On ne peut pas tout dire

Rencontre à la librairie Envie de lire d’Ivry avec Sébastien Fontenelle et Alex Mahoudeau le jeudi 29 septembre.
par Sebastien Fontenelle
27 septembre 2022

Alors que de véritables opérations de censure, en bonne et due forme, passent largement inaperçues, on ne compte plus les livres, mauvais et méchants, prenant pour cible la supposée « idéologie woke » et la chape de plomb qu’elle ferait peser sur les débats. Pourtant militant-es et chercheur-es peinent toujours, dans ce pays « républicain », à attirer l’attention sur ce qui devrait être au cœur des (...)

lire la suite
  • Lutter contre les discriminations

    Un livre collectif coordonné par Daniel Borrillo

    par Pierre Tevanian 15 juillet 2003

    La discrimination a longtemps été un tabou, notamment en France. Un certain dogme républicaniste veut en effet que la France soit "le pays des Lumières et des Droits de l’homme", et que le racisme soit absolument étranger à "nos mœurs et nos traditions". On s’est donc longtemps contenté d’euphémismes délicats, en parlant de "problèmes d’intégration" ou de "difficultés d’insertion", renvoyant par là-même une part importante de la responsabilité sur les victimes du racisme ! Dans le débat public, et plus (...)

  • Une prof d’en haut dans un collège d’en bas

    À propos du livre de Mara Goyet, Collèges de France

    par Stéphane Beaud 15 juillet 2003

    Stéphane Beaud, maître de conférence en sociologie à l’université de Nantes, propose une lecture critique d’un livre qui a bénéficié d’une couverture médiatique très importante. Voici comment la bourgeoisie "éclairée", qui ne connait de la banlieue, de ses lycées et de ses lycéens, que ce qu’en disent les grands médias et les best sellers, se sent désormais autorisée à voir les choses.
    Collèges de France. Le titre est un clin d’œil ironique au lecteur. Il ne s’agit pas de la prestigieuse institution de la rue (...)

  • Les trois textes qui vont suivre ont pour point de départ l’étonnement devant le singulier virage intellectuel et politique de Sami Naïr. Mais il ne s’agit pas de faire de sa personne l’incarnation du traître, ni de déplorer la perte d’un allié irremplaçable ; il s’agit plutôt de tirer de ce virage un certain nombre d’enseignements quant aux rapports entre politiques et intellectuels, et quant aux relations entre le discours qu’on tient et la position sociale qu’on occupe - car, sur ces questions, (...)

  • Le gouvernement se voile la face

    Lettre ouverte adressée par deux lycéennes aux enseignants, aux parents et aux politiques

    par Khadija Lahlali, Zahra Ali 8 juillet 2003

    Le texte qui suit est une lettre ouverte adressée par deux élèves, membres du Conseil de la Vie Lycéenne, aux enseignants, aux parents et aux politiques. Il s’oppose à toute exclusion des élèves portant le foulard, et cette position se fonde sur deux grands principes : la laïcité et le droit à l’éducation pour toutes et tous.
    Plusieurs voix s’élèvent depuis peu pour opposer la laïcité et les valeurs républicaines au port du foulard islamique à l’école.
    Mais pourquoi ce débat ressurgit -il alors que l’avis (...)

  • Malek Boutih et le camembert

    Entre Malek Boutih et la philosophe Chantal Delsol : un accord presque parfait sur l’intégration

    Le texte qui suit est un article de Nicolas Weill paru dans le Journal Le Monde. À nos yeux, il peut se passer de commentaires.
    Même en période d’intense recomposition intellectuelle et politique, la rencontre entre Chantal Delsol et Malek Boutih, président de SOS-Racisme, avait de quoi surprendre. Organisée par l’Institut Montaigne et HEC-Débats, mercredi 13 novembre, au siège d’Axa, à Paris, sous la houlette de Claude Bébéar, président du conseil de surveillance de la compagnie d’assurances, elle a (...)

  • Pour ne pas être réduites au rang de simples réactions épidermiques face à des " dérapages " personnels, les textes présents dans cette rubrique appellent au moins une courte introduction, afin que soit re-situé le rôle joué depuis de nombreuses années dans la stigmatisation des immigrés ou des "jeunes issus de l’immigration" par une association censée défendre ces derniers. Cette association, SOS Racisme, a une longue histoire (1), dont on se bornera ici à rappeler les très grandes lignes.
    Il y a eu (...)

  • Foulard et Colonies

    Par le Collectif Les mots sont importants

    Sans être des forcenés de l’enquête, nous sommes de nature curieuse. Il nous est donc venu à l’esprit de nous pencher sur une proposition de loi particulièrement choquante déposée le 5 mars 2003 à l’Assemblée nationale, et « visant à la reconnaissance de l’œuvre positive de l’ensemble de nos concitoyens qui ont vécu en Algérie pendant la période de la présence française ». Nous avons parcouru, d’un œil curieux, la liste des quelques dizaines de députés UMP ayant signé cette proposition de loi.
    Il nous est (...)

  • Il pourrait sembler étrange de voir dans le même temps, le gouvernement français se pencher au nom de la protection de la " Fance d’en bas ", aussi bien sur la question des jeunes filles voilées que sur celle des prostitué-es. Exploitation sexuelle par des mafieux, embrigadement par les islamistes : voilà les deux mamelles du discours communément revendiqué par nos dirigeants aujourd’hui. Avec, au centre, la sécurité de nos concitoyens.
    Cela incite à regarder ces deux figures - au sens de chorégraphie (...)

  • Un féminisme à visage inhumain

    À propos de l’appel "Laïcardes, puisque féministes", d’Anne Vigerie et Anne Zelensky

    Dans l’appel « Laïcardes, puisque féministes », lancé dans le journal Le Monde, Anne Vigerie et Anne Zelensky, instituent un rapport de stricte équivalence entre le féminisme, la laïcité et l’exclusion des élèves « voilées ». Nous contestons cette « évidence » : pour notre part, nous sommes « contre l’exclusion, puisque laïques et féministes ». C’est pourquoi il nous paraît nécessaire de revenir sur un certain nombre d’assertions.
    Tout d’abord, on ne peut pas décréter, comme le font les deux auteures, que « le (...)

  • Ce que disent les sondages, et ce qu’ils ne disent pas

    À propos du sondage annuel sur le racisme en France

    par Pierre Tevanian 8 juin 2003

    Les Français sont-ils racistes ? Le sont-ils plus ou moins qu’avant ? Telles sont les questions qui ont occupé au printemps 2000 la une des grands médias. Divers sondages, interprétés diversement, ont été invoqués, soit pour s’inquiéter d’une nouvelle poussée de racisme, soit pour se réjouir d’une "décrispation des Français" sur la question de l’immigration. Autant le dire tout de suite : en 2000 comme en 2002, aucun de ces diagnostics n’est satisfaisant.
    Il est en effet aventureux de parler, comme de (...)

0 | ... | 1740 | 1750 | 1760 | 1770 | 1780 | 1790 | 1800 | 1810 | 1820 | 1830