Accueil du site > Études de cas > Sexismes et transphobies

Sexismes et transphobies

Dernier ajout : 23 juillet.

Tous les articles de cette rubrique

  • « Angélique »

    Quand Le Monde se hasarde à parler féminisme

    « Sa peau diaphane et son sourire angélique cachent un tempérament ardent » : c’est la phrase qui introduit un long entretien consacré à Nicole Kidman et à son… féminisme. Surprenant dans les pages d’un journal français quand il ne s’agit ni des Femen, ni de Ni putes ni soumises, le mot « féminisme » ne pouvait venir seul. Il fallait rappeler, avec force clichés (on écrit encore vraiment comme ça ?!), que celle qui le prononce a une « peau », un « sourire » et un « tempérament » et que tout ceci est « (...)

  • Travail, famille, partouze

    Vichy revisité par Patrick Buisson

    par Sylvie Tissot 16 avril 2016

    Alors que le sinistre Patrick Buisson, militant d’extrême droite fraichement reconverti dans le business des sondages, le conseil du prince (Sarkozy) et la mise sous écoutes, vient d’être reconduit à la tête de La Chaîne Histoire, il nous a paru opportun de revenir, quelques années en arrière, sur un livre fort instructif, qui nous livre sa singulière conception de l’histoire en général, et en particulier de l’histoire de l’Occupation et du régime vichyste... Une nation « femelle », des femmes plongées (...)

  • De la banalité du sexisme et du racisme

    Retour sur les événements de Cologne et leur traitement médiatique

    par Hanane Karimi 29 février 2016

    Les violences et agressions sexuelles faites aux femmes lors de la nuit du nouvel an à Cologne sont une tragique illustration de la manière dont l’espace public demeure le théâtre de domination qui vulnérabilise les femmes.Dans toutes les sociétés aujourd’hui, orientales ou occidentales, du nord au sud, des hommes se permettent de violenter des femmes dans les sphères privée et publique. A mon sens, le constat de la banalité du sexisme aurait du être la trame des débats au lendemain de ce drame. (...)

  • Nos bombes tuent aussi

    Réflexions sur la défense de notre « style de vie »

    par Dinaïg Stall 24 novembre 2015

    Depuis quelques jours, on voit beaucoup une image être partagée sur Facebook, un dessin qui, en quelques lignes et quelques mots, résume pas mal à lui seul les problèmes que pose toute la rhétorique – qui se propage à toute vitesse et dans tous les médias depuis les attentats du 13 novembre à Paris – selon laquelle ’c’est à notre liberté de bons vivants qu’ils s’attaquent’. Il s’agit d’un dessin de femme avec pour tout habillement un bonnet phrygien et une cocarde tricolore, accompagné de ce commentaire : (...)

  • Centré notamment sur l’ouvrage très médiatisé Paternités imposées, un sujet tabou de Mary Plard, ce texte propose une analyse contextualisée des discours sur les « paternités imposées ». Reprenant les ressorts classiques de la rhétorique masculiniste- la symétrisation des rapports sociaux de sexe, la négation du patriarcat et des violences masculines contre les femmes, la victimisation des hommes, l’instrumentalisation de la notion d’« intérêt de l’enfant »- ce discours largement relayé par les médias a (...)

  • « Un petit garçon ramené du Cambodge »

    Le collectif Les mots sont importants vous offre une minute de transphobie libertaire, philosophique et cultivée

    C’était il y a deux ans, c’était estival, et cela se voulait amusant. C’était en tout cas – on ne le répétera jamais assez – de la culture, de la très haute, de la très française culture... « Oui, dans les années 60 il y avait une télévision d’Etat qui était aux ordres de De Gaulle, mais il y avait ’Les Perses’ d’Eschyle à 20h30. Aujourd’hui le pouvoir est diffus, on a l’impression qu’il y a la liberté, il y a les syndicats les machins etcétéra etcétéra, et qu’est-ce que vous avez à 20h30 ? Un transexuel qui (...)

  • Le sexisme ? Pas de ça chez nous !

    Réflexions sur un féminisme à deux vitesses

    par Rokhaya Diallo 27 février 2015

    Le 3 mars prochain a lieu dans une salle du 20ème arrondissement un débat intitulé “Violences sexistes : pas de ça chez nous ?”. Ce débat ayant été censuré par la maire Frédérique Calandra en raison de la présence de Rokhaya Diallo, dont le féminisme a au passage été mis plus qu’en doute, il nous a semblé opportun de republier sa remarquable contribution – celle de Rokhaya bien entendu, pas celle de Calandra ! – à un ouvrage collectif féministe consacré à l’affaire DSK. Cela d’autant plus que la proximité de (...)

  • #JeSuisMisogyne

    Quelques souvenirs de deux soeurs qui ont du mal à être Charlie

    par C. & D. Billard 14 février 2015

    Nous aussi on a grandi avec Cabu, Wolinski, Reiser, Cavanna, Choron... Nous avons vu les mêmes dessins mais nous n’avons pas compris la même chose : Sûrement parce que ces blagues ne s’adressaient pas à nous mais qu’elles se faisaient à nos dépens. Ces types nous rappelaient sans cesse qui nous étions : des Filles, des Femmes, c’est à dire le deuxième sexe, mais un sexe avant tout. Ils nous ont enseigné très tôt qu’une femme c’est une poupée gonflable, un cul, des seins, un con. Une femme, chez Reiser, ça (...)

  • « J’aime bien que mes nanas soient bien en chair »

    Et autres commentaires sur son physique, adressés par ses collègues masculins à la sénatrice étasunienne Kirsten Gillibrand

    par Maya Dusenbery 1er octobre 2014

    La sénatrice Kirsten Gillibrand a décidé de nous donner un aperçu des commentaires faits sur son physique par des collègues – qui sont, je vous le rappelle, des représentants du peuple – pendant son mandat. Voici quelques perles. « Tu fais bien de faire de l’exercice parce qu’il ne faudrait pas que tu sois trop grasse », un collègue homme âgé. « Tu sais, Kirsten, tu est jolie, même quand tu es grosse », un membre du Congrès, élu du Sud, en lui tenant le bras. « Quand je t’ai rencontrée en 2006, tu étais (...)

  • Constantin n’a rien d’une tantouse.

    (Dé)conseil de lecture.

    par Sylvie Tissot 21 août 2014

    Comme tous les genres, le polar a ses codes, que les écrivains mobilisent plus ou moins fidèlement. Dans ce genre littéraire et cinématographique, le personnage principal est, sauf rares exceptions, un homme. Il est généralement solitaire, même si chaque histoire est l’occasion de rencontres avec des femmes, toujours personnages secondaires, plus ou moins attachantes mais fondamentalement - comme l’amour - dangereuses. Ajoutez des ennemis à combattre, une intrigue à dénouer, parfois à l’aide de (...)

0 | 10 | 20 | 30 | 40 | 50 | 60