Accueil > Études de cas

Études de cas

Dernier ajout : 30 septembre.

Tous les articles de cette rubrique

  • Usages langagiers, pratiques militantes : l’impensé validiste

    Réflexions sur la question handi

    30 septembre 2022

    Deux rencontres avec Charlotte Puiseux sont organisées à Paris les jours prochains, autour de son livre De chair et de fer. Vivre et lutter dans une société validiste : ce vendredi 30 septembre à 19h, à la Librairie Un Livre Une Tasse De Thé à Paris , puis lundi prochain, à 20h, au cinéma Le Luxy à Ivry (avec projection du film de Rémi Gendarme-Cerquetti, Fils de Garches). Ce livre propose, en 160 pages à la première personne, une autobiographie pour ainsi dire totale : un récit de vie, une (...)

  • Du travail et des allocs

    Retour sur une lamentable aventure

    par Pierre Tevanian 12 septembre 2022

    Les lignes qui suivent proposent un rappel terminologique et historique rapide (qu’on aimerait ne plus avoir à faire) pour les quelques candides (ou se présentant comme tels) de gauche (ou se présentant comme tels) qui se sont étonnés qu’on ne reconnaisse pas comme une position « de gauche » la récente valorisation du « travail » par le dirigeant communiste Fabien Roussel.
    Premier rappel :
    Si le travail est, de longue date, un enjeu important à gauche, c’est en tant que front de lutte, et non en tant (...)

  • Un « Deux poids deux mesures », mais lequel ?

    Retour sur quelques dérives racistes, inégalement réprouvées

    par Noémie Emmanuel 29 août 2022

    De la nouvelle gesticulation martiale du ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin, celle qui vise à faire expulser l’imam Hassan Iquioussen, ou du moins à incarner la volonté de le faire expulser, au mépris de l’État de droit, l’essentiel a été dit, notamment la sidérante duplicité d’un aventurier qui s’en prend, aujourd’hui, de la Place Beauvau, à un homme qu’il courtisait il y a peu, lorsqu’il briguait un siège de député. Plus profondément, les griefs les plus graves invoqués pour justifier l’expulsion se (...)

  • Tenir le racisme à distance

    Ou comment américaniser pour mieux dénier

    Le refrain est connu : l’universalisme, indissociable de « l’esprit français », ferait face à un péril mortel : un « nouvel » antiracisme, « communautariste », dont la grille de lecture serait « racialisante ». Mais de quel universalisme parle-t-on ? Telle est la question que nous posent Mame-Fatou Niang et Julien Suaudeau dans un court et incisif essai, intitulé tout simplement Universalisme. Les auteur·ice·s reviennent sur la définition des concepts même d’universel et d’universalisme, et interrogent la (...)

  • Garder la main sur le roman national

    Réflexions sur un refoulement organisé

    Le refrain est connu : l’universalisme, indissociable de « l’esprit français », ferait face à un péril mortel : un « nouvel » antiracisme, « communautariste », dont la grille de lecture serait « racialisante ». Mais de quel universalisme parle-t-on ? Telle est la question que nous posent Mame-Fatou Niang et Julien Suaudeau dans un court et incisif essai, intitulé tout simplement Universalisme. Les auteur·ice·s reviennent sur la définition des concepts même d’universel et d’universalisme, et interrogent la (...)

  • Ce que les bas-fonds nous disent d’Électre

    Quelques réflexions sur Électre des bas-fonds de Simon Abkarian, actuellement au Théâtre du Soleil à Vincennes

    par Pierre Tevanian 6 juillet 2022

    Sans doute certain·e·s en ont-ils parlé , mais quand on cherche sur le net, on se dit tout de même : dommage. Dommage que Le Monde, Libération, Politis, Mediapart et quelques autres ne se soient pas plus ligués pour nous envoyer plus nombreux à la Cartoucherie de Vincennes voir la reprise de la magnifique pièce écrite et mise en scène par Simon Abkarian : Electre des bas-fonds, qui devrait tourner longtemps, être vue et étudiée au lycée, adaptée au cinéma… Puisqu’il est encore temps de prendre ses (...)

  • Des plats de lentilles de la NUPES aux 67 000 euros d’AGOS

    Brève réflexion sur les leçons de maintien de Jean-Christophe Cambadélis

    Puisqu’un certain Jean-Christophe Cambadelis se montre beaucoup sur les plateaux pour parler principes, valeurs, « convictions », références bibliques à l’appui – plus précisément : pour reprocher à ses camarades socialistes ralliés à la nouvelle union de la gauche de « perdre leur âme pour un plat de lentilles », un petit rappel s’impose. Précédé, lui aussi, d’une citation biblique.
    « Pourquoi vois-tu la paille qui est dans l’œil de ton frère, et n’aperçois-tu pas la poutre qui est dans ton œil ? Ou comment (...)

  • L’affaire des hommes (2)

    De la gauche à la droite : l’entre-soi masculin en politique

    par Sylvie Tissot 11 mai 2022

    « Renaissance », un parti populaire qui a vocation à être ouvert, a annoncé Stanislas Guerini, délégué général du nouveau parti macroniste. Ouvert à qui ? Aux femmes aussi ? Même à la tribune ? Elles auront le droit de tenir un micro ? Si elles sont sages et le demandent gentiment ?
    Lire L’affaire des hommes, partie 1.
    Pas sûr qui quiconque ait envie de rejoindre ce boy’s club d’homme blancs de classes sup-sup (autant pour le « populaire ») de 40 à 60 ans, qui semblent tristes à pleurer.
    Raison de plus (...)

  • Hommage à Brahim Bouarram

    Retour sur un crime raciste et son effacement

    par Pierre Tevanian 30 avril 2022

    Le texte qui suit met en relation le crime d’octobre 1961 et son occultation avec l’assassinat de Brahim Bouarram le 1er mai 1995, de celui d’Ibrahim Ali quelques semaines plus tôt, eux aussi occultés. Dédié à toutes les victimes de crimes racistes, il se veut une contribution à la réflexion et à la lutte pour que de tels crimes ne se reproduisent plus. Un rassemblement en hommage à Brahim Bouarram est prévu, comme tous les ans, au Pont du Carrousel, le dimanche 1er mai 2022 de 11h à 12h.
    Le 1er mai (...)

  • Trop de mémoire ou trop peu ?

    Quelques réflexions sur un 24 avril de plus

    par Pierre Tevanian 25 avril 2022

    Pour ce 24 avril un peu particulier, largement occulté par une actualité franco-française préoccupante, il nous paraît malgré tout nécessaire de revenir sur un certain nombre de questions posées l’an dernier, alors que le président états-unien Joe Biden osait enfin, après 106 années de déni, une reconnaissance du génocide des Arméniens. Ce questionnement, Yériché Gorizian, du mouvement Charjoum, le lançait alors sur Facebook en des termes crus, qui ont pu sembler excessifs à certains mais me paraissent (...)

0 | 10 | 20 | 30 | 40 | 50 | 60 | 70 | 80 | ... | 810