Accueil du site > Des mots importants > Terrorisme et anti-terrorisme

Terrorisme et anti-terrorisme

Dernier ajout : 13 juillet.

Tous les articles de cette rubrique

  • Des mots disparaissent

    Sur l’usage à géométrie variable des mots « attentat » et « terrorisme »

    par Sebastien Fontenelle 13 juillet 2017

    J’ai quand même l’impression que si un mec essayait de lancer sa voiture dans une foule de fidèles, à la sortie d’une église, un dimanche matin, en gueulant par exemple des trucs à base d’ « akbar » : ça lèverait une assez vive émotion dans la presse et les médias dominants (LPELMD), où l’on n’hésiterait probablement que fort peu à parler d’une « tentative d’attentat » - puis à convoquer quelques savants fameux à la fin de leur faire répéter pour la cent millième fois qu’il serait plus que temps d’« ouvrir l’islam (...)

  • Etat d’urgence et répression des militants

    Genèse des états d’exception

    par Vanessa Codaccioni 7 décembre 2015

    L’état d’exception, dont l’exemple-type est l’état d’urgence, est une modalité d’exercice du pouvoir qui permet de contrôler une population, un territoire, des idées. Décrété au nom de la sécurité de la communauté nationale, ce dernier autorise de nombreuses mesures liberticides, répressives, et dérogatoires aux normes et aux règles qui régissent un État de droit. Il en va ainsi de la liberté de circulation, du droit au respect de la vie privée, de ceux de se réunir, de manifester ou de s’associer, mais aussi (...)

  • La justice court-circuitée

    Les lois et procédures antiterroristes en France

    par Human Rights Watch 12 février 2015

    Depuis le milieu des années 1980, époque où elle a subi une vague d’attentats terroristes, la France a mis au point une approche préventive qui se caractérise par des poursuites judiciaires agressives à l’encontre de réseaux terroristes présumés et qui repose sur une étroite collaboration entre la justice et les services de police et de renseignement, conjuguée à des restrictions aux garanties procédurales appliquées aux infractions de droit commun. Au coeur de cette approche préventive se trouve un délit (...)

  • Les premiers éléments

    Ou comment on construit le « grand danger » du « terrorisme »

    Depuis quelques jours, les rangs se resserrent autour de Manuel Valls. Le premier ministre a affirmé que « jamais nous n’avons connu un aussi grand danger en matière de terrorisme ». Mais quel danger ? Quel terrorisme ? Plus que bombes, attentats et explosions, plus qu’Al Qaïda, salafistes et islamisme, le signe le plus sûr de la menace terroriste semble être devenu, ces derniers jours, la combinaison de deux mots : « Allah Akbar ». La preuve absolue que le plus grand danger menaçant la France (...)

  • La piste islamophobe

    Réflexions sur les attentats d’Oslo

    Mais c’est un Viking ! Dans les rédactions, c’est la consternation. Pourtant l’affaire était pliée. À l’annonce du terrible double attentat d’Oslo, aucun doute n’était permis. On attendait sans suspense majeur la revendication d’Al Qaida Irak, de l’ACMI ou d’une de ses nombreuses ramifications. Les Rioufol, Val et autres Fourest trempaient déjà leur plume acérée dans l’acide, Finkielkraut exerçait ses convulsions devant la glace, Houellebecq trouvait une nouvelle inspiration pour son prochain best seller, (...)

  • Terrorisme et pains au chocolat

    À propos des séquestrations de patron et de la peur panique qu’elles provoquent

    par Le Plan B 12 août 2009

    Des victimes, un coupable, du suspense : les « séquestrations » de patrons ont enchanté les médias. On en recense moins d’une douzaine ? Aucune importance. Leur mise en scène permet de cacher la violence économique ordinaire derrière un faux débat sur la violence ouvrière. Le 31 mars, le Parti de la presse et de l’argent (PPA) déplorait un nouveau cas de « séquestration ». Après les dirigeants de Sony, 3M Santé et FCI, premiers martyrs de la « radicalisation des luttes », c’était au tour de François-Henri (...)