Accueil > Études de cas

Études de cas

Dernier ajout : 15 mai.

Tous les articles de cette rubrique

  • Des plats de lentilles de la NUPES aux 67 000 euros d’AGOS

    Brève réflexion sur les leçons de maintien de Jean-Christophe Cambadélis

    Puisqu’un certain Jean-Christophe Cambadelis se montre beaucoup sur les plateaux pour parler principes, valeurs, « convictions », références bibliques à l’appui – plus précisément : pour reprocher à ses camarades socialistes ralliés à la nouvelle union de la gauche de « perdre leur âme pour un plat de lentilles », un petit rappel s’impose. Précédé, lui aussi, d’une citation biblique.
    « Pourquoi vois-tu la paille qui est dans l’œil de ton frère, et n’aperçois-tu pas la poutre qui est dans ton œil ? Ou comment (...)

  • L’affaire des hommes (2)

    De la gauche à la droite : l’entre-soi masculin en politique

    par Sylvie Tissot 11 mai 2022

    « Renaissance », un parti populaire qui a vocation à être ouvert, a annoncé Stanislas Guerini, délégué général du nouveau parti macroniste. Ouvert à qui ? Aux femmes aussi ? Même à la tribune ? Elles auront le droit de tenir un micro ? Si elles sont sages et le demandent gentiment ?
    Lire L’affaire des hommes, partie 1.
    Pas sûr qui quiconque ait envie de rejoindre ce boy’s club d’homme blancs de classes sup-sup (autant pour le « populaire ») de 40 à 60 ans, qui semblent tristes à pleurer.
    Raison de plus (...)

  • Hommage à Brahim Bouarram

    Retour sur un crime raciste et son effacement

    par Pierre Tevanian 30 avril 2022

    Le texte qui suit met en relation le crime d’octobre 1961 et son occultation avec l’assassinat de Brahim Bouarram le 1er mai 1995, de celui d’Ibrahim Ali quelques semaines plus tôt, eux aussi occultés. Dédié à toutes les victimes de crimes racistes, il se veut une contribution à la réflexion et à la lutte pour que de tels crimes ne se reproduisent plus. Un rassemblement en hommage à Brahim Bouarram est prévu, comme tous les ans, au Pont du Carrousel, le dimanche 1er mai 2022 de 11h à 12h.
    Le 1er mai (...)

  • Trop de mémoire ou trop peu ?

    Quelques réflexions sur un 24 avril de plus

    par Pierre Tevanian 25 avril 2022

    Pour ce 24 avril un peu particulier, largement occulté par une actualité franco-française préoccupante, il nous paraît malgré tout nécessaire de revenir sur un certain nombre de questions posées l’an dernier, alors que le président états-unien Joe Biden osait enfin, après 106 années de déni, une reconnaissance du génocide des Arméniens. Ce questionnement, Yériché Gorizian, du mouvement Charjoum, le lançait alors sur Facebook en des termes crus, qui ont pu sembler excessifs à certains mais me paraissent (...)

  • Le silence en héritage ?

    Les Arméniens et le génocide, entre impératif d’oubli et travail d’anamnèse

    par Nazli Temir Beyleryan 25 avril 2022

    Il y a cent-sept ans, le 24 avril 1915, le ministre de l’intérieur ottoman Talât Pacha ordonnait l’arrestation des intellectuels ou notables arméniens à Constantinople : ecclésiastiques, médecins, éditeurs, journalistes, avocats, enseignants, hommes politiques, ce sont plus de 2000 personnes qui furent alors arrêtées en quelques jours, avant d’être déportées puis massacrées. Ces journées marquent le déclenchement officiel d’un génocide planifié et initié plusieurs semaines plus tôt, qui coûtera la vie à plus (...)

  • Admettre le meurtre, nier le crime

    Le génocide des Arméniens et sa négation dans les mémoires des Jeunes-Turcs unionistes

    par Duygu Tasalp 25 avril 2022

    Il y a aujourd’hui cent-sept ans, le 24 avril 1915, le ministre de l’intérieur ottoman Talât Pacha ordonne l’arrestation des intellectuels ou notables arméniens à Constantinople : ecclésiastiques, médecins, éditeurs, journalistes, avocats, enseignants, hommes politiques, ce sont plus de 2000 personnes qui sont arrêtées en quelques jours, avant d’être déportées puis massacrées. Ces journées marquent le déclenchement officiel d’un génocide planifié et initié plusieurs semaines plus tôt par le parti au pouvoir (...)

  • Pas de fausses joies, rien n’est gagné !

    Du bon usage des sondages en temps de péril fasciste

    Parce que la situation créée par la présence au second tour d’une candidate fasciste plébiscitée par les urnes et les sondages, dans une dynamique ascendante quasi ininterrompue, fait peser une menace sans précédent sur nos libertés et nos vies, parce que le fascisme n’est pas une option, parce que pour de très nombreuses raisons l’usage du bulletin Macron est un vote de nécessité, nous n’avons de cesse d’alerter et de mobiliser, y compris en nous référant aux sondages sur les intentions de vote. Nous (...)

  • « Pour m’élire premier ministre »

    Retour sur une provocation lourde de sens et de conséquences

    par Pierre Tevanian 22 avril 2022

    Une dynamique populaire, un élan massif, une espérance à gauche, comment ne pas être pour ? Mais une telle dynamique peut-elle exister sans un message simple, clair, lisible, sur les valeurs ? Peut-elle exister quand on ménage la chèvre et le chou, en invoquant une stratégie de billard à cinq bandes que seuls pourrait décrypter un petit nombre d’initiés ? Et quand en plus ladite stratégie ésotérique revient à brouiller les frontières, piétiner les tabous les plus fondamentaux et banaliser l’extrême droite (...)

  • Pas une voix pour l’extrême droite, mais combien de voix contre ?

    Retour sur une invraisemblable et terrifiante perte des réflexes antifascistes

    par Pierre Tevanian 17 avril 2022

    Le texte qui suit propose une analyse du discours tenu par Philippe Poutou le soir du 10 avril, en réaction aux résultats du premier tour des élections présidentielles, mais l’attaque n’est – hélas – pas personnelle : elle vise des artifices rhétoriques présents aussi bien chez Lutte Ouvrière et à La France insoumise, et même dans un syndicat comme Solidaires. Toutes ces organisations de gauche, qui furent pour la plupart radicalement antifascistes lors de précédents scrutins, en 2002 notamment lors du (...)

  • Vos astérisques sont trop étroits pour nos vécus

    À propos du racisme dans l’enseignement supérieur et la recherche en France, et de son déni

    par Collectif LKJ 2 avril 2022

    Ce texte, rédigé collectivement par des étudiant.es, travailleur.es précaires et titulaires racisé.e.s des facs et des labos de recherche, part du constat de l’invisibilisation récurrente des questions de racisme dans l’enseignement supérieur et la recherche - invisibilisation qui prépare la possibilité systématique d’opposer une fin de non-recevoir aux injustices et revendications portées par les racisé.es, et entretient l’impunité dont le racisme et le sexisme bénéficient dans ces univers. Ce texte (...)

0 | 10 | 20 | 30 | 40 | 50 | 60 | 70 | 80 | ... | 810