et Cendrillon. Une histoire telle que les médias les aiment, un parcours de la misère vers la lumière avec pour bonne fée la République bienveillante. Cette dernière transformerait avec sa baguette magique "école-républicaine" cette brune Cendrillon : sa pauvre djellaba devenant un joli tailleur, ses babouches (pour faire couleur locale) devenant (...)

  • Pendant plusieurs semaines, les mobilisations aux Antilles ont fait la une de l’actualité. Cette longue épreuve de force a notamment débouché sur l’annonce par le président de la République de l’organisation prochaine « d’états-généraux de l’Outre-mer » accordant une large place à la « gouvernance » et au « modèle d’organisation de ces territoires ». Ce coup de projecteur inhabituel sur la « France d’outre-mer » rend d’autant plus criant le silence entourant la consultation des Mahorais qui, le 29 mars dernier, (...)

  • La mission civilisatrice (Sixième partie)

    Différence coloniale et histoire universelle

    par Dino Costantini 10 septembre 2008

    La différence entre peuples civilisés et non civilisés n’est pas conçue, dans la pensée coloniale telle que la formule par exemple un Albert Sarraut, en termes de différence de nature, mais en termes de différence d’évolution ou de développement – c’est-à-dire en termes essentiellement temporels. Pour le nouveau discours colonial français, colonisateurs et colonisés se situent à des étapes ou à des stades différents par rapport à une même ligne évolutive. Cela lui permet, alors qu’il reconnaît leur commune (...)

  • La mission civilisatrice (Cinquième partie)

    Une mission tutélaire

    par Dino Costantini 10 septembre 2008

    La colonisation conçue comme processus de civilisation se distingue des formes primitives et tendanciellement violentes de la dissémination, comme l’action rationnelle se distingue de l’action instinctive. La colonisation apparaît comme l’expression de la faculté humaine à diriger le besoin instinctif d’expansion au-delà de tout déterminisme utilitariste, de le moraliser, de plier sa nécessité au service de l’idéal de la production de l’unité du genre humain. Première partie Deuxième partie Troisième (...)

0 | 10 | 20