Accueil du site > Des mots importants > Hakim Ajimi > Mémoire, vérité, justice

Mémoire, vérité, justice

Pour Hakim Ajimi

par Comité Vérité et Justice pour Hakim Ajimi
12 mai 2011

Ce samedi 14 mai à 14H00 [1], une marche est organisée à la mémoire de Hakim Hajimi, tué par un policier il y a maintenant trois ans, le 14 mai 2008. Le texte qui suit, rédigé par le Comité Hakim Ajimi, vient rappeler l’importance et l’enjeu de cette marche, et de toutes les actions menées contre l’impunité policière et l’omerta politique, pour la mémoire des disparus, pour la vérité, et pour la justice.

En mémoire d’Hakim Ajimi, mort à Grasse le 9 mai 2008 lors de son interpellation « musclée » par la police, manifestons notre soutien à la famille Ajimi qui a perdu un fils, un frère. Exigeons que justice soit rendue. Cette commémoration est l’occasion d’une réflexion partagée entre la société civile et les acteurs policiers, judiciaires, politiques, syndicaux et associatifs œuvrant pour la justice, les droits humains, la solidarité, la démocratie. Tous
Contre les violences policières, contre les dérives judiciaires, pour la Vérité et la Justice – pour qu’une telle tragédie ne se reproduise plus, ni ici ni ailleurs !

La marche sera suivie d’un lâcher de ballons portant l’inscription :

« Vérité et Justice pour Hakim Ajimi ».

Nous, victimes et familles de victimes de violences policières, nous, défenseurs des droits de l’Homme, appelons à dénoncer l’impunité accordée aux policiers et les dérives de la justice : la vie d’un fonctionnaire de police n’est pas supérieure à la nôtre, la parole d’un fonctionnaire de police non plus. La mort de personnes « entre les mains de la police » n’est pas une succession de « faits divers » locaux mais le résultat, passé sous silence, d’un système de violence d’État. Nous lançons un appel pressant au sénateur-maire de Grasse, aux élus-es, aux professionnel-le-s de l’enseignement, de l’éducation et du secteur médico-social, aux associations et organisations de défense des droits humains, ainsi qu’aux citoyens et citoyennes, pour :

- réhabiliter la mémoire d’Hakim Ajimi, systématiquement dénigrée et calomniée ;

- dénoncer l’impunité institutionnalisée pour les policiers qui portent atteinte à la vie d’autrui, et la collusion des pouvoirs politique, policier, judiciaire et médiatique qui les couvrent ;

- protester contre les pressions exercées sur des magistrats pour les empêcher de sanctionner les policiers auteurs de crimes et délits ;

- faire connaître la réalité de notre vécu qui n’est pas véhiculée par la majorité des médias.

Halte à la justification, à la banalisation et à l’impunité pour les crimes et délits perpétrés par des policiers. Ne restons plus muets face aux interpellations arbitraires, multiplions les témoignages publics, défendons ce qui reste de droits humains face à ces abus de pouvoir meurtriers. Ensemble, imposons vérité et justice pour toutes les victimes de la brutalité policière et des dérives judiciaires.

« Quand ils sont venus chercher les communistes,

Je n’ai rien dit,

Je n’étais pas communiste.

Quand ils sont venus chercher les syndicalistes,

Je n’ai rien dit,

Je n’étais pas syndicaliste.

Quand ils sont venus chercher les juifs,

Je n’ai pas protesté,

Je n’étais pas juif.

Quand ils sont venus chercher les roms,

Je n’ai pas protesté,

Je n’étais pas rom.

Quand ils sont venus chercher les catholiques,

Je n’ai pas protesté,

Je n’étais pas catholique.

Quand ils sont venus chercher les musulmans,

Je n’ai pas protesté,

Je n’étais pas musulman.

Quand ils sont venus chercher des présumés terroristes,

Je n’ai pas protesté,

Je ne me sentais pas concerné.

Puis, ils sont venus me chercher,

Mais il ne restait personne pour protester. »

Martin Niemöller

Pistolets, Taser, Flash-balls, matraques, gaz lacrymogène, clé d’étranglement, etc. Qui crée cet État en guerre contre sa population ? Quand la police discrimine, humilie et tue, une justice indépendante et objective doit nous protéger.

P.-S.

Marche Vérité et Justice pour Hakim Ajimi : samedi 14 mai 2011 à 14H00 à Grasse. Rendez-vous : en haut du Bd Victor Hugo, vers la place du Cours.

Contact : comite_hakim_ajimi@riseup.net

Cet appel est soutenu par de nombreuses organisations politiques, syndicales et associatives.

Notes

[1] Rendez-vous : en haut du Bd Victor Hugo, vers la place du Cours.