Accueil > Études de cas

Études de cas

Dernier ajout : 29 mai.

Tous les articles de cette rubrique

  • La lepénisation des esprits

    Retour sur une histoire qui ne finit jamais

    Le texte qui suit revient sur trente ans de dérive politique, médiatique, culturelle, qui ont abouti, ce dimanche 26 mai 2019, à une nouvelle percée du Rassemblement national, aujourd’hui plus près que jamais du pouvoir présidentiel et de l’hégémonie idéologique, et d’ores-et-déjà pleinement normalisé. Il revient également sur la notion de lepénisation qui, pour analyser la vie politique française, n’a hélas pas fini de servir.
    La présence de Jean-Marie Le Pen au second tour à l’élection présidentielle en (...)

  • L’obligatoire « présence masculine »

    Chronique de la lesbophobie ordinaire au cinéma

    par Aude Fonvieille 14 mai 2019

    Le rapport annuel de SOS Homophobie fait état d’une hausse de 42 % des cas de discrimination rapportés par des femmes homosexuelles. Nous republions ce texte pour rappeler que si la lesbophobie, toujours présente donc, prend des formes extrêmement diverses (du harcèlement moral à la violence physique), elle se nourrit toujours de l’invisibilisation des lesbiennes. Celle-ci en effet n’a pas cessé, que ce soit au cinéma comme le rappelle ce témoignage, ou dans les textes de lois puisque, il est bon de (...)

  • Le déni n’est pas la solution

    Contre-vérités et réécriture de l’histoire à Mayotte

    Cette tribune est parue sur Mediapart en avril 2018, alors que l’île de Mayotte était secouée par de violentes chasses à l’homme et des destructions de villages à caractère nettement xénophobe. Les auteur·es ont accepté que ce texte soit reproduit ici pour revenir sur le contexte historique expliquant ces poussées de violences racistes, et déconstruire des contre-vérités trop souvent énoncées. Parmi celles-ci, l’idée d’une immémorielle spécificité de Mayotte par rapport à l’archipel des Comores est tenace, (...)

  • Hommage à Brahim Bouarram

    Retour sur un crime raciste et son effacement

    par Pierre Tevanian 1er mai 2019

    Le mardi 1er mai 2019 de 11h à 12h, à Paris, au Pont du Carrousel (Paris, Métro Saint Michel), plusieurs associations appellent à un hommage à Brahim Bouarram, assassiné par noyade il y a 23 ans par un militant du Front national. Le texte qui suit est une réflexion à partir de cet assassinat et de son invisibilisation politique. Dédié à Brahim Bouarram et à toutes les victimes de crimes racistes, il se veut une contribution à la réflexion et à la lutte pour que de tels crimes ne se reproduisent plus. (...)

  • Le silence en héritage ?

    Les Arméniens et le génocide, entre impératif d’oubli et travail d’anamnèse

    par Nazli Temir Beyleryan 23 avril 2019

    Ce mercredi 24 avril 2019, à 17H30, se tiendra, à Paris devant la statue de Komitas, Place du Canada, et partout en France, une série de rassemblements de commémoration d’un génocide encore peu reconnu : celui des Arméniens. Il y a cent-quatre ans, le 24 avril 1915, le ministre de l’intérieur ottoman Talât Pacha ordonnait l’arrestation des intellectuels ou notables arméniens à Constantinople : ecclésiastiques, médecins, éditeurs, journalistes, avocats, enseignants, hommes politiques, ce sont plus de 2000 (...)

  • Admettre le meurtre, nier le crime

    Le génocide des Arméniens et sa négation dans les mémoires des Jeunes-Turcs unionistes

    par Duygu Tasalp 23 avril 2019

    Ce mercredi 24 avril 2019, à 17H30, se tiendra, à Paris devant la statue de Komitas, Place du Canada, et partout en France, une série de rassemblements de commémoration d’un génocide encore peu reconnu : celui des Arméniens. Le 24 avril 1915, le ministre de l’intérieur ottoman Talât Pacha ordonne l’arrestation des intellectuels ou notables arméniens à Constantinople : ecclésiastiques, médecins, éditeurs, journalistes, avocats, enseignants, hommes politiques, ce sont plus de 2000 personnes qui sont (...)

  • De classe, mais de gauche

    A propos de quelques experts du "peuple"

    par Sebastien Fontenelle 16 mars 2019

    Tu as dû noter qu’il était souvent question, ces temps-ci, de l’ahurissant mépris de classe où se vautrent, à droite, M. Macron et sa dream team. Et c’est très bien ainsi – car cette morgue est effectivement odieuse.
    Mais je me demande parfois si, pour être complètement exhaustifs, nous ne devrions pas questionner aussi ce qui se passe dans les recoins du camp dit progressiste depuis lesquels d’ombrageux professeurs de maintien, juchés sur des surplombs d’une si haute hauteur que l’oxygène doit s’y (...)

  • Les « mecs de gauche »

    Réflexions sur nos amis dans l’ère #Me Too

    par Sylvie Tissot 28 février 2019

    #MeToo est comme une vague immense, qui ne cesse de se gonfler à partir des minuscules gouttes-d’eau-qui-font-déborder-le-vase, qui font qu’il n’est plus possible de se taire, que le spectacle d’hommes paradant dans leur coolitude, voire leur féminisme, à coup de rouge à lèvres comme D. Baupin, ou de ralliement bruyant et intéressé à la cause des femmes, est soudainement insupportable. Chacun ses moments.
    La certitude feminist-friendly.
    Avez-vous déjà passé un dîner entier à écouter votre (...)

  • Du hijab au burkini : les dessous d’une obsession française

    Retour sur deux décennies de persécutions

    par Pierre Tevanian 28 février 2019

    Mars 2004 : loi sur les signes ostensibles, interdisant le port du foulard à l’école publique. Septembre 2010 : loi anti-burqa. Avril 2011 : offensive de Luc Chatel contre les mères voilées accompagnatrices de sorties scolaires. Janvier 2012 : loi « anti-nounous » (interdisant le voile dans les crèches et les garderies), adoptée en première lecture par un sénat socialiste... Juillet 2016 : campagne nationale contre les femmes en « burkini » – et plus largement les femmes musulmanes « trop » couvertes (...)

  • Mémoire du groupe des étrangers

    À propos d’une chanson célèbre

    par Laurent Lévy 21 février 2019

    Le 21 février 1944, Missak Manouchian et vingt-et-un membres de son groupe de Résistance, le FTP-MOI (Francs-Tireurs Partisans, Main d’Oeuvre Immigrée), étaient arrêtés et fusillés par les Nazis. Olga Bancic, arrêtée elle aussi, était décapitée quelques mois plus tard. Le texte qui suit leur rend hommage.
    Pour beaucoup, la mémoire du « groupe des étrangers » est d’abord celle d’une chanson : « L’Affiche rouge » composée par Léo Ferré sur un poème de Louis Aragon, « Strophes pour se souvenir »... Ce texte, (...)

0 | 10 | 20 | 30 | 40 | 50 | 60 | 70 | 80 | ... | 730